Publié le 30 Mars 2010

3707617658_113088f39c_o.jpg

 

A travers la fenêtre elle voit la ville, l'avenue, la façade hausmannienne, la coupole vert de gris. Ici tout est possible. Tout est à la hauteur de son ambition. Elle est parisienne au point d'en oublier d'où elle vient, oublier les mesquineries de sa province. Dans la foule de la capitale elle est à la fois anonyme et remarquable. Elle se montre, s'affranchie. Une tenue d'homme? Oui peut être, avec ce beau rouge à lèvre pourquoi pas. Une cravate, les cheveux courts. Et sa jeunesse éclatante, insolente. L'atmosphère de la grande ville l'enivre.     

 

  Crédit photo

 

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 29 Mars 2010

47e9564fe1b81
Pour une fois, c'était elle qui me débriefait. Durant plus d'une heure elle voulu connaitre tous les détails, ce qu'avait demandé la police de St Marteen, comment la Boîte avait réagit, qu'est ce que le MI 6 avait trouvé. Sans chercher à la rassurer, je lui ai expliqué les doutes et les soupçons qui régnaient autour de sa mort. Cependant aucune piste valable ne pouvait être exploitée et aucune preuve ne pouvait étayer ces doutes. Moïra, appuyée sur le dossier de la chaise sur laquelle elle s'était assise à califourchon, avait écouté, posé une question, ou deux, l'air soucieuse. En se levant, elle glissa une main sous ses cheveux pour masser sa nuque en approchant de la fenêtre. Elle tira les rideaux et dans la pénombre soudaine je la sentis s'approcher. Je voulus allumer le chevet mais elle retint ma main. Rapidement elle quitta son blouson, posa son P99 sur le chevet et ôta son t-shirt. Dans la demie obscurité je voyais ses seins minuscules, les têtons dressés, durs. Elle glissa une main sous ma ceinture et colla ses lèvres chaudes aux miennes...
Nos ébats durèrent dans la nuit. Quand épuisés, nous nous sommes endormis, elle m'a serré fort contre elle. Avant l'aube je me suis réveillé en sursaut. Le lit à côté de moi était encore tiède, Moïra avait disparue...

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Nouvelles et petites histoires, #Moïra

Repost 0

Publié le 28 Mars 2010

FC3730.jpg
J'en ai un peu ma claque d'entendre parfois des inepties basées uniquement sur des ragots ou des idées préconçues. De la même manière que cela m'exaspère de voir des supporters de football s'exciter devant les caméras de télévision quand leur joueurs favoris ont gagné un match, ce qui finalement ne représente que le travail pour lequel ils sont si grassement payé. Mais je m'égare...Combien de fois ai-je entendu affirmer péremptoirement: "Les cheveux courts ça fait lesbienne" Point, fermez les guillemets! Sans doute les mêmes qui sont capables de vous dire : " Le rose c'est pour les filles, et le bleu pour les garçons" ou encore que les garçons qui jouent à la poupée finiront forcément gays. Y en - a - marre! Considérer que les cheveux courts ne sont pas "féminins" ou qu'ils sont l'apanage des homosexuelles me met dans un état second proche de la colère. Soyons honnête, c'est effectivement pour certaines, une manière de se démarquer, un style, une façon de s'afficher. Mais cela n'en fait pas pour autant une généralité, loin de là. Tout comme il est inutile ici de démontrer à nouveau que la longueur des cheveux n'a rien à voir avec la féminité, étant entendu que la féminité est un comportement et non une apparence. Les époques changent, les moeurs évoluent ( mais si mais si...) et il est grand temps d'avancer vers de mentalités plus ouvertes, plus tolérantes et beaucoup moins sensibles aux stéréotypes. C'est comme si on disait encore aujourd'hui que tout les gars de 20 ans qui ont les cheveux courts sont des paras ou des légionnaires. Ce qui était ( peut être ) vrai en 1970 est complètement obsolète aujourd'hui ( à moins qu'on nous trompe et que les banlieues de nos grandes villes soient en fait peuplées de militaires déguisés?????) Alors please, do me a favor, arrêtez de me sortir des c...... pareilles! Please.

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 28 Mars 2010

Dimanche matin, pour ce mettre de bon poil, un petit medley image. Déjà vues, ou pas...
3319841326 2e5209310b o
2905532146_3b1ca2a8e5.jpg
3868196740_303ab15ffd_o.jpg
haircut2.JPG
Mia_Wasikowska_006.jpg
tumblr_kz563jJ5WP1qzcn63o1_500.jpg
tumblr_kzxblsgdVW1qzi7rgo1_500.jpg
3594193450_46f8455b18.jpg
2845611212 85bdcdf94b
3101677126 b446e421aa b
436362761 f3770cb4a6 o
tumblr kok1y862uD1qzzxj7o1 500

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 27 Mars 2010

4151000775_971f15555a_o.jpg
A quoi ça tient parfois, une vie? Quelques clichés, jetés en vrac sur une table. Un peu éparpillés d'une main tremblante. L'oeil les balaie, voudrait s'attarder, là, ou là et les souvenirs surgissent tous, en même temps. Toute une vie, toute sa vie est là, sur la table. Des sourires et des larmes aussi. Sur les photos, ce sont plutôt des moments heureux, mais derrière tout ça elle sait qu'il y a parfois des pleurs. Cette photo où elle avait ses beaux cheveux longs encore. Elle se rappelle les yeux rouges de son père lorsqu'elle les a coupés. Elle avait le sentiment de naître femme et lui ne voyait que sa petite fille disparaître. Alors en regardant cette jolie photo, du temps de ses beaux cheveux longs, elle pense à lui. A quoi ça tient parfois, un souvenir?

 

Photo: Alex Mazurov

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 26 Mars 2010

510905944_551a6f266f_o.jpg
Le jour n'est pas encore levé. Sa nuit éveillée l'a menée jusque dans le parc. C'est là que se trouve le grand carrefour, l'échangeur de sa vie. Elle va laisser derrière elle des gens qui l'aiment, qui la chérissent mais qui ne pourront jamais comprendre pourquoi sa vie est différente. Elle n'est pas triste, enfin si un peu, mais elle se sent aussi exaltée par ce départ. La voilà jeune oiseau, au bord du nid. Il faut plonger, avoir confiance et se jeter dans le vide. Elle n'en veut à personne, elle a un peu peur c'est tout. Tourner le dos à l'innocence et assumer...
Tout à l'heure elle retrouvera son amie, sa chérie, son amour. Elle aussi a renoncé à être comprise par ceux qui l'aiment, elle aussi a plongé et l'air s'est engouffré dans ses ailes. Elles ne veulent blesser personne, ne pas faire de peine, juste vivre, un peu à l'écart de ceux qui ne les aiment peut être pas assez pour les comprendre...

Photo: Noah Kalina

 

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 26 Mars 2010

haircut.JPG
Il y a des jours comme ça, où l'on attend rien et où de jolies choses arrivent. Comme ces quelques clichés de mon amie J, si loin, perdue dans le Pacifique, qui me rappelle une autre amie lorsqu'elle s'exclamait toute émoustillée en revenant d'un rendez vous :" T'as vu? Je me suis fait raser la nuque!" et s'accordant à ses paroles me montrait fièrement ses cheveux tondus sous la coupe au carré.
La jolie nuque de J, si délicatement taillée, sous la masse auburn. Je l'observe et je devine un coeur, pas moins, tellement bien dessiné si l'on imagine un "V" pointant vers le milieu du dos... On aimerai passer la main sur cette courte pelouse de cheveux, suivre le mouvement et partir à la conquête de ce corps.
Non?

TheBigPineapple

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 25 Mars 2010

15843_230327628202_111687438202_4349600_505320_n.jpg
Il fallait bien que je l'admette, Frida me manquait. Mais la rupture était consommée et je ne voyais pas du tout de perspective de réconciliation. Drôle d'aventure cette Frida.
C'est tout à fait par hasard que ce matin là j'ai rencontré sur le boulevard la belle Laora. A son magnifique sourire et à ses bras tendus j'ai compris qu'elle n'avait pas gardé un souvenir très marquant de notre dernière rencontre. En se penchant un peu sur moi, elle est très grande, elle me prit par le coude et m'entraina dans une brasserie toute proche.
Laora -" Amato, jé dois té dire qué jé souis un poco malhoureuse dé la dernière fois. Tou sé jé mé souis fâchée aussi con Fridélina. Ma ché importo, elle m'avait beaucoup parlé dé toi et aussi de ton grand goût pour lé femmes qu'elle ont les chiveux corto. Et moi ça mé plait beaucoup. Moi aussi jé les aimé beaucoup. Et jé dis qué toi et moi nous sommes pareils no?
Moi- Oui enfin....Pareils...Je crois que beaucoup de gens confondent l'aspect esthétique de la question avec l'aspect purement psychologique. Je veux dire que l'on peut très bien aimer les femmes aux cheveux courts parce que l'on trouyve ça joli sur certaines d'entre elles. Point. Pour moi c'est différent. En plus de l'aspect esthétique, de la beauté que peut révéler l'abandon de l'artifice capilaire, il y a aussi un gout assez fort pour l'androgénie de ces femmes là. C'est très complexe. Par ailleurs, comme certains hommes peuvent être excités par les attributs particulièrement développés tels que les seins ou les fesses, moi je suis excité par une nuque bien dégagée et joliment dessinée, ou par une silhouette longiligne...Tout l'inverse quoi.
Laora- Siii! Ma ché, tout commé moi. Ma pourtant jé né souis pas espécialémente lesbienne tou sé? Ma les femmes comme tou aime m'excitent et les hommes un pé comme ça aussi...
Moi- Et j'imagine que tu as du avoir pas mal de discussion là dessus avec Frida non?
Laora- Ma! Fridélina elle bèse commé oune déesse ma commé psy elle est noule...
Moi- ...J'avais un doute...."

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Ma Psy et Moi

Repost 0

Publié le 24 Mars 2010

4037788522_268ccd3e55.jpg


....C'est à Hambourg, au ciel de pluie,
Qu'il a posé ses mains sur moi
Et qu'il m'a fait crier de joie
En me serrant fort contre lui,
M'a dit "je t'aime !" à plus finir,
"Laisse donc là tous tes marins !
Laisse donc la mer, et puis viens !
Moi, j'ai du bonheur à t'offrir..."

"Ma p'tite gueule..."

C'est à Hambourg, au ciel de pluie,
Dans les bastringues à matelots
Que je trimballe encore ma peau,
Les bras ouverts à l'infini...
Car moi je suis comme la mer,
J'ai l' cœur trop grand pour un seul gars,
J'ai l' cœur trop grand et c'est pour ça
Qu' j'ai pris l'amour sur toute la terre...

C'est à Hambourg, à Santiago
A White Chapel, ou Bornéo...

So long, boy...
Adios, amigo...
Nacher, Schatz...
...Au r'voir, p'tite gueule !...

Paroles: Claude Delécluse

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 23 Mars 2010

2353259081_75393f5b63.jpg
En suivant la crête, de monts en monts, tes doigts te mèneront de la vallée des douceurs au col des frissons. Laisses toi guider par l'étoile, elle te montre le chemin vers la pointe des délices. Y a-t-il plus joli dessin naturel que cette orée de cheveux courts, tout en volutes? L'implantation se concentre, se réunie pour ne former qu'un doigt qui montre lui aussi le point crucial. Ton périple passe forcément par là, quand les corps s'échauffent, que les souffles se racourcissent. C'est l'étoile du berger de ta randonnée amoureuse. Sur cette nuque délicate, sur cette peau satinée, tes baisers autour de Vénus t'entraîneront vers le Soleil.

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0