Articles avec #over the world tag

Publié le 29 Septembre 2019

Une histoire ( hélas ) connue

C'est l'histoire de Kim. Une grande voyageuse qui depuis plusieurs semaines se trouve en Australie. Kim est une jeune femme aux cheveux courts et quel que soit l'endroit de la planète où elle se trouve, elle aime bien avoir sa coupe toujours bien nette. Habituée des barbershops et des coupes à la tondeuse, elle a rapidement compris que c'est là qu'elle aurait toujours la coupe qui lui convient à un prix raisonnable.

Alors, quand après quelques temps dans l'Outback elle retrouve la ville, à Melbourne, elle décide tout naturellement d'aller se faire couper les cheveux. Et là... Pour la première fois de sa vie, le salon dans lequel elle demande une coupe, la refoule, prétextant que le salon est "pour homme". Etonnement, incompréhension, frustration. Elle qui vient d'Allemagne, qui a parcouru l'Europe, l'Asie et qui même depuis qu'elle est en Australie n'a jamais rencontré cette situation, est révoltée. 

Pourtant, cette situation, beaucoup de femmes aux cheveux courts la connaissent, mais la mésaventure de Kim remet le sujet d'actualité. 

Difficile aujourd'hui de comprendre cette discrimination radicale, ce refus catégorique, comme un caprice, qui n'est motivé que par la nature sexuelle. Pas une explication, pas une seule raison ne parait valable pour expliquer cette exclusion, ni technique ( la nature du cheveux, la qualité des soins requis.... blablabla ) ni culturelle ( un lieu réservé à la masculinité, un sanctuaire, un espace dédié.... blablabla ). Alors quoi? Peut être la peur, une sorte d'effet indésirable d'une virilité mal placée, mal assumée ou au contraire trop bien assimilée?

Parce que généralement, il ne s'agit pas de faire de la "coiffure pour dames". Les femmes qui viennent là , le font parce qu'elles veulent une coupe comme celles qui sont pratiquées régulièrement dans le lieu. Ni plus, ni moins.

Par chance, un peu de persévérance permet d'oublier rapidement cet échec et il ne faut généralement pas longtemps pour trouver un barbershop moins "orthodoxe" qui accepte la nouvelle cliente, surpris lui même de la surprise de celle-ci.

Ainsi Kim a pu se faire tailler les cheveux finalement chez Captain Style

captain style barber shop 316 Brunswick Street Fitzroy VIC 3065 Australia

Résultat:

Alors l'alternative à cette façon stupide de genrer les salons de coiffure sera sans doute un salon, ou un studio queer, un lieu où la raison sociale n'est plus "pour homme" ou "pour dame", mais des styles de coupes, du court au très court, dans lesquels, quelque soit son genre, on est toujours bienvenue.

 

Merci à Kim Holti

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés, #Humeurs, #Over the World

Repost0

Publié le 30 Mai 2019

Les globe-trotteuses

Impossible, quand on est habituée aux cheveux très courts de déroger au rendez-vous mensuel, voir bi-mensuel avec le coiffeur. C'est ennuyeux pour celles qui sont attachées à leur figaro et ne veulent plus en changer, un peu comme un fil à la patte qui les empêche de trop s'éloigner de leur salon préféré. Mais par contre, si comme Christelle et Audrey ( et bien d'autres ) vous aimez l'aventure plutôt que la routine et que confier votre tête à des mains inconnues ne vous effraie pas, rien ne vous retient à la périphérie parisienne, même pas la fraîcheur de votre coupe de cheveux.

Les globe-trotteusesLes globe-trotteusesLes globe-trotteuses
Les globe-trotteuses

Après Bangkok, on retrouve nos deux voyageuses à New York, dernière étape d'un périple nord américain. Et là, ça ne se commande pas! Quand le matin, après le brossage de dent, la main passe dans les cheveux et en bout de course, parvient à saisir entre les doigts quelques millimètres de trop sur la nuque, ou que

tout simplement le programme a prévu cette étape, juste pour le fun, ni l'une ni l'autre ne se prive d'une visite chez le "barber" local. En l'occurrence Big Apple Barbershop, 422 E 14th st, East Village NY, où pour 25$ on vous fait un fade bien propre.

Les globe-trotteuses
Les globe-trotteusesLes globe-trotteuses
Les globe-trotteusesLes globe-trotteuses

Et là, finalement, qu'on soit à Bangkok ou dans l'East Village, c'est toujours un peu la même aventure. Il faut faire confiance, apprécier le moment et se laisser aller...

Photos: Christelle Delorme

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Over the World

Repost0

Publié le 28 Janvier 2019

Around the world - Audrey et Christelle à Bangkok

La Thaïlande on avait déjà fait, avec Ludivine qui nous avait emmené à Phuket. Cette fois-ci c'est Bangkok, avec Audrey et Christelle, grandes voyageuses comme Serena, qui ne manquent jamais, lors de leurs escapades à travers le monde, une occasion de rafraîchir leur petite tête de Femmes aux Cheveux Courts. C'est donc leur récit et une nouvelle adresse, à mettre sur le "road book" LFACC

Nous sommes en Thaïlande et après quelques jours à Bangkok, prêtes à décoller pour le Vietnam. Une matinée ordinaire dans la chaleur moite de l'Asie du Sud Est. Nous étions en route pour dévorer des pancakes, lorsque sur notre chemin nous rencontrons un bonhomme géant muni d'un rasoir tout aussi grand, veillant sur l'entrée d'un barbershop qui semble bien sympathique. Amusées, nous avons pris quelques photos avec lui, mais nous étions tellement affamées que nous l'avons laissé derrière nous.

Au retour de notre brunch, comme guidées par une ( bonne ) étoile, nous nous trouvons à nouveau face à ce bonhomme géant qui lui n'a pas bougé. Cette fois pas d'histoire. Il est temps pour nous de faire rafraîchir nos coupes de cheveux. Nous franchissons donc la porte du Never Say Cutz, 51 Sukhumvit, Bangkok. Un barber avec un masque sur le nez comme c'est assez courant dans le coin, nous accueille et on lui demande s'il accepte de nous tailler les cheveux. Evidemment la réponse est oui, pas de problème, parce que, femme ou pas, ici nous sommes avant tout des client.e.s.

Around the world - Audrey et Christelle à Bangkok

L'endroit est accueillant et après un bref coup d'œil dans le barbershop, nous découvrons qu'il y a ici une spécialité, les motifs. Ni une ni deux, Christelle se lance et décide de faire tailler une étoile sur sa nuque rasée.

Cela se passe à l'étage, une sorte de mezzanine qui domine le salon et 30 minutes plus tard, le fade bien rafraîchi, l'étoile parfaitement dessinée apparait sur la nuque de Christelle. Un travail propre et sans bavure, pour 400 baths, soit l'équivalent de 11 euros. On aurait tort de se priver...

Des barbers très accueillants, un moment sympathique, nous voilà prêtes à poursuivre le voyage vers le Vietnam. 

Around the world - Audrey et Christelle à Bangkok

Merci à Christelle @christelled_polesport

et à Audrey @fitdreyz

Never Say Cutz à Bangkok, 51 Sukhumvit

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Over the World

Repost0

Publié le 23 Décembre 2018

101 Tower

Après 3 semaines à faire le tour de Taïwan en passant auparavant par Singapour me voilà quelques jours à Taipei avant de rentrer en France. Session promenade/ repos / shopping à travers la capitale Taiwanaise après un voyage à un rythme effréné. Et voici venu le dernier jour sous une petite pluie qui sonne l'heure du départ mais avant le retour dans notre chère contrée un stop chez un barbier local est de rigueur ! 

Et oui ici les filles aux cheveux courts et même très courts ne manquent pas, alors pourquoi se priver d'un petit rafraîchissement capillaire! 

Quelques préparatifs s'imposent avant de se lancer dans l'aventure :

 

  • Repérer un barbier  : la ville grouille, il y a des coiffeurs à chaque coin de rue mais je veux un barbier un vrai ! Alors je cherche, je fouille et internet m'aide je l'avoue, car la capitale est grande et surtout je n'ai pas le temps de prendre un rendezvous, donc pas de grosses boutiques bondées !

Et là j’ai trouvé un barbier seul dans son petit salon dans le recoin d'une rue bondée non loin de mon hôtel ! Parfait ! 

 

  • En poche une photo de moi les cheveux fraîchement coupés pour pouvoir montrer ce que je veux “grosso modo”. 

 

  • Une prière pour mes cheveux ou l'achat potentiel d'un bonnet pour le retour dans l'hiver français. (nb : on est le 1er décembre à Taïwan  où il fait plus de 20 degrés malgré la pluie ) 

M'y voilà ! 

Je pousse la porte, pointe du doigt ma crinière pour savoir s’ il veut bien les tailler !

Hochement de la tête, il finit la coupe du client installé et ça sera à moi ! J'attends sagement dehors. Et oui le salon est minuscule. 

1 siège 1 miroir 1 barbier 1 client ! 

Le prix est affiché à l'extérieur 400 dollars Taïwanais ce qui équivaut à 11,50 euros. 

Mon tour arrive ! Une pointe d'impatience et d'appréhension. 2 mots et quelques gestes plus tard et c'est parti ! Il y a toujours une petite crainte au premier coup de sabot. Je  vois qu'il coupe bien court, plus court que ce que j'ai l'habitude de faire mais mes cheveux repoussent si vite que je ne m'inquiète pas. 

20 bonnes minutes suffisent à tailler tout ça ! Mon coiffeur du jour est sympa, souriant et attentionné mais je vous dirais que c'est à l'image de tous les Taïwanais que j'ai pu croiser. 

Et voilà le résultat ! 

Un dernier bol de nouilles et je suis maintenant prête à rentrer au pays ! 

Voici les coordonnées et la page Instagram de mon barbier dont j'ignore même le prénom ! N'hésitez pas à y faire un détour lors d'un passage à Taipei ! (je peux vous fournir l'adresse des nouilles aussi ;-).) 

Easonhot10

No. 144, Section 1, Zhonghua Road, Wanhua District, Taipei City, Taïwan 108

Instagram

Texte et photos: Serena ( Envoyée spéciale LFACC )

Suivez la sur Instagram @deambulateur

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Over the World

Repost0

Publié le 7 Mars 2018

Around the world : Ludivine en Thaïlande

Ludivine nous avait livré son portrait il y a quelques années. Depuis, cette parisienne de Sète fait son chemin, toujours fidèle à son style. Après "La Shaperie" qu'elle a abandonné après le départ de sa coiffeuse habituelle, elle a coutume à présent de visiter le salon "rebeu" de son quartier, toujours expert en fade. Et même en prenant soin d'une bonne coupe avant de partir, lorsqu'on voyage au bout du monde et qu'on a le style de Ludivine, difficile de ne pas être tentée par "l'aventure" d'un barber local!

Alors Ludivine s'est laissé tenter...

A Phuket, dans le quartier de Patong, le choix ne manque pas. La fréquentation de l'endroit par une faune de touristes hétéroclite et très européanisée fait perdre un peu en exotisme, mais ça ne manque pas d'intérêt. Après avoir traversé un salon de massage, quoi de plus normal en Thaïlande, Ludivine se retrouve dans un barbershop assez classique, pas surpris du tout de voir une jeune femme s'adresser à lui pour une coupe.

Around the world : Ludivine en Thaïlande Around the world : Ludivine en Thaïlande

Pas de surprise, le fade est honnête et le prix est imbattable: 300 bahts, soit presque 8€. Qui dit mieux?

Et même si Ludivine avoue avoir connu meilleure coupe, le résultat l'emmènera facilement jusqu'à son retour en France et les retrouvailles avec son coiffeur habituel.

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Over the World

Repost0

Publié le 11 Février 2018

Around the world : Ninon à Cuba

Ninon était en vacances à La Havane. Ninon a les cheveux courts, depuis... longtemps et Ninon tous les mois, aime bien se faire couper les cheveux. Sa mère aussi d'ailleurs. Alors, dans ce vieux quartier de la capitale cubaine où elles se promènent ce matin là, quand elles voient l'écriteau " Barbero " elles se disent que c'est l'occasion. 

L'endroit est un peu en retrait de la rue, il faut pénétrer l'immeuble et dans le couloir la porte ouvre sur un salon assez typique. Le lieu paraît confidentiel, réservé aux initié.e.s. Briques apparentes, éclairage néon puissant... Un seul fauteuil au milieu de la pièce, qui semble avoir connu des jours meilleurs. Ambiance sympathique, le coiffeur est jovial et ne s'étonne pas d'avoir affaire à des femmes, du moment qu'elles réclament une coupe de cheveux comme il sait les faire. Pour l'une et l'autre c'est bien dégagé derrière les oreilles. C'est rapide, sans chichi, efficace.

Around the world : Ninon à Cuba

Amusant et très exotique aussi. Pourtant Ninon n'est pas tout à fait satisfaite, elle trouve ses cheveux tondus "trop haut". Le coiffeur a sans doute songé bien faire, sur cette jeune androgyne dont il a peut être mal défini le genre... 

La nuque fraîche, les deux femmes paient une dizaine de pesos pour leur deux coupes et retrouvent la rue et la chaleur caribéenne. L'adresse est incertaine... Le coiffeur sans nom... et tout cela est tellement "cubain".

Photos: Ninon Wendling

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Over the World

Repost0

Publié le 25 Octobre 2017

Balade irlandaiseBalade irlandaise

Ça fera bientôt 3 ans qu'on se connait. Et c'est vraiment un plaisir de suivre, à travers son périple, Séléna la baroudeuse. Elle illustre souvent les pages de ce blog et c'est à juste titre parce qu'elle a toutes les qualités des "Femmes Aux Cheveux Courts" que l'on découvre ici, articles après articles. Après le Quartier Libre il y a eu Les Dames de la Côte, puis elle a illustré différents articles, Cette femme là ou Dans la lumière et puis un premier article en Irlande où, en irréductible femme aux cheveux courts, Séléna est toujours en quête d'un bon coiffeur. C'était au début du mois. Il était temps donc d'y retourner...

 

Balade irlandaise

C'est à Dublin cette fois qu'on retrouve Séléna, dans un fameux salon, The Trinity Barber, qui n'a gardé de son aspect "Old School" que la devanture. Patrick, charmant papy de 80 ans, l'accompagne là où il a ses habitudes et du coup, l'accueil est plutôt sympathique. 

Bien sur, c'est plus efficace et plus "branché" que dans le traditionnel salon précédent, resté un peu coincé dans le milieu du XXeme siècle...

 

Balade irlandaise
Balade irlandaiseBalade irlandaise

Une coupe davantage au goût de notre voyageuse...

Prochaine étape, le sud du pays, Cork, où Séléna devrait faire escale quelques temps... au moins celui d'avoir à nouveau besoin d'une coupe de cheveux.

 

Balade irlandaise

Photos: Louis E.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Over the World

Repost0

Publié le 5 Octobre 2017

Around the world - Selena en Irlande

Parce qu'elle me l'avait promis avant de partir en Irlande et parce que depuis qu'elle a les cheveux courts Séléna a du mal à passer un mois sans les faire couper, je savais que je pouvais compter sur elle pour cette rubrique à travers le monde.

Nous voici donc au coeur de l'Irlande rurale et profonde, là où son caractère le plus conservateur se révèle le mieux et où les genres ne se mélangent pas. Si l'on trouve des femmes dans les "barbershops" c'est parce qu'elles y travaillent, comme coiffeuses. Sinon, les salons "girly" sont pour les femmes et les "barbers" pour les hommes.

"Louis m'as accompagnée. Quand la nana a capté que la coupe était pour moi et pas pour lui, elle a un peu hésité quand même, elle n'était vraiment pas à l'aise à l'idée de coiffer une femme."

Cela donne bien le ton...

 

 

Sur la devanture une affiche annonce: Offre spéciale - Père et fils - 18€

Ce qui laisse envisager que la coupe pour une personne ne doit pas être bien couteuse... et que, comment ne pas y penser, ici la valeur familiale et la transmission du "bien dégagé derrière les oreilles" se fait de père en fils.

Et pourtant, Séléna qui aime bien ce style, est un peu déçue du résultat. Sans doute la coiffeuse, habituée à une clientèle vieillissante - "Juste avant moi elle coiffait un papy, et après moi aussi pour te donner une idée"- n'a-t-elle pas osé laisser s'exprimer toute sa créativité. 

 

Around the world - Selena en IrlandeAround the world - Selena en Irlande

Néanmoins, dans un pays encore aux prises avec le débat sur la légalité de l'avortement, Séléna s'attendait bien à cette coupe un peu "vieillotte" et à la nuque relativement approximative, mais à moins de pousser la porte d'un "turkish barber", pas moyen d'avoir un fade digne de ce nom.

Ceci dit, pour 11€, Séléna se trouve soulagée de quelques grammes de cheveux, correctement taillés et prête à patienter encore quelques semaines... jusqu'à la prochaine coupe.

 

Photos: Louis E.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Over the World

Repost0

Publié le 21 Avril 2017

Around the World - Julie en Grèce

Julie c'est un peu le grand reporter du blog. Toujours par monts et par vaux, elle n'hésite pas à pousser la porte d'un salon, où qu'elle se trouve, pour entretenir sa coupe. Après Los Angeles, d'abord avec l'exceptionnelle Alana Lucia, puis avec Richelle Justine toujours chez Blind Barber, la voici au repos quelques jours en Grèce.

Ce n'était pas vraiment prévu, mais en visitant le marché de Ermioni, charmante cité antique des bords du Péloponnèse, ce salon pour hommes lui a semblé parfait pour un petit coup de tondeuse et Julie aime bien faire "au feeling". 

Around the World - Julie en Grèce

Pas grand monde ce matin là, en quelques gestes elle est parvenue à faire comprendre au coiffeur qui ne parle ni l'anglais ni le français, ce dont elle avait besoin. Pas de "super fade", pas d'extravagances, juste un bon "rafraîchissement" pour ne pas rentrer hirsute à Paris. 

Around the World - Julie en Grèce

Photos: Julie M.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Over the World

Repost0

Publié le 14 Avril 2017

Around the World - Coralie au Sri Lanka

Nouvel épisode dans cette rubrique, après Julie à Los Angeles, Marie Lou à Montréal, Adeline à Pékin, Coralie nous raconte son expérience, au Sri Lanka...

A l’autre bout du monde.

Depuis 6 ans, j’aime cette sensation de tondeuse qui frotte mon crâne. Et depuis 6 ans, c’est un besoin viscéral. Je ne me suis donc pas posée la question de savoir ou non s’il fallait que je me coupe les cheveux là-bas, il le fallait. Point. De plus, dès que cette idée m’est venue en tête, il m’était impossible de cesser d’y penser. J’ai donc tout fait pour trouver un endroit où me rendre. Je n’ai ressenti aucune appréhension particulière, après tout, un barbier reste un barbier et il sait raser, barbe ou cheveux, à la demande des clients. J’ai donc commencé par demander aux hôtes et responsables du camping où nous étions s'ils connaissaient un barbier dans le coin. En quelques secondes à peine, j’avais ensuite à ma disposition un tùk-tùk avec chauffeur pour m’emmener, m’attendre sur place, puis me déposer de nouveau dans l’endroit magique où nous avions atterrit.

Around the World - Coralie au Sri LankaAround the World - Coralie au Sri Lanka

A 17h, je suis donc arrivée devant la porte du barbier. Le monsieur qui tenait ce shop ne parlait pas un mot d'anglais et l’expérience n’en a été que plus belle puisque j’avais à mes côtés le chauffeur de tùk-tùk qui venait maintenant de devenir mon traducteur. L’accueil a d’abord été « étrange", les gens présents se demandaient si c’était bien moi qui voulait me faire couper les cheveux, et en même temps, voyant ma coupe, le questionnement a été de courte durée. Je revoit encore le visage du monsieur à mon arrivée. Les gens ont donc été finalement intrigués par cette femme, au style rock’n roll, venue dans cette boutique. Néanmoins, l’accueil a été merveilleux. Je crois qu’aucun coiffeur ne m’a jamais rasé les cheveux avec autant de précision, de douceur et faisant attention à chaque geste. Le résultat a été au delà de mes espérances. Le temps passe, le temps passe. Je commence à me sentir à l’aise, les gens autour aussi. Pascal prenait des photos. Et plus le temps passait, plus la foule arrivait! C’était incroyable. Les hommes à l’intérieur de la boutique prenaient des photos de moi, ne croyant pas ce qu’ils étaient en train de voir et en quelques minutes, une partie du village d’Uda Walawe était présente à l’extérieure, grâce aux appels de tout le monde à l'intérieur. Des enfants qui demandaient qui nous étions, comment nous nous appelions, pourquoi je me faisait raser les cheveux alors que j’étais une femme…etc. Et le lendemain, tout le monde était au courant que j’avais été au barbier du coin!

Around the World - Coralie au Sri LankaAround the World - Coralie au Sri Lanka

Et le lendemain, tout le monde était au courant que j’avais été au barbier du coin! Le sentiments qui m’a parcouru le plus pendant cette expérience, comme tout au long de ce voyage, c’est cette forme de liberté que je revendique par rapport à mon style, et que les sri lankais ont tous vu et apprécié. Je n’ai jamais eu aucun regard lubrique ou malsain venant de la gente masculine, même sur la plage. Mais plutôt des regards et des questionnements sur ce look que j’affirmais là-bas. En fait, je pense que les hommes m’ont considérés comme un petit mec. Et les femmes ont toutes été intriguées, à me tenir les mains, me sourire, vouloir s’asseoir à mes côtés. Ce que je garde le plus en tête c’est ça, le regard de ces femmes, le regard envieux de quelque chose qu’elles n’auront jamais. Sans aucune haine, mais beaucoup d’admiration. Car je pense en effet, qu’aucune sri lankaise ne s’est jamais fait raser les cheveux chez un barbier, et qu’aucun barbier, n’a jamais vu de femme dans sa boutique.

Around the World - Coralie au Sri LankaAround the World - Coralie au Sri Lanka

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Over the World

Repost0