Publié le 30 Juin 2019

Photo: Chloé Lobre par Anna Harty

Photo: Chloé Lobre par Anna Harty

Ce n'est qu'une histoire de langage et pour l'entendre souvent, de la bouche de jeunes femmes ou d'androgynes non-binaires, cela reste toujours en bonne position dans les "to do list" de chacune. Inutile de penser que la chaleur ou quoi que ce soit ait quelque chose à voir la dedans. C'est une envie, point. Mais pourquoi est-ce qu'on entend plus souvent employé le mot "rasée", que tondue, qui serait techniquement plus approprié? Et sans parler d'une exagération bien fréquente qui fait dire à certaines qu'elles se sont "rasé" les cheveux alors que le coiffeur a juste coupé 5cm de leur sempiternelle coupe au carré...

Alors cela doit être le mot lui même qui ne plait pas? Non parce que le dictionnaire lui ne fait pas de différence. Tondre, verbe transitif du latin tondere: couper les cheveux de quelqu'un à ras avec une tondeuse, ex: tondre un prisonnier. C'est peut être cet exemple justement qui heurte, parce que ce verbe est trop souvent associé à une contrainte, une punition, un châtiment. Il a pourtant quelque chose de champêtre, de bucolique, entre pelouse et mouton et puis surtout il veut bien dire ce qu'il dit. Aujourd'hui où pratiquement tout le monde possède une tondeuse électrique chez soi et en use sans vergogne, le terme aurait pu retrouver sa place légitime dans le vocabulaire. D'autant qu'à bien y regarder il sonne un peu comme une provocation, une façon de bousculer la bien pensance, comme ces mots vulgaires que les bourgeoises aiment bien placer dans leur conversation.

Comme toujours, on compte sur les plus jeunes pour effacer les sortilèges du passé, qui ont pu un jour, s'abattre sur les mots...

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 27 Juin 2019

Photo: John Malonakis

Photo: John Malonakis

Même les psychologues ont du mal à donner une définition de la féminité qui ne serait pas dégoulinante de clichés et de préjugés. Les sociologues se contentent de tracer cela dans le temps et de rappeler les différentes images de la femme à travers les époques. Les femmes elles mêmes, ont toutes une approche personnelle et il apparait impossible d'être catégorique. Il reste pourtant quelques dénominateurs communs, le comportement, le regard, la sensualité, la sensibilité... tout serait dans l'attitude plutôt que dans l'apparence.

L'apparence justement, qui n'aura jamais rien à voir avec la féminité, pas plus le vêtement que la coiffure et que pourtant la plupart des gens persistent à considérer comme son indicateur le plus évident. 

Pourtant, chacune de celles qui l'ont expérimenté, vous dira à quel point elle s'est senti davantage femme et féminine lorsqu'elle s'est redécouverte avec les cheveux coupés très courts. C'est là tout le paradoxe. Il doit y avoir une limite, un point jusqu'auquel le curseur accentue la féminité et au delà duquel il pourrait, peut être, mais rien n'est moins sur finalement, la ruiner. C'est un code nouveau, une affirmation indiscutable, une démonstration de féminité qui ne serait pas entachée par la domination et ramène l'humain à davantage d'égalité sans considération de sexe ni de genre. La femme aux cheveux courts n'est pas une proie. Il aurait même des hommes qui se coupent les cheveux comme elle...

Photo: John Malonakis

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 26 Juin 2019

Manuela Giugliano

Manuela Giugliano

Peu m'importe, en fin de compte, qui emportera le trophée. Je ne suis pas très accessible au football en général et plus encore que les joueurs, les supporters m'exaspèrent. Mais bon! Je mesure tout de même que ce sport, sans doute le plus populaire qu'on connaisse, a tout de suite une autre allure dès qu'il est joué par des femmes et je me laisse facilement prendre au jeu. C'est comme si, d'un seul coup d'un seul, tout ce que j'avais à reprocher à ce monde là, se trouvait transformé en son exact contraire. C'est élégant, technique, fair-play, accrocheur, déterminé, loyal et le public redevient familial, féminin, bon-enfant. Enfin bref! Je me demande si comme pour le reste, les femmes ne sont pas aussi l'avenir du football.

Sauf que, avant d'être millionnaires comme les garçons, les filles doivent allécher les sponsors et les diffuseurs télé. Et pour cela, l'ombre plane de certaines injonctions qui leurs seraient faites d'être "un peu plus attractives visuellement", du genre, avoir de beaux cheveux longs pour que les queues de cheval tournoient au gré de leur course, ce qui semblerait être un sommet de la féminité.

Croyez moi, je serai tout aussi révolté si à la manière peut être des chinoises ou des coréennes on leur imposait d'avoir une coupe réglementaire. Heureusement, grâce à certaines, comme Manuela Giugliano ( Italie ) ou Lina Hurtig ( Suède) et bien d'autres finalement, la féminité  

Lina Hurtig

s'exprime d'une autre manière que celle imprimée dans le cortex reptilien des vieux maitres de la FIFA et la diversité, timide, persiste. Alléluia!

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 20 Juin 2019

Photo: Ale Caruso

Photo: Ale Caruso

L'ombre n'existerait pas sans la lumière, cela semble évident, mais réciproquement, la lumière n'aurait pas lieu d'être sans l'obscurité. L'une révèle l'autre, le clair, l'obscur, le jour, la nuit, il faut un contraire à chaque chose pour donner du sens et n'est-ce pas à la confrontation des deux qu'apparaissent les moments le plus précieux? Lorsque la nuit tombe et que le jour n'est pas encore enfuit... 

Il en est ainsi pour ce blond, souligné par le châtain, le plus long révélé par le très court et la lumière qui s'installe, derrière et au dessus, masquant le visage mais éclairant les cheveux ras ou le contour d'une oreille bien dégagée. Ces détails si infimes que la pleine lumière noierait insensiblement ou que l'ombre masquerait totalement. En se conjuguant au contraire, elles dévoilent bien des choses exaltantes, nourrissent l'imaginaire, éveillent les sens donnant envie d'une main qui viendrait toucher chacun de ces détails pour s'en assurer... jusqu'au duvet de la peau.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost0

Publié le 17 Juin 2019

Méli Rezeg @youngbadass_

Méli Rezeg @youngbadass_

Voilà bien un sujet dont il n'est pas besoin de discuter durant 107 ans ( Bon ben là, 10 en l'occurrence... ) diront les pragmatiques, celleux qui se posent le moins de questions possible pour aller toujours à l'essentiel. Seulement voilà, l'essentiel n'est pas le même pour tout le monde. Il en est des pour qui l'essentiel est un peu parsemé tout au long du chemin, dans une multitude de petits détails. Et souvent les détails sont l'essentiel, on le sait bien.

Changer, quand depuis longtemps, imagine-t-on, on a la même allure, le même style, c'est bien légitime et très humain. Des années durant, les cheveux courts, très courts même, la nuque rasée, les tempes tondues et un jour vient naturellement l'envie de voir pousser un peu ses cheveux. On a l'état d'esprit pour cela, le temps, l'humeur, alors après avoir sauté un, puis deux rendez vous chez le coiffeur, on se dit pourquoi pas? Puis on y retourne, on lui explique le nouveau cap à suivre et on taille un peu, à peine, histoire de faire propre, mais inéluctablement la chevelure s'épanouie. Alors il faut user d'artifices, de cire, de gomme, de gel, d'épingles et de barrettes... 

Seulement voilà... On sous-estime la force des sensations, celles qu'on a explorées durant des années, ce shoot de confiance en soi qu'on éprouve à chaque coupe bien fraîche, cette volupté à caresser son cou dégagé, cette délectation à l'androgynie tutoyée ou réaffirmée,

MéliMéli
MéliMéli

Méli

ces gestes qui rassurent, qui font sourire et qui sont devenus si familier. Tout cela ne se balaie pas d'un revers de main...

La parenthèse était charmante, certain.e.s y ont cru, d'autres ont souri et puis quelques mois plus tard on retrouve avec bonheur, cette coupe devenue un estampillage personnel, une marque connue, celle avec laquelle tout le monde vous reconnait, depuis si longtemps et ces retrouvailles sont parfois aussi chaleureuses que la satisfaction d'un changement hasardeux aurait pu l'être, l'orgueil d'avoir tenté le coup et la petite jouissance de sentir à nouveau ses cheveux "longs" mâchouillés par les lames de la tondeuse pour avoir à nouveau la nuque bien rasée. 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 16 Juin 2019

La résistance s'organise!

Après les révélations d'une sociologue, soupçonnant la Fédération Internationale de futchebôle "d'inciter" les joueuses à conserver une allure "féminine" pour des raisons obscures d'image médiatique et de droits de retransmission (sic)

(Voir le texte ci-dessous publié sur la page FB du blog )

j'étais, je l'avoue, un peu dépité à la perspective de ne plus voir sur les terrains de France et de Navarre où se déroule la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, que des athlètes courant, dribblant, contrôlant et shootant, le visage battu par les plus longues queues de cheval .. du monde! 

De fait, l'équipe des Bleues que je soutiens de bon cœur, à part Wendie Renard et Sarah Bouhaddi la gardienne de but, m'a fait croire un instant que tout le monde avait été sommé de se faire poser des rajouts pour avoir les cheveux aussi longs que les consignes supposées de la Fédération imposait à chacune. Soudain, la compétition m'a semblé étrange, comme si une fois encore l'homme parvenait à maitriser le comportement de ces joueuses, pour de simples raisons de profits, arguant qu'il fallait en passer par là pour espérer un jour avoir des salaires comparables ( de loin ) à ceux des joueurs masculins.

Et puis, malgré tout, j'ai vu, ici et là, au fil des matches, des joueuses de différentes nationalités qui semblaient résister au diktat, comme par exemple Sophie Schmidt et Rebecca Quinn de l'équipe nationale canadienne

La résistance s'organise!La résistance s'organise!
La résistance s'organise!La résistance s'organise!

ou encore Lorena Benitez de l'équipe argentine. Evidemment je ne parle pas des équipes asiatiques, pour qui visiblement les directives supposées de la FIFA n'ont pas été traduites dans la langue ad hoc et encore moins de la Chine où ce serait plutôt obligatoire d'avoir la coupe réglementaire.  

Il m'avait pourtant bien semblé que l'expression de la diversité était un gage d'épanouissement et d'intelligence... Bon ça fait rien, je continue à regarder jusqu'au bout!

Force & Honneur comme disait Maximus 

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 12 Juin 2019

Libres

La mélancolie passagère de ses yeux clairs jetait un regard absent sur le portrait serein mais impassible de la figure qui ornait son épaule. '' Homme libre, toujours tu chériras la mer ''. Sa peau tannée par le soleil de l'été naissant contrastait avec le blond de ses cheveux drus. A quoi pouvaient bien songer ces personnages ? Le marin à la casquette visée sur le crâne fumant passivement se remémorait-il quelque étendue lointaine se déversant aux confins du globe ? L'autre qui le contemplait sondait-il cette nonchalance presque déconcertante propre aux grand voyageurs ? Le champ des possibles s'ouvrait à leurs pieds ; ils pouvaient tout aussi bien penser encore à quelque amour perdu ou à ces corps serrés lors d'une étreinte furieuse. Mais c'était surtout la tendre indifférence du monde qui était arborée sur leurs deux visages.

Texte et photo Marie Corcelle

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Chronique de Marie

Repost0

Publié le 6 Juin 2019

©jeaneg

©jeaneg

Il faut de l'audace et une belle assurance pour, sans hésiter trop longtemps, passer des cheveux longs aux cheveux courts, puis rapidement aux cheveux très courts, coupés "au bol". Mais l'audace est juste la conséquence d'un caractère. La coupe de cheveux, elle, est la mise en harmonie de ce caractère qui définit la personnalité et l'image que l'on projette sur les autres.

Clara a ce type de détermination et elle n'a pas hésité longtemps avant d'adopter ce style qui, irrémédiablement, la distingue parmi la foule. En le faisant, elle s'inscrit dans une routine où le besoin se confond avec l'envie. Le besoin de retrouver chaque mois la coiffeuse qui va

©jeaneg

soigneusement, de quelques coups de tondeuse, réaffirmer la singularité de la coupe, accentuer le contraste entre long dessus et rasé autour, structurer davantage ce qui dans quelques temps sera une coupe au bol idéale. Mais aussi l'envie, toujours plus intime, de retrouver la texture si particulière des cheveux tondus, la rigueur d'une frange bien nette, l'excitation d'une caresse sur la nuque rasée...

Ainsi le besoin peut se justifier par l'envie et l'envie s'excuser par le besoin, parce qu'une telle coupe ne mérite pas l'approximation, parce que les cheveux très courts nécessitent la précision et la régularité de l'entretien, parce qu'il y a une part de plaisir dont elle n'a aucune raison de se priver.

Plus tard elle envisage d'autres styles, toujours aussi court, peut être même davantage, mais elle a pour l'instant besoin de se rassasier et d'explorer celui-là dans son entier, de l'avoir dans sa plus parfaite expression... Un besoin. Une envie...

©jeaneg

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 2 Juin 2019

Under quoi?

C'est curieux cette aisance que l'on a aujourd'hui à renommer tout ce qui existe depuis déjà des lustres. Et les choses s'aggravent semble-t-il depuis que les femmes aux cheveux courts s'approprient avec talent des styles originellement masculins. Souvent la bagarre se situe entre les termes français et anglo-saxons. Si l'on parle de "fade" qui est un mot général signifiant "fondu" et qui se décline en "skin fade", "low fade", "high fade" pour déterminer si ce dégradé fondu se fait juste aux contours ou bien plus haut sur les côtés, on aurait très bien pu garder l'expression française qui est "dégradé", le fondu étant la manière plus ou moins habile de "fondre" la jonction entre le très court et la partie plus longue, rendant harmonieuse transition entre rasé et de plus en plus long. Eh bien non! On a décidé d'appeler ça " un dégradé américain" (sic)... 

Bon tout le monde suit?

Un autre style plus courant encore est identifié comme "undercut", un terme des plus vagues qu'on pourrait traduire par "coupé en dessous". Bon ok, dit comme ça, ça fait pas rêver. Or si l'on a pas trouvé de terme pour traduire correctement, undercut est entré dans le vocabulaire mais bizarrement cela ne signifie pas la même chose pour une femme que pour un homme. En effet, longtemps, au féminin undercut signifiait ça:

C'est à dire un petit plaisir que certaines s'offraient en faisant tondre leurs cheveux sur la nuque ou à peine autour des oreilles et qui restait camouflé sous les cheveux longs tant qu'ils n'étaient pas relevés et attachés.

Mais ça, c'était avant!

Parce que depuis longtemps les femmes aux cheveux courts ont décidé que ce qui allait bien aux hommes leur allait bien à elles aussi. Alors cette undercut que les hommes portent, peut être sans le savoir, depuis les années 30, façon Peaky blinder ou Hitler jungend et qui persiste au long

des décennies comme une tendance permanente, ne s'appelle "undercut" que depuis peu, sans qu'on ai jamais réfléchi à lui trouver un autre nom que "coupe de collégien" ( college contour ) ou classic contour. 

Bref!

Tout ça pour dire que l'undercut d'aujourd'hui finirait presque par être plus féminine que masculine. Une sorte d'apothéose pour celles qui n'ont jamais eu peur d'être "moins féminine" parce qu'elle adopte un style que certain ne veulent que masculin. CQFD

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 1 Juin 2019

Balance ton hashtag

Oui j'avoue, je suis un geek. Même pire, je suis collé sur Instagram du matin au soir, à peine levé le matin, pendant que je fais ma grosse commission je check toutes les stories qui ont été postées pendant la nuit, la journée rien ne m'échappe et le soir en me couchant au lieu de lire le dernier roman de Sonja Delzongle, quelques pensées philosophiques de Frédéric Lenoir ou les dernières aventures de Sylvain Tesson, je scrolle une dernière fois mon iPhone pour être sûr de ne rien manquer... j'ai une vie lamentable, je sais.

Du coup j'ai créé mon propre hashtag, #lesfemmesauxcheveuxcourts, une sorte de cryptogramme à la Dan Brown que seul.e.s les initié.e.s reconnaissent. J'adore les hashtags, cette façon d'écrire une phrase entière comme un seul mot. Certains n'ont vocation qu'à une seule publication, inventés dans l'instant pour souligner la nature de la photo, genre #cestlaviemapauvrelucette ou encore #monradiateuraplusdestyle. On perçoit tout à travers un hashtag bien choisi, l'humeur, le regret, l'envie, la météo, la solitude, l'intérêt... Bref! Ces quelques lettres misent bout à bout au mépris de toute orthographe connue, sont comme un mot de passe qui donnerait de la valeur ajoutée à une photo qui risquait la banalité. Ainsi cette photo de Christelle prise par Audrey pendant leur périple à Montréal, un contre-jour qui aurait pu être fatal, mais qui pourtant inspire bien la tendresse de l'une pour l'autre, un cliché qui avait toutes les chances de passer inaperçu pour autre que les intéressées, eh bien le voilà sorti de l'insignifiance par quelques hashtags bien choisis comme par exemple #nuquerasée, qui, même s'il est loin de la notoriété de #lesfemmesauxcheveuxcourts, n'en attirera pas moins quelques curieuses/x par sa suggestivité ( Bien que cette nuque rasée en l'occurrence, le soit davantage en temps normal ).

Mais c'est promis, un jour j'arrête tout ça, je chausse mes pompes de rando, je vais respirer le grand air à la montagne et je relis l'œuvre complète de Victor Hugo... un jour.

Photo: Audrey Gimenez

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0