Articles avec #humeurs tag

Publié le 3 Avril 2016

Quelques nuances de bleu...

... de gris, de violet, de lavande... Les couleurs ça ne se discute pas voyez vous. Ça s'ose!

Comme le vêtement, comme le tatouage, comme les bijoux. Comme une coupe de cheveux qu'on aurait jamais imaginée un jour adoptée par une femme.

Ambigue? Pas tant que ça. Les cheveux courts ne font pas un garçon et la féminité ne s'efface pas de quelques coups de ciseaux. C'est juste dans la tête.

Alors oser, oui. Facile à dire. Et comme pour ne pas avouer sa lâcheté, on se retranche derrière des prétextes... " Oui elle bien sûr ça lui va bien, tu as vu comme elle est belle, tout lui va..." " Non moi j'ai le visage trop ceci et pas assez comme ça..." et l'on meurt à petit feu de ne jamais tenter d'être ce que l'on voudrait être vraiment.

Des goûts non plus, voyez vous, on ne discute pas. Et la seule personne capable, voir habilitée, à donner un avis sur ce que l'on est ou ce à quoi l'on ressemble... c'est nous.

Alors oui! Des cheveux comme un champs de lavande, les tempes rasées comme du velours, un piercing comme un bijou ou ce costume chic comme un smoking... Et toute l'assurance que procure la satisfaction d'être soi même. Enfin!

Photo: Manuel Escamilla Jr

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 29 Mars 2016

Péché ( mignon ) avoué...

Pendant longtemps, je fus persuadé que ce péché là était tout masculin. Mais quelle drôle d'idée, avouez le! Comment ce pourrait-il que quoi que ce soit qui fut masculin ne puisse jamais être féminin? Enfin, il m'a fallu quelques années tout de même pour faire mienne cette certitude, alors je comprend bien que cela ne soit pas toujours accessible à un supporter de football...

Bref!

Après avoir réglé le différent qui dans mon enfance m'opposait à tous les coiffeurs de la Terre, je me suis mis à aimer avoir les cheveux courts. Et selon l'axiome maintes fois évoqué ici, l'addiction produisit son effet et je ne me rappelle pas avoir vu s'écouler plus d'un mois avant que je ne retourne confier ma tignasse à un figaro et livrer ma nuque à sa tondeuse.

C'est sans doute extraordinaire, j'en conviens, mais cette sensation du cheveux ras procurait à la fois un plaisir tactile et la satisfaction morale d'avoir toujours un style impeccable.

Et c'est sans doute parce que longtemps les femmes n'ont pas osé certains styles aujourd'hui plus répandus, que l'idée ne m'était pas venue qu'elles aussi puissent avoir de la satisfaction à sentir leur cheveux tondus et à caresser leur nuque ainsi déboisée. Pourtant, je dois l'avouer, le fait est avéré et j'ai parfois rencontré des jeunes femmes bien plus acharnées que moi même.

Que ce soit en une spectaculaire "skin fade" ou de manière plus classique, en un carré bon chic, que cela soit avoué ou non, ce péché mignon qui consiste à dévoiler sa nuque, à lui offrir une nudité presque excitante, ce sentiment trouble de courber la tête pour soumettre son cou aux lames d'une tondeuse, ce péché là, enfin avoué ( et à moitié pardonné donc ), est sans genre.

Alors je dois bien le confesser, cette parité me ravi et c'est certainement ce qui me laisse penser que les femmes aux cheveux courts sont plus proches de l'égalité avec les hommes.

Mais je peux me tromper....

Photo: Floriane Satre

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 27 Mars 2016

De l'ombre à la lumière

Il y a parfois peu à faire pour passer de l'ombre à la lumière. Mais il ne faut pas croire qu'il s'agit juste de se mettre dans le soleil... Si on n'y prend garde, on peut passer toute son existence dans une ombre que l'on croit confortable.

Je me rappelle bien ce que me disait une amie récemment: " Avant j'étais bien sûr comme toutes les autres, même type de vêtements, même style en général et les cheveux longs... banale... invisible. Et puis un jour, j'ai pris une paire de ciseaux et j'ai coupé mes cheveux, même pas très courts, une sorte de carré. Et c'est comme si les gens me découvraient, on venait me parler, on me regardait. J'avais été transparente et à présent j'existais..."

Je crois que j'en aurais des centaines de récit comme celui là.

A force de se fondre dans la masse, que l'on croit rassurante, on finit par être inaperçu(e). Et quelque fois, une simple coupe de cheveux vous fait passer dans la lumière.

Avoir du style, être soi même et ne pas avoir peur de le montrer, c'est déjà réussir une partie de sa vie...

Photo: Chris Born

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 25 Mars 2016

Paradoxalement

Les paradoxes ça me connait, j'en suis un moi même.

D'ailleurs je me demande s'il y a vraiment une incompatibilité entre audace et timidité? A priori, on a l'impression d'évoquer un mot et son contraire, mais finalement je ne le pense pas.

Cette "réserve" de bon aloi, héritage parfois d'une bonne éducation, que certains confondent avec la timidité, est bien loin d'être un frein à l'audace dont saurait faire preuve une femme aux cheveux courts.

Audace et impudeur peut être... Pourquoi je raconte tout ça moi?

Parce que je sais qu'il y a comme une nudité dans cette nuque dévoilée. Que ce cou allongé et nu, aux tentons saillants, à l'occiput tondu, est un attentat à la pudeur, soft et bien élevé, livré par une personne au naturel réservé mais à la sensualité avérée. Une sorte de paradoxe...

Photo: Jack Oconnor

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 22 Mars 2016

Point break

C'est tout de même agréable et confortable de savoir qu'on peut très bien avoir le crâne rasé un jour et six mois plus tard arborer une jolie coupe courte très tendance. Cette assurance d'avoir quelque chose en nous qui repousse systématiquement après qu'on l'ait coupé et qui soit plus glamour que nos ongles de pieds, c'est quand même plaisant.

Cependant, malgré cette certitude, il y en a encore qui considèrent une coupe de cheveux comme une véritable amputation, qui pleurent et qui geignent pour peu qu'elles perdent quelques centimètres de leur toison, comme ces apprenties modèles qu'on voit dans certains programmes de télévision.

A l'inverse, il y a des femmes aux cheveux courts qui, comme tout un chacun, aiment bien "changer". C'est humain et selon ce bon Houdar de la Motte, "de l'uniformité, un jour naquit l'ennui". Alors pour ne pas s'ennuyer, on abandonne un temps les visites chez le coiffeur, le plus dur étant les six premiers mois. Après c'est Terra incognita.

Pourtant, j'ai moi cette conviction que les femmes aux cheveux courts, les vraies, celles qui ont le caractère à ça, celles qui l'ont été depuis longtemps, où qui l'ont toujours souhaité avant de le réaliser, celles là, même si elles font un "écart", quelques temps, juste pour voir, reviennent toujours à leur petite tête avec une sorte de soulagement, un plaisir infini et inexplicable et l'infaillible assurance qu'elles sont des femmes aux cheveux courts.

Modèle: Vlada Cox pour Schwartzkopf

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 17 Mars 2016

Photo: Thiemo Sander

Photo: Thiemo Sander

Soudain les choses sont apparues différentes. Les regards étaient différents, les gens eux mêmes semblaient différents... elle rencontrait des hommes plus élégants, plus matures, plus intelligents lui semblait-il. Des femmes aussi, au charisme certain, à l'oeil gourmand...

Elle ne savait pas dire pourquoi, elle constatait simplement. Devenue invisible pour certains, elle apparaissait dans un environnement nouveau, une autre dimension.

Elle estimait le début du phénomène au jour où, pleine d'une folle assurance et déterminée plus que jamais, elle avait fait couper ses cheveux. Très courts. Définitivement. Elle était sortie de là transformée. Extérieurement bien sûr, mais aussi au plus profond d'elle même.

Il lui semblait apparaitre sous une nouvelle forme de nudité, sans aucune possibilité de se dissimuler. Elle avait presque envie de cacher sa nuque aux regards des gens, ses oreilles, son front. Elles avait les yeux plus grands, croyait voir davantage de choses qu'auparavant.

Elle sentait les passants se retourner sur son passage, son ventre se nouait, mais elle souriait, à la fois troublée et fière. Vanité...

Les jeunes hommes aux chaussures de sports rutilantes et aux maillots de footballeur fameux, ne la calculaient même plus... sans qu'elle en soit déçue. Elle croisait des regards, d'hommes et de femmes et ces regards croisaient le sien, non plus sa silhouette. Ils étaient curieux, admiratifs, interrogatifs, amicaux ou exaspérés...

Et depuis ce premier jour dans ce nouvel espace temporel, il lui suffisait de retourner chez le coiffeur, régulièrement, pour activer à nouveau le phénomène.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Tendresses

Repost0

Publié le 16 Mars 2016

Adéquation

Les discussions nourrissent toujours mon inspiration et pas plus tard que cet après midi, j'évoquais avec Lucile le charisme qu'immanquablement une femme aux cheveux courts dégageait 9 fois sur 10. Parce que c'est une femme de caractère, parce qu'elle ne craint pas de se dévoiler, parce qu'enfin elle sort du cadre dans lequel la société aimerait qu'elle se cantonne... Rien de nouveau quoi!

Mais dans cette équation, il y a une donnée qui me semble capitale, c'est la relation que la femme aux cheveux courts va entretenir avec son coiffeur ou sa coiffeuse. Une sorte de couple, un équipage dont l'idéal sera le style et la sophistication, quelque soit la coupe.

Parce qu'il ne suffit pas d'avoir les cheveux courts pour soudainement avoir du charisme. Il faut que ces cheveux courts soient un véritable style de vie, que cela compte tout autant que le choix des vêtements chaque jour, que deux fois par mois ou chaque mois il y ait cette impatience à retrouver l'exacte configuration, celle qui la rend irrésistible, invincible, cette coupe qui la rend fière d'elle même et gonfle son estime personnelle.

Alors oui, si le coiffeur est adéquat, la femme aux cheveux courts est toujours une femme charismatique. Et ça, ça me plait!

Photo: The Blind Barber, NYC

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 13 Mars 2016

Le champ des possibles

Tu pourrais la croiser dans la rue, elle s'habille avec style, tu la remarquerais sans doute. A moins que ce ne soit sa silhouette menue, son corps fin et son allure légère qui attirent ton regard, ou encore son visage d'ange et sa coupe de cheveux de garçonnet?

Non je sais ce qui va piquer ta curiosité. La première question qui va venir à ton esprit sera de savoir si elle est fille ou garçon, tu ne peux pas t'en empêcher, c'est plus fort que toi. Il faut classer, ranger...

C'est amusant parce qu'elle n'a pas ce soucis là. Elle aime bien se savoir femme mais considère qu'elle n'a pas de genre, naturellement. Elle aime bien les vêtements pratiques et confortables, elle aime bien aussi les cheveux courts. Mais ça ne fait pas d'elle un garçon

Le champ des possibles

Juste qu'elle n'a pas envie d'être une fille comme sont les filles autour d'elle. Elle aime une fille, mais ça ne fait pas d'elle une lesbienne, puisqu'elle n'a pas de genre. Elle aimerait tout autant un garçon si cela était arrivé...

Les cheveux courts c'est important. Non pas qu'elle cherche à troubler l'intuition des autres, qu'elle aime jouer de son ambiguité. C'est juste une façon de s'explorer. Elle a toujours eu les cheveux courts, raisonnablement. Là elle est aller plus loin. Un temps même elle les a tondu, complètement, se libérant de plein de contraintes, de poids, de secrets... Depuis elle revient à quelque chose de plus sophistiqué, de plus chic, petit à petit. Elle aime ça, c'est tout!

Elle est ainsi et tu la remarqueras certainement si un jour tu la croises avec son allure légère et sa petite tête. Mais ne cherche pas... ne cherche pas.

Photo: Cyndel Morigan

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Portrait, #Tendresses

Repost0

Publié le 9 Mars 2016

Béa Déniz

Béa Déniz

Il y a parmi les Femmes aux cheveux courts, certaines qui s'attachent à avoir un style qui casse les codes masculins pour mieux se l'approprier. Récemment, j'ai fait la connaissance de Béa, une étudiante espagnole de Las Palmas aux iles Canaries. Après bien des styles, depuis qu'elle a 16 ans et les cheveux courts, elle a finit par adopter le fade, cette coupe très en vogue avec le retour en force des coiffeurs/barbiers et d'une certaine sophistication masculine.

Le "fade" c'est le fondu, l'estompé, l'effacé comme sur un crayonnage au fusain, un exercice de style précis et minutieux entre le rasé autour des oreilles et sur la nuque et le progressivement plus long dessus, plus haut. Accompagné souvent d'une raie sur le côté, bien marquée et d'une " pompadour" cette façon de relever les cheveux sur le front pour les coiffer vers l'arrière ou le côté

Christie Turner

Christie Turner

Et depuis que je vois des jeunes femmes jouer avec ce style, je me rend compte que cela se répand dans toutes l'Europe, un peu comme une tendance. Celles que je connais sont espagnoles donc comme Béa, anglaises comme Christie ou Alex, belge comme Loretta ou française comme Lise ou Margot

Loreta, Lise, Alex et Margot
Loreta, Lise, Alex et MargotLoreta, Lise, Alex et Margot
Loreta, Lise, Alex et Margot

Loreta, Lise, Alex et Margot

Dans ce style là plus que dans d'autres, un millimètre en plus ou en moins fait une grande différence et souvent l'addiction bien connue qui poussent celles qui ont les cheveux courts à les couper toujours un peu plus court à chaque fois, se retrouve. C'est ce qu'on appelle "skin fade" ou "bald fade" signifiant que la partie la plus tondue est carrément rasée "jusqu'à la peau" ( skin )

Plus audacieux encore, plus net, plus "tranché" forcément cela requiert un entretien quasi hebdomadaire et un lien très amical avec le coiffeur si on ne veut pas se ruiner.

Alex, Ariana et Jo
Alex, Ariana et JoAlex, Ariana et Jo

Alex, Ariana et Jo

Béa pour sa part est devenue bien copine avec son coiffeur qui, pour moins de 10€, chaque semaine entretien son "fade", tout comme Loreta. Christie et Margot sont elles mêmes coiffeurs, Alex est le modèle préférée du salon GregoryMax barber, Ariana est mannequin. Quant à Lise et Jo, elles ont elles aussi trouvé les professionnel(le)s idéal(e)s...

Parce que, avoir du style... c'est tout de même important dans la vie.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 7 Mars 2016

Ava, ça vient

Ava McAvoy est une vraie femme aux cheveux courts. Depuis.... toujours, en tout cas depuis le début de sa carrière de modèle, elle a toujours eu les cheveux courts. Et finalement c'est sûrement plus facile pour elle de surfer sur la tendance " boule à zéro " qui s'affirme dans son milieu professionnel.

Quelle chance pour elle et peut être pour d'autres qui ne songeaient à cela que dans leurs fantasmes...

Photo: Wayne Tippetts

Photo: Wayne Tippetts

Alors que certaines paieraient pour pouvoir le faire, elle va décrocher des contrats grâce à cela. Un photographe renommé va lui demander de tondre ses cheveux et comme par hasard, cela tombe pile dans cette période où les créateurs de tous poils veulent tous pour leurs défilés un ou deux modèles au crâne bien tondu.

Ava, ça vientAva, ça vient
Ava, ça vientAva, ça vient

C'est fascinant de voir à quel point cela deviendrait presque banal, quand je sais, moi, que bon nombre de jeunes femmes rêvent secrètement de laisser une tondeuse glisser à travers leurs cheveux, courts ou longs, au moins une fois, pour voir.

Ava McAvoy

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0