Articles avec #humeurs tag

Publié le 22 Mars 2017

Une question se pose

Une question oui, mais laquelle?

Deux corps se tiennent l'un l'autre, enlacés et on ne les voit que de dos. Deux corps plutôt fins surmontés chacun d'une tête, l'une blonde l'autre brune. Le vêtement n'est d'aucune information, un t-shirt noir, une chemise blanche...

Reste la coupe de cheveux. Et c'est à partir de là qu'une question se pose et selon le degré d'évolution, cette question diffère de l'un à l'autre.

Les deux têtes ont la nuque rasée, proprement, minutieusement. La tête blonde a le reste coiffé un peu au bol tandis que la brune a une raie sur le côté... Un esprit peu ouvert et mal dégrossi verra d'un seul coup d'oeil deux garçons se tenant tendrement et en sera révolté. Un autre à l'esprit plus large, mais peu éveillé verra lui aussi deux garçons, sans y voir d'anomalie. Un troisième, peut être plus malin, ou plus observateur, devinera un garçon aux cheveux brun et une fille blonde. Il se dira que la fille a les cheveux bien courts "pour une fille". 

Mais qui, sans voir leur visage, pensera voir deux jeunes femmes? A cette révélation, l'esprit peu ouvert en sera toujours révolté, mais moins, après tout les filles ensemble, c'est mignon (sic), l'autre esprit, plus large, se demandera pourquoi diable deux filles se coupent les cheveux si courts et le troisième ne voudra pas croire ce qu'on lui dit... Pourtant c'est juste la question qui fait naitre l'anomalie. Du coup nos trois esprits n'auront plus qu'une seule question: pourquoi deux jeunes femmes se coupent elles les cheveux si courts, au point de les avoir mis tous en défaut? 

Celui ou celle qui ne se la pose pas, ne verra que deux êtres qui paraissent s'aimer et se manifestent de la tendresse. Et si on lui révèle qu'il s'agit de deux femmes, il ou elle les trouvera bien stylées, audacieuses et sexy... Voilà tout.

Photo: Elisa & Cannelle

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Tendresses

Repost 0

Publié le 21 Mars 2017

Comment diable est-ce qu'on peut passer 8 ans à parler quasi quotidiennement des femmes et de leurs cheveux courts sans passer pour un être futile qui n'a sans doute pas grand chose à faire de ses journées pour se consacrer à autant de frivolité?

C'est certainement la question que pourraient se poser toutes celles et tout ceux qui se sentent en sécurité dans les schémas ancestraux d'une bonne vieille société patriarcale. Je l'avoue, ce blog n'avait d'autre but, à l'origine, que d'assouvir mon envie de révéler l'admiration que je voue aux femmes et la dilection que j'ai à parler de leurs cheveux courts. Et puis, petit à petit, j'ai perçu très clairement qu'il n'y avait rien d'anodin dans tout ce qui touchait les cheveux et la longueur qu'on leur donne. Ainsi, ces femmes aux cheveux courts que j'adule se sont rapidement révélées des pionnières, des aventurières, des militantes, des exceptions. Certaines ne voient que l'esthétique de leur coiffure, ce qui leur va le mieux, d'autres, habituées des minorités, démontrent à quel point elles ne veulent pas entrer dans les cases, d'autres encore ont cette dilection pour les sensations renouvelées à chaque passage chez le coiffeur...

Il faut être aveugle pour ne pas voir à quel point la coupe de cheveux est tout sauf une chose futile. Celles qui en sont adeptes connaissent la force que cela leur donne, la confiance qu'elles en acquièrent, les messages qu'elles peuvent véhiculer ou juste la satisfaction qu'elles ont à être, sans contraintes, maitres de leur image, en accord avec leur vraie nature et leur caractère.

Je sais bien moi, combien il est difficile pour certaines de résister plus de trois semaines avant de retrouver la légèreté de leur petite tête bien faite, la douceur de leur nuque dégagée, le style qui les rend invincible. Il n'y là rien de frivole, croyez moi.

Photo: Coline

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 17 Mars 2017

On vous souhaite un Beau Séjour

N'allez pas croire que je passe ma vie à regarder la télé, non non non. Mais en général je fais confiance à Arte pour occuper ma soirée quand je suis à la maison. Bon! A part cette révélation fondamentale sur ma vie privée, je dois aussi avouer que j'aime bien les fictions dont le personnage principal est féminin. Alors du coup, depuis quelques semaines je regarde " Beau Séjour", parce qu'au départ j'aime bien ce personnage de Kato, cette jeune femme d'aujourd'hui qui ressemble tellement à toutes celles que je croise chaque jour.

Un drame policier, tinté de métaphysique où l'héroïne, assassinée, cherche elle même les traces de son tueur parmi les vivants, dont certains peuvent encore la voir et l'entendre... Bref! 

On vous souhaite un Beau Séjour

Pas tellement de stéréotypes dans cette fiction belge. Au contraire même, familles recomposées, ambiance rurale... Kato ( Lynn Van Royen ), allure de tomboy, est une fille intelligente et aventureuse, qui fait de la moto et sort avec le beau gosse du coin. Mais on devine bien que sa vie n'est pas aussi lisse qu'il y parait...

L'enquête, la vraie, est menée par un couple de policières, bien loin elles aussi des stéréotypes du genre. Et j'avoue que c'est reposant.

On vous souhaite un Beau Séjour

Ah! Un dernier détail... Kato, si elle a un air d'adolescente, avec ses cheveux courts, son blouson et son sweat à capuche, est incarnée par une actrice de 28 ans, mère de famille. Belle performance! Comme quoi, les cheveux courts ça donne de la maturité aux ados et ça rajeuni les autres... CQFD

Bon ben du coup, le jeudi soir, vous savez où me trouver hein?

"Beau séjour" sur Arte le jeudi soir 

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Divers & variés

Repost 0

Publié le 14 Mars 2017

Allez allez, on remballe Freud, Lacan et Dolto. Arrêtez de penser, chaque fois que vous voyez une fille avec les cheveux coupés très courts, que c'est parce que cette personne souffre de troubles de la personnalité, qu'elle a du mal à définir son genre, que bien que fille, elle se voudrait garçon et bla-bla-bla...

Essayez un peu d'élargir le champs , de desserrer l'étau dans lequel on maintient votre cerveau depuis trop longtemps et puis surtout essayez de ne pas tout mélanger.

D'accord, il y a des personnes qui n'aiment surtout pas qu'on les prennent pour des filles... Ok, certaines cherchent à se rendre visibles pour une communauté. Vrai encore, certaines apaisent leur dysphorie de genre en coupant leurs cheveux à la manière d'un garçon... 

Mais...

Il y a surtout des personnes qui affirment leur personnalité, des femmes qui n'ont pas peur d'inventer leur féminité, des filles qui aiment les codes masculins et ne craignent pas de se les approprier, des jeunes femmes bien dans leur peau, affranchies du regard de ceux qui à part médire ne savent rien de leur intimité et des raisons pour lesquelles elles aiment avoir cette allure qui cultive leur part de masculin et fait grincer les grincheux. Il y a des conquérantes, des guerrières, qui ont chacune un combat à mener. Surtout!

 

Photo: Kriss Photography

 

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 10 Mars 2017

Photo: Txema Yeste

Photo: Txema Yeste

Elle a de la colère qui couve dans sa tête, sur son coeur. Une exaspération qui n'était d'abord qu'un agacement... mais les choses ont dégénérées. Comme si elle faisait offense à ceux qui la regardent... Elle n'imaginait pas s'engager dans un bras de fer le jour où, plutôt fière d'elle, elle a cédé à son envie et d'un seul coup ratiboisé sa chevelure. Quelle sensation! Quel extraordinaire sentiment de liberté, quelle satisfaction d'avoir eu ce courage... Elle s'en amuse encore aujourd'hui quand elle y pense.

Elle savait bien que les autres seraient surpris, qu'il y aurait des interrogations, des soupirs mais aussi de l'enthousiasme et des félicitations... Et puis tout cela passerait, on s'habituerait.

Mais il y a eu autre chose... une sorte de pression, faite de regards sombres, de mots cruels, de phrases intolérables venant de gens inconnus. Les sempiternelles questions: "T'es une fille ou un garçon?" " T'es jolie, pourquoi tu laisses pas pousser tes cheveux?", les fausses méprises de celles et ceux qui sournoisement vous appellent monsieur quand même un nouveau né ne se tromperait pas... Comme si "la foule" vous reprochait un intolérable écart de conduite.

Elle a tenu bon, résisté aux premières vagues d'assaut, s'amusant même de tant de stupidité. Pourtant elle a failli se décourager, jeter l'éponge. Quelques mois durant, elle a renoncé à ses rendez vous chez le coiffeur et puis comme un sursaut de conscience, elle y est retourné, plus déterminée qu'avant, plus radicale aussi et la colère s'est mise à couver. Comment ce monde peut-il être aussi con? De quel droit pourrait-on lui imposer d'être celle qu'elle n'est pas, pourquoi faudrait-il qu'elle contente les regards des hommes, en étant "appétissante" à leurs yeux. Cela n'a jamais été dans sa nature et sa vraie nature est trop large, trop longue, trop haute pour entrer dans ces petits moules, tous identiques. Alors les cheveux courts, ce n'est pas de la résistance. Non c'est juste elle même. Et aujourd'hui, chaque fois qu'elle va les faire couper, elle a le sentiment de faire aussi un pied de nez à ce monde stupide...

 

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 8 Mars 2017

Photo: Blind Barber

Photo: Blind Barber

Il y a des filles qui aiment la coiffure, mais qui ont horreur des chignons... 

Il y a des filles qui adorent s'habiller avec des vêtements masculins...

Il y a des filles qui n'aiment pas qu'on les prennent pour des filles et d'autres qui s'en fichent...

Il y a des filles qui n'aiment pas qu'on les prennent pour des garçons, même si elles aiment les vêtements masculins et les coupes bien rasées...

Il n'y a rien de compliqué à tout cela. C'est juste le courage d'être soi même...

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 7 Mars 2017

Hanaa Ben Abdeslam

Hanaa Ben Abdeslam

"Non crois moi, ce n'est pas comme ça que tu trouveras un mari et que tu réussiras ta vie, que tu seras une bonne mère et une bonne épouse. Parce qu'après tout c'est bien ça la réussite pour une femme..." Tout le monde le dit, alors c'est peut être vrai...

Demain, une fois encore, elle va voir qu'un peu partout on "célèbre" La Journée de la Femme. Longtemps elle a cru que c'était une sorte de récompense, comme la Fête des Mères, une façon de rendre hommage à toutes ces saintes dévouées à leur mari et à leurs enfants. Les fleuristes vont arrondir leur chiffre d'affaire, les salons de beauté vont faire des promotions et durant quelques heures, certaines auront l'illusion d'être l'objet de toutes les attentions...

Elle sait bien que c'est peine perdue. Autour d'elle personne ne veut la croire, le ton monte tout de suite et la discussion tourne court. Alors depuis qu'elle s'est rendue compte de la supercherie, elle a fait un pas de côté. Un petit pas, pour sortir du cadre...

Elle s'est dit que peut être en la voyant, les autres filles comprendraient. L'exemple a souvent des vertus incroyables. Être soi même c'est déjà beaucoup quand tout le monde, depuis toujours, vous rebat les oreilles de ce que vous devez être et surtout ne pas être.

Demain elle mettra une jolie robe à fleur, un peu courte, mais sexy. Elle mettra aussi sa paire de Doc Marten's pour aller avec. Elle maquillera ses yeux et d'un trait de liner se fera un regard noir. Ensuite elle ira chez le coiffeur, rafraîchir sa coupe de cheveux toujours très courte et comme le soleil pointera ses rayons elle ira se poser à la terrasse d'un café. Les bras nus, elle se laissera dorer en sirotant une boisson fraiche, indifférente aux sourcils froncés et aux regards torves qui la jugeront. C'est sa façon à elle de lutter.

Jusqu'au jour où une autre fille la rejoindra, puis une autre encore. C'est pas grand chose... mais des fois les petits ruisseaux finissent par être des océans.

8 mars - Journée Internationale des Droits des Femmes

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 5 Mars 2017

Scarlett Johansson

Scarlett Johansson

Connaissant mon goût tant affirmé pour les femmes aux cheveux courts, certaines s'imaginent qu'il ne s'agit pour moi que de l'aspect esthétique et me prennent parfois pour une sorte de consultant technique en la matière. Je me prête volontiers au jeu, mais jamais sans rappeler qu'au final, les cheveux courts sont surtout un état d'esprit, une expression du caractère et de la personnalité de chacune. 

De ce fait, le plus souvent, lorsqu'une jeune femme aux cheveux longs, m'entreprend sur le sujet en me révélant qu'elle aussi en rêve depuis longtemps, qu'elle aimerait bien les faire couper, mais qu'elle a peur... eh bien je trouve ça légitime tout d'abord, mais hélas lorsqu'il s'agit de passer en revue ces peurs... je termine souvent consterné.

Bien sûr que certaines appréhensions sont fondées, une sorte de trac à la perspective de bouleverser une image de soi à laquelle soi même mais aussi tout le monde autour est habitué. C'est bien compréhensible et c'est ce qui est un trait de ce fameux caractère, cette capacité à changer les codes, de prendre à contre-pied "les autres", tout ceux qui attendent de vous une certaine conformité.

Scarlett Johansson

Scarlett Johansson

Là où la peur m'étreint, c'est quand ma "candidate" aux cheveux courts m'avoue sa crainte 

1/ de ne plus plaire aux hommes

2/ de faire lesbienne

3/ que cela ne lui aille pas

4/ de faire de la peine à sa mère 

si bien que tous ces arguments cumulés l'empêchent de sauter le pas... A cet instant, vous l'imaginez, le désespoir m'envahit et je renonce bien évidemment à contrer les raisons invoquées tellement elles sont éloignées de ma capacité de compréhension. 

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 4 Mars 2017

Photo: Brashy Studio

Photo: Brashy Studio

J'ai cherché dans mon dictionnaire et mes encyclopédies, pour savoir si vraiment ce mot là était encore politiquement inacceptable...  et je n'ai rien trouvé. Pourtant il y a une réalité: les mots endossent le poids de l'Histoire et de la Culture. 

Le verbe tondre, par exemple. Un mot plutôt rond, qui met les lèvres en coeur et fait penser à la laine vierge d'un mignon mouton. Pour le mouton ça marche, mais si on associe le mot aux cheveux humains, le ciel s'obscurcie, le tonnerre gronde et des éclairs terrifiants déchirent les ténèbres. Soudain les images qui apparaissent sont celles de prisonniers en pyjama rayé et de femmes lynchées par une foule haineuse, aujourd'hui encore, plus de 70 ans après...   

Photo: Brashy Studio

Photo: Brashy Studio

Il y a de la violence dans ce mot parce qu'il inspire encore punitions et châtiments. Il est pourtant le mieux qualifié pour décrire une coupe où les cheveux seraient coupés très courts, à ras et au moyen d'une tondeuse. 

On lui préfère souvent le verbe raser, un mot plus aigu, plus guttural mais beaucoup moins chargé de honte paradoxalement et finalement impropre à qualifier une manière de couper les cheveux à moins d'évoquer une boule de billard. 

 

Modèle: Cléo Cwiek

Modèle: Cléo Cwiek

Alors peut être qu'il est temps de réhabiliter le juste mot, d'effacer l'anathème et de lui rendre sa place dans le vocabulaire? Pour cela il faut l'utiliser, simplement, joliment, pour traduire une façon de se dépouiller d'un artifice pour faire face à soi même, ou plus couramment pour évoquer la manière qu'ont certaines d'aimer avoir les cheveux ( très ) courts.

Et puisqu'on joue avec les mots, il faut rappeler aussi qu'on peut avoir les cheveux tondus sans pour autant être rasé(e)...

A méditer 

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 27 Février 2017

Non, il ne s'agit pas là de faire l'éloge de mon amie Constance à la manière du Salon de l'Agriculture, du tout! La constance dont il est question est la persévérance, la fidélité, l'invariabilité de certaines actrices définitivement Femmes aux cheveux courts.

Hier soir à Hollywood, Michelle Williams est apparue sous les objectifs du monde entier, plus blonde que jamais et la coupe bien plus courte aussi. Un effort qui une fois pour toute, la place parmi celles qui sont fidèles au style "petite tête bien faite".

Cela mérite d'être salué, parce que dans ce monde là, c'est toujours compliqué en terme d'image et s'obstiner à porter les cheveux ( très ) courts peut en mettre quelques une sur la touche. Grâce au ciel Michelle Williams a aujourd'hui suffisamment de notoriété pour se permettre d'assumer ce choix et si l'actrice, pour les besoin de certains rôles, laisse ses cheveux prendre un peu de liberté, elle revient toujours - d'où la constance - à cette pixie cut digne de Jean Seberg et Mia Farrow.

Et moi, ça, ça me ravi!  

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0