Publié le 28 Février 2016

Le sexe des anges

Ille est la dimension inaperçue

l’inconcevable

totalité des choses

Ille est l’oiseau

qui fuit vers le couchant

et cherche

en soi

le juste écho

En filigrane ses yeux :

des ailes de libellules

nervurées d’horizon.

Ille est l’Idéal Être.

Ô mon ange blond

Ne trahit jamais

Ta profondeur

Texte: Margot Roisin

Photo: Lily Oe

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 27 Février 2016

Gueule d'ange

Sur son smartphone, ce sont des photos de jeunes et beaux garçons qu'elle a collecté. Tous ont à peu près le même style, la même nature de cheveux, souple, légère, fluide, parfois la même blondeur... Ce sont ces modèles qu'elle montre à celle qui va lui couper les cheveux.

Je regarde son profile idéal... Imperturbable, elle se fixe dans le miroir et je vois sa silhouette se transformer de minutes en minutes. Ses cheveux longs de plusieurs mois avaient estompés cette allure. Petit à petit elle retrouve ce parfum ambigu de splendide dandy à la coupe d'éternel collégien, la mèche rebelle, insolemment blonde que sans cesse elle va rejeter, à droite, à gauche, en arrière, indifféremment, sans jamais être décoiffée.

Elle se sent légère, comme si elle avait effacé, par la magie de quelques coups de ciseaux le poids des jours passés, une brouillasse invisible qui encombrait son esprit, attristant son sourire, comme désolée de n'être plus vraiment elle. La voici nouvelle, encore, comme à chaque fois revigorée, regonflée et assurée de son image, toute la fluidité de son genre retrouvée.

Photo: ©jeaneg

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Tendresses, #gayfriendly

Repost 0

Publié le 25 Février 2016

Photo: Pauline Théon

Photo: Pauline Théon

Pourquoi résister à cette envie et renier le plaisir? Dans ce geste il y a mille explosions de sensations, celles que tu ressens tout comme celles portées par le message que tu envoies. C'est venu naturellement, irrésistiblement dès la première fois. Cette main que tu glisses à travers les cheveux ras de ta nuque c'est une douce affection que tu te portes, un plaisir sensuel du toucher, le même que passer sa main sur une matière délicate, fine, précieuse. Ce plaisir là est intime, caresser à peine la peau sensible du cou et escalader à travers le pelage soyeux jusqu'à la masse d'une chevelure plus abondante, fourrager dans les mèches plus longues et revenir sur le chaume de tes cheveux presque tondus. Et ce sentiment voluptueux est doucement rejoint par la fierté de te sentir irrésistible dans ton allure de femme libre, affranchie.

Une main posée sur la nuque est comme un signal, cette main manucurée où le vernis sur tes ongles vient s'allier à ta silhouette d'éphèbe mêlant les genres, inspirant une magnifique ambiguité dans ce message qui voudrait dire :" Ne te hâte pas de juger!"

Enfin ce cou nu où les regards se posent, ces deux colonnes fines de muscle et de nerfs qui jouent sous la peau délicate donnant des nuances estompées au gazon fraichement tondu des cheveux blonds qui semblent plus sombres, c'est un peu vaniteux mais tu souris à ce sentiment là aussi.

Ne résiste pas, je t'en prie...

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 24 Février 2016

Vendela Lindblom by Jonas

Vendela Lindblom by Jonas

"Connais toi toi même" disaient les grecs anciens... Si si, c'est Platon qui me l'a dit quand j'étais au collège. La bonne blague! Du coup je me demande si déjà en ce temps là les humains avaient des soucis d'identité... Certainement, y a pas de raison. Ce n'est pas la société actuelle qui, même si elle génère bien des maux, peut être soupçonnée d'être à l'origine de celui là.

Bienheureuses celles qui sont confortablement installées dans leur genre, en harmonie avec leur identité sexuelle. Cela dit, c'est pas le genre de la maison de véhiculer des clichés ou de donner foi à des idées reçues. Cette quête d'identité n'est pas toujours un calvaire sans fin. J'en connais, ici, des jeunes femmes qui se rêvent jeunes hommes et qui l'assument.

Et moi je trouve ça cool, lorsqu'on joue le jeu et qu'on met en adéquation son caractère, son tempérament, sa vraie nature et son image. Connais toi toi même ne signifie rien d'autre que "sois toi même" " sois vrai(e)" " be true, be yourself", enfin vous voyez ce que je veux dire...

Et même si aujourd'hui on risque à chaque coin de rue le contrôle d'identité, c'est pas un drame si sur les papiers du beau gosse on lit sexe: féminin. C'est une histoire entre elle et lui.

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 22 Février 2016

Vue d'artiste

Si l'on me posait la question, comme ça, de but en blanc comme disent les artilleurs, je dirais qu'il faut avant tout autre chose s'aimer, avoir du goût pour soi même, se kiffer quoi! C'est essentiel, pour tout. Après, il faut aussi un sens artistique, parce qu'il faut le dire certaines coupes de cheveux ont cette géométrie qui confine à l'art graphique. Ensuite bien sûr il faut de l'assurance, du caractère, parce que le seul fait d'avoir les cheveux très courts pour une femme aujourd'hui est encore l'expression d'une détermination qui souvent effraie le reste du troupeau... Mais bon.

Et puisque on me la pose cette question, j'ai envie de dire qu'avoir du goût pour une coupe de cheveux très courte, très nette, au moins dans les contours, c'est quelque chose de plutôt égoïste, parce que fait souvent pour ne plaire qu'à celle qui la porte. Je me trompe peut être... Mais il y a toujours un certain plaisir qui n'est au départ que personnel, pour la matière ainsi taillée, pour la couleur aussi, s'il y a couleur, mais avoir les cheveux si courts et si bien taillés qu'ils prennent l'apparence d'un pelage ou d'une fourrure, c'est avant tout pour son propre plaisir...

Et puis, allier toute sa féminité à une coupe de cheveux que certains qualifient de masculine et montrer, démontrer presque, que c'est toujours le féminin qui l'emporte, c'est terriblement audacieux... et artistique... non?

Photo: Katarina J Nordfors

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 21 Février 2016

Princesse Lily

Lily est une princesse qui n'a peur de rien. Elle dévale la montagne sur son snowboard, escalade les falaises, court la campagne ou se bagarre sur les tatamis... Mais Lily est une princesse tout de même et le soir, comme Cendrillon, elle apparait sur les tapis rouges, le corps moulé dans des robes affolantes, le cou chargé de bijoux scintillants, sauf qu'elle ne perd jamais son soulier en quittant la party.

Mais mais mais... si je ne me trompe pas dans ces contes là, la princesse a toujours une magnifique chevelure montée en un chignon tout aussi magnifique sur lequel le diadème étincelle.. Ah ben là non! Lily est blonde, presque trop, décoloré parce que ça fait "péter" ses yeux bleus et ses cheveux elle les fait carrément tondre chaque mois. Non pas bêtement tondre, mais ils sont coupés si courts qu'on pourrait le croire. Et avec ça Lily est bien partout où elle est, ne s'interdit rien, ne remet rien en cause, certainement pas la féminité qu'elle incarne avec trop de facilité, même avec ses cheveux ras. Elle sait que tout ça c'est dans la tête des autres, les petits, les mesquins. Elle, c'est une princesse, elle est bien au dessus de tout ça.

Modèle: Angie Hill

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 20 Février 2016

Rien comme avant

Je ne sais plus trop pourquoi ou comment j'étais capable, en plongeant mon regard sur une photo d'un magazine ancien, de laisser mon esprit dans son état le plus vagabond et raconter une histoire toute improbable pour parler de cette femme aux cheveux courts qui en était le sujet.

Eh bien je ne sais plus, comme si mon crâne était vide, asséché d'émotions, incapable de m'emporter dans l'atmosphère de cette femme, d'évoquer son sein à travers le voile de tulle, d'imaginer l'odeur de ses cheveux courts, un parfum de monoï transporté par une brise à peine perceptible...

D'un geste elle pourrait balancer la masse de ses cheveux d'une joue sur l'autre ou les rejeter en arrière sans jamais perdre le charme étrange ou ambigu que lui confère sa nuque toute tondue...

J'aurais pu m'évader avec elle aux Maldives ou dans les ruelles brûlantes de Malaga, lui inventer un rôle, une humeur, un sentiment... Je n'en ai plus. Je me sens sec comme un sarment, stérile comme une terre épuisée... pourtant je m'obstine.

Photo: Jacques Olivar

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 19 Février 2016

Alana Lucia chez Blind Barber

Alana Lucia chez Blind Barber

J'imagine facilement le soulagement de certains parents, lorsqu'un beau matin, la petite dernière que Papamaman s'inquiétaient un peu de ne voir jouer qu'à des jeux de garçons, courir partout et grimper aux arbres, ne jamais quitter ses éternels pantalons et n'avoir aucun goût pour la dinette et le maquillage, leur révèle avec solennité que plus tard, ce qu'elle veut c'est "faire coiffeur"!

Aaaaah! Ouf! Là oui, voilà un métier de fille, tout va bien... Un instant on a cru que... mais non.

Sauf qu'ils n'ont pas fait vraiment attention à l'énoncé, tout heureux qu'ils étaient de voir leur fifille s'orienter "enfin" vers quelque chose de tout à fait féminin, mais la fifille en question n'a pas dit qu'elle voulait être coiffeuse.... elle a dit coiffeur. Nuance.

Qu'importe! Les voilà rassurés. Ils l'imaginent déjà toute pomponnée, s'éclater entre les bacs à shampooing et le roulage de bigoudis... jusqu'au jour où, à peine l'apprentissage débuté, la mignonne rentre à la maison avec une coupe en brosse digne d'une recrue de l'US Army.

Mais... mais... Ben oui, son truc, ce qu'elle aime, ce pourquoi elle veut être coiffeur, et non coiffeuse, c'est couper les cheveux, les trancher, les tailler, les tondre, les raser. Pas la peine de chercher d'où ça lui vient, c'est comme ça... depuis toujours.

Christie Turner @britishmasterbarbers

Christie Turner @britishmasterbarbers

Elle a cette dilection, cette fantaisie, elle aime la matière comme un sculpteur aime le bois ou la glaise. Elle est fascinée depuis toujours par la dextérité de certains à manier la tondeuse, petit monstre d'acier et de plastic qui vous "blanchit" une tempe en rien de temps mais peut aussi vous fondre un dégradé minutieusement. Elle adore le ballet des ciseaux qui cliquettent sur le peigne de corne, rythmé comme un métronome et petit à petit, consciencieusement, méticuleusement, dessinent le "fade", elle adore la lame froide du coupe-chou qui efface le poil et dénude la peau tiède. Bref! Son truc, c'est coiffeur et qu'importe le genre du client, homme ou femme et souvent autre, ce qu'elle préfère ce sont les nuques bien dessinées, rasées, tondues.

Alors c'est bien normal que ce style qu'elle adore, elle le fasse sien...

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 18 Février 2016

La taille et la gabelle

Je suis toujours aux anges lorsqu'une amie, réelle ou encore virtuelle, m'annonce l'imminence de son passage chez le coiffeur, histoire de me mettre l'eau à la bouche, ou m'envoye quelques photos de sa dernière coupe.

J'ai droit à un petit compte rendu en général pour me parler aussi du salon dans lequel cela s'est déroulé... Mais hélas, bien souvent, c'est là que mon humeur change, lorsque j'apprend que sa coupe "skin fade" lui a couté 40€ alors que si elle avait été un garçon, pour la même coupe elle aurait certainement payé 20€.

Je suis alors partagé entre l'admiration et la fierté de voir cette belle androgyne cultiver son style de la plus belle façon et l'agacement de ne pas comprendre pour quelle raison saugrenue, cette coupe de cheveux identique en tous points que l'on soit homme ou femme, se trouve taxée au final pour une femme. Une sorte d'impôt? Un truc du même genre que la TVA à 20% sur les tampons et serviettes hygiéniques? Ce serait pas un peu du foutage de gueule des fois?

Remarquez, ça fait longtemps que les marchands de tout poils ont trouvés la combine. Prenez les rasoirs jetables... En bleu ça coûte un bras... en rose deux bras. Sauf que le produit est quasiment le même. Ah c'est le "quasiment" qui coûte... ok ok ok.

Il serait tout de même temps que nos figaros chéris adaptent leurs tarifs, non pas au genre de leurs clients, mais à la longueur de leur tignasse. Ce serait tout de même plus équitable. Mais comme là encore il faut faire une révolution, en attendant, c'est à vous, les clientes, de bien choisir votre coiffeur "pour hommes et femmes aux cheveux courts".

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 17 Février 2016

Maniaque

Le soleil danse sur son visage, une caresse qui réchauffe son torse nu. Sa blondeur illumine le contre jour et ses épaules scintillent encore ça et là, de petits cheveux égarés.

Elle aime cet exercice et si la serviette cache ses seins, ce n'est pas fait exprès. L'instant d'avant elle était assise sur cette simple chaise dans le studio lumineux, livrant sa tête aux mains expertes du coiffeur qui, consciencieusement, méticuleusement, rasait de sa tondeuse les cheveux blonds, égalisait, coiffait les mèches plus longues et redonnait de l'allure à cette coupe si personnelle.

Elle est audacieuse et précisément sans genre particulier pour donner un style diablement féminin ou terriblement ambigu selon l'humeur et le vêtement. Les tempes et la nuque fraîchement rasées confondent la blondeur avec la pâleur de la peau et le reste en panache se coiffe sagement en arrière à la manière d'une banale coupe au carré. Cependant les combinaisons sont multiples et elle se réjouit que son métier lui donne l'occasion de toujours en expérimenter de nouvelles.

A la petite peur de la première fois, c'est substituée une certaine volupté, un plaisir trouble à toujours avoir ce contour tondu au millimètre, une habitude maniaque dont elle ne parvient pas à imaginer une variante...Parfois l'envie lui vient d'avoir la tête entière tondue comme ses tempes, ça ne l'effraie pas, puis sa raison l'emporte. Un jour, peut être...

Photo: Chris Born avec Manouche Bouchain

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0