Publié le 12 Mars 2010

448081994_386e591d62_o.jpg
Adossée au granit froid elle tente de rester à la surface de ses émotions. La torpeur l'a saisie depuis longtemps. Elle semble errer dans un monde de brumes et de larmes. Elle n'aperçoit même pas demain, ne s'imagine plus sans lui. L'écho des paroles prononcées tout à l'heure résonne encore: "...
Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi: Ta houlette et ton bâton me rassurent..."
Une larme, une de plus, glisse sur sa joue, car rien ne la rassure depuis qu'il n'est plus là. Elle a peur d'oublier la douceur de sa main caressant sa joue, la chaleur de son souffle sur sa nuque, l'étincelle dans son regard qui lui disait :" Je t'admire et tu es mon idole"...Elle voudrait être sûre que cela n'arrivera jamais et se repasse en boucle ces moments intimes de son bonheur. Et puis, comme dans la chaleur, son image se trouble, se dédouble et disparait. Il est là, dans la terre froide et elle a laissé son coeur à jamais enterré avec lui.

Extrait: Ancien Testament - Psaume 23

Photo: Emaitchess


Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost0

Publié le 11 Mars 2010

100310040308192635601874
Je suis littéralement fasciné par l'habileté avec laquelle certaines femmes parviennent à réaliser sur elle même des coupes de cheveux très courtes. Quand les cheveux sont plus longs, ou ondulés, la coiffure un peu floue, je comprend qu'on puisse, de temps en temps, avec quelques coups de ciseaux bien placés, économiser un rendez vous chez le coiffeur...Et encore...
Mais lorsqu'il s'agit de coupes très courtes, un peu sophistiquées, avec différentes longueurs, alors là....Je suis "espanté" ( comme dirait ma voisine )
Il faut vraiment avoir  ou la peur ou le dégoût du coiffeur, et être sacrément audacieuse pour se faire soi même sa coupe de cheveux, avec une tondeuse électrique et une paire de ciseaux. C'est sans doute parce que j'ai une véritable phobie de la coupe de cheveux loupée, du détail mortel qui salope tout, que je suis si admiratif de celles qui osent..Et surtout qui réussissent. Delphine est mon exemple favori ( voir les épisodes précédents comme on dit dans Télé 7 jours ) mais il y en a d'autre, la preuve.
J'aime particulièrement lorsque les cheveux taillés si courts prennent cette texture de pelage animal et appellent la caresse.

Merci Emmanuelle

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 11 Mars 2010

article-1150853-0396769B000005DC-971_468x600.jpgJe n'avais pas su dire non, et je m'en voulais encore. Je ne savais pas exactement ce que la teutone avait en tête, mais son idée de me présenter son amie ne me disait rien qui vaille. Au risque de paraitre vieux jeu, " fieu cheu" comme elle dit, cette liberté de moeurs  me semblait tout à fait incongrue. Je savais bien que de toute manière les choses ne se feraient pas aussi facilement, vu que nous ne nous voyions qu'à son cabinet une fois par semaine. J'imaginais mal Frida me recevoir un jeudi matin, accompagnée par son amie Laora. Nous aurions eu l'air fin, assis tout les trois sur le chesterfield, les genoux serrés et les mains bien à plat dessus, en train d'échanger des banalités sur la météo, quoique, avec l'accent prussien ça pouvait avoir de la gueule...
J'étais donc ce matin là, bien décidé à faire valoir mon opinion sur la question et tenir tête à la blonde, au moins sur ce plan.
Seulement voilà, ce que j'avais imaginé impossible allait se produire... A peine entré dans le cabinet, Frida m'invite à m'installer et disparait en me promettant de revenir de suite et à peine la porte fermée, je découvre, assise sur le bureau, une somptueuse brune, vêtue de cuir, qui m'accueille avec le sourire d'une panthère apercevant un cochon de lait.
tilda-swinton-475654.jpgLaora- " Ciao, il mio nome Laora...
Moi- Je... Bon sang, je sais qui vous êtes, mais je ne m'attendais pas....
Laora- non essere oune colèré, Frida mia a voulou tout à fait qué jé venire et qué nous faisons la connaissancé. Elle mé parlé dé vous beaucoup et jé dis oké.
Moi- Ah....
Laora- Si! Eh jé dois vous dire merci perché dépouis qué Frida vous incontrare, elle est dévénoue oune vraie bomba pour lé sexe. Ma jé né sais pas trop pourquoi, éne tout cas j'adoooore quand elle sé coupe les chéveux, et credo ché qué c'est à cause dé vous..."
J'étais sans voix et subjugué par les yeux marrons et la chevelure brillante de l'italienne. Des cheveux splendides, longs, trop longs bien sûr, mais épais, lisses et tellement bien entretenus. Une frange au ras des sourcils qui lui donnait l'air encore plus espiègle. Cette femme était de toute beauté et j'étais sous son charme comme un oisillon tombé du nid face à un cobra. Sans que je l'entende, Frida était revenue et elle me fit sursauter en posant ses mains sur mes épaules, commençant un lent massage.
"...Frida mia darling!
Ma Psy- Sehr gut, nezbas kelle est pelle mein liebling Laora? Ke tis du te zette vranche? Za lui fa pien nein? Z'est moi ki l'ai daillée..."
J'étais dans un état second alors que Frida avait déjà glissé ses mains sous ma chemise, lorsque Laora vint s'agenouiller devant moi, entreprenant de défaire ma braguette... 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Ma Psy et Moi

Repost0

Publié le 10 Mars 2010

2672705862_cf7d2c5b84_b.jpg
C'est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

Arthur Rimbaud- Le dormeur du val

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost0

Publié le 9 Mars 2010

05081_Lorena_Nosi5_Ve0era_Za_5_2009-09-24.mpg_122_543lo.jpgEvidemment personne ne la connait sur la télévision française...Quel drame! La belle après avoir fait l'actrice dans un sitcom de son pays, et devenue présentatrice de différentes émissions dont on retrouve les clones sur nos chaines, genre, "L'amour est dans le prés" " Un diner presque parfait", j'en passe, et des meill... Et... J'en passe. Outre que la jeune femme a poursuivi également une carrière de mannequin, avant de tomber dans la télé. Bref!
Aujourd'hui elle fait parler d'elle aussi dans le monde sportif, puisque son chéri est aussi pilote de rallye et que 15843_1263092173378_1111937530_817502_5880746_n.jpgdonc la voici co-pilote de son amoureux.



Mais de toute façon, on l'aura compris, mon propos n'a pas d'autre but que de mettre quelques photos de la belle, pour mon unique plaisir...

Na!













51094 Lorena Nosi5 Ve6era Za 5 2009-09-18.mpg 122 381lo


























33134 xLorena Nosi5 Ljubav Je Na Selu 2009-09-25.mpg2 122 5






                        











0913123311DVB-TRTL TV

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 8 Mars 2010

3495884313_cde9877ae6_o.jpg
C'était tellement évident, aujourd'hui, dans son esprit. Et pourtant, elle avait passé tant de temps aux côtés de celui qui l'avait bafouée, et même humiliée. Elle croyait l'aimer, elle voulait s'en persuader. Elle aurait fermé les yeux sur bien des choses...Et puis, enfin, il a fallu se rendre à l'évidence. Elle a cru en mourir, de chagrin, de honte. Enfin c'est la colère qui l'a emporté. Elle a retrouvé la force de se battre, de froisser toutes les pages de ce passé pour les jeter, définitivement. Après des nuits et des nuits de chagrin, de doute, de peur, la voici qui renait. Comme on ouvre les fenêtres le printemps venu, pour faire le ménage, partout. Elle se veut elle même, coupe ses cheveux, elle en a eu toujours envie, les éclairci au point d'être trop blonde, elle sort, rencontre des gens qui ne la reconnaissent pas, elle voit le monde qui se retourne sur elle, qui semble la découvrir.
C'est lundi, dans le soleil printanier elle a le sentiment de sortir de l'eau et de reprendre sa respiration. Elle ose un sourire. Mais c'est d'elle même qu'elle sourit, comme pour se moquer. Que de temps perdu, avant. Elle se sent tellement forte à présent. Conquérante et fière d'elle... Nietzsche n'avait pas tort.

8 mars: Journée internationale des droits de la femme


Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost0

Publié le 6 Mars 2010

4138071170 81efdb1c53 bLe monde dans lequel vivait Moïra me semblait tellement en décalage avec ce qu'elle était réellement. Un univers de mensonge et de violence où la vie humaine n'était qu'une donnée statistique, sans grande valeur a priori. Formatée par les Services, elle avait appris mille et une façon de faire disparaitre son semblable sans en éprouver aucun état d'âme. Mais avec le temps, la nature humaine est ainsi faite, les fantômes finissent par remonter à la surface. Et je sentais qu'elle en était là, la dernière fois que je l'avais vue à St Martin. Nous étions resté tard au lit le lendemain. Elle m'avait parlé de sa vie passée comme on feuillette un album photo, les virées avec les SAS en Bosnie, pour traquer les criminels de guerre, les nuits à voyager dans la soute d'un C-130, pour débarquer à l'aube de l'autre côté du monde, les heures passées, l'oeil rivé sur l'optique d'un fusil, pour la seconde venue, lacher un coup et disparaitre. Comme elle était contractuelle, le 6 la "prétait" volontier, cela leur donnait l'occasion d'en savoir un peu plus sur ce qui se tramait autour d'eux. SISMI italien, BND allemand, CNI espagnol... Et aussi DGSE, sinon comment l'aurais-jer rencontrée? Ce matin là, elle m'avait fait comprendre qu'elle n'était pas loin de rendre son "multipass". Mais peut on vraiment renoncer dans ce monde? Dans cette mécanique implaccable, les pièces remplacées sont jetées...
Comme pour effacer cette vision, elle se redressa brusquement et vint se mettre à califourchon sur mes hanches. De quelques ondulations du bassin elle réussie à me donner un peu de vigueur et s'empala sur moi.
-" Tu sais pourquoi j'aime toujours me faire couper les cheveux aussi courts?" Dit-elle en ondulant toujours.
-" Non, tu ne me l'as jamais dit...
- Quand j'étais petite, et jusqu'à mon adolescence, je vivais avec une tante qui tenait une ferme en Angleterre. Elle me traitait comme un garçon, toujours, et tout les mois elle me taillait les cheveux elle même. Sur un tabouret de la cuisine, un torchon sur les épaules, elle me faisait une coupe, genre coupe au bol comme ta Jeanne d'Arc. Et toujours pour finir elle me passait la tondeuse sur la nuque. La première fois cela m'a fait pleurer, et puis je me suis habituée, on s'habitue à tout. Et puis quand on m'a emmenée de la ferme vers Londres, j'ai eu au moins cette liberté de laisser pousser mes cheveux, et je l'ai fait avec volupté, comme pour me venger. Pendant 5 ans.
Après mon premier contrat, je suis rentrée et je n'ai eu qu'une envie, celle de redevenir la gamine que j'étais chez tante Dorothy. Alors j'ai foncé chez le premier coiffeur venu et j'ai tout fait couper, très court, la nuque très dégagée, à la tondeuse. Et de retour chez moi j'ai jouie."
Pendant qu'elle me racontait cela, Moïra avait accéléré le rythme des mouvements son corps et de mon côté l'excitation avait été de plus en plus forte. Sans finir son histoire elle s'était cambrée en arrière et sans s'occuper de mon plaisir elle avait joui plusieurs fois...

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Nouvelles et petites histoires, #Moïra

Repost0

Publié le 6 Mars 2010

Mia Wasikowska 006
De son père australien elle a le nom et la blondeur, de sa mère polonaise, le tempérament et l'accent de l'outback. Ou le contraire. Jusqu'à il y a peu, elle était une jeune fille à l'allure fragile, aux cheveux longs torsadés. Quelques séries télé et films plus tard elle devient l'Alice de Tim Burton et les projecteurs se braquent sur elle. Parce que le vieux Tim c'est pas rien quand même. Et après cela, elle aurait pu retomber dans la banalité, peut être? Mais Mia a eut la riche idée de se faire couper les cheveux. Courts, très courts. Et le monde entier voit en elle Jean Seberg, et les magazines lui offrent leur couverture, et moi elle me fait fondre. Et sans aucun doute, plus que ce rôle, c'est cette coupe de cheveux qui l'a fait passer de l'autre côté du miroir...

Mia Wasikowska

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 4 Mars 2010

4178303205_aae7b22371_b.jpg
Elle ne le savait pas, avant. Elle l'a découvert le jour où l'envie lui a prit d'une coupe au carré. Ce jour là, elle a découvert sa nuque. avec un jeu de miroir sa coiffeuse lui a montré le dessin de ses cheveux, l'implantation presque parfaite. elle lui a expliqué et l'a convaincue de la laisser faire. Et la coiffeuse a taillé, court, très court, avec ses ciseaux, avec une tondeuse même. Et de sa coupe au carré on ne voyait plus que cette nuque si bien sculptée, cette marque délimitant la soie du cou du velours des cheveux. Les commentaires autour d'elle ont été nombreux et chaleureux, envieux parfois. Et puis il y a eu le deuxième effet, encore plus personnel, encore plus intime celui là. La douceur de ses cheveux fins presque rasés par la tondeuse, une sensation nouvelle, un plaisir délicat. Depuis, quelque soit sa coupe elle veut garder cette douceur intime, cette excitation de savoir le regard posé sur elle, à cet endroit précis, cette innocente impudeur...

Photo Wip-Hairport

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost0

Publié le 4 Mars 2010

170184679_14d33fe2c5.jpg
Au lieu de me fournir des clés pour naviguer plus facilement dans ma vie, voilà que je me retrouvais avec une psy sur les bras, ses problèmes s'ajoutant aux miens. Aussi désirable fût-elle, je n'avais pas envie, finalement, de devenir le jouet sexuel de Frida la prussienne. L'expérience avait été délicieuse, et même vraiment délicieuse, mais il fallait remettre les pieds sur terre et envisager les choses avec plus de radicalité. J'étais donc décidé à mettre fin à cette relation tout comme à l'analyse, profitant mesquinement de la confusion des genres pour gratter les derniers honoraires.
Ma Psy- " Mais bourgois? Che zuis zure ke nous bourrions eksblorer dellement te tomaines enkore...
Moi- Non Dok, c'est fini! Je ne veux pas tenir ce rôle dans ton jeu. Je sais que tu vis avec une jeune femme, à qui tu caches notre relation...Enfin, est ce vraiment une relation? Je dirais plutôt que je te sers de casse-croûte, le jeudi matin.
Ma Psy- Allons, allons...Il vaut lacher brize. Che ne de konzitère bas tu dout komme ein kaze-kroude komme du tis, maiz au kondraire komme ein komplize, la zeule berzonne ki kombrenne fraiment...
Moi- Et ton amie, tu y penses à ton amie?
Ma Psy- Rhoooo...Maiz keske du beux êdre fieux cheu...Laora est cheune pelle et nous ne zommes bas mariées. Nous zommes amies, nous fifons enzemple et nous paizons ya! So what?
Moi-...................
Ma Psy- T'ailleurs che feux ke du vazes za konnaizance. Zi zi zi, ch'inzizte
Moi- ..Tu crois? ( Mais bon sang d'bois!!! Comment est ce que je fais pour être si faible?)

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Ma Psy et Moi

Repost0