Publié le 30 Avril 2012

picols2.jpg

C'est une ondée tropicale, une pluie rapide et puissante. L'instant d'après le soleil fait scintiller les feuilles d'hibiscus et les pousses de banians qui décorent le jardin. Une légère vapeur s'élève des pierres encore tièdes et les perruches, un temps à l'abri des bananiers, reprennent leurs bavardages... Pieds nus sur le teck humide de la terrasse, elle fait quelques pas, lents, pénétrant doucement la sérénité de l'endroit. Aux parfums exotiques se mêle celui du tabac viriginien de sa cigarette qu'elle laisse se consummer près de son visage, les bras croisés sur sa poitrine nue... Dans cette aura de couleurs vives et de volutes bleutées, elle lui apparaît bien comme une reine tribale dépouillée de ses ors, une déesse dans son intime. Et cet instant de privilège il le consomme voluptueusement, juste avant de la rejoindre et de l'envelopper de ses bras. L'air humide et la chaleur redonnent de la moiteur à l'atmosphère, à moins que ce ne soit la tiédeur de leur corps, réunis et le souffle sur le duvet de sa nuque. Elle s'abandonne, laisse sa tête en arrière sur son épaule et ses cheveux frisés sont comme une mousse soyeuse qui caresse sa peau. D'une main légère il parcourt les boucles moutonnant sans même pouvoir désordonner les cheveux, si courts...

Sa tête dodeline, les yeux fermés elle se laisse aller au plaisir qu'elle sent monter aussi en lui.

 

Photo: Picols

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 29 Avril 2012

Courtney-4.jpg

Tao avait fini par apprendre la disparition de Moïra, sans que je sache vraiment comment. Elle était parti, plusieurs jours, à Tel Aviv pour son travail et je ne l'avais pas vu depuis son retour. Juste un texto: "ils l'ont tuée". C'était plutôt laconique et cela m'inquiétait. Que savait-elle? Est ce qu'elle me soupçonnait de lui avoir caché la vérité?

Le soir suivant elle m'attendait sur le palier, emmitouflée dans son trench coat. Sans attendre et sans un mot nous nous sommes engouffrés dans l'appartement et là, à la lumière, alors qu'elle me tendait son manteau, j'ai découvert son nouveau visage.

Elle avait les trait tirés et les yeux cernés traduisaient son état de fatigue, mais surtout elle avait coupé ses cheveux, très courts, comme l'aurait fait Moïra. J'ai approché ma main pour caresser la tempe presque blanchie tant la coupe était rase. Tao me fixait avec une intensité que je n'avais jamais vu dans son regard. Elle répéta : Ils l'ont tuée et je voyais les muscles de sa machoire se contracter tellement elle serrait les dents. J'avais besoin de réponses. J'ai ouvert une bouteille de vin, la soirée allait être longue. J'avais décidé d'affranchir la jeune Tao, mais avant même que je me lance elle lâcha: Je sais plus de choses que tu ne crois tu sais. C'est donc par là que nous allions commencer. Il me fallait me concentrer parce que cette nouvelle allure de Tao, sa determination, ses cheveux très courts, tout cela me troublait. J'avais le sentiment de retrouver Moïra, mais la Moïra que je n'avais pas connue, à peine sortie de l'adolescence, avant qu'elle ne plonge dans le monde de l'ombre...

 

modèle: Courtney P Mc Cullough

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Nouvelles et petites histoires, #Tao

Repost 0

Publié le 28 Avril 2012

elsvo2

Voilà... la porte s'est refermée doucement... il n'y a pas eu de cris et il n'y a pas encore de larmes. Je la vois, un peu assommée, tout comme moi. Je suis là mais elle ne me voit pas... personne ne me voit. Je pensais avoir fait du bon boulot avec ces deux là. On aurait dit une affaire qui roulait déjà. Et puis patatras! Je me retrouve dans ce studio presque vide, mon petit cul joufflu sur le parquet et le carquois vide. Plus une flèche plus une seule. Dans ces cas là il ne faut surtout pas tomber dans l'empathie. Bon, elle va avoir du mal, bientôt la tristesse et la colère vont l'envahir et ça durera juste le temps qu'il me faut à moi pour trouver une autre cible à mon arc d'opérette. C'est dans le manuel, en principe quand l'un des deux s'en va, je pars moi aussi, à la chasse. Oh aller! Et puis avec elle j'ai de la chance tout de même. Tout le monde voudrait l'aimer. Il faut juste que je fasse attention à ne pas laisser trop d'aventures s'installer. Pour le reste, c'est du pain béni, garçon ou fille lui indiffère, pourvu que les sentiments soient sincères...

Bon aller, je m'en vais lui chambouler le coeur moi à cette petite. Le temps de passer faire le plein de flèches chargées en Amour 235 et elle va voir ce qu'elle va voir. C'est juste qu'on mesure pas le temps avec la même échelle nous autres... alors elle aura peut être l'impression que son chagrin dure longtemps, mais je fais ce que je peux. Aller zou! 

 

Photo: Els Vanopstal

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 27 Avril 2012

Jean-Baptiste-Lacroix.jpg

L'autre jour ma boulangère me prend à témoin alors que la petiote du voisin vient à peine de franchir la porte, sa baguette sous le bras. " Non les cheveux courts je veux bien mais là quand même, c'est trop court!" me dit-elle un peu en bougonnant. Le fait est que la charmante petite voisine avait résolu son soucis capillaire en utilisant la tondeuse de son frère et se trouvait avec juste quelques millimètres de cheveux sur le caillou, qu'elle a fort joli d'ailleurs....

Mais partant du principe qu'en toute chose les extrêmes ne sont jamais très bons, j'abondais dans l'opinion de la boulangère tout en faisant abstraction des commentaires collatéraux concernant la maladie, la drogue, les skinheads et autres homosexuel(le)s qu'elle ne manquait pas d'ajouter pour étayer son propos...

Mon hypocrisie d'ailleurs n'en était pas vraiment car si j'adule les femmes aux cheveux courts, si j'adore voir une jolie nuque bien dégagée, une coupe de "garçonne" espiègle et en générale une jolie petite tête, je ne suis pas toujours goûteur de la boule à zéro. Parce qu'il faut bien l'admettre, ça ne va pas à tout le monde.

Bon mais là on va me rétorquer qu'il s'agit d'un critère esthétique, important certes, mais très subjectif. Alors que l'acte, la décision, la manifestation exprimée à travers le passage uniforme de la tondeuse sur son crâne est quand même autrement puissant. Se libérer dans presque tous les sens du terme, quitte à choquer, pour un temps, les bonnes gens cela dénote un caractère bien affirmé, une affirmation de soi même et une vraie découverte, de soi comme des autres, qui subitement ne vous regardent plus de la même manière et ça ce n'est tout de même pas rien.

Alors bon, je sais bien que tout le monde n'est pas Natalie Portman, Sinead O'Connor ou Eve Salvail ( ni Demi Moore, ni Noémie Lenoir, ni Cate Blanchett, ni... ) et que de toute façon il est toujours difficile de savoir si vraiment cela rend beau ou plus moche, mais en tout cas, c'est physiquement sans conséquence, jamais irréversible et toujours enrichissant. Alors hein?

Photo: Jean Baptiste Lacroix

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 26 Avril 2012

21mgkds_sidsdream.jpg

O mon coeur j'ai connu la triste et belle joie D'être 
trahi d'amour et de l'aimer encore 
O mon coeur mon orgueil je sais je suis le roi 
Le roi que n'aime point la belle aux cheveux d'or 
Rien n'a dit ma douleur à la belle qui dort 
Pour moi je me sens fort mais j'ai pitié de toi 
0 mon coeur étonné triste jusqu'à la mort 
J'ai promené ma rage en les soirs blancs et froids 
Je suis un roi qui n'est pas sûr d'avoir du pain 
Sans pleurer j'ai vu fuir mes rêves en déroute 
Mes rêves aux yeux doux au visage poupin 
Pour consoler ma gloire un vent a dit 
Écoute Élève-toi toujours. Ils te montrent la route 
Les squelettes de doigts terminant les sapins.

 

G. Apollinaire - Le guetteur mélancolique

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 25 Avril 2012

jaime-risher.jpg

Il faut en avoir pour partir dans cette aventure moderne qui consiste à faire la guerre sans d'autre arme qu'un appareil photo. L'âge d'or est révolu, la grande époque c'était le Vietnam. Catherine Leroy en est le meilleur exemple. Puis il y a eu l'Afrique, Congo, Biafra, Soudan, mais aussi le Yemen, le Liban et puis toutes ces "petites guerres oubliées" en Birmanie, en Colombie...

Aujourd'hui, la couverture se voudrait soigneusement encadrée, pilotée par les militaires eux mêmes au sein de pools et des équipes embeded. Pourtant il reste des irréductibles, des freelances et dans freelance il y a libre. Ceux là, celles là courent les champs de bataille, dans un camp puis dans l'autre ou dans un seul mais choisissant parfois leur cause, juste pour être témoin. Et pour l'être il faut "mouiller le maillot" pas question de rester dans la green zone à attendre l'info. Il faut vivre avec les combattants, avoir peur, faim et froid avec eux et ramener à nos consciences la réalité du monde pour qu'ils ne meurt pas tous pour rien. Rien de glamour là dedans. Pourtant depuis Gerda Taro cette aventure fait rêver bien des esprits nobles et audacieux... Et bien des femmes aux cheveux courts... dans la tête.

 

Modèle: Jaime Rishar

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 24 Avril 2012

tumblr_lcyptwtt3Z1qbxatio1_1280.jpg

Je ne sais pas par quel effet d'optique j'ai cette impression mais il me semble que depuis quelques temps je vois beaucoup d'exemple de ce que j'aime beaucoup sur n'importe quelle coiffure féminine, la nuque absolument dégagée, soigneusement dégradée, tondue rasée, contrastant superbement avec une chevelure plus longue ou soulignant harmonieusement une coupe plus structurée. 

Mais ce n'est pas la première fois que je suis surpris par les tours que me jouent mes neurones. Il suffit que l'on ait de l'intérêt pour une chose en particulier, pour que cette chose nous apparaisse un peu partout. Vous voulez changer de voiture et votre coeur bat pour un modèle bien précis... et soudain chaque jour vous en voyez une dizaine défiler devant vos yeux ébahis alors qu'auparavant vous étiez persuadé(e) que vous seriez original(e) avec ce modèle... Enfer et bullshit! Bon vous voyez ce que je veux dire? Ma tête parfois me joue des tours.

Pourtant j'ai des preuves, des photos existent, je ne rêve pas! Alors me vient l'idée saugrenue et passablement prétentieuse que cet engouement pour la douceur d'un cheveux court soigneusement tondu, juste là, pourrait être le fait de ce blog. Mais non bien sûr, ce n'est pas possible, hein? Non évidemment... ( soupir )

 

Photo: ETWAS

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 23 Avril 2012

tumblr_lupxvrONhr1qbsbwoo1_1280.jpg

J'ai découvert avec le temps la multitude de comptes communautaires qui existent sur le Net et qui propagent de liens en liens des photos dont parfois on perd l'origine. Beaucoup existent sur les cheveux courts en général, sur les femmes aux cheveux courts en particulier et la plupart homo, mais pas que. On imagine bien dans ces conditions comme il est facile pour le quidam de faire l'association d'idée communément répandue entre lesbiennes et cheveux courts. Pour en discuter fréquemment avec des amies de tous bords, j'ai acquis depuis longtemps la certitude d'avoir à faire à une sorte de légende qui serait, inconsciemment peut être, entretenue aussi bien par les unes que par les autres. Mais plus sûrement je crois qu'il s'agit, une fois encore, d'une sorte d'anathème lancé par les hommes qui ne supportent guère l'émancipation des femmes. Le tout bordé par quelques dogmes religieux, genre la masturbation est un péché et d'ailleurs ça rend sourd. Partant de là, les cheveux courts pour les femmes c'est mal, la preuve, c'est toutes des lesbiennes...

Comme quoi, on nous en fait gober des bobards. Seulement il se trouve que justement beaucoup de filles qui aiment les filles ont un caractère plutôt trempé et qu'elles n'ont pas peur de se démarquer, justement en rejettant l'image de la femme/femelle, en s'habillant casuals et en jouant sur l'ambiguïté des genres. Du coup certains ne savent plus qui, de la poule ou de l'oeuf, était là le premier. 

Moi peu m'importe. J'ai compris depuis longtemps que tout cela n'est qu'histoire de caractère et de tempérament et qu'une femme aux cheveux courts n'est pas plus lesbienne par le fait d'avoir les cheveux courts qu'un homme n'est gay par le fait de porter la même moustache que Freddie Mercury ( encore que... Naaan j'déconne! )

 

Photo: Tumblr

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 21 Avril 2012

Rankin-copie-1.jpg

Ne dis rien mon coeur, pas encore et laisses mon corps explorer cette terre où mes yeux retrouvent la dune allongée au bord de l'océan. Chaque parcelle ici me rappelle mes voyages, dans cette ombre et ces lumières qui animent le paysage de ce bout de son corps auquel je ne peux résister. Juste à l'orée de sa nuque la chevelure taillée et ordonnée me fait penser à ces longues vagues écumées qui bien avant le rivage vont mourir sur le corail. La plage est de sable fin comme le velours soyeux des cheveux tondus traçant la ligne incertaine où la mer se mêlange à la terre. Et puis la dune, longue et dodue de son épaule où l'ombre inspire le versant, plongeant vers l'adret. 

 

De cette nuque offerte j'ai fait ma terre promise et c'est par gourmandise que chaque fois j'en explore les arpents. Vertèbres muscles et tendons en sous-sol dessinent le relief, faisant pour moi un oued de cette vallée qui descent là où la pointe des cheveux se termine. Plus bas encore les omoplates sont ces tables du Hoggar qui dominent l'erg...

 

Du désert je ressens la chaleur et comme sous le soeil brûlant le corps s'anime et la vue se trouble. Enfin mon âme plonge à ton tour dans les sables mouvants et fait de tes mots frissonner mon amour.

Photo: John Rankin

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 20 Avril 2012

473470-copie-1.jpg

Lorena4.jpg

Il y a peu de choses qui parviennent à me contrarier dans la vie, à part le persil sur l'omelette, les gens qui ne répondent pas aux mails et le prix du gasoil. A part ça... rien... Ou si... bon... quelques fois, certains changement, inconsidérés, comme une icône qui petit à petit renoncerait à son statut et descendrait en catimini de son piedestal. Si si j'en connais, des qui, sur le tard, se laissent pousser les cheveux et finissent en chignon en ayant l'impression de retrouver leurs 15 ans... Si c'est pas malheureux. ( soupir )

Heureusement il y a les autres, les vraies, les pures, les radicales, celles qui immuablement d'années en années ne changent pas et demeurent pour toujours des "femmes aux cheveux courts".

Par exemple... Lorena Nosic̆. Elle apparaît quelques fois sur le blog, et pour cause. Actrice, animatrice télé, mannequin, co-pilote de rallye, cette croate débute en 2006 dans des séries sur RTL9 genre "Plus belle la vie à Dubrovnic". J'ai quelques lacunes en serbo-croate mais j'ai remarqué qu'au fil des épisodes elle adopte cette coupe tondue que sa chevelure, très drue, et son jolie visage rendent exceptionnelle. Et depuis, avec quelques variantes de style, la jeune femme s'en tient à cette coupe qui bien sûr prend un peu de longueurs avec le temps. Je ne saurais pas dire ce qui a motivé l'adoption de cette coupe mais je sens bien que dans les balkans en général, les femmes aux cheveux courts sont plutôt "tendance". Aaaah quelle belle région!

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0