Articles avec #divers & varies tag

Publié le 4 Janvier 2017

Dans la vie il y a des Kaktus

Mais ce Kaktus là ne risque pas de vous blesser... ce serait même plutôt le contraire. 

Kaktus c'est... comment dire... un magazine nouveau genre, ou plutôt un livre-magazine, ou bien encore... un objet. Oui voilà! Kaktus est un objet. Un bel objet d'abord qui peut avantageusement trainer sur la table basse du salon sans heurter le regard des maniaques du rangement. Et puis cet objet, si vous le prenez et l'ouvrez, c'est un peu comme si vous embarquiez sur une croisière... Des endroits nouveaux, des rencontres, de l'artisanat... " Là, tout n'est qu'ordre et beauté, calme luxe et volupté..." comme disait l'oncle Charles.

Et là vous vous dites:" Mais qu'est-ce que c'est que ce binz? V'là qu'il nous parle de bouquins maintenant? "

Ben oui mais non! Si je parle de cet objet-livre-magazine c'est parce que sa rédactrice en chef n'est autre qu'Auriane, une jeune femme aux cheveux courts que les lectrices ( et lecteurs ) les plus assidues reconnaitrons certainement.

Dans la vie il y a des Kaktus

Alors oui, on pourrait dire que finalement, quand on fait des études de journalisme, après tout, c'est dans l'ordre des choses que de se lancer dans une telle entreprise, que ça fait partie du job, comme pour montrer à ses profs son savoir faire... Mais moi je dis qu'il faut savoir reconnaitre la determination, l'envie d'entreprendre, les belles idées et les convictions lorsqu'elles se montrent. Et outre les cheveux bien courts d'Auriane, j'admire surtout son audace, à même pas 20 ans, de se lancer dans l'édition d'un magazine papier de grande qualité.

Dans la vie il y a des Kaktus
Dans la vie il y a des KaktusDans la vie il y a des Kaktus

Plaisir d'offrir, joie de recevoir, Kaktus est "l'objet" qui fait du bien partout où on le trouve, chez vous, chez vos ami(e)s... Achetez, offrez, j'ai reçu le mien deux jours après l'avoir commandé et franchement, ça fait plaisir.

Dans la vie il y a des Kaktus

Extrait: Invitation au voyage - Charles Baudelaire

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés

Repost 0

Publié le 26 Décembre 2016

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés

Repost 0

Publié le 27 Novembre 2016

Attention fragile

Je laisserai le lit comme elle l'a laissé
Défait et rompu, les draps emmêlés
Afin que l'empreinte de son corps
Reste gravée dans le décor
Je resterai là, immobile
Les bras croisés, presque tranquille

Je laisserai la chambre comme elle l'a laissée
L'odeur de Camel, Gauloises mêlée
Afin que la lumière retienne
Son ombre nue dans les persiennes
Au bout du quai tombe le jour
Je reste là sentant l'Amour

Dans ce port de fêlés juste à l'envers du monde
Où d'énormes soleils me renvoyaient mes ondes
Où les normes basculent au fond des volcans sourds
Où je traînais mes bottes gaspillant ton Amour
Attention fragile
Attention fragile

Je laisserai ma peau comme elle l'a laissée
Sueur et cannelle, orange poivrée
Afin que ma mémoire revienne
Me dessiner cette Eurasienne
Cette criola de secours
Quand je titube au petit jour

Je prendrai ma vie comme elle l'a laissée
Avec un sourire en coin, un secret
Afin d'accepter la tendresse
Que j'avais refusée sans cesse
Avec l'impression d'être fort
Le sommeil, c'est presque la mort

Dans ce port de fêlés juste à l'envers du monde
Où d'énormes soleils me renvoyaient mes ondes
Où les normes basculent au fond des volcans sourds
Où je traînais mes bottes gaspillant ton Amour
Attention fragile
Attention fragile

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés

Repost 0

Publié le 12 Novembre 2016

Millie Bobby Brown

Oui c'est vrai, elle n'est pas encore femme. Pour tout dire même, elle est à peine adolescente. Pensez donc, elle aura 13 ans en février... Et puis les cheveux courts, ce n'est pas vraiment un désir profond. Cependant, sa personnalité stupéfiante et ses cheveux tondus l'ont propulsée "en haut de l'affiche" avec le rôle de Eleven dans la série "Stranger Things" de Netflix

Millie Bobby Brown

Malgré son jeune âge, la petite britannique ne manque pas d'expérience dans le métier. Cependant, elle est un peu dans le creux de la vague lorsque les producteurs de la série lui proposent ce rôle. Le casting confirme les espoirs qu'ils placent en elle. Mais ce n'est que lorsqu'elle est prise définitivement qu'on lui apprend qu'elle devra tondre ses cheveux.

No problemo! Enfin pour elle, parce que maman n'est pas vraiment d'accord...

Inspirée par Charlize Theron dans son rôle de Furiosa du dernier Mad Max, la jeune fille joue le jeu et coupe ses cheveux longs pour devenir Eleven.

Le succès est planétaire, au point même que le personnage devient un thème de déguisement pour les fans d'Halloween. Depuis, bien sûr, la vie de Millie Bobby Brown a changé. Elle pose dans les magazines, est courtisée par les annonceurs, les créateurs, les animateurs. On la voit davantage et j'imagine que tous sont séduit par sa fraîcheur et son enthousiasme, mêlées à cette formidable maturité, comme moi.

Etonnante personnalité, talent incontestable pour exprimer les émotions et incarner les personnages, on la découvre espiègle, amusante, au naturel. Elle chante, danse et s'amuse...

Le succès de la série Stranger Things appelle une deuxième saison et convoque toute la bande de ces talentueux gamins, dont Millie Bobby est, naturellement, la cheffe de file. Mais si Charlize Theron a rechigné à couper ses cheveux à nouveau pour les besoin de scènes additionnelles, un an après le tournage de Mad Max, Millie Bobby Brown, elle, est prête à passer de nouveau sous la tondeuse. Sans état d'âme.

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Divers & variés

Repost 0

Publié le 8 Octobre 2016

Sarah... et d'autres

Si vous la rencontrez bizarrement parée,
trainant dans le ruisseau un talon déchaussé
Et la tête et l'oeil bas comme un pigeon blessé,
Messieurs, ne crachez pas de jurons ni d'ordures
Au visage fardé de cette pauvre impure
Que déesse famine, par un soir d'hiver
a contraint à relever ses jupons en plein air.
Cette bohème là c'est mon bien ma richesse,
Ma perle, mon bijou, ma reine, ma duchesse...

La femme qui est dan mon lit
N'a plus vingt ans depuis longtemps
Les yeux cernés par les années
Par les amours au jour le jour
La bouche usée par les baisers
Trop souvent mais trop mal donnés
Le teint blafard, malgré le fard
Plus pale qu'une tâche de lune

La femme qui est dans mon lit
N'a plus vingt ans depuis longtemps
Les seins si lourds de trop d'amour
Ne portent pas le nom d'appats
Le corps lassé trop caressé
Trop souvent mais trop mal aimé
Le dos vouté semble porter
Des souvenirs qu'elle a dut fuir

La femme qui est dans mon lit
N'a plus vingt ans depuis longtemps
Ne riez pas, n'y touchez pas
Gardez vos larmes et vos sarcasmes
Lorsque la nuit nous réunit
Son corps ses mains s'offrent aux miens
Et c'est son coeur couvert de pleurs
Et de blessures qui me rassurent

Texte: Georges Moustaki

Photo: Dorothea Lange

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses, #Divers & variés

Repost 0

Publié le 2 Octobre 2016

Cyndel et Adeline

Cyndel et Adeline

hashtag (h aspiré)\aʃ.taɡ\ masculin

  1. (Néologisme) (Internet) Mot-clef utilisé dans les messages sur le site de microblogage Twitter ; le mot-clef est préfixé par un croisillon (signe #, appelé hash en anglais).

Depuis le temps que je traine sur l'Internet et ses réseaux sociaux, je me suis dit qu'en utilisant le mot-clé #lesfemmesauxcheveuxcourts, cela pourrait avoir un effet sympa sur le développement de "ma petite entreprise" pour laquelle, avec orgueil, je suis toujours en quête d'un plus grand rayonnement.

J'ai donc fait appel à "la garde rapprochée" de ma grande ville du Sud pour lancer ce projet mégalomaniaque de voir les lectrices du blog en faire elles mêmes la promotion.

Suzon et Maud, MaëvaSuzon et Maud, Maëva

Suzon et Maud, Maëva

Alors, rapidement sur Instagram l'idée s'est propagée et déjà, sans attendre d'être sollicitées, certaines ont exprimé leur soutien à cette idée aussi géniale que lumineuse... ( n'ayons pas peur des mots! )

Laurine

Laurine

C'est ainsi qu'apparaît la flamboyante Laurine, simple et lumineuse, les cheveux fraîchement coupés.

Fort de ce test concluant, je vais donc lancer, via la page Facebook de ce blog, un challenge du meilleur selfie #lesfemmesauxcheveuxcourts. Bonne idée non?

Affaire à suivre donc....

Sur Instagram

Sur Facebook

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Divers & variés

Repost 0

Publié le 29 Septembre 2016

Flora et Oriane

Flora et Oriane

Elles n'attendent personne et filent à travers les rues de la ville sur leur cruiser. Parfois on les retrouve en bande et chacune aime montrer sa planche devenue oeuvre d'art. A leur vêtements et à leurs cheveux courts, on devine qu'elles se moquent du genre et des grincheux qui reprochent aux filles des allures de garçon. Rider est leur art de vivre et la rue le domaine que parfois on leur accorde. Alors les longboards sont de sortie et on les voit, intrépides, surfer le macadam et s'enivrer de sensations. Ces filles là sont sans peur.

Des fois leurs planches sont accrochées au mur d'un salon de tatouage ou chez le coiffeur qu'elles fréquentent. Elles ont la peau encrée et la nuque fraîche, parlent d'art et de techno, veillent jalousement sur leur liberté.

Elles sont un mélange de Gavroche et d'Eponine, ces filles qui transforment les rues de la ville en terrain de conquête, filant dans la pente au soleil rougissant, charmants cowboys solitaires...

Oriane - Le Shape

Flora Vrc

Enfant Terrible - tattoo

Photo: Eugène M Wood de State of Grace Workshop

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses, #Divers & variés

Repost 0

Publié le 17 Septembre 2016

Il n'y a pas de hasard. Il n'y a que des rendez vous

Comme aurait dit Eluard, j'avais rendez vous ce jour là, avec Noella. Un de ces rendez vous qui s'inscrivent dans un agenda auquel ni elle ni moi n'avons accès, mais sur lequel il y a peu de ratures...

C'était écrit donc! Cette idée d'aller là plutôt qu'ici pour boire un verre avec Cindy, d'y rester discuter assez longtemps pour que l'heure arrive et croiser l'élégante silhouette de cette femme aux cheveux ras...

C'était écrit donc! Quelle vienne ce jour là à cette heure là dans cet endroit là, avec son amie Camille, pour manger un morceau avant de se rendre à l'événement qui les avait conduites jusque dans ma grande ville du Sud. Ce soir là et pas un autre... Les rendez vous de cet agenda sont incontournables...

Il n'y a pas de hasard. Il n'y a que des rendez vous

Je me suis arrêté, on a échangé quelques mots et nos réseaux. Noella est une femme aux cheveux courts. Mais pas seulement parce qu'elle a décidé, un matin d'il y a peu, de se raser la tête. Non, depuis ( presque ) toujours elle est femme aux cheveux courts. Elle en a l'assurance et le charisme. Elle séduit sans vraiment le chercher, conjugue l'authentique et le sexy et n'a pas cette fausse pudeur des jolies femmes qui persistent à nier qu'elles sont belles.

Il n'y a pas de hasard. Il n'y a que des rendez vousIl n'y a pas de hasard. Il n'y a que des rendez vous
Il n'y a pas de hasard. Il n'y a que des rendez vousIl n'y a pas de hasard. Il n'y a que des rendez vous

J'ai aimé son style, rock bon genre, recherché, bien dosé, sa Casio dorée, son bomber qui se prend pour une parka et son short sur ses jambes hâlées...

A la perspective de ce rendez vous, elle avait, deux ou trois jours auparavant, découvert le blog, sans même savoir que ce jour là son auteur viendrait faire sa connaissance.

C'était écrit et nous ne le savions pas...

Citation: Paul Eluard

Photos: ©jeaneg

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés, #Humeurs

Repost 0

Publié le 12 Septembre 2016

Pour passer le temps

C'est après tout une distraction comme une autre, d'observer l'agitation du monde autour de soi, lorsque soi même on a pas de raison de s'agiter. Il est donc là, promenant son regard au dessus de la foule bruissante, devinant les humeurs de ces gens pressés, leur billet à la main, inquiets des horaires, ou affichant plus d'assurance en trainant leur bagage avec nonchalance.

Elle, ne semble pas sur le point de partir, elle ne semble pas non plus arriver. Appuyée à une borne de billetterie, on dirait qu'elle n'attend personne. Et tout à coup sa flamboyante blondeur domine toute la grisaille des gens laborieux qui s'affolent, tête baissée.

Il la voit plutôt de profil et trouve, contre toute attente, sa silhouette sensuelle. Elle a les cheveux d'une blondeur extrême, qui surmontent sa tête comme un panache, alors que sa nuque est presque rasée, tout comme le tour de ses oreilles. Cela allonge joliment son cou, qu'il trouve gracile et découpe la forme de son crâne.

Une chemise à carreaux, plutôt rouge aux manches à peines retroussées, un short en jean dont le bleu s'oppose aux tonalités de la chemise, de jolies jambes, galbées et bronzées...

De temps en temps elle passe une main sur sa nuque, s'y attarde, comme lorsqu'on réfléchi.. Il voit ses longs doigts fins jouer sur le velours des cheveux ras. Il sourit et croit lui voir faire la même chose, comme si elle savait qu'il la regardait. Troublé, il baisse son regard, mais il n'y a définitivement qu'elle au milieu de cette foule, pour nourrir sa curiosité. Alors il y revient, distingue une légère pâleur qui contraste avec le bronzage de son cou et lui indique que sa coupe de cheveux est toute récente. Cela le fait sourire à nouveau, ramenant des souvenirs de rentrée des classes de son enfance... Il est séduit, voudrait la connaitre, décide de l'approcher. Mais brusquement la jeune femme disparait, engloutie par la foule, grise et monotone qui absorbe jusqu'à sa blondeur extrême...

Illustration: Flora Vercruysse

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés

Repost 0

Publié le 30 Août 2016

Modèle: Dominika Juhasova

Modèle: Dominika Juhasova

"Bah tais toi donc! Qu'est-ce que tu sais toi, des filles "dans mon genre"? Je ne sais même pas moi même, tu veux m'apprendre peut être? Et puis c'est quoi "mon genre", aller ferme la va, tu me feras plaisir..."

Il s'est tu.

Il a gardé pour lui sa compassion et réprimé son désir. Elle avait, comme souvent, presque toujours, cette douleur à fleur de peau, les nerfs à vif pour expulser ce sentiment d'ignorance auquel elle se confrontait trop souvent.

Il n'a rien dit, donc. Pourtant il avait compris depuis longtemps qu'elle était une jeune femme qui n'avait jamais vraiment été une petite fille, une plante hybride, un petit garçon grandi dans un corps délicat qui esquissait à peine les formes de la féminité.

Il pouvait la réconforter, lui dire combien elle avait de la chance d'être dans cet entre-deux, presque idéale, androgyne plus que désirable, surmontant toute banalité, impossible à classer parmi les genres de la foule des mortels. Lui dire qu'il ne lui manquait rien, ni qu'elle ne possédait rien en trop, qu'elle devait accepter cette grâce qu'on lui faisait d'avoir distillé en elle autant de masculin que de féminin, à parts égales et surement le meilleur de chacune. Lui dire que lui la désirait ainsi, fascinante et mystérieuse, qu'elle devait cesser de se tourmenter, de se nier, de se rejeter pour au contraire exulter et rayonner comme un soleil...

Elle balança son sac sur l'épaule, fit quelques pas et se retourna.

" N'oublie pas ce soir, on se retrouve chez le coiffeur..."

Il lui lança un baiser avec la main... elle haussa les épaules...

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses, #Divers & variés

Repost 0