Articles avec #divers & varies tag

Publié le 19 Octobre 2017

Révolutionnaire

Il y a 100 ans, les russes ont failli inventer un monde meilleur... Hélas ils n'ont fait que créer un nouvel enfer.

Bon, je suis pas là pour faire la chronique "Histoire contemporaine" hein! Mais dans cette histoire qui a tout juste 100 ans, il y a un fait qui serait presque passé inaperçu... 

Alors un bref rappel du contexte hein? Nous sommes donc en 1917, la Russie du Tsar est en guerre, comme tout le monde, contre l'Empire Austro-hongrois  et l'Allemagne. Mais en même temps, comme c'est un peu le bordel, dès le début de l'année il y a une première révolution à bord et Nico "le Tsar" ne tarde pas à être licencié. Bon.

Pendant ce temps là, comme toujours quand rien ne va plus, les femmes s'en mêlent et puisque l'ennemi est partout, aux frontières comme à l'intérieur, se créent des bataillons exclusivement féminins que l'Histoire appellera "Bataillons de la Mort", tellement ces recrues là sont déterminées à ne pas laisser ce "monde meilleur" leur échapper. 

Elles viennent de partout et de toutes les couches de la société, elles sont commandées par une femme, Maria Botchkareva et encadrées par des soldats de métier. On leur donne des uniformes d'homme et on leur rase la tête, pour que tout le monde comprenne qu'il ne s'agit pas d'un patronage pour dames.

Hélas bientôt, la révolution elle même est mise en danger par les bolcheviks et l'un de ces bataillons  de femmes se retrouve au mois d'octobre à défendre le Palais d'Hiver où se trouve le gouvernement provisoire. L'Histoire retiendra plutôt le symbole que le fait d'armes. Désarmées, arrêtées et incarcérées, elle paieront cher, comme on peut l'imaginer, leur engagement.  

Les Bataillons de la Mort

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Divers & variés

Repost 0

Publié le 8 Octobre 2017

Qui connait Terra Jo Wallace?

Soyons clair, par les temps qui courent, les modèles aux cheveux ras ne sont plus très rares. Ça reste toujours spectaculaire, attrayant, étonnant, audacieux... mais plus exceptionnel. Pas vraiment de quoi fouetter un chat donc. Sauf que, en parcourant le compte Instagram de Terra Jo Wallace, on découvre à l'occasion de ce moment particulier où elle fait tondre ses cheveux, une déclaration plutôt enthousiasmante... 

  • The background:
    Growing up, the ideals of femininity by societal standards were shoved down my throat. As the prime examples of women around me were raw, like my hardworking independent single mother of 5, she was not applauded. Instead, praise of a woman seemed to come in form of push up bras & fixed hair. 'Be like her' was the echo heard around the world. More than ever, the same kind of pressure & comparison young girls face thrives. Its no longer just the make-believe world of publications & film that heavily force unattainable womanly roles- we now have social media, where life of our very own neighbors & peers is filtered & altered for mass & instant appeal. However, we have the choice and full control of what we use this platform to say and that is something special. 
  • L'arrière plan:
  • En grandissant, on m'a fait ingurgiter les standards de la société sur les idéaux féminins. Comme le premier modèle de femmes autour de moi était différent, ma mère, cette femme, indépendante et mère célibataire de 5 enfants, elle n'était pas vraiment applaudit. Au lieu de ça, on faisait l'éloge de celles qui portaient des soutien-gorges avantageux et étaient bien coiffées. Dans le monde entier on disait qu'il fallait être comme ces femmes. Plus que jamais, les jeunes filles devaient faire face la même sorte de pression et de comparaison. Ce n'est plus seulement les magazines et la vidéo qui forcent à ces rôles inaccessibles. Il y a maintenant les réseaux sociaux où la vie de nos voisins et de nos contemporains est décortiquée doit répondre à un attrait massif et immédiat. Cependant nous avons le choix et le contrôle total sur la manière dont nous utilisons ces réseaux sociaux.

  • The before: 
    Being in a box feeling like i had no voice- that all i was, was a product or image alone. I couldnt do that feeling anymore..Leading up to this opportunity, Ive been hearing "Wow, you are brave!" . Although thats far better than being labeled an 'outcast' (as one would probably be considered 10 years ago) I feel this decision will bring me great freedom. Freedom from all previous notions and labels of what a woman is. So what better way to unlearn all of what i was taught? What better way to start fresh & expose my truth?
  • L'avant:
  • Je ne pouvais plus rester dans cette boite, avec le sentiment de n'avoir pas voix au chapitre, d'être un produit ou seulement une image. Lorsque j'ai saisi ma chance j'ai entendu des commentaire du genre " Wow! vous êtes courageuse". Bien que cela soit déjà de loin mieux que d'être qualifiée d'inclassable ( ce qui aurait certainement été le cas 10 ans auparavant ) j'ai senti que cela allait me procurer une grande liberté. Liberté de toutes ces notions et standards qui sont imposés aux femmes. Alors quelle meilleure manière pour moi de défaire tout ce qu'on m'avait appris? Quelle meilleure manière de prendre un nouveau départ et d'affirmer ma vérité?

    The after: 
    The second i raised the clippers to my head, i began to shed not only my hair but every ounce of insecurity, self doubt, & excuse that has ever held me back. It was a total unapologetic 'here i am' moment. Liberating in every possible way. All past experiences were gone & i was new. The real me today. Not the unsure, in-my-shell victim, but the victorious, assertive, confident woman ive always knew i could be. Everything you are is enough. There is no need to reach outwards for anything more. Its all within you, & it has been all along. Beauty is NOT an image. Its in every worldly thing- it is experience. It is in our differences, it is in culture, language, individuality & comes back full circle in what we have to share that is common. Quit trying to grow up! Try growing into your own. Whatever that means to you.
  • L'après:
  • A la seconde où la tondeuse à commencé à glisser sur ma tête, disparaissaient non pas seulement mes cheveux, mais aussi chaque once d'insécurité, de doute et de prétexte invoqué pour excuser mes renoncements. C'était un moment de totale insolence pour dire "me voilà". Libérant toutes les issues possibles. Toutes les expériences du passé étaient effacées et j'étais nouvelle. La véritable moi d'aujourd'hui. Pas la femme incertaine, enfermée dans sa coquille, mais la femme victorieuse, affirmée et confiante que j'avais toujours su que j'étais. L'essentiel est là. Il n'y a pas besoin de chercher ailleurs quoique ce soit. Tout est en vous et cela depuis toujours. La beauté n'est pas une image, elle est en chaque chose littéralement. C'est dans nos différences, dans la culture, le langage, l'individualité et dans tout ce que nous avons en commun à partager. Il est temps de grandir! Essayer d'être vous même. Qui que cela soit.
Qui connait Terra Jo Wallace?

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés, #Humeurs

Repost 0

Publié le 27 Septembre 2017

feat. Flavia et Oriane

feat. Flavia et Oriane

La mère Dugenou, ma voisine, n'en revient pas. Dans le quartier depuis quelques temps, elle croise des gens, des jeunes, sans parvenir à faire la distinction entre garçons et filles. Dans la rue il y a des bars, de la musique, des endroits où l'on danse et toujours plus de cette jeunesse qu'elle ne parvient pas à démêler...

Mais là où ma voisine me surprend le plus, c'est lorsqu'elle m'avoue que finalement, elle aime ça. Et comme elle voit que je suis stupéfait de cet aveux, elle m'explique:

"Ben oui vous voyez, finalement c'est ça les femmes modernes. Aujourd'hui elles n'attendent pas qu'on leur dise quoi faire, elle font. Elles dansent, elles boivent, elles fument, elles s'aiment, boivent des pintes de bière et se coupent les cheveux , s'habillent comme elles veulent... C'est pas comme quand j'étais jeune... Des fois j'ai envie d'aller me mêler à elles... mais je suis trop vieille maintenant..."

J'ai ressenti la tristesse de ces derniers mots... C'est vrai qu'elles sont admirables ces femmes actuelles qui brouillent toutes les cartes et s'affranchissent des vieux codes. Elles paraissent sans peur, indépendantes et pleine d'assurance, ne renoncent à rien, dessinent une nouvelle féminité, sans artifices et sans appâts.

Alors j'ai pris ma voisine par la main, on a traversé la rue pour aller boire une pinte sur le trottoir du bar d'en face, avec ces femmes aux cheveux courts... Et c'était bien.

 

Photo: Camille Feraille

 

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés, #Nouvelles et petites histoires

Repost 0

Publié le 10 Septembre 2017

Bénéfices et dividendes

Sans doute que le jour où Chloé a tondu ses cheveux, elle n'imaginait pas tout ce que cela pourrait apporter de positif dans sa vie. Depuis le portrait écrit dans ces pages, cette coupe qui souvent est un passage, une période pour celles qui l'osent, s'installe, pour elle, un peu comme une nécessité, l'expression d'un état d'âme.

On se rappelle qu'à l'époque c'était l'engagement physique dans son projet "Renew" avec la photographe Margaux Gayet, qui l'avait incitée à exhausser cette envie qui lui trottait dans la tête depuis un moment. Il n'y avait là aucun calcul, juste le besoin d'être le plus authentique possible dans cette oeuvre surprenante...  

Bénéfices et dividendesBénéfices et dividendes
Bénéfices et dividendesBénéfices et dividendes

... où elle incarne véritablement et de manière stupéfiante Leonardo Di Caprio, Edward Furlong, Natalie Portman ou Keira Nightley dans des rôles très connus. ( D'ailleurs je vous donne rendez vous sur la page Facebook du blog pour un petit jeu )

Outre cette performance, la nouvelle tête de Chloé lui a ouvert les portes de nombreux créateurs et photographes, si bien qu'elle en tire aujourd'hui encore des dividendes. Mais l'essentiel je crois, est qu'elle se rapproche le plus possible de sa personnalité en conservant ses cheveux ras, professionnellement taillés et de manière sophistiquée, comme une marque personnelle, un signe imparable de reconnaissance.

"Renew" à la galerie Highways de Santa Monica du 9 septembre au 22 octobre 2017

Chloé Lobre

Margaux Gayet

Voir les commentaires

Rédigé par Jeaneg

Publié dans #Divers & variés, #Portrait

Repost 0

Publié le 23 Août 2017

Vous dire que je l'ai aimée en Impératrice Furiosa dans le dernier Mad Max serait un léger euphémisme. Et croyez moi sur parole, ce n'était pas juste à cause de sa coupe double zéro. D'ailleurs il se trouve que le blond peroxydé et la frange qui lui mange les yeux lui vont tout aussi bien. C'est plutôt le côté "femme d'action" qui m'enthousiasme et là, franchement, je ne suis pas déçu.

Pendant que le Mur de Berlin se casse la gueule, Lorraine Broughton vient chercher des noises au KGB, défaire les embrouilles du MI6 et de la CIA et rouler des pelles à la DGSE. Bon, cherchez pas, le scénario est un peu léger et ce film là n'est pas un film d'espionnage. 

Mais par contre c'est un vrai film de baston, un film d'action dont l'héroïne est une femme, avec tout les atouts d'une bombe atomique et le coup de coude dans les molaires dévastateur.

Ooooh bullshit!

"Pleasure to offer, joy to receive", autrement dit quand on donne, il faut savoir recevoir et la blonde, toute atomique qu'elle soit, se fait pas mal démonter le portrait dans des bagarres où on entendrait presque les os craquer. A ce jeu là, elle sait donner.

Et ça me fait plaisir, à moi, de voir au cinéma des rôles bien trempés tenus par des femmes aussi badass que Charlize Theron

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Divers & variés

Repost 0

Publié le 16 Août 2017

La très-chère était nue, et, connaissant mon coeur,
Elle n'avait gardé que ses bijoux sonores,
Dont le riche attirail lui donnait l'air vainqueur
Qu'ont dans leurs jours heureux les esclaves des Maures.

Quand il jette en dansant son bruit vif et moqueur,
Ce monde rayonnant de métal et de pierre
Me ravit en extase, et j'aime à la fureur
Les choses où le son se mêle à la lumière.

Elle était donc couchée et se laissait aimer,
Et du haut du divan elle souriait d'aise
A mon amour profond et doux comme la mer,
Qui vers elle montait comme vers sa falaise.

Les yeux fixés sur moi, comme un tigre dompté,
D'un air vague et rêveur elle essayait des poses,
Et la candeur unie à la lubricité
Donnait un charme neuf à ses métamorphoses ;

Et son bras et sa jambe, et sa cuisse et ses reins,
Polis comme de l'huile, onduleux comme un cygne,
Passaient devant mes yeux clairvoyants et sereins ;
Et son ventre et ses seins, ces grappes de ma vigne,

S'avançaient, plus câlins que les Anges du mal,
Pour troubler le repos où mon âme était mise,
Et pour la déranger du rocher de cristal
Où, calme et solitaire, elle s'était assise.

Je croyais voir unis par un nouveau dessin
Les hanches de l'Antiope au buste d'un imberbe,
Tant sa taille faisait ressortir son bassin.
Sur ce teint fauve et brun, le fard était superbe !

Et la lampe s'étant résignée à mourir,
Comme le foyer seul illuminait la chambre,
Chaque fois qu'il poussait un flamboyant soupir,
Il inondait de sang cette peau couleur d'ambre !

Texte: Charles Baudelaire  "Les Fleurs du Mal"  (1857) - Les bijoux

Photo: S. Borel

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés

Repost 0

Publié le 5 Août 2017

Photo: Fany Meil

Photo: Fany Meil

Là-bas au bout des terres c'est le vent qui a façonné la lande, verte aux reflets pourpres de bruyère. Les pins y ont l'allure d'un coup de pinceau qui aurait glissé de la toile, maladroitement. La mer s'est chargée du granit et l'a découpé à coups de burin de ses vagues tempétueuses... Elle est d'ici, héritière de la mer et du vent, comme cette terre brute et fascinante.

Elle a dans la tête des récits d'aventures et des courses au bout du monde sur des goélettes triomphantes mais tous les trésors sont cachés dans son coeur. Comment pourrait-elle être différente de cette androgyne aux cheveux courts et à l'allure de matelot? Elle est Jack London, elle est Jim Hawkins, elle est une héroïne d'Hemingway...

C'est ici qu'elle est née et qu'elle renait, à chaque fois. Peut être que vous la verrez, un jour sur la falaise, tendre les bras vers l'océan, escortée par les goélands qui hurlent dans le vent...

Citation: V.Hugo  

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses, #Divers & variés

Repost 0

Publié le 25 Juillet 2017

Coralie, l'aventurière du Sri Lanka, tous le monde s'en souvient mille sabords! Le sac à terre, elle se lance à présent dans une autre aventure... L'exploration d'elle même, à travers l'objectif des professionnels.

Et là voyez vous, j'en ai l'eau à la bouche.

Parce que Coralie, avec son corps androgyne, ses yeux couleur lagon polynésien, sa coupe de cheveux aux contours rasés et son sourire "ultra bright" aux quenottes bien rangées pourrait bien nous faire un malheur.

Elle est la fille de l'air du temps, la fille sans peur, une gueule d'ange avec un coeur de baroudeur. Peut être celle qui manque au paysage de la mode, alors qu'on sent bien que ce sont ces modèles là qui font réagir et qu'on a de plus en plus envie de voir...

Elle n'est pas vraiment débutante, connait quelques bons photographes, mais pour lancer son book, il fallait cette vidéo... qui ne dissimule rien.

Et c'est d'la balle!

Photo: Krawa de La Rochelle

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés

Repost 0

Publié le 7 Juillet 2017

C'est peut être un phénomène de saison? La chaleur est souvent prétexte à certaines coupes plus radicales... On coupe, on tond, on rase même. Comme un courant de folie, les médias en rajoutent aussi, se faisant l'écho de la singularité de certaines, connues ou moins connues, actrices, chanteuses, mannequins...

Les plus hardies montrent le chemin. La plus part ont déjà les cheveux courts d'ailleurs. Parfois le langage aide à "s'ambiancer", comme pour s'exciter davantage, chaque passage chez le coiffeur est l'occasion d'annoncer qu'elles vont "passer à la tondeuse". Quelque chose d'étrange les fait vibrer.

Et puis arrive ce moment que tous prennent pour de la folie et qui n'en est pourtant pas. Une envie qui souvent vient de loin. C'est l'été, les vacances, il fait chaud et il n'y a pas d'obligations pendant quelques semaines... alors... "On rase tout!" C'est ce qu'elles s'entendent dire, face à elles mêmes, chez le coiffeur. Et la coupe se fait, comme d'habitude au début, jusqu'au moment où la tondeuse se pose sur le front. Cette vibration là est nouvelle, jamais ressentie sur le sommet du crâne. Comme une douce griffure, les dents du sabot de plastic sillonne le cuir chevelu et la physionomie change, tellement qu'on se découvre encore, nouvelle, même si on était habitué aux cheveux courts. C'est excitant comme faire une bêtise, amusant aussi. Et puis le dernier coup de tondeuse donné, le coup de brosse passé, il faut toucher, pour bien réaliser et jouir de cette sensation nouvelle. "Eh bien voilà, c'est fait" se dit-elle, un peu apeurée, mais tellement fière.

Photo: Ana Misetic

 

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Divers & variés

Repost 0

Publié le 6 Juillet 2017

Comme une carte postale

Ça fait longtemps que je connais Emilie. Si aujourd'hui elle a quitté ma grande ville du Sud et qu'on se voit moins fréquemment, elle ne manque cependant jamais de faire un petit signe et de me raconter ses dernières aventures. C'était le cas hier... un peu comme une carte postale de vacances...

" Coucou! je voulais te faire part de mon expérience d'aujourd'hui. J'ai été me faire couper les cheveux à Echirolles parce que je suis dans ma famille ces jours-ci. 

Le temps d'un instant j'ai voulu retrouver une bonne sensation ( celle de la tondeuse bien sûr ) et surprise! Je me présente dans un petit barbershop masculin et il accepte de me prendre. 

J'ai attendu un peu parce que c'était sans rendez vous et il y avait 5 personnes devant moi. Quand mon tour est arrivé, je me suis retrouvée sur le fauteuil, il a mis la tondeuse en marche... et c'était parti!

Et là, il coupe, coupe et coupe pendant 40 minutes mes cheveux qui avaient vraiment trop poussés. Enfin arrive le moment de voir le résultat... J'ADORE! A la vue, au toucher, tout me plait. Mais ce n'est pas tout. Au moment de payer, avec simplicité et gentillesse il me dit: 10€. C'est pas beau ça?"

Franchement, ça fait plaisir de voir que parfois, les choses sont idéales pour les femmes aux cheveux courts. 

Merci Emilie @miloupetitloup

Merci aussi à Michel Coiffure, barbershop à Echirolles ( 38 )

 

Comme une carte postale

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés

Repost 0