Articles avec #humeurs tag

Publié le 13 Août 2013

Fox-Harvard.jpg

Il y a quelques semaines déjà, Céline me donnait rendez vous chez Régine, pour faire connaissance et puis parce que ce jour là c'était "le grand jour", le jour de l'accomplissement, le jour de la concrétisation et de la dernière marche à franchir pour atteindre son état "d'elle même" et gagner pour toujours la confiance et l'assurance qui lui avaient fait défaut...

Aujourd'hui Céline revient sur cette expérience et livre son témoignage:

 

"J'ai coupé pour la première fois mes cheveux au collège. J'ai 34 ans autant dire que je suis une habituée, avec quelques périodes de retour à du plus long parce qu'on en rêve parfois, et une fois qu'on y est arrivée (les étapes sont  difficiles) oui bah la déception, hop on recoupe. Je crois que depuis le lycée je rêve d'un crâne tondu, mais je ne fais qu'en rêver. D'abord je ne suis pas du tout bien dans ma peau, donc se faire remarquer avec une coupe pareille c'est inenvisageable, l'idée que ça puisse attirer les regards me rendait malade d'avance. Ensuite, les femmes que je vois avec ce genre de coupe, sont soit de superbes blacks, soit des brindilles androgynes, et moi bien sûr je suis une petite, ronde à seins et à fesses et ça ne colle pas avec mon imaginaire. Tout ça reste quand même dans un coin de ma tête, un fantasme capillaire. 

Le temps passe, lentement mais surement je grandis, je m'assume, j'entame une thérapie que je finis au printemps. Depuis quelques mois je visite le blog ce qui ravive l'idée enfouie. Je vais voir Régine une première fois, je dis que je veux changer de tête mais je n'ose pas dire ce que je voudrais vraiment. Plus tard, on se donne rendez vous avec le taulier du blog chez le coiffeur :) j'arrive un peu avant lui, je papote avec Régine et là je lui avoue  ce que j'aimerais vraiment. La dame me regarde, j'ai un joli crâne (fierté ;) ), suis féminine, elle pense que ça m'irait mais me préviens qu'ensuite il faut assumer au boulot, dans la rue etc... Là je reponds qu'en fait le seul regard que je crains c'est le mien et c'est vrai, ça peut être le plus cruel! J-E à très bien raconté ce que j'ai ressenti pendant et après j'étais toutes excitée, ça y est je l'avais fait! Pendant quelques jours la surprise à chaque fois que je croisais mon reflet, pas certaine que d'un point de vue esthétique ce soit la coupe qui me mette le mieux en valeur et pourtant je me sens extrèmement bien avec, la bonne coupe au bon moment. Tout le monde a quelque chose à dire sur le sujet sans qu'on ait rien demandé c'est vrai mais c'est relativement positif, à part deux trois regards de personnes qui avait l'air totalement choquées (au supermarché je ne pensais pas du tout à mes cheveux quand j'ai vu la dame se figer devant moi, j'ai baissé la tête pour vérifier que ma robe chemisier ne s'était pas ouverte et ma poitrine offerte à tous les regards ;))
J'ai fait un travail pendant des années pour gagner en confiance en soi et on partait de très loin, je crois que ce crâne tondu a été comme un rituel de passage, là aujourd'hui je suis en harmonie avec moi, je ne rentre pas forcément dans le moule dans plein de domaines, je n'ai pas la vie qu'on avait "prévue" pour moi, suis pas dans les canons de beauté, mais je suis moi, et j'aime bien celle que je suis. Cette coupe c'est une affirmation, c'est une acceptation, c'est beaucoup plus qu'une coupe, c'est certainement une étape mais une étape qui m'aura fait un bien fou."


Personne ne pouvait mieux dire, n'est-ce pas? Merci Mam'zelle Lili

 

Photo: Fox Harvard

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 12 Août 2013

 sam-bosma.jpg

Dans l'imaginaire collectif occidental, agravé de siècles en siècles, une femme dont on tondrait les cheveux serait punie, réprouvée et sans doute vouée à un châtiment plus cruel encore.

Dernière piqure de rappel en date, la fin de la guerre où les "vengeurs" ont écrit une nouvelle page de gloire en affrontant quelques prostituées et filles faciles qui avaient cédé aux beaux yeux des envahisseurs teutons... 

Et on a beau faire, on a beau dire, cette image de femme châtiée reste même dans l'esprit de celles et ceux qui n'ont pas connu ces temps là.

Heureusement on sent souffler une légère brise, un vent nouveau qui voudrait bien effacer ces images du passé. Les jeunes femmes, les femmes osent ( n'est ce pas Céline ) se libèrent de l'anathème et brisent le sortilège en tondant leur cheveux, sans même qu'on ait quoi que ce soit à leur reprocher. Le cinéma ou la publicité le montre aussi. Mais pour que l'image soit aujourd'hui interprétée positivement, il faut que le geste soit accompli personnellement, comme Jordan O'Neil dans GI Jane, par exemple.

Et puis cette étape franchie, l'art graphique, photos et dessins, prennent le relais. Une photo de Boo George en est un bel exemple. Manquait le dessin... et sans doute l'exception qui déroge à la règle avec Sam Bosma et cette illustration. Pourtant je ne vois pas l'idée de contrainte, plutôt celle d'une tâche demandée, d'un acte consenti, presque une routine... tiens vas-y, fais le pour moi.

Et j'imagine avec bonheur que ces exemples contribuent à effacer les images négatives du passé.

 

Illustration: Sam Bosma

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 5 Août 2013

Angie-H-5-copie-1.jpg

Le cliché est un peu passé...Enfin le cliché, une copie. Les originaux ce sont les agences ou les magazines qui les ont. Mais ça reste un souvenir quand même. C'était pour un magazine japonais. A l'époque elle n'était pas connue en Europe, disons que c'était un galop d'essai. Son visage androgyne tellement accentué par cette coupe de cheveux avait séduit l'agence. Elle apparaissait comme le modèle parfait pour les lectrices nippones, beau, lisse, sans âge, sans genre. 

Audacieuse, même dans les années 80, cette coupe en brosse façon boyscout US des 50's. En même temps ça en impose, on sent bien qu'il y a du caractère, de l'envie d'être soi même, sans concession. Aujourd'hui cela paraît presque banal, pourtant c'était... il y a 30 ans!

Depuis la jeune mannequin, résolument femme aux cheveux courts, a fait du chemin, les couvertures de magazines prestigieux et un clip avec Elton John, ce qui vaut bien le 1/4 d'heure de célébrité cher à Andy Warhol...

Vous ne voyez toujours pas? Mais si voyons...

 Angie Hill! Oui c'est ça! Et j'espère bien en reparler ici.

 

PS: Si quelqu'un connait l'auteur de la photo, je suis preneur.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 4 Août 2013

Bon, je ne veux pas jouer les paléonthologues grincheux et gratter le passé pour marmonner que c'était mieux avant, mais bon!

Je feuilletais distraitement quelques pages de l'Internet en attendant que mon poulet dominical fut rôti à point, lorsque je suis tombé sur une collection de vieux éditos de ELLE des années 80 et 90... Toujours gourmand de jolis visages et de photos glamours je me suis laissé embarquer dans ces quelques pages de nostalgie... et rapidement un constat s'est imposé. Je ne sais pas si c'est moi ou quoi, mais les mannequins de cette période étaient bien plus nombreuses à porter les cheveux courts. Ou en tout cas presque toutes ont eu un passage par ce style.

ELLE-linda-E.jpg                       ELLE Christy Turlington

Oui je sais on va dire que je suis de mauvaise foi, mais trop! Eh bien j'ai des preuves. 

Bien sûr il y avait les supermodels, Linda Evngelista, Christy Turlington, Nadja Auermann, Tatiana Patitz et j'en oublie, qui ont toujours eut les cheveux courts, avec quelques variantes. En fait c'est comme si ces deux décénnies avaient été le triomphe des cheveux courts!

Mais autour des vedettes il ne faut pas oublier toutes celles que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître...

ELLE-Berri-Smither.jpg                           ELLE-Veronica-Webb.jpg

ELLE-Nadege.jpgb                            ELLE-Roberta-Chirko.jpg

... Berri Smither, Veronica Webb, Nadège Du Bospertus et même Roberta Chirko pourtant longtemps connue pour ses cheveux longs et lisses. J'en passe et des toutes aussi jolies.

J'en passe, j'en passe mais je n'oublie pas la très "iconique" Emma Sjöberg. Bien avant Erika Linder ou Casey Legler, l'androgyne me séduisait... et je n'étais pas seul...

ELLE--emma-sjoberg.jpg                          ELLE-Emma-Sjoberg-copie-1.jpg

emma-2.jpg

Enfin bref! Tout ça pour dire qu'hélas je trouve bien tristounettes ces filles de magazine d'aujourd'hui avec leurs longues baguettes de tambour d'adolescentes et qu'une fois encore cet article fait preuve d'une mauvaise foi que j'ai moi même du mal à qualifier.

 

Photos: La dernière est de Gilles Bensimon... comme surement la plupart des couvertures. 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 31 Juillet 2013

Ça faisait un petit moment que la jolie Romane n'avait pas mis les pieds chez le coiffeur. Alors quand elle m'a dit qu'elle avait rendez vous cet après midi avec Régine, je me suis dit que ce serait l'occasion de reparler de celle qui aujourd'hui est une des administratrice de la page FB Be Boy's Style

Dossier-N-11-0305.jpg

De l'audace, du style, le savoir faire de Régine et l'envie de Romane, secouez pendant une demie heure et vous obtenez une jolie nana avec une coupe d'enfer.

Mais le plus amusant c'est que pendant ce temps là, sur le siège d'à côté, entre les doigts experts de Gilles, il y a Mano, le frère de Romane qui lui aussi s'aère le tour d'oreille. Si bien qu'au final, je retrouve la soeur et le frère un peu "jumellisés" et superbes.

Dossier-N-11-0308.JPG

Dossier-N-11-0309.JPG

Dossier-N-11-0311.jpg

 

 

Ce que j'aime dans cette dualité, c'est l'évidente révélation que la longueur des cheveux ne détermine pas la nature du genre, masculin ou féminin. Ces choses là se dévoilent ailleurs.

Et puis je suis content que cela soit ces deux spécimens là qui en fassent la démonstration....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 28 Juillet 2013

Tina.jpg

L'été est une saison formidable. La chaleur, les vacances, le dépaysement... Cette rupture avec le quotidien qui nous fait nous sentir mieux avec nous même. Finalement cela apparait comme ces périodes "tournant" de l'année. Le Jour de l'An on prend de bonnes résolutions et l'été on a envie de changement. Et comme souvent il nous faut des prétextes pour ces changements, on invoque la chaleur, le break professionnel, cette période sans conséquences où l'on peut faire tout ce qu'on veut loin du jugement des autres... Quel bonheur! 

Du coup il y a celles qui laissent tout en friche et celles qui expérimentent. Rendez vous en septembre.

Parce que septembre c'est un nouveau départ, l'ardoise effacée, on repart du bon pied, plein d'allant... On oublie la friche de l'été et on retrouve avec envie son coiffeur qui, seul, va pouvoir remettre un peu d'ordre dans tout ça. Quant aux audacieuses qui ont profité des vacances pour couper leurs cheveux courts, c'est quitte ou double. L'expérience a été concluante et l'addiction commence à faire effet, ou bien le chemin de croix commence pour retrouver dans quelques mois la longueur qu'on regrettait déjà en sortant du salon...

Mais pour finir, il y a toujours quelque chose de bon à bousculer un peu son image.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 25 Juillet 2013

Miranda

On ne soupçonne pas à quel point les relations qui unissent une femme aux cheveux courts et son coiffeur peuvent être intimes.

Non parce que les femmes en général et leur coiffeur, tout le monde le sait bien: c'est compliqué! Et de manière un peu simpliste, je me disais que pour les femmes aux cheveux courts cette question pouvait revêtir un aspect plus secondaire. Non mais j'vous jure! Qu'est ce que j'ai été me mettre ça dans la tête moi? Mais ça va pas non? C'est au moins tout aussi " compliqué", sinon plus. 

Parce que, radicales ou modérées, pas une ne supportera que sa coupe, une fois adoptée, ne soit pas à l'identique à chaque fois, ou si une envie de changement survient il faut que la confiance soit toute acquise à l'artiste qui va opérer, ciseaux et tondeuse à la main. D'ailleurs ces envies de changement je les trouve parfois très subtiles. On cherche l'inspiration, on trouve des modèles et puis la coupe terminée et bien qu'elle soit totalement satisfaite, on ne voit pas vraiment la différence avec le style habituel... Bref!

Quoi qu'il en soit, pas question ni pour les unes ni pour les autres de "migrer" d'un coiffeur à l'autre. Une fois trouvé le bon ou la bonne, se tisse petit à petit un lien invisible qui relie mentalement les deux êtres, sorte de télépathie qui va permettre à l'une d'exprimer son envie sans parvenir à trouver les mots et à l'autre d'exécuter la coupe au millimètre près, ni trop ni trop peu. Moment de pure osmose qui se termine par un satisfecit général.

Et là, j'ai beau être "L"'amoureux des femmes aux cheveux courts, cette intimité là, personne d'autre que les intéressées ne peut la partager. 

 

Photo: Miranda

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 20 Juillet 2013

Amra-Cerkezovic.jpg

Qu'est-ce que j'y peux moi, si chaque petite tête attire mon regard, si chaque silhouette un peu androgyne excite mon imagination, si un joli visage me parait sublimé par des cheveux courts qui ne cachent rien et donnent au contraire du caractère à ce qui parfois en manque... hein?

Je suis prisonnier de cela. Un prisonnier bienheureux, qui peut s'extasier sur le dessin d'une nuque complétement dégagée, la souplesse d'une allure un peu masculine mais qui souligne encore davantage la féminité. Je suis amoureux de cette féminité là, de ces hanches droites, de ces poitrines discrètes, à peine suggérées, de ces corps harmonieux qui s'accordent si bien à ces cheveux courts que certains ne voudraient voir que masculins.

Ahlala oui j'aime ça! Ces filles aux genoux écorchés qui grimpent aux arbres, ces adolescentes à la lèvre boudeuse qui jettent sur le monde un regard de dédain et qui lèvent promptement le poing en agitant leur bannière, ces femmes qui marchent en tête en disant "suivez moi!" ces aventurières de roman et toutes celles du quotidien qui tracent leur voie...

Je n'y peux rien, c'est ainsi... et je ne me plains pas.

 

Photo: Boo George

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 17 Juillet 2013

World-War-Z-33.jpg

Bon je me suis fait une raison, depuis le temps et je sais bien qu'il n'y a plus qu'au cinéma qu'on peut voir ça....

Résumé des faits: Dans ce monde à la dérive, Israel est le seul Etat à avoir pris la menace zombie au sérieux. Du coup ils sont un peu en avance sur les autres pour faire face à l'invasion. Et donc Gerry Lane tout naturellement s'y retrouve pour mettre sa famille à l'abri et trouver un moyen d'enrayer la propagation de la pandémie. Segen, un soldat de Tsahal, assure sa protection.

Segen c'est Daniella Kertesz, une actrice israélienne qui avoue, un peu embarrassée, qu'elle n'a pas fait les 2 années de service obligatoire dans son pays. Pourtant tout le monde est unanime pour dire que peu de rôles féminins dans un film d'action ont été aussi bien réussi que celui là.

Et là j'ai envie de dire "évidemment!". A partir du moment où un rôle de soldat féminin n'est pas tenu par une bimbo silliconée qui a peur de se casser un ongle sur chaque scène on a déjà la moitié du chemin de fait. Quand, en plus, ce personnage ne cherche pas à jouer sur les artifices féminins mais endosse son rôle de militaire "physiquement", une bonne actrice de télévision qui n'a même pas fait son service peut tout à fait donner la pleine mesure de son talent. CQFD

tumblr_mppjswnyHq1ru0q0io2_500.jpg 

Bon, bien sûr je plaisante, je suis de mauvaise foi et j'exagère.... comme d'habitude.

 

Photo: Daniella Kertesz dans World War Z

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 16 Juillet 2013

A26A7788.jpg

J'en connais qui cherchent à tout interpréter, vêtements, bijoux, rêves, panneaux de signalisation, couleurs... Tout!

Moi pas!

Peut être que cela me confine dans une ignorance de benêt et que là où tout le monde a repéré les signaux, je continue à paraître naïf, mais peu m'importe, il ne s'agit que d'apparence... 

Cela correspond je crois à la formidable facilité qu'ont mes contemporains à classer, ranger, étiqueter chaque chose et chaque personne. Telle coupe de cheveux, telle catégorie, tel vêtement, telle autre catégorie... C'est un peu insensé dit comme ça, mais je crains que cela ne soit une réalité.

Il y a un style que j'aime assez. Les américains ont un mot pour ça, dapper. Ce n'est pas très précis quand on cherche à traduire en français, mais on pourrait dire "habillé avec style", "élégant", "fringant", "chic". Et ce qui me plait là dedans, c'est quand les femmes s'approprient cette attitude en transposant le masculin en féminin. Richelieu ou Derby, chinos ou boyfriend jeans, chemise cintrée, noeud papillon, veston ou pull... Avec classe et élégance. Oui je sais, pour monsieur Momo c'est une femme habillée en homme. Monsieur Momo classe et étiquette. Et si en plus la femme a les cheveux courts, je n'en parle même pas. D'ailleurs pour lui les cheveux courts seulement auraient suffit à catégoriser la dame...

Peu importe! J'aime ce chic amusé avec lequel certaines parviennent à dompter leur masculin, à jouer avec les codes, à transgresser les apparences et à chambouler les petites boîtes de monsieur Momo comme un jeu de massacre.

 

Photo: Joel Torres

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0