Publié le 30 Septembre 2011

tumblr_lsang6dN1d1qbdi6ho1_1280.jpgJe sais, je ne devrais pas m'emballer comme ça, mais comment dire... Je n'arrive pas à mesurer l'effet que cela produit sur moi...

Freja Beha Erichsen représente pour moi une sorte d'icône androgyne, un être quasi parfait qui correspond en de très nombreux point à ce que je pourrais aimer le plus chez une femme. Certes elle porte les cheveux longs, mais je sais bien que c'est pour des besoins professionnels et que si elle en avait la liberté elle les porterait courts, c'est elle même qui le dit.

tumblr_lsagyd9QwD1qbdi6ho1_500.jpgEt voilà pas que je découvre au hasard des photos du dernier défilé de chez Balmain, que la belle, qui récemment s'est engagée pour la dernière campagne de Médecins sans Frontières, a rafraîchi sa coupe qui montre une nuque parfaitement tondue ras, qu'elle porte ainsi depuis deux mois déjà dit elle.

Le style n'a rien de très original par les temps qui courent. D'autres mannequins s'y sont essayés et aujourd'hui c'est presque une mode d'avoir une partie de la chevelure, un côté par exemple, tondue. 

La nuque c'est différent, c'est une zone érogène, sensuelle et sexuelle. Ainsi rasée, elle peut rester dissimulée sous les cheveux longs, réservée aux seul(e)s intimes, ou bien être exposée ainsi et devenir aussi excitante qu'une totale nudité.

Interrogée sur cette nouvelle coupe, Freja répond ici mais n'oublie pas l'essentiel...

 

Model: Freja Beha Erichsen

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 29 Septembre 2011

19910718-750-36.jpg

Le vieux coiffeur n'avait pas posé une seule question. L'italienne assise sur le fauteuil, il l'avait tout bonnement emballée dans un drap de nylon qu'il avait serré autour de son cou et avait jeté un drap de coton sur ses épaules qu'il avait ensuite inséré dans le col, soigneusement. Quelques coups de peigne avaient ordonnés la courte chevelure de Laora dont le regard était fixe, collé au miroir. M'efforçant de paraître le plus sûr de moi possible je lâchais: "Très court! Partout, à la tondeuse... S'il vous plaît"

Le vieux a rallumé le mégot de cigarette qui pendait à ses lèvres et tranquillement pris en main une grosse tondeuse dont il a épousseté les lames. L'appareil s'est mis sous tension, lançant un bruit strident qui allait crescendo. En s'aidant toujours de son peigne, le figaro a soulevé une première mèche devant l'oreille et glissé la tondeuse sous la masse des cheveux, remontant inexorablement vers la tempe, jusqu'à ce qu'une énorme touffe dégringole sur sa main puis sur le sol. Je regardais fixement Laora à travers le miroir, elle même écarquillait les yeux, perdue dans le vague.

Pas un mot, pas une parole. La tête baissée Laora se laissait tondre... J'imaginais dans sa tête son cinéma intime, recoller des images de l'enfance, transformer des souffrances en plaisir, juste du plaisir.

La coupe achevée, je l'ai vue, le visage souriant tristement, une larme au bord de la joue. J'ai soulevé son menton, passé une main sur sa tête rasée et lancé un "Parfait!" pour montrer ma satisfaction au merlan. 

En sortant j'ai caressé la nuque fraîchement tondue, Laora s'est tournée vers moi en s'arrêtant

Laora "- Grazie darling... Tou pé pas savoir comme jé soui heureuse dé l'avoir fait. Jé répensé à tutti, mio padre si dour... Mais tou étais là et jé senti ton amour pour mi et jé crois qué jé joui...

Moi - Non? Tu as joui pendant que le vieux te tondait? Mais je n'ai rien vu, rien remarqué...

Laora - Dans ma testa darling... Et mainténant jé veux jouir pour dé bon...

Moi - Tu veux dire que ça a marché? L'expérience est positive? 

Laora - Siii! Molto bene!

Moi - 'tain, Frida va être verte!

Je n'ai pas eu le temps d'en dire plus. Ma biquette des Dolomites m'a léché les amygdales dans un patin d'anthologie avant de m'entraîner en courant vers l'appartement.

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Ma Psy et Moi

Repost 0

Publié le 29 Septembre 2011

Maxim-Chelak.jpg

... Et un jour une femme
dont le regard vous frôle
Vous porte sur ses épaules
Comme elle porte le monde
Et jusqu'à bout de force
Recouvre de son écorce
Vos plaies les plus profondes
Puis un jour une femme
Met sa main dans la votre
Pour vous parler d'un autre
Parce qu'elle porte le monde
Et jusqu'au bout d'elle même
Vous prouve qu'elle vous aime
Par l'amour qu'elle inonde

Jour après jour vous redonne confiance
De toute sa patience
Vous remet debout
Trouver en soi un avenir peut-être
Et surtout l'envie d'être
ce qu'elle attend de vous...

 

Photo: Maxim Chelak

Texte: Florent Pagny

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 28 Septembre 2011

blog-islma.jpg

Il ne faudrait pas se tromper, et ne plus voir les femmes arabes et musulmanes que comme les fantômes que voudraient nous montrer certains extrémistes. Comme partout à travers le monde, les femmes sont très souvent là pour faire bouger les lignes. Sans trop bousculer les choses, en douceur, mais sûrement.

Ca n'a l'air de rien, mais trouver aujourd'hui sur les podiums des grands couturiers des filles du Maghreb, c'est aussi afficher une volonté déterminée de donner une image moderne de la vraie femme musulmane. Hanaa et Hind en sont la preuve, même si elle ne revendiquent rien et ne se veulent pas militantes, elles n'en demeurent pas moins fières de leur origine, tunisienne pour l'une et marocaine pour l'autre. 

Là encore, plus qu'ailleurs, les femmes aux cheveux courts tracent la voie

 

Photo: Alex Cayley

Models: Hanaa Ben Abdesslem et Hind Sahli

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 26 Septembre 2011

ielle.jpg

Démons et merveilles,

Vents et marées

Au loin déjà la mer s'est retirée

Démons et merveilles

Vents et marées

Et toi

Comme une algue doucement caressée par le vent

Dans les sables du lit tu remues en rêvant

Démons et merveilles

Vents et marées

Au loin déjà la mer s'est retirée

Mais dans tes yeux entrouverts

Deux petites vagues sont restées

Démons et merveilles

Vents et marée

Deux petites vagues pour me noyer

 

Sables mouvants- Paroles- J. Prévert

Photo: Ilaria Luciani

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 26 Septembre 2011

Andrès Lazaro

A force, mais je crois que c'est vrai dans plein de domaines, nos goûts, nos passions, nos "obsessions" finissent par développer un nouveau sens qui nous permet de voir des choses invisibles pour les autres.

Depuis mon plus jeune âge, ma passion pour les femmes aux cheveux courts m'a amené à observer toujours plus méticuleusement les détails d'une coupe de cheveux, l'allure, la façon de se coiffer ou la gestuelle d'une personne que je croise dans la rue. Une façon de "balancer" ses cheveux d'un côté ou d'un autre, une main qui passe sur la nuque, un coup de tête pour chasser une mèche sur l'oeil...

Ainsi, je sais immanquablement quand une femme sort de chez son coiffeur ou mieux encore si cette coupe de cheveux est habituelle ou nouvelle pour elle.

Ca ne sert à rien comme pouvoir, mais ça m'amuse toujours de l'exercer pour critiquer, en moi même, l'aspect de mes contemporains.

Parce que pour tout vous dire, j'aime bien passer du temps à observer les gens qui passent et tous ces petits détails ne m'échappent que rarement. Je m'installe à la terrasse de mon bureau, je commande un cappuccino et je regarde... 

Le spectacle me ravit, quelques fois, mais en général il faut l'avouer, il se passe souvent beaucoup de temps avant que mon regard ne s'accroche sur une jolie nuque, une frange courte, une chevelure lisse et brillante couvrant le dos et bien taillée.

Mais qu'importe, une seule de ces visions suffit à mon plaisir et concourt à me faire me sentir différent, en mieux.

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 25 Septembre 2011

gty_bonnie_parker_jef_110524_wmain.jpg

Tout le monde s'accorde à dire qu'elle était "un joli brin de fille". De sa vie fulgurante elle aura vécu chaque minutes avec intensité. Comment aurait-il pu en être autrement? Mariée à 16 ans, morte à 24 ans, universellement connue. Les légendes naissent souvent autour de ces personnages qui traversent notre monde comme des étoiles filantes. Les gangsters en cette époque de grande dépression sont nombreux et souvent fameux et il ne faut pas longtemps au commun des mortels pour trouver aux voleurs de banque un air de Robin des Bois.

Dans cette vie sans espoir, la petite serveuse dont le mari est en prison, rencontre à 20 ans l'amour de sa vie, un beau gosse, un voyou. Leur amour va sceller la légende, donnant à leur aventure un incroyable parfum de romantisme. Ils s'aiment, ils s'adorent et l'adrénaline pure coule dans ses veines, jusqu'à perdre la raiso, une fuite en avant dans le sang et la mort...

Une héroïne, côté obscure...

 

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 24 Septembre 2011

AS2.jpgC'est bizarre cette façon dont les gens s'approprient l'image des autres. Je dis "les gens" mais je devrais m'inclure dans le lot. Enfin, d'une moindre mesure, comme ça, quelques fois et "à chaud" . Mais un tantinet de réflexion me ramène rapidement à la raison.

Un exemple. Parmi les présentatrices télé qui retiennent toute mon attention, il y a Alessandra Sublet. Une fille nature, pétillante pleine d'énergie et qui depuis qu'elle anime C à vous sur France 5, porte une coupe de cheveux qui lui va comme un gant.

Alors forcémment, tous les habitués s'y étaient fait, à cette coupe de cheveux. C'était comme ça, gravé dans le marbre, immuable, intangible...

Et puis subitement, patatra, voilà qu'hier, sans que personne ne m'ait averti, je découvre que la belle animatrice a camouflé ses oreilles et que sa coupe bien connue s'est transformée en un joli carré court, joli, mais qui transforme singulièrement son apparence. Et ma boulangère n'a pas manqué de me le faire remarquer.

AS

Oh lala, quel dommage! Elle était si jolie avec ses cheveux bien courts et patati et patata. Constatant de visu l'étendue du drame, je me dis " Ah oui, ça change... " mais mon oeil expert, très vite me ramène à des considérations plus modérées.

1/ L'apparence peut changer, la personne reste la même

2/ Ce n'est pas la coupe qui a changé mais le style. Quoi qu'on en dise, la belle a toujours eu cette longueur, à peu de choses près, seulement au lieu de cacher ses oreilles elle plaquait ses cheveux derrière celles ci.

 Quoi qu'il en soit, ce n'est pas raisonnable de penser que sous prétexte qu'on est exposé aux regards de millions de gens, notre apparence ne nous appartient plus. Mais bon je n'ai pas dit ça à ma boulangère, j'avais peur qu'elle me refile une baguette de la veille...

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 22 Septembre 2011

244267_1854649966953_1261924276_31885762_1808959_o.jpg

Il peut dire, du haut de ses 8 ans, qu'il l'a toujours connue ainsi. Et c'est ainsi qu'il l'aime. Mais il l'aimerai de toute façon. C'est vrai. 

Tout comme il aime aussi son amie. Il sait bien qu'elles vivent ensemble, c'est naturel puisqu'elles s'aiment. Lui aussi voudrait bien vivre avec elles. Il y a de la douceur, du rire, de l'amour en leur compagnie. Il passe beaucoup de temps avec elle, il voit les choses. Un jour il a dit: " Tu as vu comme tout le monde te regarde des fois?" Cela l'a amusée, elle a répondu:" Je ne sais pas, peut être à cause de ma coupe de cheveux..." Il a rit à son tour et répliqué: " Je ne crois pas non sinon on me regarderait aussi à cause de mes cheveux longs... Non, c'est parce que tu es belle, tout bonnement"

Elle l'a regardé avec tendresse, encore plus qu'habituellement. Elle s'est dit que la vie est bien plus simple lorsqu'elle est vue à travers un regard d'enfant...

"Si je laisse pousser mes cheveux, tu paries que les gens me regarderont moins?" Il est devenu sérieux, a passé une main sur les cheveux tondus. "Alors là je suis sûr de gagner. Tu n'auras jamais la patience de laisser pousser tes cheveux et puis tu es bien trop belle comme ça et ton amoureuse ne te laissera pas faire" A quoi bon lutter...

Ils ont rit, parce que tout cela n'avait pas vraiment d'importance... 

 

Photo: Ilona Friederici 

 

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 21 Septembre 2011

Ipadmedia.jpgC'est pas mon genre de faire le critique de ciné, mais il y a parfois des films qui avant même de sortir, me séduisent, me parlent et me donnent envie...

Outre le fait que j'aime beaucoup dans un film que l'actrice principale soit jolie et porte les cheveux courts, j'aime beaucoup les "comédies romantiques", ce style qui joue tellement sur l'émotion et les grands sentiments. Je l'ai déjà dit, j'aime parfois être triste, j'aime la mélancolie et je n'ai pas le sentiment de perdre ma virilité en pleurant devant un film.

L'histoire a tout pour nous tirer des larmes:

Synopsis : Bien qu’en phase terminale d’un cancer, la jeune et jolie Annabel Cotton est animée d’un amour profond de la vie et de la nature. De son côté, Enoch Brae a cessé d’avoir envie de faire partie du monde depuis que ses parents sont tragiquement morts dans un accident. Lorsque ces deux êtres à part se rencontrent à un enterrement, ils se découvrent d’étonnants points communs. Pour Enoch, dont le meilleur ami se trouve être le fantôme d’un pilote de guerre kamikaze, et Annabel, qui voue une fascination à Charles Darwin et à la vie de toute créature, c’est le début d’une relation exceptionnelle. En apprenant la mort imminente d’Annabel, Enoch propose de l’aider à vivre ses derniers jours avec intensité, au point de défier le destin, les traditions et la mort elle-même.

Pourtant, tout autant que pour la jolie Mia, j'irai voir ce film ( qui sort aujourd'hui je crois... ) pour cet amour éphémère, pour le fantôme du kamikaze et cette allégorie de la vie éternelle...

 La bande annonce en VO


Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0