Articles avec #humeurs tag

Publié le 21 Avril 2014

Tony Yang

On trouvera toujours des stéréotypes auxquels les esprits simples peuvent se raccrocher pour ne pas se perdre. Parmi eux, certains font allusion aux cheveux. Par exemple on dit que les irlandaises sont rousses, que les scandinaves sont blondes et que les asiatiques sont noires... Tout cela dit bien sûr en n'imaginant pas autre chose qu'une chevelure longue et épaisse.

Et si d'aventure on tombe nez à nez avec une asiatique blonde aux cheveux très courts cela devient tout de suite le comble de l'improbabilité.

Quand je pense à cela je me dis que c'est tout de même dingue ces idées toutes faites qu'on se trimballe dans nos têtes. Surtout qu'aujourd'hui cette asiatique pourrait tout aussi bien être suédoise ou irlandaise et que sa blondeur pourrait être naturelle, résultant d'un métissage presque parfait même si on imagine plus facilement que ce soit l'oeuvre d'un bon coiffeur. 

Du coup je n'ose pas penser à la détresse de ces esprits simples qui encore auraient cette archaïque tendance à ne reconnaître les gens que par leur couleur de peau, de cheveux et à croire encore qu'une femme ne peut être féminine que si elle a les cheveux longs.

 

 

 

Photo: Tony Yang

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 17 Avril 2014

Jem_Kuhn.jpg

Quelques fois, si on y prend pas garde, certaines petites choses qui faisaient notre bonheur passent dans le quotidien comme une simple habitude.

Pourtant il suffit de se poser un instant, de prendre son temps et de savourer, pour que tout revienne comme la première fois...

Demain elle va chez le coiffeur et déjà ce soir, si elle y pense en empoignant la masse de ses cheveux, son estomac se contracte imperceptiblement et elle sent dans son ventre ce je ne sais quoi qui papillonne un peu, qui lui donne le trac et la fait sourire en même temps. C'est cette petite peur qui fait monter son plaisir. Elle s'abandonne en fermant à peine les yeux et glisse ses doigts à travers les mèches, caresse sa nuque en la massant, remonte et tente d'agripper quelques longueurs sans vraiment y parvenir... Elle imagine déjà, à quel point demain cette caresse sera différente et là son estomac se noue juste davantage, elle se voit offrir docilement sa nuque à la morsure de la tondeuse et retrouver petit à petit cette image d'elle qu'elle chérie tant... Bientôt.

Elle reprend pied dans son quotidien, se sourit à elle même. Le trac est passé... jusqu'à demain.

 

Photo: Kim Kuhn

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 14 Avril 2014

CHYLER-copie-1.jpgBon ben oui j'avoue... Je suis capable de renier mes principes les plus fondamentaux pour une jolie femme aux cheveux courts. Oh je n'en suis pas très fier hein, mais les faits sont là.

Hier soir j'étais donc confortablement installé devant l'ultime saison de Mafiosa sur Canal+ lorsqu'une indicatrice - oui, j'ai un réseau - m'averti de la diffusion d'une série dont l'héroïne est une jolie femme aux cheveux courts... sur TF1.

Et là je dis: il faut savoir quelques fois réviser ses jugements. Grâce à la perspective de pouvoir, d'un côté ou de l'autre, revoir mon programme en replay ou en décalé, j'ai zappé pour découvrir le détective Caitlyn "Cat" Sullivan, flic de Brooklyn et sans doute la seule au monde à faire ses enquêtes en taxi. Bref! Je passe sur l'intrigue, le jeu des acteurs et l'improbable duo entre Chyler Leigh et Jacky Ido ( le taximan ), juste pour savourer enfin la présence dans une série (franco) américaine, d'une héroïne aux cheveux courts... et même très courts pour une fois.

TF1-programmes-2014-taxi-Brooklyn.jpg

Et là je reconnais bien l'empreinte de Luc Besson (le producteur), toujours soucieux de réalisme et d'efficacité. Du coup on découvre la (très) jolie Chyler Leigh que certain(e)s avaient vu auparavant dans Grey's anatomy, légèrement... métamorphosée.

Alors je suis peut être de parti pris, peut être un peu de mauvaise foi, pas très objectif et tout ce qu'on veut, mais franchement là... y a pas photo.

chyler-leigh.jpg

Reste à savoir si, contrairement aux héroïnes précédentes, celle-ci gardera les oreilles et la nuque bien dégagées tout au long des épisodes de cette saison de Taxi: Brooklyn.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 12 Avril 2014

corinna.jpg

La seule chose importante dans la vie, c'est d'avoir du style! Oui enfin ça et deux ou trois autres choses...

Mais le style c'est important! Ça peut être quelque chose qu'on s'invente soi même, ça peut être également une expression naturelle de notre personnalité. Toujours est-il que j'ai une affection toute particulière pour les femmes qui savent s'approprier le vêtement masculin, le détourner, le dévoyer. Je ne parle pas de travestissement, avec les femmes aux cheveux courts ça pourrait être un risque. Mais là encore il faut le répéter sans cesse, à la manière d'Emile Coué, la féminité ce n'est pas une question de longueur de cheveux!

Bref! Quand une femme est assez sûre de sa féminité ( et les femmes aux cheveux courts en général le sont ) pour oser jouer avec des vêtements d'homme sans craindre de perdre son âme, j'adore!

Il y a une sorte de raffinement incomparable, de classe et de délicatesse qui vous transforme un austère costume rayé façon Don Corleone en smocking Yves Saint Laurent et une vieille veste de chasse en pub Burberry's. Et moi, j'aime ça!

 

 

Modèle: Corinna Ingenleuf

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 9 Avril 2014

Lea.jpg

C'est un p'tit peu trop facile aujourd'hui dans nos languages de qualifier les gens et de les ranger sagement dans les petites boites adéquat. Je le vois bien autour de moi, chacun a besoin d'être rassuré, de savoir qui fait quoi et d'un simple regard déterminer si oui ou non il ou elle peut sans risque pour son intégrité morale, aborder telle ou telle personne.

 

Pour aggraver les choses, tout le monde a un peu trop tendance à imiter les médias en donnant des titres génériques à des mots dont le sens est ainsi dévoyé. Cette jeune femme a les cheveux courts comme une garçonne. Elle s'habille avec des vêtements masculins, c'est une androgyne... et dans 4 matins si elle porte un piercing on la soupçonnera d'être lesbienne...

 

Sauf que la garçonne est un courant de style qui définit moins la coupe de cheveux que l'esprit d'indépendance et la volonté d'émancipation des femmes du début du XXème siècle ( qui par ailleurs avaient les cheveux coupés au carré ). Que l'androgyne l'est tout autant à poil qu'affublée de vêtements, qu'ils soient masculins ou pas, vu que là on parle non plus d'un style mais d'une attitude ou d'un état d'esprit que seule la Nature maitrise et que l'orientation sexuelle est absolument indépendante de tout signes extérieurs, esthétiques ou vestimentaires, qui ne seraient pas ostentatoires.

 

Oh oui je sais bien ce que l'on va me répondre, qu'il s'agit d'une sorte de vulgarisation, qu'aujourd'hui tout le monde comprend quand on parle d'une coupe "à la garçonne" qu'il s'agit de cheveux courts comme Jean Seberg par exemple et qu'on peut très bien avoir un style androgyne sans l'être vraiment. Eh bien moi je dis: NON! Enfin non, je dis non ( pas la peine de crier pour ça... ) et je persiste à appeler les choses par leur nom, par sympathie pour les femmes qui ont montré la voie il y a bientôt 100 ans et pour les androgynes, les vraies, celles qui conjuguent tant bien que mal, le masculin et le féminin, ce qui n'est pas toujours facile facile...

 

Alors sur cette belle photo, c'est juste Léa, qui est une très jolie jeune femme aux cheveux courts, habillée avec des vêtements d'inspiration masculine et portant un noeud papillon ce qui ne fait pas d'elle une garçonne androgyne... Voilà voilà.

 

 

Photo: Marc Aurèle Palla

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 7 Avril 2014

10177479_10152380000969432_1283895992_n.jpg

Elles sont en bande, comme de jeunes louves qui maraudent entre elles. Elles savent les codes et se reconnaissent infailliblement. Ces mauvaises filles sont belles pour celles et ceux qui aiment l'insolence et la liberté. Leurs vêtements sont sans genre et leurs cheveux sont courts. Elles jouent ainsi parfois les androgynes mais ne le sont pas vraiment. Rien ne semble les effrayer et comme des guerrières elles ont sur le corps des tatouages qui parlent pour elles.

Les mauvaises filles ne cherchent pas à séduire, on les aime ou on les déteste pour ce qu'elles ne sont pas, parce qu'on les croit fières et affranchies et que nulle case ne les contient. Pourtant elles ont la nuque fragile et la peau tendre des filles de 20 ans, quelques fois la voix douce et le rire cristalin mais leur féminité n'est pas docile ni soumise et leurs amours sont équitables.

Les mauvaises filles sont libres et le prix de cette liberté n'est que le regard des autres, parfois méchant ou méprisant, le même que celui des braves gens sur deux filles qui s'embrassent et que celui de tout ceux qui croient connaître sans jamais chercher à savoir...

 

 

Photo: Pascal Pierrou

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 4 Avril 2014

Charlotte-Victoire.jpg

Je me demande ce qui m'affecte le plus, entre l'incrédulité ou la déception, lorsqu'une (jeune) femme se vante devant moi de n'attacher aucune importance à sa coupe de cheveux, considérant cela plus comme une nécessité, une sorte de corvée, que comme un plaisir ou une pièce essentielle de son bien être. C'est sans doute ma vision si particulière des femmes aux cheveux courts qui fait ça, mais j'ai du mal à supporter ce manque de considération, cette façon de se coiffer à la va-comme-j'te-pousse, de se couper les cheveux comme on se couperait les ongles, juste par hygiène.

Il y a pourtant un paradoxe ( encore! ) dans cette humeur que provoque chez moi ce comportement. Moi qui ai tant d'affection pour les "tomboys", ces "garçons manqués" qui cultivent leur part de masculin, cela devrait sembler normal que la coupe de cheveux soit traitée avec autant de dedain que le maquillage ou les robes, de soirée ou non.

C'est peut être l'excès alors qui me gène, ce trop de masculin, cette désharmonie entre andros et gyne... Faudra que j'en parle à Frida.

 

Photo: Dress Your Days With Dreams

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 3 Avril 2014

Anne-C-Frey2.jpg

Le sentiment général serait qu'on la voit moins. Peut être une illusion car elle fait toujours le bonheur des chroniqueuses de mode du monde entier. Anne Catherine est blonde, enfin l'était, on ne sait plus trop... Anne Catherine a les cheveux longs, enfin presque, pas partout. Son coiffeur, qui n'en fait qu'à sa tête, n'a jamais avec elle, renoncé à la tondeuse. Si bien que sous la coupe au carré, chic et bon genre, il y a toujours un peu de rockn'roll.

Et puis elle l'a dit, les cheveux c'est un plaisir, un amusement. Les siens sont courts depuis qu'elle a 16 ans, mais de temps en temps, voir ce que ça donne si on les laisse un peu pousser, pourquoi pas? Mais sans jamais renoncer à la douceur secrète du velours d'une nuque tondue....

 

Photo: Vanessa Jackman

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 31 Mars 2014

marielaurededecker.jpg

J'avais oublié son regard, ses yeux presque translucides à force de bleu... Du temps est passé, pourtant la reporter semble toujours prête à jeter son sac sur l'épaule.

Je me rappelle de Marie Laure de Decker et d'un autoportrait dans les années 70. Elle avait une tête de moineau, maigre et déplumé. Son crâne rasé estampillait sa détermination. Elle avait abandonné son genre pour faire ce métier qui la fascine. De son propre aveu elle n'a jamais rien fait pour attirer le regard des hommes. Jamais! Ponctue-t-elle. Tout est question de sympathie.

A 20 ans elle part au Vietnam... Dit comme ça, 7 mots les uns au bout des autres, aujourd'hui ça pourrait presque ne pas impressionner. Mais en 70 c'est la guerre, la vraie.. celle qui attire comme un aimant les photographes "qui en ont". Quelques uns en mourront.

M.L-de-Decker.jpg

Elle en revient, mariée pour toujours professionnellement à son agence qui bien plus tard la maltraitera. Sordide business...

Dans cette frise de 21 autoportraits c'est presque toute sa vie personnelle. Une vie d'aventurière, entre les plateaux de mode et les sables du Tchad. Une vie de femme aux cheveux courts... Aujourd'hui elle est une référence, son nom parmi les plus grands du reportage photo... et une héroïne dans mon panthéon.

ML-de-Decker2.jpg

Photo: Eric Cabanis AFP

Autoportraits: Marie Laure de Decker

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 29 Mars 2014

Dessange.jpgJ'étais tranquille au bureau, en train de descendre un cappuccino, profitant du soleil printanier et de la vue sur mes contemporains, lorsqu'une amie de passage, m'apercevant de loin, m'annonça son imminent atterrissage à ma table par de grands gestes à la façon d'un matelot de la Marine à voile transmettant un message.

Résigné au sacrifice de ma sérénité, j'accueilli ma passagère et toute son exubérance. Finalement, j'ai beau dire, j'aime ce genre d'imprévu et ce petit grain d'épice qui vient réhausser la tonalité d'une journée banale. Je m'installais donc dans la posture qui me convient le mieux, celle de l'auditeur attentif.

Je passe les détails de la conversation dont le large éventail couvrait en quelques instants le dernier film vu au cinéma, les Oscars, la fashion week à Paris, le mystère d'un avion disparu et la nouvelle coupe de Vanessa Paradis... Cherchez l'intrus...

Et puis comme nous en étions à parler de sa coiffure, qui finalement n'en était plus une tellement elle n'avait pas vu son coiffeur depuis des lustres, elle finit par m'avouer que " oui oh tu sais les cheveux c'est pas si important que ça! "  Inutile de dire que j'ai manqué de peu un AVC, mais pas de m'étouffer avec ma gorgée de café chocolaté. 

Epongeant tant bien que mal mes postillons sur la table, je trouvais enfin la ressource nécessaire pour lui faire comprendre que sous son apparence anodine et futile, ce sujet avait justement quelque chose de fondamental dans notre comportement. Qu'il s'agissait de l'expression, quelques fois inconsciente, de notre personnalité même. Envie d'être soi même, envie de se libérer, envie de tourner la page, envie de se remonter le moral... direction le coiffeur. A ce niveau là, je pense qu'il faudrait sérieusement envisager un remboursement par la Sécu.

D'ailleurs tant qu'on y est, je crois que la lecture de ce blog devrait pouvoir être prescrite par les médecins... Ben quoi?

 

Photo: Publicité J.Dessange

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0