Publié le 30 Avril 2010

kate beckinsale 45Ne tenant aucun compte de mon malaise, ou le feignant parfaitement,  Frida poursuivie son scénario sadique, racontant comment Laora hurlerait à chaque coup de ciseaux massacrant sa chevelure, incapable d'échapper à ses tortionnaires, ligotée soigneusement sur le fauteuil de barbier. Elle le faisait avec tant de détermination que malgré son accent de Silésie, elle parvenait à être crédible et son récit.....Excitant!

Ma Psy "- Mais che m'ékare. Il n'y a okune janze bour ke zela ze brotuize. Che konnais pien Laora. Kant elle va jez le kouaffeur z'est komme zi elle afait ein Lüger à la main, boindé zur les kouille tu Vikaro. Bas guesdion te kouber ein millimeter te drop...

Moi - Et....Dis moi... Est ce que tu as déjà fantasmé tout cela en faisant l'amour avec elle?

Ma Psy - Mais non pien zur! Du zais pien ke afant te de konnaitre che n'édais bas tu dout tans ze védijisme. Z'est doi li m'a réfélé dout za à moi même.

Et doi? Eske du vandasme dout zela kant tu la paize?

Moi - Arrêtes Dok, j'ai horreur quand tu es vulgaire...

Ma Psy - Eske elle zait ke du es fenu me foir?

Moi - Bien sûr. D'ailleurs je voulais aussi t'inviter ce week end. Réconciliation, chez moi, tous les trois...

Ma Psy - T'akord... Ch'amène ma donteuze alors? Ahahahahahaha... Allons... Che blaizande.

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Ma Psy et Moi

Repost 0

Publié le 30 Avril 2010

Marion-Mazauric.jpg

 

On ne se connait pas. C'est l'avantage du blog, je peux l'appeler par son prénom, après tout ce sont mes humeurs et mes états d'âme, non? Quand j'ai vu ce portrait dans mon journal local, je lui ai trouvé un charme fou, une allure parfaite d'androgyne assumée, costume bien taillé et coupe en brosse, mais sans rigueur, regard de braise et lèvres gourmandes...Elle est connue hein. Elle est éditrice. Au Diable Vauvert, à Vauvert justement, aux portes de la Camargue, parce que la dame aime chevaux et taureaux.

 

Sur la photo: Marion Mazauric

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 26 Avril 2010

4531806159_4c100155b1.jpg

 

" Il faudrait essayer d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple."  J.Prévert

 

Le spectacle était si beau...L'air était chargé de parfum et le soleil tiède. Le printemps comme une renaissance, comme, lorsque relevant d'une longue maladie, on remet le nez dehors et l'on redécouvre des odeurs oubliées. Elle s'est assis au bord de l'arbre, a plongé son regard dans le rose et le blanc qui flottait dans l'air. cet air doux qui caressait sa nuque sous les cheveux courts...Elle était heureuse.

 

Photo: Tara.noelle

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 25 Avril 2010

EC2509Une petite histoire...De femmes.

 

Une tonte

 

Comme je suis un peu absent ces temps ci, je vous invite à replonger dans les articles plus anciens.. C'est dingue comme ce blog a évolué.

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Nouvelles et petites histoires

Repost 0

Publié le 22 Avril 2010

couv-kate-beckinsale-myself-magazine-L-3.jpegMoi"- Depuis le temps, Dok, tu devrais avoir une idée plus affinée sur mon comportement dans ce domaine... Jamais, tu m'entends? Jamais je ne demanderai à une femme de se couper les cheveux pour moi. Je ne le supporterai pas!

Je ne renie rien, je suis le même, avec mon addiction pour les femmes aux cheveux courts, l'androgénie voir ma dilection pour les nuques bien dégagées. C'est acquit!

Bon, d'accord, il se trouve que Laora a les cheveux longs. Des cheveux magnifiques d'ailleurs et qui lui vont comme à peu de femmes...Mais rien n'empêche?

Ma Psy- Ach, naturlich... Du n'aime ke les vemmes aux jefeux gourt mais du paize afec une vemme aux jefeux long...

Moi- Ben...Comment dire, tu vois ça ne m'empêche pas de me faire mon cinéma à moi, de me projeter des images de mes fantasmes, de caresser sa nuque et de "l'imaginer" finement tondue...

Ma Psy- Ya, enzommes du bourrais dout à fait paizer afec ein thon...

Moi- Maiiiis nooooon! Je l'aime réellement, et ce n'est pas la tromper que de formuler dans ma têtes des fantasmes qui stimulent ma performence physique...

Ma Psy- Hummm... Ezke du l'imachines chez le koiffeur, adajée zur le fauteuil, hurlant bour kon ne lui goupe bas les jefeux?" Dit elle avec un mauvais sourire au coin des lèvres.

Moi"- Arrêtes! Je ne veux pas imaginer cela...

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Ma Psy et Moi

Repost 0

Publié le 21 Avril 2010

25595_383717356980_271153756980_4288821_3688862_n.jpg

 

Peut être après tout qu'il ne s'agissait que d'un calcul, un plan de carrière. Parfois les actrices attendent ce genre de rôle avec envie et avec effroi aussi. Mais elles savent que c'est souvent un ticket gagnant. Plus facile quand on est une belle femme? Je ne suis pas sûr... Le bonheur d'être actrice c'est aussi de pouvoir se glisser dans la peau d'une personne que l'on est pas. D'avoir un prétexte pour réaliser des choses.

Mine de rien la liste pourrait être longue parmi les actrices, de celles qui, pour un rôle ont tondu leurs cheveux. Et toutes, ou presque, s'exprimant sur le sujet ont révélé, presque en rougissant, qu'elles ont adoré le faire, que cela leur à offert une nouvelle image d'elle même, beaucoup plus réelle, beaucoup plus profonde. Et si ce n'était les impératifs d'une carrière qui impose souvent des choix contraires mais raisonnables, beaucoup auraient aimé pouvoir rester ainsi, elles mêmes, vraies.

Faut-il donc toujours avoir des raisons pour faire ces choses qui nous tentent?

 

Photo: Cate Blanchett

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 20 Avril 2010

4316927182_dec6107d3e_b-copie-1.jpg

 

Juste avant que la main ne se pose sur cette épaule dorée, profiter de l'instant, admirer avant qu'elles ne s'animent ces courbes délicieuses, cette peau de velours si bien harmonisée au tissu moiré de la robe. Le contre jour révèle jusqu'au grain de l'épiderme et le fin duvet qui nait à la base du cou. Ce cou splendide et fragile, prolongé qu'il est par la coupe des cheveux, qui sont ras sur cette nuque sombre qu'on les distingue à peine. Les mèches plus longues prennent les reflets de la lumière et éclaboussent d'ambre la silhouette en ombre chinoise. L'instant est fragile. La surprendre au milieu de la foule, d'une main tendre caresser l'épaule avant de déposer un baiser,là, juste là où les cheveux naissent. Elle va cambrer sa nuque et sourire...

 

Photo: Ulisses Mattos

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 19 Avril 2010

437899515 68f80980bc bIl avait fallu inventer un nouveau prétexte pour justifier les 24 heures de transit en Californie. Qu'importe, je n'étais pas à une embrouille près, et la perspective de cette école buissonnière me plaisait terriblement. Je m'attendais à une surprise, mais lorsque le taxi me déposa devant le 15322 Antioch St, un large sourire me vint aux lèvres. L'adresse n'était pas autre chose qu'un barbershop tenu par un couple de chicanos. J'ai eu beau cherché, il n'y avait pas d'autre entrée. En pénétrant dans le salon je m'attendais à trouver mon amie installée dans un fauteuil mécanique, en train de se faire coiffer...Le coiffeur me regarda de travers, suspectant que je pourrais lui apporter des ennuis. Comme convenu je lui glissais à l'oreille :" Looking for good karmha", sorte de sésame que m'avait confié Moïra avant de quitter Mexico City. Le barbier s'approcha d'un de ses tiroirs et sembla fouiller sous la console qui courrait le long du mur. Puis il revint à son client comme si de rien n'était, m'observant à la dérobé à travers le miroir. Soudain, le frigo au fond du salon se mit à bouger et s'avança sur le carrelage noir et blanc. Et Moïra apparue. Pantalon de cuir et débardeur blanc. Cela me rappela la Bosnie, où je l'avais rencontrée la première fois il y a ...bien longtemps déjà. Elle me fit signe de la suivre et nous nous engouffrâmes derrière le frigo, qui obstrua de nouveau le passage aussitôt. Un couloir sombre sur quelques mètres, pour déboucher dans un bureau plutôt vaste et étonnamment éclairé. Un mur entier n'était fait que d'un miroir sans tain qui permettait de voir l'intérieur du salon de coiffure.

"- Tu te rinces l'oeil je vois.

- Incroyable cet endroit, non?

- J'avoue..."

Elle m'entraina vers le canapé qui meublait le mur en face et entreprit de défaire mon pantalon. Cette ambiance était irréelle. J'avais le sentiment d'être observé par la fillette et les deux hommes en train de se faire couper les cheveux devant moi.

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Nouvelles et petites histoires, #Moïra

Repost 0

Publié le 17 Avril 2010

2996830207_848b32eeeb_b.jpg

 

Ah oui! C'est toujours plus facile à dire qu'à faire. C'est sûr. N'empêche, combien de fois on entend " Oh je rêverai de faire ça, mais je n'ose pas." Oser, voilà un mot dont le spectre enveloppe bien des actions. Défier des interdits, rompre des tabous, surmonter sa timidité, prendre un risque... Jouer avec son apparence n'est pas anodin. C'est jouer avec soi même penserai-t-on, mais en réalité non. C'est brouiller les codes, éveiller l'attention, provoquer les réactions. Pourtant il s'agit quelque fois de simples détails, sans grande importance et rarement irréversible, un vêtement, un piercing, une coupe de cheveux. C'est bête non? Pourtant l'expérience vaut le coup d'être tentée, d'être osée. C'est instructif, sur la nature humaine et cela rend toujours plus fort.

 

Photo: wip-hairport

 

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 16 Avril 2010

jeaneg-copie-1.jpg

 

A l'instant, tout beau tout chaud, "J" m'envoie une dernière photo depuis son ile lointaine. Et en découvrant cette nuque finement travaillée, je sens également l'excitation qui l'anime, fixant le miroir qui lui montre l'angle sous lequel la photo va être prise. "Regarde, mon ami, regarde comme ma nuque est bien tondue. Je sais que cela va te plaire. Je pensais à toi pendant que mon coiffeur glissait sa tondeuse sur mon cou..."

C'est sans doute ce qu'elle m'aurrait dit, si j'avais été là à la sortie du salon. Elle tourne la tête mais je la vois sourire, rire même peut être. C'est cela aussi une femme aux cheveux courts, capable de se faire plaisir tout en sachant le pouvoir qu'elle possède d'attirer le regard des autres. Et en jouer. Isn't she lovely?

 

Source

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0