Publié le 31 Mai 2018

Une soirée "coupes de cheveux"

C'était la première fois. L'idée avait germé d'installer parmi nous un fauteuil de barbier et d'inviter un coiffeur pour une soirée d'Apéro des Femmes Aux Cheveux Courts. Bien sûr, Régine notre coiffeuse attitrée était là, mais comme nous étions à Lyon, le soutien et la logistique était assurés par Le Baronet Noir Barber et Imran officiait avec talent.

Et finalement cette soirée est vite devenue une soirée "coupe de cheveux" où chacun.e n'aurait pas laissé passer l'occasion d'une belle coupe entre copines, bière à la main et rigolade assurée.

Une soirée "coupes de cheveux"Une soirée "coupes de cheveux"
Une soirée "coupes de cheveux"Une soirée "coupes de cheveux"
Une soirée "coupes de cheveux"Une soirée "coupes de cheveux"

C'était une ambiance étonnante. Tout le monde était heureux de se retrouver, de se rencontrer, de se découvrir, mais tout tournait malgré tout autour de ce siège de coiffeur où sans aucune hésitation, toutes et tous se sont livrés aux mains expertes qui savent ce que cheveux courts signifie.

Une soirée "coupes de cheveux"Une soirée "coupes de cheveux"
Une soirée "coupes de cheveux"Une soirée "coupes de cheveux"

Et tout compte fait, s'était une bien riche idée que d'inviter toutes celles ( et même ceux ) qui étaient là, à passer sous la tondeuse, en guise de communion, pour se retrouver au meilleur d'elles mêmes, revigorées et enthousiastes...

Photos: Beli Klein

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Divers & variés

Repost0

Publié le 26 Mai 2018

Photo: ©jeaneg

Photo: ©jeaneg

J'aime bien lorsque les choses ne se démentent pas et que les premières impressions se confirment. J'avais déjà parlé de Constance Debré ici et depuis, le contact établi, comme avec tout un chacun, je n'avais d'autre espoir, qu'une rencontre "en vrai" se fasse.

Or il se trouve que ma grande ville du Sud, entre autres avantages, a celui de réunir chaque année le petit monde de la littérature française du moment. On l'imagine donc, depuis vendredi je n'étais que joie et bonheur à cette perspective.

Je ne suis pas du genre "groupie" et la proximité de visages connus ne me rend pas fébrile. C'est donc avec une grande aisance que j'ai déambulé au milieu des piles de livres et des écrivain.e.s de tous poils, du long comme du court.

Venu pour faire dédicacer mon exemplaire de "Play boy", le premier roman de Constance Debré, il m'a fallu tout de même patienter un tantinet, ce qui m'a permis de faire la connaissance de Sonja Delzongle, auteure à succès, pas moins "badass" que celle pour qui j'étais venu.

Photos: ©jeaneg
Photos: ©jeanegPhotos: ©jeaneg

Photos: ©jeaneg

Enfin...

Ma patience fut bientôt récompensée par un accueil chaleureux, un sourire sincère et quelques mots échangés avec complicité, ce qui, vous l'imaginez sans peine, suffit à faire mon bonheur pour la journée.

 

 

Photos: ©jeaneg Photos: ©jeaneg

Photos: ©jeaneg

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 25 Mai 2018

Pouvez répéter la question?Pouvez répéter la question?

Vous vous rappelez la question qui tue? "Pour vous, c'est quoi une femme aux cheveux courts?"

J'espérais un peu plus d'engagement, mais bon... Malgré tout certaines ont pris la peine d'y réfléchir et de larguer en quelques mots une réponse. Je vous livre, tel quel, l'essentiel. L'inéffable Laurine d'abord, avec son air de "garçonnet de bonne famille" à la rousseur flamboyante... 

"Voyez-vous cet air garçonnet de bonne famille ou tout droit sorti d'un boys band, pour le moins irrésistible ? Telle est la marque de fabrique de la femme aux cheveux courts. En laissant libre cours à sa part de masculinité en ressort sa féminité. Frimousse androgyne, suave candeur qui n'ampute en rien un subtil entre deux, une pointe de sensualité et un soupçon de virilité où rien ne prévaut. C'est quelque chose de mystérieux et attirant, une nouvelle énergie. Et pour parachever cet éloge, n'oublions pas de mentionner son port de tête dégagé, exhalant une fougueuse prestance, d'où s'éveille un charisme indicible. Il ne s'agit pas d'une simple coupe de cheveux, mais d'une mise au grand jour d'une partie de son identité, de son caractère puisque se couper les cheveux très courts c'est ne plus se camoufler derrière une morne tignasse un tant soit peu commune. C'est une transgression des dogmes d'une société plutôt patriarcale sur les bords. Ne plus se préoccuper des qu'en dira-t-on Une envie de liberté et de fraîcheur les pousse à cet acte riche de sens pour certaines, moins pour d'autres, Geste qu'elles réitèrent à fréquence mensuelle, puisqu'une fois qu'elles y ont goûté, rares sont celles qui ont souhaité faire marche arrière. Elles réinventent leur féminité, Fringante, Allure pimpante et badass garantie ! Puis y en a pour tous les goûts Car détrompez-vous, le choix de coupe courte est beaucoup plus large que quand on les a longs ! À chacune de l'arborer à sa guise, D'une mèche ébouriffée, effet décoiffé On passe aux tempes rasées, une architecture très précise et complexe, bref, organisation militaire ! La femme aux cheveux courts, vous savez c'est un peu comme la soliste d'un concerto. Seule sur le bord de la scène, affrontant quelques centaines de paires d'yeux braqués sur elle, et loin dans sans dos, une multitude de musiciens lambda confortablement cachés derrière leur pupitre, abandonnant la virtuose avec son solo. "

Puis aussi Georgina, alias Geo, fidèle parmi les fidèles, qui n'a pas manqué de saisir l'occasion de prendre la parole sur un sujet qui lui tient à cœur depuis ... toujours!

Photo: Maxime Quoilin ( non ce n'est pas Geo, mais ça pourrait... )

Photo: Maxime Quoilin ( non ce n'est pas Geo, mais ça pourrait... )

Dans mon cas, être une femme aux cheveux courts c’est:
- M’assumer
- Faire ce qu’on veut sans se soucier des mauvais regards et des mauvaises langues rétrogrades
- Faire la guerre à ces préjugés qui veulent qu’une femme a forcément les cheveux longs
- Me dire que finalement c’est ma maman qui avait raison de me couper les cheveux très courts quand j’étais petite « paske t’as une tête à cheveux courts de toute façon, n’insiste pas avec les cheveux longs »
- Pouvoir toucher une nuque toujours soyeuse
- Dire à ceux qui sont choqués que non, ma féminité ne se mesure pas à la longueur de mes cheveux
- Pouvoir aller sur le blog de Jeaneg et se dire « j’en fais partie »
- Pouvoir partir en vacances sans amener 1 litre de shampooing 
- Se regarder dans un miroir et se dire « ça me ressemble, c’est bien moi »
- Être différente 
- Ne pas rentrer dans ce moule que la société a construit qui veut que les femmes ont forcément les cheveux longs
- Assumer et revendiquer son androgynie (un « garçon loupé » comme on dit ici, lol !)
- Accepter d’être prise pour une homosexuelle et se faire draguer par des femmes tout en refusant gentiment leurs avances sans mentionner vos préférences sexuelles
- Pouvoir changer de tête plusieurs fois par an (aussi, paske on aime bien être coquette, lol !)
Je dois en oublier …
Merci de nous donner la parole.
Bisous ensoleillés du Luxembourg.

Voilà! La question reste posée et chacune peut encore donner son avis... N'ayez pas peur, c'est juste un bon moment à passer, comme disait l'autre.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés, #Humeurs

Repost0

Publié le 23 Mai 2018

Photo: Lex Phil Photographie

Photo: Lex Phil Photographie

C'est le hasard souvent qui fait les rencontres. Selon le jour et l'humeur, tu la verras plus garçon manqué que tu ne peux l'imaginer. Et puis tu la croiseras dans la soirée plus féminine qu'une jeune princesse au bal des Débutantes... Entre ces extrémités, elle est elle-même, un naturel oscillant entre masculin et féminin avec une assurance déconcertante.

Elle semble avoir apprivoisé sa dualité, marie son baggy avec un rouge à lèvre Chanel, maquille son regard pour adoucir sa nuque rasée. Les cheveux courts sont sa seule constante. Un peu longs parfois, la mèche sur l'œil et les oreilles dissimulées et puis un jour fraichement tondus, de la nuque aux tempes... jusqu'à ce que le temps estompe ces contours trop nets.

Elle sait qui elle est, se moque de ceux qui se trompent. Chaque jour c'est l'envie qui lui dit si elle est fille ou garçon. Aujourd'hui robe élégante et déjeuner entre filles, demain cuir et moto, après demain petit soldat et puis le soir gentille baby-sitter... avant de retrouver les bras de son amoureux. Elle est multiple mais unique femme aux cheveux courts...

Merci Erevan

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Portrait, #Tendresses

Repost0

Publié le 21 Mai 2018

Au boulot!
Au boulot!Au boulot!
Au boulot!Au boulot!

Depuis le temps qu'on en parle, je me rend compte que c'est surtout moi, qui en parle. Or, je le sais mieux que personne, les opinions sont diverses et multiples sur des sujets aussi subjectifs que les cheveux courts. Parce ce que dans "Les Femmes Aux Cheveux Courts" il y a Femmes, évidement, mais aussi cheveux courts. Bon je crois que jusque là tout le monde suit ... 

Alors, la question se pose et cette fois c'est vous qui avez la parole: 

C'est quoi, pour vous, une femme aux cheveux courts?

Envoyez vos messages via la boite de contact ( là haut, dans la bande noire, juste à côté d'accueil ) les plus pertinents seront repris "in extenso" ici même.

A vos plumes

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Divers & variés

Repost0

Publié le 20 Mai 2018

A la tienne!

Un jour, sans doute plus désœuvré qu'à mon habitude, l'idée a germé, d'une soirée où toutes celles qui se côtoient sans le savoir en lisant ces pages, se retrouvent "en vrai" dans un lieu sympa avec ( bonne ) musique et boissons. C'est ainsi que le premier "Apéro des Femmes Aux Cheveux Courts" vit le jour dans un bar amical de ma grande ville du Sud, il y a 2 ans. Depuis, d'autres éditions ont suivi, avec un succès inattendu...

Un vendredi soir à Lyon. Un bar à bières sur les quais de la Saône, un temps d'été. Après Montpellier et Paris, on a décidé d'aller à la rencontre des lyonnaises aux cheveux courts. Mais...

Cette fois ci le véritable événement, c'est la présence, dans un coin du bar, d'un fauteuil de barbier, posé face à un miroir.

Et quoi de plus normal, pour une soirée de femmes aux cheveux courts, après tout?

Aussitôt l'ambiance est différente. Les rencontres sont toujours passionnantes, les retrouvailles toujours chaleureuses, mais les regards sont tous vers ce siège. Presque toutes sont venues avec l'idée d'y perdre quelques mèches. Et finalement l'enthousiasme est général.

A la tienne!A la tienne!
A la tienne!A la tienne!

Tout au long de la soirée, les petites têtes se succèdent sous la tondeuse du coiffeur, comme un élan de fierté, les nuques sont encore plus rasées, les fades plus accentués, les mèches sur le front plus courtes ( quand elles ne tombent pas carrément ). Les vidéos s'enregistrent, les photos se captures...

Finalement, à chaque édition quelque chose de nouveau, mais une constante, le plaisir de se retrouver de faire réellement connaissance avec celles qui sont fidèles à cette lecture depuis des années maintenant.

A la tienne!
A la tienne!A la tienne!
A la tienne!

Crédit photo: @krissmaeva et @jeaneg

et bien d'autres à venir sur la page Facebook LFACC

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés, #Humeurs

Repost0

Publié le 17 Mai 2018

Ton air d'enfant

Les dieux ne sont pas si cruels, qui ont laissé à l'Androgyne la jeunesse éternelle...

Te rappelles-tu le "petit garçon" que tu étais, à courir sans répit après ton ballon mal gonflé? Tu savais, tu as toujours su, en remontrer aux garçons, les autres, les vrais, qui pourtant te voulaient tous dans leur bande. Tu avais depuis longtemps imposé les règles et ta mère avait renoncé à t'acheter des robes, mais elle n'avait pas cédé pour les cheveux courts. Alors tu avais cette queue de cheval, éternelle stigmate de ta féminité juvénile, qui balançait au rythme de ton allure et qui malgré ton jean usé et tes Clarks indiquait ton état de petite femelle au milieu des jeunes taurillons.

Tu as grandi sans vieillir, ton corps refusait d'abandonner cette enveloppe et de la déformer, si bien que devenue femme tu étais encore cette énigmatique androgyne aux hanches étroites et au torse plat. Le jour où, raisonnable, tu t'es abandonnée à ta féminité, tu as souligné tes yeux de mascara et peint tes lèvres charnues... et pour garder l'équilibre, ce jour là tu as coupé tes cheveux, balayant les mèches sur ton front comme un coup de vent, espiègle éphèbe, enfin transformée en femme.

Le caractère n'a pas changé, juste le bourgeon a éclos.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost0

Publié le 15 Mai 2018

Catalogue

Ce serait marrant d'imaginer, dans un futur proche comme on dit chez Netflix, des "boutiques" de coiffeur où on présenterait les coupes proposées sous la forme d'un hologramme, mais sans visage et sans corps. Ainsi pas de quiproquo sur le genre, homme ou femme désignerait du doigt l'objet de son désir et hop! Ni une ni deux il ou elle aurait droit et sans plus de commentaires désobligeants, à sa coupe préférée. Cool non?

En parlant de coupe préférée, je suis assez épaté de voir à quel point ces coiffures d'une autre époque ont finit par séduire une tranche 18-25 ans de la population actuelle. Ce style, largement dégagé autour des oreilles et nuque bien nette était la norme masculine des années 30-40 et survécue encore au fil des années 50. Le voir ressurgir ces dernières années et surtout  que certaines jeunes femmes se l'approprient me laisse rêveur. 

Cela ne semble être qu'un détail, anodin peut être même, voir anecdotique, mais cela en dit tout de même long sur ce que la mode ou le style sont capables de faire en matière d'égalité des genres.

Lire la suite

Rédigé par jeunet

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 14 Mai 2018

Photo: Riccardo Lavalle

Photo: Riccardo Lavalle

"On lui donnait le Bon Dieu sans confession", l'expression est assez explicite pour nous faire comprendre qu'avec son air d'ange, ses yeux clairs et ses beaux cheveux longs, tout le monde s'imaginait une gentille fille bien sage. Et puis voilà, badaboum! Un jour apparait un écarteur au lobe de son oreille et puis un discret tatouage... et disparaissent ses longues boucles auburn. 

C'est amusant comme en général on se laisse bercer par l'illusion d'une image et surtout comme soudain, une autre image renverse totalement cette même illusion. Son visage d'ange est subitement "égratigné" par cette oreille percée et ses tempes rasées brouillent les esprits. On disait un ange mais on sait bien que ceux là n'ont pas de sexe. On voulait dire une jolie poupée peut être et voilà que pour de bon elle devient ange et donc asexué(e). Meeeerde!

Alors soudain on ne pourrait plus rien lui donner sans confession? Rien ni personne, même pas le Bon Dieu? Parce qu'en sortant de son portrait de "jeune & jolie" elle devient une personne qui compte peut être? On l'observe, on s'interroge, on redoute son caractère, on fléchit le sourcil et on cherche à se raccrocher à d'autres lieu-communs. Pourquoi diable a-t-elle la nuque tondue comme un garçon? Ah bon? Les garçons auraient donc les cheveux très courts, mais depuis quand? Oui, non bien sûr, certaines jeunes femmes ont les cheveux courts, mais pas comme ça, pas comme ... 

Bref! On en sort plus. On passe d'un écueil à un autre, de Charibe en Sylla et on s'empêtre dans des clichés hors d'âge. Moi je les aime ces jeunes femmes qui brisent les clichés, qui n'ont pas peur de se mettre en danger et ne revendiquent rien que de créer leur image, leur manière d'être femme, au risque de choquer le tout-venant en préférant la tondeuse du barbier aux bigoudis de la coiffeuse. Et à ces anges là, je donnerai volontiers tous les Bons Dieux sans la moindre confession.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 13 Mai 2018

Photo: Andrew O'Toole

Photo: Andrew O'Toole

La nuit qui s'achève a été bruyante et un peu alcoolisée, le matin à peine réparateur. Et, la mi-journée passée, on se retrouve désœuvré.e, sans trop savoir quoi faire entre un retour sous la couette et une tarte aux pommes...

Et c'est là, précisément là, que le drame peut survenir. Comme la plupart des accidents, il s'agit d'une conjonction de petits événements et de paramètres qui entrainent inéluctablement vers une issue fatale. Il suffit d'un arrêt qui se prolonge devant le miroir, d'une paire de ciseaux qui traine, d'une main nonchalante qui passe dans les cheveux... Et si tout cela ne provoque pas forcément un "passage à l'acte", le coup de grâce peut être donné par la bonne copine de passage et qui, depuis qu'elle a coupé les cheveux de sa Barbie il y a 15 ans, se sent une âme de figaro. Et là, c'est le drame!

Une frange à raccourcir, une mèche à égaliser ou carrément une folle envie de tout couper et en quelques coups de ciseaux voilà ruinée la coupe de chez Machin qui avait coûté une blinde. Et la bonne copine, encore elle, qui pousse à la roue et s'échauffe, tondeuse à la main...

Et c'est ainsi que, sans trop avoir mesuré l'ampleur des dégâts, on se retrouve le lundi matin, en plein moi de mai, avec un bonnet sur la tête...

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0