Publié le 31 Octobre 2011

Georges-Dudognon.jpg

Je me suis souvent poser des questions, comme vous sûrement, à propos du hasard, de la chance, du destin, de ces événements parfois anodins qui font basculer une vie entière, comme un aiguillage de chemin de fer qui d'un coup vous envoie à St Pierre des Corps. Des exemples je pourrais en citer des tonnes, sans pour autant voir le moindre début d'une explication rationnelle.

Une blondinette de l'Iowa qui fait un peu de théâtre connait bien la pièce de Georges Bernard Shaw, elle a joué le rôle de Jeanne, l'héroïne dans son lycée. Et voilà qu'elle tombe sur une annonce de casting pour un film qui justement s'inspire de cette pièce. Il faut "tenter la chance". Elles sont 18000 comme elle... 

Pour faire basculer "l'aiguillage" il faut accumuler tout un tas de petits éléments qui vont peser dans la balance. Elle connait l'histoire, elle joue au théâtre, elle est plutôt jolie... Là où sans doute une bonne partie des 18000 postulantes va se fourvoyer c'est en misant tout sur une seule de ces qualités. La petite Jean, elle, va interpeller le destin en pariant sur le personnage, non pas sur elle. Les qualités elle les possède, il faut quelque chose en plus. Et ce plus, ce sera l'incarnation même de Jeanne d'Arc, une jeune femme guerrière du Moyen Âge. Lorsque les autres candidates raillent l'allure de garçon qu'elle vient de se donner en coupant ses cheveux elle rétorque sans rougir:"Vous pensez peut être que Jeanne d'Arc faisait la guerre avec un chignon?" Le réalisateur est séduit. L'idée est forte, il s'en empare. Jeanne d'Arc n'a pas, n'a plus de genre. La jeune fille a les cheveux courts, on appelle un coiffeur pour qu'il les coupe encore plus courts. D'un seul coup le destin bascule et la vie de Jean Seberg aussi.

Evidemment l'exemple me fascine parce que la petite américaine sur qui j'aurais à peine tourné le regard avec sa queue de cheval a eu soudain toute mon attention avec cette allure androgyne que lui donnaient ses cheveux très courts et que grâce à cela son destin l'a fait connaître au monde entier. Est ce que pour autant elle a renié son genre en faisant cela?

Photo: Georges Dudognon

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 30 Octobre 2011

Amber Valetta Issermann

Il y a d'abord les corps qui s'attrapent, les mains qui se tiennent ou enlacent la taille. Puis la prise s'affirme et le tête à tête semble aller jusqu'à la collision, mais fait une pause à quelques millimètres. Les parfums se mélangent et l'on sent la chaleur de la peau. L'alchimie se produit. Les regards se croisent, les lèvres se frôlent. L'instant d'après les yeux se ferment et le corps s'abandonne. Dans la tête défilent les images qui rendent l'autre idéal et le désir s'échauffe. Le contact de la pulpe des lèvres, douces, tièdes, provoque un léger frisson qui parcourt les joues jusqu'aux oreilles et descend vers la colonne vertébrale. Le souffle est retenu comme si tout l'être était concentré sur l'instant où le goût de ses lèvres délicieuses apprécié, il nous fallait dévorer l'autre ou lui insuffler notre âme. Les langues explorent, s'enroulent, se nourrissent pendant que les mains échauffent le corps, remontent là où la chair est nue, caressent la gorge, le cou, glissent dans les cheveux pour les mettre en désordre. Sur la nuque les doigts s'agrippent et les têtes se renversent. A la chimie des salives et des odeurs s'ajoutent les décharges électriques que provoquent les doigts sur les cervicales... Si l'on n'y prend pas garde, la tempête nous emporte et si la raison nous ramène c'est avec la respiration un peu rapide et quelques frissons résiduels... Et surtout l'envie de se retrouver très vite pour cette fois laisser gagner la passion.

Photo: Amber Valletta par D. Issermann

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 29 Octobre 2011

Annex---Dickinson--Angie_06.jpg

Non je ne suis pas si vieux pour avoir le souvenir nostalgique de cette actrice blonde qui, un temps, a fait tourner la tête d'Hollywood. Mais j'aurais adoré. Je ne suis pas du genre à pleurnicher en me persuadant que "c'était mieux avant". Du tout du tout. N'empêche... Cette photo d'Angie Dickinson années 60 me charme terriblement et j'ai du mal a trouver autant d'allure et de classe naturelle aujourd'hui. Oui oui je sais, c'est de la mauvaise fois, et puis ce n'est qu'une photo. Tout ça pour dire, ou répéter, que dans mon acceptation des femmes aux cheveux courts, le spectre est très large. La notion même de cheveux courts étant des plus subjectives. Pour certaines, suivez mon regard, avoir les cheveux qui ne dépassent pas les omoplates c'est déjà les avoir courts, pour d'autres les avoir au milieu du cou c'est déjà très long...

Le vrai critère est plutôt  je crois dans le caractère de ces femmes qui me séduisent, à la fois très féminines et garçons manqués, puissantes et délicates, déterminées et fragiles, ambitieuses et chaleureuses. 

Il n'y a pas de règle, les cheveux courts sont parfois un simple prétexte. L'important c'est la sophistication... Et je ne sais pas pourquoi, en voyant Elisabeth Taylor, Audrey Hepburn, Kim Novak, Gene Tierney et tellement d'autres à cette époque, je me dis, parfois, que "c'était mieux avant"...

 

 

Modèle: Angie Dickinson

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 26 Octobre 2011

shannin-sosamon.jpg

Quelque chose d'étrange s'était produit. Bien sûr pour elle cela avait été un changement important. Pour la première fois elle osait les cheveux courts et le visage qu'elle se découvrait la rassurait. Elle se voyait davantage elle même, dans sa vraie nature. Elle était fière d'elle, se sentait belle, pleine d'assurance. Pourtant un chose encore l'inquiétait. Lui. Habituellement il n'était pas très attentif à ces changements de style, il faisait un vague compliment, sincère mais rapide, considérant que l'apparence n'était pas l'essentiel. Mais cette fois peut être allait-il être plus démonstratif, exprimant des regrets devant l'absence des longues mèches soyeuses et enveloppantes... Tout bêtement elle avait l'envie de lui plaire et la crainte de la déception.

Et puis... Et puis elle s'est vue dans son regard. Elle a vu un pétillement, une étincelle et elle a sentit tant d'amour que sa gorge s'est serrée. Sa poitrine s'est gonflée à la mesure de son coeur envahit par cet amour qu'elle recevait. Sans dire un mot elle lisait dans ses yeux de l'admiration, de la tendresse, du désir et plus qu'à travers n'importe quel miroir, elle se sentait belle... Ce n'est qu'après qu'il a osé avancer la main, caresser cette gorge dévoilée, ce cou nu, froler la nuque de ses doigts et les glisser à travers les cheveux courts, sans jamais que son regard amoureux ne la quitte. Il semblait bouleversé, ému et contrit, comme s'il s'en voulait de ne pas lui avoir témoigné plus d'amour auparavant, ou si mal. 

Elle se sentait belle, juste à travers son regard et se dit qu'il n'y avait vraiment que cela qui comptait...

 

Modèle: Shannyn Sossamon

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 25 Octobre 2011

18978249.jpg19467247.jpg19815075.jpgNon bon ça va, je plaisante.

N'empêche! Je me souviens bien vous avoir mis en garde il y a quelques temps alors qu'une nouvelle série américaine arrivait sur nos écrans.

Le lieutenant de police Kate Beckett du trèèèèès fameux NYPD, mène des enquêtes avec dans ses pattes l'inénarable Richard Castle, auteur de romans policiers grand public. La saison 1 montrait un officier de police féminin presque idéal. Allure sportive, caractère entier, cheveux courts... Moi, ça m'va!

Et puis la saison 2 arrive avec ce que j'avais prévu, une héroïne qui tend vers la bimbolisation, plus maquillée, les cheveux plus longs... Rien de vraiment grave encore... 

Mais là...Là!  C'est carrément plus crédible. Un peu comme Angélina Jolie en agent de service action... 

Oh bien sûr, j'en conviens, c'est évidemment beaucoup plus attrayant pour le téléspectateur de base qui a besoin d'identifier à coup sûr l'objet de fantasme, qui doit pouvoir comprendre pourquoi le héros en pince pour la femme flic. Et pourquoi diable en pincerait-il pour elle si elle n'avait pas la panoplie de la femme de rêve, à commencer par une chevelure d'Ophélie... Les scénaristes d'Hollywood sont des petits malins...

Et du coup, comme je l'avais prévu, l'héroïne n'est plus dorénavant qu'un faire valoir pour le héros masculin, éventuellement une sorte de co-héroïne.

19834495.jpgBon mais c'est pas tout!

Trois saisons et un allongement inexorable de la chevelure de Kate Beckett... La saison 4 arrive et l'on peut craindre le pire.

Et en effet le pire arrive, sauf que là, il y a un sursaut, une prise de conscience, une tentative de retour vers la crédibilité. Cette fois les cheveux sont tellement longs que le chignon s'impose, juste histoire d'avoir l'air un peu sérieux. Et à vrai dire je trouve ça nettement plus acceptable...

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 24 Octobre 2011

David-Urbanke.jpg

C'était il y a des années. Elle sortait à peine de l'adolescence, lui était déjà un homme. Ils se voyaient chaque jour. Elle aimait son cours, elle admirait son aisance et la facilité avec laquelle il savait transmettre son savoir. Elle ne craignait pas de rester après l'heure pour discuter d'un point du programme. Il la trouvait intelligente, curieuse et naturelle. Franche et fraîche. Les discussions s'éternisaient des fois... 

Petit à petit il a découvert son visage, ses yeux, ses lèvres... Avant elle n'était qu'une élève. Un élément dans son quotidien, une de ses têtes que son mandat lui commandait de remplir, le mieux possible...

Le sujet du cours est devenu trop étroit. Leurs discussions s'élargissaient, il aimait qu'elle parle d'elle. Sa démarche était innocente, elle avait de l'admiration pour lui. Lui était sous le charme et finissait par penser à elle trop souvent. Il aimait son regard bleu intelligent, ses cheveux blonds souvent en bataille.

Tout naturellement, le jour où elle a fait couper ses cheveux, elle a été flatée qu'il lui fasse un compliment. Elle a montré aussi sa nuque, toute dégagée, une nouveauté pour elle. Il en a été bouleversé, il aurait aimé l'embrasser... Imprudemment il a porté la main vers les cheveux tondus, les a touché de ses doigts. Elle s'est raidie, comme si elle venait de prendre une décharge d'électricité. Il a eu peur, il s'est repris, a presque fuit. Elle, a juste pensé qu'il venait de se rappeler un rendez vous qu'il risquait de manquer...

Il a été malheureux, parce qu'il sentait ce sentiment grandir en lui et cette fille envahir son coeur et qu'il devait lutter contre ça. Presque femme ne suffit pas. Il s'est enfuit.

C'était il y a des années. Pourtant chaque fois qu'il voit une jeune fille blonde à la nuque dégagée sous les cheveux au carré il pense toujours à elle et son coeur se sert.

 

 

Photo: David Urbanke

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 23 Octobre 2011

Octobre-2011 1160

 

 

 

 

 

Vu comme ça, on se dit que cette gamine doit être jolie et cette queue de cheval juvénile aux couleurs boisée inspire la jeunesse et l'insouciance qui va avec. C'était en février de cette année. C'est marqué sur la photo.

Mais il ne faut pas se fier aux apparences. Ca fait longtemps que Pam a envie d'autre chose. Une envie de cheveux courts, pour dévoiler sa vraie nature, un petit bout de (très ) jeune femme, déterminée, curieuse, qui aime lire et découvrir.

 

 

 

 

New.jpg

 

 

 

 

 

 

Alors elle a été voir la coiffeuse. Avec une jolie photo, juste pour dire que c'est ça qu'elle voulait. Et la coiffeuse  a fait ça, en douceur, avec ses ciseaux. Toute la famille a applaudit. La silhouette de Pam a changé, son visage aussi. Il s'est éclairé.

La voici " femme aux cheveux courts", oh mais pas trop quand même. elle aime bien sa frange et les mèches un peu longuettes qui couvrent sa nuque. C'est son style.

 

 

 

 

 

Octobre-2011 1502Octobre-2011 1991

 

Comme quoi, on peut être très jeune et pour autant déterminée, aimer la mode et les chiffons et avoir déjà du plomb dans la cervelle... 

Le blog de Pam

 

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 23 Octobre 2011

image3xxlBien sûr il ne la connaissait pas. Il n'imaginait même pas faire sa connaissance d'ailleurs. Juste admirer sa silhouette sculpturale et sa plastique parfaite suffisait à son bonheur. Cela le réconciliait avec la nature humaine quand il pensait que le brassage et le métissage produisaient de tels résultats. La force des choses le tenait là et il n'avait donc pas de malaise à l'observer comme il le faisait. Elle même ne semblait pas gênée. Physiquement elle lui paraîssait sans défaut, aucun.

Moderne Eurydice, il comprendrait qu'Orphée aille jusqu'en enfer la retrouver, bravant la Mort et mille dangers, implorant Hadès de lui rendre son amour.

Cette pensée l'inonda de tristesse. Il chercha une histoire d'amour aussi forte... Mais aucune dans son souvenir ne se terminait bien...

La jeune femme ôta ses lunettes, d'un mouvement de tête chassa la mèche qui barrait son front et le fixa d'un regard dur. Une grande fille blonde entra, appela "Karmelli" et le regard dur se transforma en visage d'ange. Il se dit alors que peut être cette histoire là était encore à écrire...

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 21 Octobre 2011

Xaruxamu.jpg

Ça peut paraître capricieux, dit comme ça, mais je me sens toujours mieux quand le petit "baromètre" sondage qui se trouve là à droite m'indique que la parité est idéale ou que les femmes sont plus nombreuses que les hommes à fréquenter ce blog. Allez savoir pourquoi...

Bon j'ai bien une petite idée. C'est sans doute lié à mon côté lesbien cher à Frida, mais j'aime l'idée de m'adresser principalement à des femmes, à des "les deux mon capitaine, voir à des "autres", plutôt qu'à des hommes. Et puis aussi je sais, parce que j'en suis un et que moi aussi je suis atteint par ce goût immodéré pour les cheveux courts et les nuques dégagées, que mes congénères cherchent à "se gaver" d'images plutôt qu'à s'intéresser à mes émotions. Je le vois, je le devine, seules les images les intéressent. Ou peut être est ce que je me fais des idées. 

Mais franchement, ça ne devrait pas me préoccuper, sinon ce serait l'aveu que je ne fais plus vivre ce blog que par rapport aux lecteurs qui s'y promènent et que je commence à faire ma Castafiore avec des caprices de diva...

Non parce que s'il ne s'agit que poster des images autant faire un "Tumblr" et se contenter d'une collection de photos. Et puis peut être qu'après tout il y a aussi beaucoup de femmes qui se jettent sur les images et se contrefichent de mes élucubrations émotionnelles?

Bon stop!

En ce moment il se trouve que des émotions justement j'en ai pas des tonnes. La dernière c'est cette aquarelle de Sophie l'espagnole, comme ça, sans commentaire. Alors je partage, avec les hommes, les deux mon capitaine, les autres et ...Les femmes aux cheveux courts qui se retrouvent parfois dans mes émotions à moi.

Aquarelle: Sophie

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 19 Octobre 2011

EVE.jpg

Frida avait finalement encaissé le coup, pas trop mal, et faisait contre mauvaise fortune bon coeur. Laora était rayonnante et cela l'aidait a supporter la situation. Pour ma part je n'étais pas peu fier d'avoir fait triompher ma méthode et ainsi prouvé à Frida que un peu d'audace et de bon sens ont parfois plus d'effet que les grandes théories. Grand seigneur, je reprenais volontiers ma place sur le divan de la teutone, tentant d'explorer à nouveau les arcanes de Moi, Ca et Surmoi, tentant de faire valoir mon nouveau statut de "confrère honoris causa"

Moi "- J'ai souvent entendu dire que couper les cheveux avait une symbolique très forte liée à la castration. Or la castration est elle même un fantasme lié au complexe d'Oedipe, non?

Ma Psy - Ach! Che fois, ez ke du feux que che d'abelle Sigmund auzi?

Moi - Non mais vraiment... Et Oedipe, si je ne me trompe pas c'est quelque chose qui se régle vers 4 - 5 ans non?

Ma Psy - ...Quand za ze récle...

Moi - Oui non mais en principe on s'en sort.. Et comme ça touche fille et garçon, même si l'interprétation du fantasme est différente, il est finalement normal que homme et femme soient touchés par un fétichisme lié aux cheveux courts...

Ma Psy - Che ne zuis bas zure que tu vasse un pon bsy, mais bour la zalade tu es chambion. Du gonvons ein vandasme bzyganalidigue afec l'inderbrédazion d'un réfe...

Moi - Ah oui? Meeeerde... Un " vandasme bsyganalidigue" ... C'est donc ça..."

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Ma Psy et Moi

Repost 0