Ton air d'enfant

Publié le 17 Mai 2018

Ton air d'enfant

Les dieux ne sont pas si cruels, qui ont laissé à l'Androgyne la jeunesse éternelle...

Te rappelles-tu le "petit garçon" que tu étais, à courir sans répit après ton ballon mal gonflé? Tu savais, tu as toujours su, en remontrer aux garçons, les autres, les vrais, qui pourtant te voulaient tous dans leur bande. Tu avais depuis longtemps imposé les règles et ta mère avait renoncé à t'acheter des robes, mais elle n'avait pas cédé pour les cheveux courts. Alors tu avais cette queue de cheval, éternelle stigmate de ta féminité juvénile, qui balançait au rythme de ton allure et qui malgré ton jean usé et tes Clarks indiquait ton état de petite femelle au milieu des jeunes taurillons.

Tu as grandi sans vieillir, ton corps refusait d'abandonner cette enveloppe et de la déformer, si bien que devenue femme tu étais encore cette énigmatique androgyne aux hanches étroites et au torse plat. Le jour où, raisonnable, tu t'es abandonnée à ta féminité, tu as souligné tes yeux de mascara et peint tes lèvres charnues... et pour garder l'équilibre, ce jour là tu as coupé tes cheveux, balayant les mèches sur ton front comme un coup de vent, espiègle éphèbe, enfin transformée en femme.

Le caractère n'a pas changé, juste le bourgeon a éclos.

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :