Articles avec #gayfriendly tag

Publié le 1 Avril 2016

Jusqu'au bout

Résumé des épisodes précédents:

2012, Elliott Sailors un mannequin américain de 30 ans, marié depuis peu à Adam Santos-Coy, a déjà une belle carrière derrière elle. Mais, avec l'âge, elle sent bien qu'elle doit évoluer si elle veut poursuivre cette carrière. Consciente qu'il ne manque pas grand chose à son 1m80, ses épaules de nageuse et sa mâchoire carrée pour avoir une allure ambiguë, elle décide avec son mari de donner un tournant majeur à sa vie professionnelle... pour commencer.

Jusqu'au bout

L'événement fait le buzz en 2013, orchestré par Adam. La jeune femme, courageusement, s'est rendue chez le coiffeur de son mari et a fait tondre sa chevelure, ménageant une belle mèche qu'elle peut styliser et décide de devenir un mannequin "homme". Et ça marche!

Jusqu'au bout
Jusqu'au bout

2015, Elliott réinventée en modèle androgyne depuis deux ans, militante convaincue du "Be true, be yourself" - Soyez vrai, soyez vous même- va jusqu'au bout dans cette nouvelle vie. Ouvertement bisexuelle jusqu'alors, elle se déclare totalement lesbienne et divorce d'Adam Santos-Coy. Sa carrière est une nouvelle réussite, elle est sollicitée aussi bien dans la mode homme que dans la mode féminine, laisse un peu repousser ses cheveux pour être davantage dans cette polyvalence...

2016, Epilogue.

Dernier acte de ce parcours extraordinaire de la pin-up devenue playboy, toujours fidèle à son slogan qui lui dicte chaque jour d'être authentiquement elle même, Elliott se rase la tête et apparait sur son Instagram la boule à zéro, ultime degré capillaire

Jusqu'au bout

Voilà comment, après avoir été longtemps, trop longtemps, dans la peau d'un "banal" mannequin, blonde et pulpeuse​, à l'âge de 30 ans et en quelques mois, déterminée à être enfin celle qu'elle a toujours voulu être, Elliott Sailors est devenue une icône lesbienne, amoureuse et comblée.

La morale de l'histoire: Il n'est jamais trop tard pour être vrai(e)

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés, #gayfriendly

Repost 0

Publié le 27 Février 2016

Gueule d'ange

Sur son smartphone, ce sont des photos de jeunes et beaux garçons qu'elle a collecté. Tous ont à peu près le même style, la même nature de cheveux, souple, légère, fluide, parfois la même blondeur... Ce sont ces modèles qu'elle montre à celle qui va lui couper les cheveux.

Je regarde son profile idéal... Imperturbable, elle se fixe dans le miroir et je vois sa silhouette se transformer de minutes en minutes. Ses cheveux longs de plusieurs mois avaient estompés cette allure. Petit à petit elle retrouve ce parfum ambigu de splendide dandy à la coupe d'éternel collégien, la mèche rebelle, insolemment blonde que sans cesse elle va rejeter, à droite, à gauche, en arrière, indifféremment, sans jamais être décoiffée.

Elle se sent légère, comme si elle avait effacé, par la magie de quelques coups de ciseaux le poids des jours passés, une brouillasse invisible qui encombrait son esprit, attristant son sourire, comme désolée de n'être plus vraiment elle. La voici nouvelle, encore, comme à chaque fois revigorée, regonflée et assurée de son image, toute la fluidité de son genre retrouvée.

Photo: ©jeaneg

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Tendresses, #gayfriendly

Repost 0

Publié le 27 Juin 2015

Le monde change... Ah si, un peu

C'est bien impressionnant de voir à quel point un grand pays est capable du pire tout autant que du meilleur...

C'est arrivé vendredi. Par un vote de 5 juges contre 4, la Cour Suprême des Etats Unis d'Amérique a affirmé que la Constitution garantissait le droit à deux personnes de même sexe d'être mariées dans l'ensemble de la Fédération.

Ça n'a l'air de rien comme ça, on y serait presque habitué chez nous, au mariage pour tous. Pourtant ce que fait l'Amérique nous touche toujours, comme si nous, la Vieille Europe, on avait un regard quasi maternel sur ce jeune pays qui plus vite que les autres, plus violemment, plus douloureusement est arrivé à être le plus doué et le plus fort de ses enfants.

Un grand pas vers l'égalité... Sans doute. Cela mettra du baume au coeur de celui et de celle qui, là bas, est né(e) moche, noir(e) et homosexuel(le)...

Pourtant ça reste un beau symbole cette image, sous ce filtre arc-en-ciel, d'une merveilleuse androgyne, abolissant son genre pour n'être finalement qu'un humain.

Photo: Séléna S. avec le concours de Maud R-C

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #gayfriendly, #Humeurs

Repost 0

Publié le 28 Mai 2015

Les temps changent.... Ah non.

C'est parce qu'à force d'en parler, de rencontrer, de discuter et parce qu'on a la largesse d'esprit suffisante pour le comprendre et l'accepter, qu'on finit par imaginer que vivre ensemble, pour deux personnes du même sexe est une chose aussi naturelle que pour chacun d'entre nous. On se dit que, alléluia, les temps changent et que l'Humanité est peut être enfin sur le bon chemin...

On admet que les animaux ont une sensibilité et même si on ne leur reconnait pas la possession d'une âme, on finit par concevoir qu'ils ne sont pas des meubles. Pour Médor et pour Kiki on le savait déjà, mais pour Cocotte la poule ou la Noiraude c'était moins évident, vu qu'à terme elles finissent dans nos assiettes...

Du coup on peut admettre aussi que les homosexuel(le)s ont (presque) les mêmes droits que le reste de l'Humanité. Ça paraît tellement évident... tellement évident qu'il faut des décrets, des lois et des référendums pour y parvenir tout de même. Bref!

Le chemin est donc couvert de pétales de roses, qui conduit à une harmonie totale entre humains vivants sur la même planète. Sauf que...

Eh bien sauf que parfois la réalité vous met de temps en temps un bon coup de gourdin derrière les oreilles lorsque l'Humanité en marche est confrontée à un connard de bailleur qui tel un seigneur féodal se sent tout pouvoir de louer, ou pas, son somptueux 30 m2 à qui lui plait. Après tout, c'est à lui.

Mais voilà, les jeunes femmes aux cheveux courts l'inquiètent et qu'elles avouent partager le même lit fait remonter en lui des images pieuses de son catéchisme qui promet l'Enfer aux sodomites et autres pécheresses même si lui, perso, il sent bien qu'il aurait aimé ça... Alors Vade retro Satanas

Et finalement, désorienté par tant bêtise on a soudain le sentiment d'être encore un peu dans cette société qui a juste peur de ce qu'elle n'est pas, enfermée dans les dogmes et les préceptes qui remontent à une époque où quelques plus malins que les autres ont profité de la naïveté du plus grand nombre pour l'asservir.

Mais je m'égare, je m'emporte. Revenons à un peu plus de philosophie.

Comme disait Woody Allen: "Hélas je n'ai aucun message d'espoir. Est-ce qu'à la place deux messages de désespoir vous iraient?"

Photo: Ramon Felix

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #gayfriendly, #Humeurs

Repost 0

Publié le 3 Mai 2015

Différences

Longtemps la question s'est posée, tu sais? Jusqu'au jour où la réponse est apparue, avec une telle évidence que cela pouvait faire sourire, pour moquer la stupidité dont j'avais pu faire preuve en m'interrogeant tout ce temps...

Et ce jour là je ne t'ai pas aimée moins ou davantage, mais j'étais juste heureux d'avoir effacé cette ombre dans mon esprit qui insinuait ma différence. Et ma différence était devenue toutes les différences, celle des tâches de rousseur et des cheveux flamboyants, celle d'une peau plus brune, celle d'un autre dieu et d'une nouvelle culture, celle d'une attirance réprouvée...

Et j'ai eu de la tendresse pour ces ados qui tremblent parfois que l'on découvre leurs amours homosexuelles, pour ces êtres qui luttent et se débattent dans un corps qui n'est pas le leur, enfermés dans une chrysalide de douleurs et de souffrance et qui cherchent à renaître, pour toutes celles et tous ceux qui ne sont pas comme les autres, sans savoir que ce sont peut être les autres qui ne sont pas comme eux.

Alors aujourd'hui, je me dis qu'aimer les femmes aux cheveux courts, les androgynes aux seins menus, ces filles qui parfois ont jeté loin les artifices de la féminité et qui n'en sont pas moins femmes, ce n'est aussi que de l'amour et que la réponse à cette question qui m'a longtemps obsédé c'est...

... qu'il n'y a pas de question.

Photo: Attilio D'Agostino

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #gayfriendly

Repost 0

Publié le 29 Mars 2015

MartinE invite les Femmes Aux Cheveux Courts

Y a des priorités dans la vie! Moi, quand Virginie m'invite en me disant: " viens tu vas voir, ce sera plein de filles aux cheveux courts", il est évident que je ne vais pas résister. J'ai donc remballé ma crève de la mort, ma fièvre et un début de lumbago pour une soirée bar-musique-photo-vidéo-performance, à la rencontre de MartinE.

Et je n'ai pas été déçu!

La nuque de Lucjia et la frange de Mam'Claud, les Stamps

La nuque de Lucjia et la frange de Mam'Claud, les Stamps

Paule, pétillante photographe ( aux cheveux courts ) exposait photos et vidéos dans un projet original et audacieux dans lequel je retrouvais Alex mon tomboy préférée et les Stamps, Lucja et Mam'Claud emplissait l'atmosphère de sons électro.

Il n'y avait rien d'exclusif, mais Virginie avait raison, la tendance était quand même femmes aux cheveux courts et c'était parfois bien agréable d'entendre " Ah mais je connais" au moment où je me présentais en parlant du blog pour entamer un brin de conversation.

Nathalie et Marie-Eve, Elsa, Tiphaine et Anne-ElisabethNathalie et Marie-Eve, Elsa, Tiphaine et Anne-Elisabeth

Nathalie et Marie-Eve, Elsa, Tiphaine et Anne-Elisabeth

Des visages connus et de belles découvertes, retrouver Anne-Elisabeth et faire la connaissance "en vrai" de Tiphaine et de Virginie... Une soirée vraiment sympa quoi!

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés, #gayfriendly

Repost 0

Publié le 15 Janvier 2015

Louve Alpha

J'en connais des "Lisbeth Salander", au cuir de combat, le visage piercé, la gorge encrée qui sourient parfois presque aussi bien qu'un American Staff et semblent prêtes à mordre la carotide du premier qui s'aventure à leur parler...

Elles ont la carapace que la vie leur a taillé mais souvent on se trompe si on ne regarde pas plus près...

Elles sont sans artifices, quelques fois jusqu'à la provocation, féministes par nature, mais à la façon dont chacun devrait l'être, glissant sur les genres, tantôt elle, tantôt lui dans l'apparence, mais revendiquant leur féminité différente.

Les cheveux courts, mais à la manière de personne, juste pour le plaisir et le corps dessiné comme autant d'oeuvres d'art...

Elles sont comme ces louves, chef de meute entrainant avec elles d'autres louves qui se reconnaissent... Mais seuls ceux qui font allégeance pourront voir d'assez près, que sous l'armure il y a plus de tendresse que n'importe où ailleurs.

Photo: Dwam

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses, #gayfriendly

Repost 0

Publié le 13 Janvier 2015

Une histoire américaine

Une histoire qui pourrait bien être d'ici, ou d'ailleurs...

Lorsque j'ai rencontré "virtuellement" Kylei, j'ai d'abord été frappé par la ressemblance que je lui trouvais avec mon amie Sab. Elle était à mes yeux une sorte d'icône américaine, blond californien, machoire carrée, allure saine et sportive, je pouvais l'imaginer cheerleader de son collège durant son adolescence, populaire et courtisée.

Une histoire américaine

Parcourant les photos de son album, cette idée se confortait. J'avais cette impression revigorante que la jeune femme avait découvert sa vraie nature en coupant ses cheveux et s'épanouissait ainsi, enfin fidèle à elle même.

Pourtant, la discussion avec Kylei allait m'apprendre une réalité un peu différente...

Depuis toujours la jolie blonde aux cheveux longs est un vrai tomboy, au plus profond d'elle même. Pourtant, elle joue le jeu auquel on l'invite, fréquente les garçons, puis s'installe avec l'un d'eux. Le couple voit la naissance d'un petit garçon et la vie de Kylei semble toute tracée...

Mais la nature est toujours la plus forte et bientôt cette vie d'artifice devient insupportable. C'est un homme qui mûri dans le corps de la jolie blonde, le garçon qu'elle a toujours été.

Une histoire américaine

L'affrontement est sévère lorsqu'elle révèle à son entourage son homosexualité. Rejetée, menacée, privée de son enfant, Kylei va sombrer dans une vie de paria et devoir se battre. Elle peut compter pour cela sur le soutien de ses amies, mais aussi du pasteur de sa paroisse qui contre toute attente, l'aide et lui apporte un soutien moral... L'Amérique et ses paradoxes.

Une histoire américaine

A la manière d'un conte, le soleil revient dans la vie de Kylei. Elle a depuis longtemps coupé ses cheveux et jeté ses robes. Elle retrouve un job dans les espaces verts, à Virginia Beach, un appartement avec vue sur un lac au bord de l'océan, l'amour auprès de Cierra qui bientôt l'épouse et bien sûr son fils de huit ans qui vit aujourd'hui avec ses deux mamans.

Dorénavant Kylei assume ce rôle masculin. Elle a bien sûr envisagé d'aller plus loin dans la transformation chirurgicale, mais elle pense avant tout à son fils qui lui ne voit en elle que sa maman. Alors elle conjugue. D'ailleurs sa coiffeuse persiste à lui faire payer sa coupe au tarif femme... jusqu'au jour où Kylei ira pour ça dans un barbershop!

Une histoire américaineUne histoire américaine
Une histoire américaineUne histoire américaine

Merci Kylei Cook pour ta confiance... Et pour être une femme aux cheveux courts, déterminée et authentique.

Son Facebook

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés, #Quartier Libre, #gayfriendly

Repost 0

Publié le 16 Décembre 2014

La vie est une chienne

Rien de tout ça ne t'avait jamais heurté... Tant de bienveillance autour de toi ne pouvait pas éveillé de méfiance. Être soi même c'était un principe, une loi naturelle, une évidence.

Mais le temps qui passe bouleverse souvent les certitudes et la vie est une chienne qui sait bien te gifler après t'avoir longtemps caressé...

La fillette amusait tout le monde avec ses genoux écorchés et ses allures de "petit boy". L'adolescente était touchante avec son air dégingandé. On lui trouvait bien une allure un peu masculine, mais sa sempiternelle queue de cheval attestait de son genre et soulageait toutes les consciences. Ah les apparences...

Et te voici jeune femme, toujours la même, le caractère plus affirmé, les traits plus prononcés et cette envie plus forte que jamais d'être sincère avec toi même, d'écouter ton coeur et de chasser les hypocrites, d'être en harmonie avec le garçon qui t'habite sans renier la femme que tu es.

Mais voilà, personne n'aime qu'on chamboule ses croyances et qu'on sème le doute comme une mauvaise graine. Un jour tu as coupé ta queue de cheval et plus encore. Subitement tu es apparue sans genre, fille masculine, joli garçon, provoquant le trouble dans les esprits. Pour toi rien d'autre qu'un désir sincère d'être en accord avec toi même et pour les autres un crime, ou tout comme. Soudain on te reproche tes vêtements, ta manière de vivre, les femmes qui t'entourent, ta nuque trop rasée...

Être soi même est un défi que seuls les coeurs vaillants peuvent relever...

Photo: Ariana London

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #gayfriendly

Repost 0

Publié le 23 Novembre 2014

Nous fuirons sans repos ni trêve...

Aujourd'hui l'espace est splendide!

Sans mors, sans éperons, sans bride,

Partons à cheval sur le vin

Pour un ciel féérique et divin!

Comme deux anges que torture

Une implacable calenture,

Dans le bleu cristal du matin

Suivons le mirage lointain!

Mollement balancés sur l'aile

Du tourbillon intelligent,

dans un désir parallèle,

Ma soeur, côte à côte nageant,

nous fuirons sans repos ni trêves

Vers le paradis de mes rêves!

Le Vin des Amants - Ch. Baudelaire

Photo: Jaesung Lee

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #gayfriendly, #Divers & variés

Repost 0