Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Affranchies

humeurs

Elle s'en fout!

10 Décembre 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Eli

Qu'est ce que j'y peux, hein? Je sais bien que ce n'est pas évident de se raconter à un inconnu... mais j'ai bien tenté de tempérer mon impatience, d'être prudent, de donner des gages, d'y aller doucement. Rien à faire, je ne parviens à rien. Enfin presque rien. C'est vrai, pour un inconnu, j'en sais pas mal tout de même. 

Et puis d'ailleurs est-ce que je suis si inconnu que ça? Après tout! Depuis plus de 4 années j'en raconte mine de rien et pour qui est un tant soit peu perspicace ou attentif, je crois que j'en révèle ici plus sur ma personne que Frida n'en saura jamais. Eh puis quoi? J'ai des recommandations, des témoignages de satisfaction, des lettres de crédits. Pas une plainte, pas une récrimination, au contraire même, que des éloges. Alors?

Bon, si, des fois... Un vent ou deux, quand dans la rue, plein d'audace, j'aborde une personne qui inspire mon imagination et que je lui trouve déjà une place dans ces pages. C'est vrai, mes désirs ne sont pas toujours des réalités... 

Peut être que cela aurait été le cas avec elle? Pour peu que je sois tombé sur "un jour sans" comme on en a tous, qui sait? 

Seulement voilà, on ne s'est pas croisé in real life, mais à travers Facebook. Et pour tout dire, c'était plutôt sympathique, enfin, à la hauteur de mes espérances. Un prototype hors série, un modèle unique, merveilleuse androgyne aux multiples facettes, délicieusement féminine, élégante et racée ou "garçon d'écurie" attirant sur elle autant les regards que les pur-sang qu'elle soigne.

Mais voilà, moi qui me sens toujours promptement en confiance, amical et sensible, je marche seul, le long d'un mur de silence, sans plus savoir où est ma place, si c'est celle d'un ami ou celle "du connard avec son blog à la con". 

Non, bien sûr j'exagère, comme toujours...

Pourtant cette blondeur scandinave ne lache plus mon esprit, parce que je sais qu'au delà du physique il y a un caractère, un peu "à vif", faute de cotoyer plus souvent des esprits éveillés, capables de discerner en elle la jolie femme qui se cache derrière "la chic fille un peu garçon manqué".

Mon esprit à moi ne s'y trompe pas, voyant en elle la femme aux cheveux courts dans toute son essence, loin des icones. 

Mais je serais triste de me contenter d'être juste un lien dans les favoris de son navigateur, un site qu'on visite, comme d'autres, qui savent parler d'elle mieux qu'elle même.

 

Photo: Elisabeth Kalbfleisch 

Lire la suite

Autres temps

9 Décembre 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Chaise_de_barbier_antique.jpg

Là comme ailleurs je m'interroge, je m'interpelle, je me questionne. Est ce que ma boulangère a raison quand elle se lamente sur les habitudes d'aujourd'hui, rappelant avec émotion ses souvenirs de jeunesse, qui ne datent pas d'hier?

Et si à mon tour je cède à la nostalgie, pour tout dire j'ai plaisir à faire renaitre des événements ou des atmosphères, mais je suis bien content tout de même des progrès d'aujourd'hui. 

Et puis de toute façon, quoi qu'on fasse, quoi qu'on dise, tout fini un jour ou l'autre par revenir.

Du coup j'étais un peu perdu dans mes réflexions et ce silence souvent me fait prendre conscience de la futilité de mon entreprise. Je crois écrire sincèrement mes sentiments, faire l'éloge d'une femme moderne qui serait déjà au delà de l'égalité des sexes, louer le mélange des genres, faire une apologie de l'androgyne comme être idéal... mais en fait j'ai parfois l'impression de ne nourrir que les fantasmes de fétichistes qui ont du mal à s'assumer. Car je crois que ce sont eux les plus nombreux, eux qui font les statistiques, qui font grimper ou dégringoler les courbes. Je pourrais m'en contenter, les ignorer tout en les sachant là, foule obscure et silencieuse et continuer à m'adresser à celles qui se retrouvent à travers mes lignes et qui me témoignent leur gratitude. Oui je le devrais...

Mais revenons à nos moutons... Ma boulangère donc!

Il n'y a pas si longtemps elle faisait mine de s'étonner de voir des jeunes femmes porter la même coupe de cheveux que son grand père. Evidemment, dit comme ça, ce n'est pas très glamour ni valorisant pour les jeunes femmes en question. Néanmoins, ménageant la chèvre pour ne pas trop me prendre le chou, je tentais une explication de texte avec elle, parlant du cycle universel des tendances et des modes et que finalement ce n'était pas mal qu'avec le temps les femmes puissent s'approprier tous les styles, y compris celui que le grand père voulait se garder pour lui à son époque.

J'en parle facilement, c'est vrai, parce que je suis attentif et que ces détails m'intéressent. Du coup j'ai le sentiment que c'est une vraie tendance, mais en fait c'est parce que cela touche les jeunes femmes qui en général sont elles mêmes l'objet de mon attention... 

N'empêche... Des femmes chez les coiffeurs "hommes":

courtney mccullough

71933_10151545893377718_118555353_n.jpgAlbum-N-12-0339.jpg

Et des femmes avec des coupes " années 30" ...

Ruby-Rose.jpgcourtney haircut - copie

... eh ben c'est pas ce qui manque finalement.

La seule différence ce sont les références. Pour ma boulangère tout ça reste enveloppé du parfum sulfureux de la femme du xxème siècle qui cherche à s'émanciper...

Pour les femmes modernes ce n'est que la réalisation d'une inspiration, une envie, un style ou le choix espiègle de piétiner un peu plus les plates bandes des garçons, histoire de virer plus loin les barrières du genre...

Bon mais tout ça, pour ma boulangère c'est du mandarin.

 

 

 

Photo:De haut en bas

Schorem Rotterdam

Courtney McCullough

Ruby Rose

Lire la suite

Romane l'audacieuse

1 Décembre 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Album-N-12-0038-copie-1.jpg

Il y a bien longtemps qu'on avait pas de nouvelles de Romane, hein?

Difficile de croire quand on la connait un peu , que la jeune fille était timide et réservée en arrivant au lycée. Les cheveux longs, un peu effacée, elle se révèle à elle même, coupe ses cheveux, perçoit l'intérêt qu'elle suscite auprès de sa bande et se découvre une assurance qui la transforme.

Elle affirme ses goûts, ses choix, son style. En matière de cheveux, c'est court! Définitivement. Et je suis toujours admiratif de l'audace qui parfois anime les jeunes femmes comme elle. Quand d'autres sont satisfaites de se fondre dans la masse ou simplement d'imiter des modèles improbables, Romane se démarque, avec une déconcertante aisance.

Et depuis qu'elle a rencontré Régine, les expériences s'enchainent. Après court, très court, dressé, lissé, aujourd'hui Romane a décidé que ce serait  "au bol". Enfin cela fait un moment déjà, mais il fallait attendre un peu que les mèches plus longues poussent encore...

Album-N-12-0036.jpg

 

 

 

 

 

 

Comme à chaque fois, décidée à obtenir un style bien précis, elle prend du temps, photos à l'appui, pour expliquer et faire comprendre. Il faut que ce soit comme ceci, mais pas trop comme cela tout de même... en fait c'est "au bol" mais pas vraiment... éviter l'effet "boule"... Et Régine l'experte, comprend tout, saisi sa tondeuse et se met au boulot... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chaque détail compte, chaque étape est validée. Le tour d'oreille et la nuque tondus. L'assymétrie amorcée, mais il faudra attendre que les cheveux soient plus long pour obtenir exactement l'effet voulu... la prochaine fois. La mèche devant, non pas droite, sur le côté... longue mais pas trop... Voilà, comme ça.

Résultat, un style nouveau, osé, bien démarqué et totalement assumé par Romane, la jolie brune.

Album-N-12-0039.jpgAlbum-N-12-0040.jpg

Album-N-12-0041.jpg

 

Photos: Jeaneg

Lire la suite

Zute! Une question?

30 Novembre 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

yasmin-by-Neil-Kirk.jpg

Après le commentaire de Zute ( voir l'article "Absence" ) je ne pouvais pas me défiler. Il fallait une réponse à la hauteur, authentique et sans langue de bois... So.... here we go!

En préliminaire il faut dire que Zute bénéficie de circonstances attenuantes puisque qu'elle avoue n'avoir pas lu l'intégralité des articles du blog. Il est donc normal que certains de mes aveux lui aient échappés. Celui là par exemple où dès les premiers jours je mets carte sur table, établissant les contours de mon parti pris et les prémices de ma mauvaise foi incurrable...

Si j'ai bien compris le fond, l'essence de la question, la question "mère" du commentaire de Zute, je dois démentir fermement tout dénigrement systématique des femmes aux cheveux longs. Non non non! Bien sûr j'ai pu fustiger, ici ou là, quelques figures emblématiques, comme Brigitte Bardot ou Armande Altaï, icones de la choucroute er railler la poupée Barbie comme un symbole de la nunuche nian nian... Néanmoins, en feuilletant le blog, je retrouve quelques éléments qui peuvent constituer ma défense. Comme cet article par exemple.

Il y en a d'autres, sur plus de 300 pages et plus de 1500 articles... pensez donc! Donc, votre honneur, je réfute l'accusation qui m'est faite d'opposer aux femmes aux cheveux courts, belles, intelligentes, audacieuses, déterminées et sûres d'elles, les femmes aux cheveux longs qui ne seraient que leur strict contraire.

C'est ainsi qu'au fil du temps et des articles est apparu clairement que "Les femmes aux cheveux courts" n'était pas une qualification liée à la longueur des cheveux, mais définitivement un état d'esprit, un caractère, une mentalité et que l'on pouvait parfaitement, malgré une toison un peu longue être pleinement une "Femme aux cheveux courts".

Et puis il y a aussi la question des stéréotypes. Là aussi je me suis déjà expliqué plusieurs fois, comme ici par exemple, pour dire à quel point les classifications et les a priori m'exaspéraient.

Je reconnais Zute, que ce commentaire avait le mérite de contraindre à la réflexion et qu'il m'a permis de me replonger dans la lecture d'articles anciens, ce que je vous recommande si un weekend froid, pluvieux et solitaire vous guête.

Enfin je dois dire que j'aime bien ce pseudo de Zute ( qui peut être se prononce Zoute? ) qui m'a ramené à mes lectures classiques...

Piotr-Szut.jpg

 

Photo: Neil Kirk

Illustration: Hergè - Les aventures de Tintin - Coke en stock

Lire la suite

Absence

27 Novembre 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Sara-Cummings1-copie-1.jpg

Ne rien faire... ne rien dire, laisser à tout prix le silence envelopper son absence. Avancer dans le dédale, presque aveugle en tentant de se convaincre qu'Orphée est toujours là, mais menacé de la perdre à jamais si on ose se retourner pour en être sûr...

Condamné à n'avoir que des souvenirs, des images qui s'effritent, s'estompent et palissent. Contraint à chercher, sempiternellement, un parfum qui la ferait renaître, une silhouette qui la ferait revivre.

Les yeux clos, frotter délicatement ses mains, doucement, dans l'espoir insensé de retrouver la douceur que laissait sous les doigts sa peau de soie, onctueusement tiède...

Et dans la concentration extrême de cette quête profonde, se rappeler la douce odeur de ses cheveux propres, le dessin de sa nuque dénudée et s'esquinter la mémoire à vouloir, une fois encore, percevoir son regard pétillant au travers d'une mèche...

Mais la raison vacille, sans une seule parole pour comprendre l'absence, sans savoir s'il faut nourir l'espoir ou faire le deuil, le bon sens chancelle et entraine aux marches de la folie.

Alors vivre, malgré le silence qui enveloppe cette absence...

 

Photo: Francisco Marin

Lire la suite

Telle quel(le)

25 Novembre 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Roarie_Yum-Selina_Mayer-05.jpgOui cela peut sembler fou, mais il faut bien l'admettre, on n'est jamais content de ce que l'on a...

C'est encore plus cruel lorsqu'on parle de son physique, parce que, presque toujours, on se rêve différent de ce que l'on est en réalité. La plupart finissent par l'accepter, ou croient s'être acceptés tel qu'ils sont... mais il y a toujours un moment devant son miroir où les démons ressurgissent et on en veut à je ne sais qui d'être trop comme ceci et pas assez comme cela... c'est humain.

Par chance, quand le coeur s'accorde avec le corps, tout va bien, mais on peut être un vrai "tomboy" avec une plastique de bimbo, ou inversement et c'est souvent ce hiatus qui créé le plus grand trouble.

A cause de ça, quelques fois, on finit par ne plus être soi même, alors qu'il suffirait, à la manière d'un guerrier oriental de transformer toute l'énergie de ces forces négatives en sa faveur et ainsi en faire des atouts... A quoi bon nager contre le courant, sinon pour s'épuiser et se noyer au bout du compte. 

La vraie voie est celle de la personnalité. Celle qui permet de s'affranchir de l'opinion des quidams, celle qui éclaire et met en lumière. Et peu importe qu'on se trouve les épaules un peu trop "carrées" ou le front trop large, ou le menton trop en avant ou la poitrine trop plate ou les hanches trop étroites. Mieux vaut mille fois avoir le sentiment d'être soi même dans cette femme aux cheveux courts que d'avoir l'impression de se travestir pour "faire" femme. 

Enfin... j'dis ça... j'dis rien.

 

Photo: Selina Mayer

Lire la suite

Jackie

22 Novembre 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Richard-Avedon-copie-1.jpg

Peut-on imaginer femme plus courageuse que celle qui se tient debout, accrochée au cercueil dans lequel git son mari dont le sang macule encore son vêtement?

Dans cette douleur elle apparaît encore plus forte, plus grande, plus belle qu'elle ne l'est réellement, transcendant le sordide malheur en tragédie antique.

Si elle pleurt, elle ne le montre pas. Elle est là, faisant face, dévastée à l'intérieur et digne aux regards de la foule bouleversée. Dans toute sa grâce, c'est elle, presque, qui cherche à les réconforter de leur détresse...

La jeune veuve ne l'est pas encore, pas tant qu'elle n'a pas voilé son visage de tulle noire, alors même longtemps après, même si tout le monde l'en conjure, elle garde sur elle ce tailleur rose où le sang a noircit.

Elle est là, dans mon panthéon, rayonnante et sûre d'elle, cette femme qui a conquit le monde, accompagnant celui qui en fût le maître mais que bien souvent on ne voyait que comme l'homme à ses côtés. Belle, riche, élégante, les cheveux courts glamour, épouse bafouée, mère attentive, c'est grâce à elle que son couple devint l'idéal de toute l'Amérique, comme un rêve.

Le malheur, sans doute pour rétablir l'équilibre, s'est un peu acharné, mais au lieu de la détruire il l'a sublimée... et rien d'autre que ça, aujourd'hui, n'est important.

 

 

Photo: Richard Avedon

Lire la suite

Le regard des autres

15 Novembre 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

michelle-sun.jpg

Ça m'a toujours amusé, lorsque j'accompagne une amie et surtout lorsqu'on sort de chez le coiffeur, d'observer le regard des autres. En général, la jeune femme que j'accompagne n'y prête pas attention, mais ces regards bien sûr la dévisage, elle, créature étrange au genre indéterminé, fascinante d'ambiguité dont on ne saurait dire si elle est réellement fille avec cette coupe de cheveux. 

J'adore ces regards, il y a tant de sentiments qui s'y bousculent. Je suis incapable de dire quel est celui qui domine entre fascination ou rejet, amusement et reproche ou simple questionnement. Moi je n'y vois que de l'envie, alors après un moment je confie à mon amie ce qui me fait sourire, l'assurant que sa coupe toute fraîche tourne la tête à bien des passant(e)s. Bien sûr elle ne me croit pas, répliquant plus objectivement que c'est parce qu'ils ne comprennent rien. 

Il doit y avoir de ça, oui... Moi naïvement je m'imagine que toutes et tous ont pour cette jolie femme aux cheveux courts une admiration sans retenue. J'en oublierai presque le fond de la nature humaine, toujours prompt à condamner celles et ceux qui s'affranchissent des schémas et des dogmes. Et comme pour me ramener totalement à la réalité, mon amie enfonce le clou d'un coup sec en me disant qu'elle s'en fout.

Elle s'en fout... Voilà bien la voie de la sagesse.

 

Photo: Michelle Sun

Lire la suite

Une idée folle

12 Novembre 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

andro.jpg

Au fond d'elle même cela l'avait toujours effrayée. Seulement parfois elle ne pensait qu'à ça, comme une idée fixe. Et là une fois encore, en passant devant ce salon, son démon se réveillait, l'envie renaissait, le désir la tenaillait... Jusqu'à présent elle avait un peu sauvé les apparences, même si elle préfèrait toujours des vêtements confortables et des pantalons aux robes et aux talons, elle jouait son rôle. Et ses cheveux qu'elle portait longs depuis toujours faisaient partie de ce jeu de genre. Comme si cela la préservait de la confusion. "Ben non! Tu ne peux pas te tromper voyons, tu vois bien que j'ai les cheveux longs, donc je suis une fille..." 

Bien sûr qu'elle était fille, dans son âme, dans son coeur, elle avait conquit cela, malgré son corps étroit et presque sans poitrine, malgré son visage qu'elle trouvait sans finesse, bouche large, front large, nez large... Mais voilà, à cause de tout cela, elle avait le sentiment que seuls les cheveux longs pouvaient être sa juste caution.

Pourtant l'idée était là, toujours et de plus en plus. Une envie de cheveux courts, très courts, comme une transgression. Une envie de dire " Ne soyez pas stupide, vous voyez bien que je suis une femme, mais cheveux courts n'y changent rien". Il fallait juste franchir le seuil de ce salon, assumer son envie, se réaliser à travers cette nouvelle image. Être soi même, être vraie voilà tout.

Ce jour là, le coeur battant... elle est entrée.

 

Photo: Nick Dorey

Lire la suite

Question de choix

10 Novembre 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Elliott-Sailors-Model.jpg

Être une femme aux cheveux courts, tout le monde l'aura compris, n'est pas une simple question de coupe de cheveux. Les cheveux courts évidemment ne sont que l'expression d'une nature profonde, d'un caractère et d'une volonté.

Et la volonté c'est la capacité à faire des choix. 

Récemment, alors que je révisais les fondamentaux en feuilletant les magazines pipeuls, je suis tombé sur cette information bouleversante: Charlize Theron, l'actrice sud africaine dont je ventais les mérites dans un article ici même, était appelée par la production du film "Mad Max: Fury road" pour retourner plusieurs scènes. Le drame dans cette affaire, c'est qu'il y a plus d'un an que la blonde avait terminé ce tournage pour lequel on lui avait rasé la tête. Une allure qu'elle avait eu du mal à assumer jusqu'à ce qu'elle puisse enfin passer un peigne dans sa blondeur. 

On comprend bien que lorsqu'on est actrice il y a professionnellement des obligations auxquelles on doit se soumettre. Mais là, un an plus tard, être contrainte par contrat et pour quelques scènes seulement, de livrer sa chevelure à la tondeuse alors qu'on a pas du tout aimé ça la première fois déjà, c'est terrible.

A l'autre bout du spectre il y a Elliott Sailors dont je parlais il y a peu, qui elle a choisit délibérément et tout aussi professionnellement de se créer une image masculine pour péréniser son boulot de mannequin. Et quoi de mieux, quand on possède déjà  une certaine prédisposition physique, large front, machoire carrée, sourcils épais, que d'adopter une coupe de cheveux d'inspiration masculine?

Incontestablement, de ces deux exemples, c'est bien Elliott Sailors qui est LA femme aux cheveux courts. Tout est question de choix.

 

 

Photo: Adam Santos Coy

Lire la suite