Publié le 31 Juillet 2016

Quartier Libre: Loki

Un Quartier Libre original, avec une belle androgyne qui n'a pas peur de dire qu'elle préfèrerai peut être les cheveux longs, si les avoir courts ne lui procurait pas autant d'avantages...

I am androgynous lifestyle blogger, model, revolutionary and propagandist of non-binary society, vegetarian and animal rights supporter, slasher, fujoshi, hedonist, admirer of electronic music, technology, fashion, cinema, Asian/British/American culture, futurism, psychology, education.

Je suis blogueur de style de vie androgyne, modèle, révolutionnaire et militant d'une société non-binaire, végétarien et supporter des droits des animaux, fan de film d'horreur, fujoshi, hédoniste, amateur de musique électronique, technologie, mode, cinéma, culture anglo-américaine, futurisme, psychologie, éducation...

Quartier Libre: Loki

The society I want to build is liberated from gender, religion, traditional family values, slaughter of animals, overconsumption and uncontrolled reproduction. It provides development of intellect and environment regeneration in ideals of mutual care and responsibility. Right now I wear short hair but I'd prefer long if it would be more simple to care for it. I don't think that hair length affects person's lifestyle or defines gender in any way. Though I discovered that a short cut makes my survival in patriarchal society much easier.

La société que je veux bâtir est débarrassée de genre, de religion, des valeurs des familles traditionnelles, de massacre des animaux, de surconsommation et de reproduction incontrôlée. Cela nécessite le développement d'une régénération de mentalité et d'environnement dans des idéaux de responsabilité et de mutuelle attention. A présent je porte les cheveux courts, mais je les préfèrerai longs si cela était plus simple d'entretien. Je ne pense pas que la longueur des cheveux ait une influence sur le mode de vie des personnes ou définisse un genre d'une manière ou d'une autre. Même si j'ai découvert que les cheveux courts facilitent ma survie dans cette société patriarcale

Quartier Libre: Loki
Quartier Libre: Loki

Random people stop hitting on me, I'm taken more seriously and correctly. And this kind of haircut suit to any outfit I have. Well, besides, all the characters I correspond with these days have short hair, so I'm kinda lucky. Long hair can add some aristocracy, fantasy, mystic to your appearance. Hairstyle is just an accessory in creating your unique image. Some people are more comfortable with long hair which can be bonded into a ponytail and left alone, others love short cuts, available to style in various manners. It's just various lengths of hair. Long hair is not a synonym of masculinity or feminity, it doesn't make you a woman or a man.

Les gens de hasard ne m'importunent plus, je suis davantage prise au sérieux et mieux traitée. En plus ce genre de coupe de cheveux colle à la plupart de mes tenues. Et puis, tous les personnages avec qui je correspond ces jours ci ont les cheveux courts, alors je suis assez chanceux. Les cheveux longs peuvent ajouter une certaine aristocratie, fantaisie, mysticisme à votre apparence. La coiffure est juste un accessoire pour vous faire une image unique. Certaines personnes se sentent mieux avec les cheveux longs qui peuvent être attachés en queue de cheval et laissés ainsi, d'autres adorent les coupes courtes qui peuvent être stylisées de manières variées. C'est juste une histoire de longueurs différentes. Les cheveux longs ne sont pas synonymes de virilité ou de féminité, cela ne fait pas de vous un homme ou une femme.

Quartier Libre: Loki

Since masculinity and feminity are far-fetched and compulsory concepts, everything connected to them is false. One and only definition of feminity is motherhood, and the definition of masculinity is fatherhood, that's all. Everything unrelated to giving birth has nothing to do with "male" or "female" definitions. The only hair that can make you more masculine is a beard. Majority of hairstyles is available to any gender. Your best hairstyle choice fully depends on your personal style and looks.

Depuis que masculinité et féminité sont des concepts obligatoires et farfelus, tout ce qui est lié à ça est faux. La seule et unique définition de la féminité c'est la maternité, et la définition de la masculinité c'est la paternité, c'est tout. Tout ce qui est en dehors du fait de donner naissance n'a rien à voir avec une définition de mâle ou femelle. Les seuls cheveux qui peuvent vous rendre plus masculin, c'est la barbe. La plupart des coiffures vont à n'importe quel genre. Votre meilleur choix de coiffure dépend uniquement de votre style et de votre allure.

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Quartier Libre

Repost 0

Publié le 30 Juillet 2016

Photo: Maëva Cristofili

Photo: Maëva Cristofili

Si vous la croisez dans les rues de ma grande ville du Sud, vous ne pourrez pas la manquer. Peut être même que c'est elle qui vous fera découvrir ces rues à bord de son vélo taxi, mais de toute façon elle ne vous laissera pas indifférent(e).

Pendant un temps, trop longtemps, elle est restée dans l'ombre. Malgré un style toujours affirmé, elle n'avait pas assez d'espace pour exprimer sa vraie personnalité. Mais ce temps là est révolu. Libérée de ses entraves, la voilà qui renait, s'épanouie et s'élance sans désir de retenue.

Comme toujours, pour marquer ce renouveau, rien de tel qu'une bonne coupe de cheveux, avec la complicité de Régine, la coiffeuse des femmes aux cheveux courts.

La nouvelle RomaneLa nouvelle RomaneLa nouvelle Romane

Elle est de ces jeunes personnes qu'on imagine facilement pleine d'assurance, indifférente aux critiques des autres et aux regards réprobateurs. Pourtant elle vous dira qu'elle ne se sent pas si sure d'elle, mais elle n'a pas peur. Elle séduit par son allure, reine des chemisettes introuvables au col boutonné, son style affirmé est sans effort.

Aujourd'hui, comme un cabri trop longtemps privé des saveurs de l'alpage, elle file et gambade, gourmande d'herbes grasses et de grands espaces. La jeune femme court les soirées, les festivals, les événements, étonne ses ami(e)s, s'en fabrique de nouveaux et bientôt elle sera, comme ces jeunes déesses que l'on croit intouchables, une idole que l'on cherche à imiter sans jamais y parvenir, faisant les tendances au gré de ses humeurs et étonnant le monde.

La nouvelle Romane

Cependant, les apparences feront sans doute d'elle cette icône enviée, au style toujours sûr, à la coupe de cheveux toujours nette, mais Romane restera toujours l'adorable personne qu'apprécient celles et ceux qui la connaissent.

Photos: ©jeaneg

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Portrait

Repost 0

Publié le 29 Juillet 2016

1074360_408740875905565_434846647_o.jpg

C'est amusant de voir la force que prennent nos habitudes et l'illusion de changement que donne parfois juste un détail.

Parmi les femmes aux cheveux courts que je connais il y a comme dans tous les courants, des modérées et des radicales. Les modérées s'autorisent parfois de grandes variations dans leur image. Sans considérer que le fait d'avoir les oreilles cachées par leurs cheveux puisse constituer un grave manquement, elles vagabondent entre très court et les différentes phases qui leurs permettent de retrouver une certaine longueur. Si bien qu'elles semblent toujours différentes.

Les radicales ne jouent pas avec ça! Au-delà de quinze jours après leur dernière coupe elles commencent à se désespérer de pouvoir empoigner leurs cheveux sur la nuque ou de voir les plus audacieux atteindre - à peine - le bord de l'oreille. Pour elles les variations se jouent au millimètre et plus d'un mois sans aller chez le coiffeur devient une excentricité. 

Pourtant, tout comme les modérées, les radicales subissent aussi ces besoins de changement, ces envies de différence et je les trouve très fortes dans l'art de modifier leur image d'un simple coup de peigne, couvrant leur front d'une lourde frange ou transformant celle-ci en une mèche aérienne qui va éclairer leur visage. Les couleurs changent aussi, avec elles tout est dans le détail. En quelque sorte il s'agit de changement dans la forme, mais jamais dans le fond et là, modérées et radicales se rejoignent finalement.

 

Photo: Wendy Lehmann

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Cahiers

Repost 0

Publié le 29 Juillet 2016

splice-picture.jpg

Elle croit avoir un secret... Ou peut être est-ce qu'elle se moque de ce que les autres croient savoir d'elle... Ce n'est pas un secret alors, mais c'est intime tout de même.

La première fois c'était secret. Parce qu'elle s'est dit que personne ne comprendrait vraiment ou qu'on la trouverait bizarre si elle disait ça. Elle rougissait presque en y pensant. Et puis c'est devenu un petit plaisir personnel et habituel. C'est à ça qu'elle a pensé en voyant Amélie Poulain plonger sa main dans le pot de légumes secs, ces petites choses qui faisaient sourire, procuraient du plaisir à condition d'en avoir conscience... Pour elle c'était ça.

Comment c'est arrivé, elle ne sait plus vraiment. Un jour c'est arrivé voilà tout. Une envie à assouvir, une résolution, l'envie d'être elle même simplement. C'est comme ça qu'elle a coupé ses cheveux, sans imaginer un instant ce petit plaisir personnel et intime que ses doigts font naître depuis, en passant doucement sur sa nuque fraichement taillée. C'est agréable comme un velours délicat et à la fois excitant, doux et soyeux dans un sens, rèche et accrocheur dans l'autre. Et puis elle a sous ses doigts le contact de la peau nue dans cette partie de son corps qui s'échauffe d'un simple massage. 

Immanquablement sa coupe est devenue de plus en plus courte. Sans la voir c'est avec ses doigts qu'elle juge si c'est assez court lorsque son coiffeur l'interroge du regard. Du bout de ses phalanges, le picotement fait naitre un sourire sur son visage, électrise son épiderme et cette satisfaction regonfle son moral au point que tant d'assurance lui donne le sentiment d'être irrésistible... C'est tout bête, se dit-elle.

Et pourtant....

 

 

Photo: Splice pictures

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses, #Cahiers

Repost 0

Publié le 29 Juillet 2016

Valorie-Curry.jpg

Pour beaucoup, cette façon qu'il avait de l'interpeller avait quelque chose de narquois, une façon de considérer que cette tête, si petite, ne pouvait pas contenir suffisamment de cerveau. Pourtant non, il n'y avait rien de méprisant lorsque c'était dit avec autant d'affection. D'ailleurs elle ne l'aurait certainement pas toléré autrement. Pour tout dire même, elle était assez fière de sa petite tête. Outre que cela donnait de l'harmonie à sa silhouette, cette image un brin androgyne lui correspondait totalement.

Lui ne se lassait pas de faire l'éloge de ses oreilles qu'il comparait volontiers à de petites pâtisseries orientales, fragiles et délicieuses. Dans la rue il ne se privait pas, marchant à ses côtés, de caresser son cou nu et de fourrager de ses doigts à travers les cheveux courts de sa nuque. Elle dodelinait un peu de la tête, presque langoureusement, pas comme si elle voulait se soustraire à cette caresse, mais plutôt pour apprécier ce qui pour elle n'était rien d'autre qu'un signe d'affection plein de sensualité, même si là, en pleine rue, cela pouvait frôler l'exhibitionnisme. 

C'était un jeu entre eux, une sorte de plaisir secret. Lui ne se privait pas de moquer parfois son allure de garçonnet et elle s'amusait beaucoup à le traiter de fille malgré son allure d'ours à peu près bien lèché. Une façon de se rappeler l'un à l'autre qu'il ne fallait pas s'enorgueillir de son genre.

 

Ainsi ils se maintenaient chacun sur le même pied.

 

 

Photo: The Following - Valorie Curry

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses, #Cahiers

Repost 0

Publié le 28 Juillet 2016

Cahier de vacances - Profondeurs - 07/2013

 

"Ah te revoilà... ?

Alors il suffit que je sois un peu mélancolique, que je sente le vide autour de moi et que le temps d'un verre d'alcool je cherche un sens à ma vie, pour que ta petite bouille reparaisse?

Et avec elle tout un cortège, de douleurs et de plaisirs, de rires et de larmes, de haine et d'amour...

Comment c'est possible... tu m'as tellement fait souffrir. Pourquoi chaque fois que mon âme part au fil des vagues est-ce que c'est ta silhouette que j'imagine, ton regard et tes lèvres qui me sourient, tes cheveux jamais assez courts que j'ai envie de caresser?

Encore un verre...

Je crois qu'on s'est aimé à la folie toi et moi. Au delà du raisonnable, au point d'être soudé l'un à l'autre, incapable de vivre, enchaîné et dépérissant. Bon sang! Comme je t'ai aimé...

Mais il faut me laisser maintenant, parce qu'avec l'alcool je vais finir par te haïr encore en m'apercevant que ma vie n'est qu'un désert de ruines, un sol dur et gris où plus rien ne pousse..."

 

Il a laissé un billet à côté du verre plein et il est parti dans la nuit, relevant le col de son trench.

 

Photo: Alina Süggeler

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Cahiers

Repost 0

Publié le 28 Juillet 2016

Ruben-Jacob-Fees.jpg

Tout ceux qui la connaissent disent la même chose. C'est une fille douce et gentille, souriante, toujours aimable. Personne ne lui connaît d'histoire. Une allure de lycéenne, mignonne, la coupe au carré toujours impeccable... C'est fou comme on croit connaître les gens...

Une voix, un message sur son répondeur et le regard juvénile s'est voilé, les yeux bleus ont virés au noir. Elle n'est pas rentré chez elle, a pris un taxi qui l'a déposée devant un hôtel de luxe. Au bar à côté d'elle, un homme a oublié son journal. Elle est ressortie en déchiffrant le message dans les petites annonces. Gare du Nord, direction Bruxelles, le Thalys de 15h25. Blonde, des lunettes de soleil. Dans les toilettes de la voiture 24, sous la trappe de plancher elle récupère un P99 avec un silencieux qu'elle glisse dans sa ceinture. Bruxelles 18h30. Elle est dans le hall de l'immeuble, elle attend. Le type a passé la porte cochère, entre dans le hall, appelle l'ascenseur. Une voix de femme derrière lui l'interpelle: "monsieur Van Der Luyne?" Dans le demi jour il se retourne et répond: " Oui....? " Puis sa vie s'arrête. La première balle est entrée dans l'oeil en fracassant les lunettes. Deux autres ont frappé son coeur.

Elle se penche, palpe l'aorte, ramasse les 3 étuis de 9 mm et disparaît dans le métro.

Boulevard Léopold II elle jette l'arme dans le canal et file vers la gare du Midi. 20h15

22h00 elle retrouve son appartement rue de Clignancourt, au pied du Sacré Coeur. Madame Berthelot a glissé un mot sous la porte pour dire que son mari passerait demain changer l'ampoule de la cuisine... Un travail d'homme assurément.

 

Photo: Ruben Jacob Fees

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Nouvelles et petites histoires

Repost 0

Publié le 28 Juillet 2016

Je connais le sentiment de fatigue qui peut envahir chacun de nous à la seule idée de feuilleter durant des heures un album, fut-il aussi riche que ce blog, à la recherche de quelques "pépites" qui nous auraient échappées. Aussi, comme je vous aime bien, je vais pour vous, dans cette nouvelle rubrique, aller à la pêche aux articles anciens et les remettre à la surface pour que vous puissiez élargir votre champs de vision sur Les Femmes aux cheveux courts...

Eve Salvail pour Les Femmes aux cheveux courts

Eve Salvail pour Les Femmes aux cheveux courts

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Cahiers

Repost 0

Publié le 27 Juillet 2016

Photo: USA Today Megan Rapinoe USA

Photo: USA Today Megan Rapinoe USA

Michelle Heyman Australie
Michelle Heyman Australie

Youpiiiii! Dans quelques jours on remet ça! Oui j'ai beau avoir abandonné depuis longtemps l'idée même de faire du sport, je suis toujours admiratif vis à vis de celles et ceux qui en font leur quotidien... Enfin, si je parviens à ne conserver en tête que l'aspect "sportif", à rester le plus naïf possible en "effaçant" le revers de toutes ces médailles qui vont être distribuées, politique, commercial et ... pharmaceutique. Bref! Place au jeu!

Enfin un grand tournoi de football pour lequel je vais pouvoir m'exciter devant ma télé, vautré dans le canapé une bière à la main. Parce que oui, le foot féminin me plait. Non pas qu'il soit peuplé de femmes aux cheveux courts, ce serait même presque le contraire, mais les exceptions me contentent. Ainsi la plupart des sports d'équipe féminins m'intéressent, parce que j'y trouve encore l'essence même du mot "équipe", une notion qui a depuis longtemps déserté les mentalités masculines, en tout cas pour le foot.

" Les Roses d'Acier " Chine

" Les Roses d'Acier " Chine

En Chine Populaire par exemple, l'idée même d'individualité est certainement passible d'une peine de prison et quand on s'appelle " Les Roses d'Acier " ça veut quand même bien dire qu'on est pas venu pour " beurrer les sandwiches "...

Enfin bref! Une fois de plus, que les meilleures gagnent

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 25 Juillet 2016

Photo: Ramon Felix

Photo: Ramon Felix

Le pauvre... Il était perdu, désemparé. Au fond de l'atelier il se tordait les doigts, observant de loin la personne venue chercher le pick-up réparé la veille. Son patron, le vieux Sam, devait se marrer dans son bureau vitré au dessus du garage. Il s'était bien gardé de préciser à qui il aurait affaire. Et le voilà coincé, lui, par un obstacle stupide, dérisoire, inconséquent... ne parvenant pas à déterminer le genre de la personne à qui il devait s'adresser. Mais il fallait y aller, bon sang! Le... la... client(e) allait finir par s'impatienter, le vieux Sam par l'engueuler... Et tout ça pour une bête question d'appellation...

Encore un coup d'oeil... Des jambes fines, lisses et musclées... mais lisses, comme celles des cyclistes. Mouais... Short en jean, t-shirt, veste en jean... mais pas vraiment de formes sous le t-shirt, c'est possible ça? Et puis ce visage, fin, glabre, ces grands yeux, ces lèvres pulpeuses.. Ben ça pourrait bien être une jeune femme oui, mais... non... enfin... Et puis merde! Cette coupe de cheveux, comme ses potes qui allaient chez Greg le barbier, super stylée.

Tout en marchant il tentait encore de trancher, soumettant son cerveau à un brain storing auquel il n'était pas préparé.

Le voyant s'approcher, la jeune femme lui sourit et lui croit défaillir. Il lui tend les clefs, elle lui tend un billet en retour...Il s'essuie les mains dans son chiffon sale, prend l'argent et bredouille:

"Merci m"sieur, dame.. " et disparait en rougissant...

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Divers & variés

Repost 0