Publié le 28 Février 2011

ashley-mich.jpgRecentrons nous! La journée s'achève et je fais le constat de n'avoir croisé, à part deux amies chères, aucune jolie personne. Et comme souvent, ce genre de constat a un effet parfaitement destructeur sur mon moral. Du coup je me sens sans verve, inutile et vaniteux, à prêcher dans le désert la gloire des femmes aux cheveux courts, comme s'il s'agissait d'une illusion, d'un rêve utopique ou d'une escroquerie.

Pour détourner mon attention du 11.43 qui, depuis la table de nuit, rêve d'être l'acteur principal de la fin honorable de mon existence misérable, je me plonge alors dans les statistiques. Une sorte de thérapie par les chiffres, où graphiques et camemberts tiennent lieu de gélules et de suppo.

Et figurez vous ami(e)s que ce mois de février aura été exceptionnel. Eh oui! Près de 50 000 pages vues et quasiment 9000 visiteurs uniques. De quoi faire un joli cataplasme à mon ego déprimé. Malheureusement pour moi, comme l'avait dit une gitane des Carpates à ma mère juste avant une représentation de Casse-noisettes au Bolchoï: " Ce petit sera un cérébral ". Du coup, né sous le signe du Gémeaux, il se trouve que la vieille avait raison... Mais je m'égare... Donc, je pourrais me satisfaire grandement de ces résultats mirobolants, si je n'étais pas tombé également sur la moyenne générale des sujets visités. Je ne vous parle pas des mots clés qui permettent à mon ami Google de drainer par ici le quidam, non, ça je me l'épargne encore. Mais les chiffres ne mentent pas. La plus grande partie des visiteurs sont 1/ étrangers

2/ ne s'intéressent qu'aux photos

Bon bon bon, on va pas non plus faire la fine bouche. Mais quand même. Ca veut dire que les efforts que je fais pour aligner trois mots dans un français à peu prés correct, on s'en fout. Ce qui intéresse le fermier du Kansas ce sont les albums photos, et via GoogleTranslater siouplait ( des fois qu'on ne verrait pas la même chose en français...)

Mais je suis injuste. Après tout qu'importe l'horizon des visiteurs. Seul compte celui de celles et ceux qui prennent le temps, de s'arrêter un court instant devant l'image, en écoutant la musique et qui, après avoir lu le texte, rêvassent une seconde et m'en laissent une trace en un gentil commentaire. Que celles-ci et ceux là soient mille fois remerciés!

Photo: Linda Hale

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 27 Février 2011

alina-antonova.jpg

 

Un soleil inattendu chauffait les berges du fleuve. Elle s'abandonna, laissant ses épaules nues profiter des rayons printaniers, la tête posée sur son vieux Perfecto. Ne penser à rien, profiter de l'instant sans rien imaginer... Même pas la suite que pourrait avoir la rencontre avec ce garçon, hier soir. Non non ne pas y penser... Et pourtant c'est comme si elle sentait encore ses doigts caresser le lobe de son oreille, sa nuque, son cou. Ils se sont embrassés et c'était délicieux, mais bon, pas de quoi s'affoler hein? Il n'était pas le premier... Ca l'a amusée quand il lui a dit qu'il aimait ses cheveux courts. Après tout c'était mieux comme ça, parce qu'elle n'aurait surement pas changé, même pour lui...

Sur le fleuve une péniche remontait vers le nord

Photo: Alina Antonova

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Nouvelles et petites histoires

Repost 0

Publié le 26 Février 2011

justin hollandEst ce que tu savais que, à une époque, il existait des gens qui étaient payés pour s'occuper des cheveux des autres? Si si je t'assure! Ca s'appelait des coiffeurs, des stylistes, enfin des noms à la gomme, tu vois. Et ils arrivaient à faire croire aux autres que c'était important de faire ceci ou de faire cela, en jouant sur l'apparence et en arrangeant ses cheveux de telle ou telle manière. Dingue non?

Alors du coup, les gens ils dépensaient pas mal d'argent tu comprends.

J'avoue que j'ai du mal à imaginer aujourd'hui qu'on puisse laisser pousser ses cheveux au point d'être obligé d'aller voir quelqu'un de spécialisé pour les arranger. Remarque ça devait être marrant parfois, de pouvoir se cacher derrière des cheveux longs. Mais le pire c'est que ça créait de fait une discrimination entre homme et femme. Ben oui parce que apparemment les femmes avaient plutôt le droit de porter les cheveux longs et les hommes moins. Mais ça ne les empêchait pas d'aller voir le coiffeur pour faire tailler leur cheveux. Tu te rends compte que à cette époque là il y avait des gens qui n'avaient même pas de tondeuse chez eux? A ce demander si le monde de l'époque était vraiment propre. C'est comme si on avait pas de coupe-ongle à la maison... Dégueulasse!

Quelle époque, tu te rends compte?

 

Photo: Justin Hollar

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 25 Février 2011

HanaSDieu est un fumeur de havanes
Je vois ses nuages gris
Je sais qu'il fume même la nuit
Comme moi ma chérie

Tu n'es qu'un fumeur de gitanes
Je vois tes volutes bleues
Me faire parfois venir les larmes aux yeux
Tu es mon maître après Dieu

Dieu est un fumeur de havanes
C'est lui-même qui m'a dit
Que la fumée envoie au paradis
Je le sais ma chérie

Tu n'es qu'un fumeur de gitanes
Sans elles tu es malheureux
Au clair de ma lune, ouvre les yeux
Pour l'amour de Dieu

Dieu est un fumeur de havanes
Tout près de toi, loin de lui
J'aimerais te garder toute ma vie
Comprends-moi ma chérie

Tu n'es qu'un fumeur de gitanes
Et la dernière je veux
La voir briller au fond de mes yeux
Aime-moi nom de Dieu

 

Photo: HanaS

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 25 Février 2011

6_justinhollar-emily-8653.jpgBon alors voilà! Après des dizaines de nuits blanches et plusieurs litres de thé "gunpowder", je vous livre le fruit de mes délibérations unilatérales comme on dit au Quai d'Orsay. En même temps c'est forcément unilatérale vu que depuis longtemps je vous ai bien prévenu que ce blog était l'aboutissement de mon parti-pris et de ma mauvaise foi. Cependant, comme j'ai sollicité votre avis pour m'aider dans cette tâche qui consistait à choisir un article représentatif du blog pour postuler à une reconnaissance de l'édition hebdomadaire et magazine d'un grand quotidien français, je vous dois bien de vous tenir au fait des négociations entre moi et moi.

Négociations qui ont abouti au choix de l'article "Dialectique de la dilection". Mais... Evidemment je n'ai pas pu me contenter de livrer cet article seul et sans explications. J'ai donc dressé un catalogue restreint et j'ai ajouté, glissés négligemment dans mon argumentation, les liens vers des articles tout aussi représentatifs, comme "C'est jeudi, c'est jour du psy" ou encore " Ne rien rater" qui est un de mes chouchous.

Donc voilà! Alea jacta est comme aurait dit Jules en sautant la rivière...

 

Photo: Justin Hollar

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 23 Février 2011

Mirjan-copie-1.jpg

 

A force de coups, son coeur a durci, comme la pierre. Assez des chagrins destructeurs et des larmes ravageuses. On ne l'aura plus. Elle va bâtir un mur, solide, et personne, plus personne ne pourra désormais y déverser la moindre affection. Pas besoin d'ami(e)s ni d'amour. Elle ne craint pas la solitude, elle a ses bouquins, et puis son chat, qui lui ne la trahit pas... Et puis ça tombe bien, elle avait vraiment envie de couper ses cheveux, encore plus courts, et reprendre la photo, elle voudrait bien faire une exposition, au printemps. Peut être voyager aussi, loin de l'hiver et de la grisaille...

Et sa colère qui lui fait croire qu'elle s'en fout et qu'elle est forte, comme un roc...

"...And a rock feels no pain;
And an island never cries"



Photo: Mirjan

 

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 22 Février 2011

Cate-Blanchet.jpgDepuis quelques temps ma psy de la Forêt Noire se toquait de s'habiller en homme. Costume, cravate, une tenue pour le moins austère, qu'elle compensait par une rigueur moins absolue dans sa coiffure qui, un temps, avait frôlé la coupe en brosse militaire. Le style lui seyait plutôt bien au regard de son caractère de prussienne, mais ce qui m'inquiétait, était son désir d'entraîner la lombarde dans son délire. Déjà que j'avais toutes les peines pour raisonner Laora qui s'était mise en tête de tondre ses cheveux pour exorciser ses démons dans une séance que j'imaginais proche du chamanisme, où je serai l'instrument de sa rédemption, tondeuse à la main.

Malgré tout, l'idée me troublait et je trouvais le mélange des genres toujours très excitant.

Moi "- Alors Dok, tu as réussi à entraîner Laora dans ton délire? Vous allez faire les pétroleuses maintenant, jouer les amazones...

Ma Psy - Was ist "bédroleuzes" ?

Moi - ... Vous n'avez pas peur de vous "afficher" un peu trop?

Ma Psy - Ach darling, che zuis zure que tu droufe za drèz ekzidant, allez afoue!

Moi - ... Mmmoui, enfin j'ai aussi le sentiment d'être un peu mis à l'écart. Mais enfin si ça peut détourner l'esprit de la toscane de son obséssion, ça me convient. Et puis je lui fais confiance. Hein? Parce que c'est un jeu, n'est ce pas?

Ma Psy - Allons ne zois bas zi nékadif liebe. Pien zur ke z'est ein spiel. Mais krois moi za ne la tédournera bas te zon enfie te jefeux kourts...

Moi - Mais elle a déjà les cheveux courts...

Ma Psy - Arch.. Du m'a drès pien kombrise. T'ailleurs zi du feux, che beux la vaire moi , zette donde...

Moi - Non non non pas question.... Quoi?

 

Model: Cate Blanchet

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Ma Psy et Moi

Repost 0

Publié le 21 Février 2011

Mirjan-2.jpg

Je n'ai gardé que cette photo d'elle. Même pas un portrait. Enfin si, peut être même mieux qu'un portrait. Je me rappelle de tout, des senteurs, de la chaleur, du vent chaud. En la voyant je retrouve l'odeur de savon de sa marinière, la blancheur de sa peau sous le ciel d'orage. Si je tends la main, peut être qu'au bout de mes doigts je sentirai les épis de seigle, lourds et mûrs. L'air était épais et les nuages roulaient des humeurs noires. Bientôt, l'odeur de la terre mouillée nous parviendrait, venant de plus loin que l'horizon. Parce qu'ici, dans ce champs, il fait encore chaud et le soleil nous brûle. Et je n'ai qu'une envie, celle de poser sur ce cou laiteux un baiser, d'effleurer de mes lèvres cette nuque dépouillée. Et elle va m'accueillir dans ses bras, m'offrir sa bouche pourpre et rouler avec moi dans la chaume qui laissera quelques pailles dans ses cheveux de feu. L'orage éclatera, en même temps que de grosses gouttes commenceront à exploser sur la terre craquelée...

Et l'instant d'avant elle marchait dans le champs de seigle, devant moi...

 

Photo: Mirjan

 

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 20 Février 2011

3269908860_59c61479fc_o.jpg

C'est l'été sur la Côte d'Azur. L'insouciance de Cécile a les 20 ans juvéniles de Jean Seberg. Et c'est l'ogre Otto Preminger qui tempête autour des acteurs de Bonjour Tristesse. Il n'a pas laché la jeune américaine, et c'est sa chance. Après ses premiers pas en Jeanne d'Arc, c'est elle qu'il a voulu pour être l'héroïne de cette adaptation d'un roman dont l'auteure n'est même pas plus agée qu'elle. On peut comprendre cette fascination du vieil Otto. L'éphèbe est blonde et jolie et il a vu dans ses yeux l'enthousiasme et l'envie. Pour être Jeanne elles étaient des milliers de candidates. Elle, connaissait bien la pièce et pour montrer sa détermination elle n'a pas hésité à couper ses cheveux, ce qui a stupéfait tout le monde. Le vieil Otto ne s'est pas laissé bluffer. Il a choisi sa Jeanne et, allant plus loin encore, il l'a fait tondre. Et la blondinette est entrée dans l'Histoire. C'était l'année d'avant et si les cheveux blonds avaient pu pousser un peu, Otto encore une fois ne l'a pas autorisé... Cécile l'insouciante va découvrir la tristesse, et les jeunes filles des années soixantes vont aimer cette allure aux cheveux courts.

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 19 Février 2011

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0