Publié le 19 Juillet 2018

Cette exquise pâleur

C'est un trait fin, une ligne qui éclaire de manière presque incongrue, les contours de la coupe. Une marque que le soleil a prémédité, un peu en secret, donnant à la peau ce teint de vacances d'été, patiemment. 

Mais les cheveux courts ne le sont jamais définitivement. Ils ont, un temps, préservé la peau délicate des rayons ardents mais lorsque la routine revient et que ciseaux et tondeuse mettent un terme à la luxuriance, alors apparaît cette pâleur exquise. Et si l'été et les vacances aiguisent l'envie de tailler plus court encore ces cheveux qui le sont déjà, ils s'en trouvent soulignés par la peau claire soudainement dévoilée aux rayons du soleil.

  Pas à pas, Bertille s'essaie à cette pâleur dévoilée par les cheveux trop courts, qui ne parviennent plus à masquer le tour des oreilles, les tempes et la nuque. Et de quelques photos, elle s'encourage, se rassure et s'amuse de cette coupe nouvelle, soulignée par ce trait de pâleur et illuminée par son sourire...

Photos: Bertille L.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost0

Publié le 14 Juillet 2018

fétichisme

nom masculin : 

  • Déviation des pulsions sexuelles d'un sujet sur un objet érotique de substitution qui peut être aussi bien une partie déterminée du corps (cheveux, seins, fesses) qu'un objet (vêtement, chaussure).
  • dilection
  • nom féminin : 

  • Littéraire. Amour tendre et purement spirituel porté à quelqu'un ; préférence parfois secrète pour quelqu'un ou quelque chose.
© josi_urban

© josi_urban

A présent qu'on s'approche de la fin, je peux bien le dire. Que certain.e.s aient pu considérer ce blog comme l'expression d'un fétichisme m'a longtemps peiné. De savoir par ailleurs, qu'effectivement, certains ne sont intéressés ici que par quelques photos qui pourraient exciter leur libido, m'agace.

C'est la raison pour laquelle j'ai toujours parlé de dilection et je sais que la plus grande majorité de celles et ceux qui viennent ici partagent mon point de vue. Mais on est jamais à l'abri d'un manque d'intelligence et des fans de préjugés, qui sans même prendre la peine de lire ce qui s'y trouve, condamnent l'ouvrage par leurs simples suppositions.

Cela démontre s'il le fallait encore, la puissance émotionnelle liée à notre chevelure, ce qu'on en fait, comment on la traite. Et que bien souvent, je me laisse aller à décrire amoureusement la nuque d'une femme qu'elle a elle même pris plaisir à faire tondre ou raser, ne fait pas de moi un fétichiste, ni volontairement de ce blog un catalogue à la disposition de ceux qui se branlent devant leur écran.  

Tout ici n'est que dilection, une nuance sémantique qui fait la différence entre le gratin et le fond de la casserole, comme disait ma grand mère

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 13 Juillet 2018

Comme un étendard

Elles ont tout juste 20 ans, ou un peu plus, ou presque et réinventent le monde chaque jour. On en a le pouvoir à cet âge. Elles se révoltent, s'apitoient, compatissent et grondent de colère, parfois... mais s'inquiètent de savoir ce que leur monde sera. En attendant elle font des études, sans trop savoir où aller, histoire de retarder le plus possible l'échéance de la vraie vie. Elle voudraient être aimées autant qu'elles aiment, frôlent les genres, brouillent les cartes parce que c'est cool. Pour avoir cet exaltant sentiment d'être uniques, elles colorent en bleu leurs cheveux, les taillent, les rasent, gardent cette mèche dans le regard, rebelles. Percer leur corps ne leur fait pas peur, ça fait genre, comme les tatouages. Toutes sont photographes, ou modèles, selon l'estime qu'elles ont d'elles mêmes et réclament autant d'égards que de vraies professionnelles. C'est leur art. 

La jeunesse n'a pas changé, c'est le monde qui va trop vite, qui fait oublier le respect pour le paraître et transforme l'illusion en notoriété... virtuelle. Mais elles, leurs bras trop maigres alourdis de bracelets et de bagues, leurs épaules frêles et leurs torse plat, les cheveux au ras des yeux et la nuque rasée, oui elles, sûres de tout et pourtant inquiètes, fanfaronnant dans les manifs et marches de toutes sortes, si elles n'y prennent pas garde, n'auront presque plus rien de ce que leurs ainées ont conquis... il y a si longtemps déjà.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 10 Juillet 2018

35° à l'ombre

Depuis le temps que j'écris sur ce blog, je n'ai jamais fait autre chose que l'éloge des femmes aux cheveux courts, sans jamais les opposer aux partisanes des cheveux longs d'ailleurs. C'est aussi un de mes nombreux paradoxes, que de bien aimer les belles chevelures vigoureuses, saines et bien entretenues. Et puis là, soudain, suffoquant un peu sous la chaleur de l'été caniculaire, en regardant cette photo, je sens une goutte de sueur couler le long de mes vertèbres et je l'imagine, elle, passant la main sous sa chevelure épaisse pour caresser sa nuque, moite et transpirante. Je n'y peux rien, c'est psychologique. Ça me donne chaud!

Vous aussi? 

C'est peut être comme ça qu'est née cette alternative, cette hybride, ce compromis entre cheveux longs et cheveux courts qui permet parfois d'avoir tous les atouts des uns et des autres, selon l'humeur et la température...

35° à l'ombre

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 9 Juillet 2018

Photo: Joana S.

Photo: Joana S.

Je sais depuis un bon moment que rien n'est plus insupportable que de ne pas trouver de réponses aux questions qu'on se pose. Une sorte de torture intellectuelle. Et je sais aussi, jusqu'à quel point beaucoup sont capables d'aller pour avoir les réponses.

Mais...

Il existe des domaines de recherche où la simple "envie", voir la curiosité, ne donnent pas de prétexte légitime pour entrer dans la vie d'inconnu.e.s à peine croisé.e.s. Simplement parce que la réponse n'existe pas, voyez vous. Ou du moins n'est-elle pas limitée aux seules deux cases que vous avez à votre disposition. Parce que vous n'êtes pas prêt, voilà tout. Je le sais, ça m'arrive souvent. Et par chance, j'en connais de ces êtres délicats, fragiles comme des nouveau-nés mais caparaçonnés d'armures robustes qui leur donnent des manières de soldat en permission. Ils en ont souvent la nuque et les tempes rasées et rivalisent dans ce style avec les plus maniaques. Le trouble dans vos esprits nait souvent de ça. Les vêtements aujourd'hui n'ont - presque - plus de genre eux mêmes. Mais la coupe de cheveux, alors là, oui! Ça reste un marqueur important et cela devient intolérable pour vous de voir ces nuques "blanchies" à la tondeuse et ces tempes rasées, qui ne parviennent pas à s'accorder dans vos têtes étroites avec ces voix fluettes, ces visages fins et ces formes camouflées par des vêtements flous. Seulement voilà, la case vous manque. Alors il faut vous contenter de chercher pourquoi, pourquoi votre regard a été attiré et savoir si ce que vous avez découvert vous plait, ou vous déplait. Si cela vous déplait, tournez la page et allez votre chemin. Si vous êtes fasciné, que vous aimez, alors soyez respectueux et bienveillant, comme nous le sommes tous avec les gens que nous aimons...

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #gayfriendly, #Humeurs, #Tendresses

Repost0

Publié le 6 Juillet 2018

Photo: Jade Danielle Smith

Photo: Jade Danielle Smith

On était tellement habitué à la voir avec les cheveux courts, que finalement on se dit que c'est presque naturel d'en arriver là...

Elle est brune, mais depuis quelques semaines elle était blonde. Un blonde très clair, scandinave, presque blanc. Le genre de truc qui abime facilement les cheveux, même si c'est joli... 

Alors, le plus souvent, le meilleur moyen de réparer la matière, desséchée et brûlée ce sont des traitements avec des baumes réparateurs, chers et des soins réguliers. Sauf que quand on est, comme la jeune hollandaise, une femme aux cheveux courts convaincue et qu'on a un petit break dans son emploi du temps, on peut se permettre la méthode la plus efficace, la moins chère et la plus radicale.

Comme une évidenceComme une évidence

Alors voilà, Benthe de Vries a tondu ses cheveux blonds. Et il en reste encore quelques traces sur le bout de ses cheveux ultra courts, ce qui donne un charme tout particulier à sa petite tête. Mais pourquoi ça ne choque personne? Peut être parce qu'on a l'habitude de la voir avec les cheveux courts? Peut être parce qu'elle travaille dans la mode? Peut être parce qu'elle est jolie... ?

Peut être simplement parce qu'aujourd'hui c'est un peu banalisé et que chacun peut faire selon son goût... non?

Photo: Jade Danielle Smith

Photo: Jade Danielle Smith

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 3 Juillet 2018

Photos: @sophiabackpack

Photos: @sophiabackpack

Il arrive que parfois, même les jeunes femmes aux cheveux courts les plus convaincues et les plus emblématiques, hésitent, s'interrogent et tâtonnent dans la recherche du style à adopter. 

Méli a sans aucun doute une certaine "notoriété" sur les réseaux sociaux. On peut dire ça quand on a plus de 40K followers sur son compte Instagram. Toujours attentive à son image, elle pose fréquemment pour les photographes qui aiment son style androgyne bien affirmé. Mais comme tout un chacun, elle aime bien changer de temps en temps et si ses cheveux sont toujours coupés très courts, il y a tout de même des variations qui font souvent une grande  différence. 

Dernière coupe chez District Barbers, à Cologne en Allemagne, là où elle vit. Et grande hésitation, pour savoir si, cet été, les vacances, elle adoptait une coupe plus courte encore, dessus et devant, tout en accentuant le "skinfade" dont elle a maintenant l'habitude depuis longtemps... Le rendez vous est pris et les dés sont jetés.

C'est toujours difficile d'avoir en photo le modèle exact de la coiffure qu'on veut adopter. Une photo montre bien comme on aimerait avoir le dessus, une autre montre parfaitement le coiffage qu'on désir, une troisième pourrait illustrer la manière dont on veut avoir les côtés et la nuque rasés... mais difficile d'avoir les trois sur le même cliché. D'ailleurs Méli n'est pas du genre à copier le style des autres, ce serait même plutôt l'inverse voyez vous. Alors elle s'en remet au coiffeur, pour faire la synthèse et réaliser la coupe qui combine tous ses souhaits.

@sophiabackpack

Mais en sortant, elle reste critique. Elle a le sentiment que ceci n'est pas tout à fait comme elle le voulait, ou cela un peu trop par rapport à son envie. C'est une vraie crainte quand on est attaché à avoir une coupe de cheveux toujours remarquable. Il faut le regard des autres pour se rassurer et entendre les compliments pour finalement croire que cette coupe, un peu radicale pour elle, est parfaitement stupéfiante et stylée, bien à son image et idéale pour un été brûlant.

 

Méli Rezeg

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Divers & variés

Repost0

Publié le 2 Juillet 2018

Photo: ©jeaneg

Photo: ©jeaneg

Est-ce que tu seras moins fille si tu coupes tes cheveux? Et si tu les coupes, le seras-tu encore moins si tes tempes et ta nuque sont rasées, tes cheveux coiffés en arrière ou la raie sur le côté? Est-ce que cette impudeur pourrait faire de toi un être définitivement étrange et ambigu?

 Certain.e.s le croient… Quelle drôle d'idée. Tout cela est éphémère pourtant, beaucoup trop même pour celles qui aiment cette nuque bien nette et qui se plaisent à caresser sa nudité en sortant de chez le coiffeur. 

Celles là n'entendent pas se plier à la lenteur d'esprit de la masse, pour qui les choses doivent aller plus lentement pour être acceptables... Le pantalon, les cheveux courts....Oh là, oh là, mollo hein? Pas is vite!

Moi je les adore ces femmes intrépides, exaspérées par les Barbies un peu niaises et les conventions de patriarche, celles qui marchent sur les mêmes sentiers que moi et fréquentent le même coiffeur... Ou peut être est-ce moi qui fréquente le même qu'elles? Possible aujourd'hui...

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 29 Juin 2018

Photo: ©jeaneg

Photo: ©jeaneg

Des fois je me prend pour un photographe. J'emmène mon modèle boire un verre, partager un repas, en ville, dans un endroit sympa. On discute, on se raconte... De temps en temps l'appareil déclenche. Des fois je dirige un peu, comme ci, ou comme ça, non! Ne souris pas, regarde plutôt par là, tout ça... Mais j'ai l'impression que l'essentiel n'est pas là.

Michelle est un joli modèle. On s'est donné rendez vous parce que la veille elle est allé chez son coiffeur, un "rebeu" du côté de la gare. Elle a jamais eu les cheveux aussi courts. Elle adore, moi aussi. Ce qui m'intéresse c'est son visage, sa tête, son intérieur qui se conjugue avec cette coupe de cheveux qui la rend différente. Elle est grande, mince. Elle fait du sport, ça se voit. J'écoute sa voix grave. Son coiffeur la drague, ce con. Peut être qu'elle n'ira plus le voir, il est trop "lourd" finalement. Pourtant c'est bien pratique, pas cher et efficace. Si elle pouvait elle irait les faire raser chaque semaine, mais elle est raisonnable... Enfin...

Elle aime bien passer la main sur sa nuque, aujourd'hui encore les cheveux rasés râpent un peu la pulpe des doigts. Dans une semaine ce sera différent, plus doux, plus souple.

Photos: ©jeanegPhotos: ©jeanegPhotos: ©jeaneg

Photos: ©jeaneg

©jeaneg

On parle de son prénom, un peu suranné. Aujourd'hui elle l'aime bien ce prénom, une phonétique sans genre, c'est cool.

Avec elle pas d'artifices, pas de fioritures, une chaine discrète, une bague en or qui l'est toute autant. Une montre de "runner" et sur ses longs bras, l'encre du tatouage rappelle ce que nous devrions tous garder à l'esprit. "Rappelle toi que tu vas mourir" Memento mori, comme ces généraux romains entrant victorieux dans Rome à qui un esclave, à son oreille, soufflait ces mots... Il y a de ce sang là en elle.

Elle passe une main dans ses cheveux. Son sourire creuse deux fossettes au bas de ses joues. Elle parle de sa famille, de ses envies, de sa vie.

De dos à présent, pour voir cette nuque encore un peu blanche, fraîchement rasée par le double zéro de la tondeuse. Stylée, une coupe pour l'été brûlant du Sud. Nature...

Photo:©jeaneg

Photo:©jeaneg

Instagram @majest-crea

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Portrait

Repost0

Publié le 28 Juin 2018

Une fille comme lui, un garçon comme elle

Certains en éprouvent un trouble, y sentent une gène, cette peur de ne pas pouvoir définir les choses comme ils le font pour tout. Certaines en souffrent, enfermées dans les préjugés, ou prisonnières de leur corps et puis d'autres en jouissent, comme on jouit de la vie, avec assez de force pour accepter ce qui est et du courage pour accomplir leurs envies. 

Ainsi, il ou elle n'a plus vraiment de sens et deviennent des pronoms désuets, mais le monde est en retard qui ne sait pas encore dire autrement, alors c'est compliqué car l'essentiel est ailleurs. Et puis toutes n'ont pas cette dichotomie. Elles sont elles, mais aiment bien qu'on se trompent et même des fois elles font tout pour ça. Le jeu est excitant lorsqu'on est assez fort pour le jouer. D'un passage chez le coiffeur elle touche à la virilité, mais s'en gardent bien, d'une couleur ou d'une touche délicate qui leur rend leur féminité, tempes rasées et mèche blonde. Seuls les esprits rustiques tomberont dans le piège et finiront par haïr cette femme qui ne cherche même pas à le séduire, comme un affront qu'on lui fait. Les autres, je crois, aimeront cette fierté et se laisseront subjuguer par cette nuque rasée qui ne définit plus, ni la fille ni le garçon. 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0