Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Affranchies

humeurs

Qui t'es toi?

28 Janvier 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Qui t'es toi?

Tu l'aperçois et tu te dis qu'elle est belle, mais tout de suite ton cerveau te reprend et tu te dis qu'il est beau... mais tu n'es pas convaincu, tu cherches à savoir, le doute te gêne... est ce que c'est si important? Et important pour qui finalement? Pour toi, l'hétérosexuel, qui soudainement t'en voudrais d'avoir du désir pour un homme si elle en était un? Pour toi, l'hétérosexuelle, qui subitement as le coeur qui bat pour cette fille...

Et elle, emprisonnée dans ce corps, qui se débat parfois ente "elle" et "lui", qui joue l'ambiguité, s'habille volontiers d'une robe, vernis ses ongles longs, rougis ses lèvres pulpeuses et soigne l'épaisseur de ses sourcils... sans doute serait elle plus "identifiable" si elle abandonnait ses cheveux courts?

Evidemment que pour elle aussi le dilemme est terrible. Les cheveux longs lui donneraient le sentiment de se mentir, parce qu'elle aime bien, elle, se sentir garçon aussi. C'est ainsi qu'elle se sent le plus authentique après tout. Elle aime la compagnie des garçons, trouvent les filles futiles et parfois stupides, mais elle est fille, ne le renie pas. Elle l'est juste à sa manière.

Et toi tu l'aperçois et tu te dis qu'elle est belle ou qu'il est beau, cela n'a pas d'importance, tu es juste heureux que cela contente ton regard...

Photo: Alexandria Britt

Lire la suite

Vous reprendrez bien un peu de nostalgie?

26 Janvier 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Vous reprendrez bien un peu de nostalgie?

La Vie se charge parfois de vous resservir quelques gouttes de ces souvenirs qui vous plongent un peu dans la nostalgie, douce ou douloureuse... souvent les deux.

Une image, quelques mots et on retrouve soudain l'ambiance d'un moment particulier, la terrasse d'un café à deux pas de Montmartre, la chaleur d'un rayon de soleil de printemps... Des mains serrées, des doigts entrelacés, des baisers, une jeunesse qui s'enfuie...

Cet amour à l'allure de garçon manqué, le regard barré par cette lourde mèche qu'elle chassait doucement d'un mouvement de la tête, son corps d'éphèbe et ses poignets fins alourdis de bracelets et de bijoux, ses lèvres rouges comme un fruit et son cou délicat...

Faut il avoir des regrets ou juste de la tendresse pour ces souvenirs d'un temps merveilleux où tant de choses étaient possibles?

Finalement les regrets ne me vont pas et je préfère te garder dans mon coeur comme petit joyaux, un éclat de bonheur.

 

Photo: Vanessa Jackman

 

Lire la suite

Breaking news!

24 Janvier 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs, #Divers & variés

Breaking news!

C'est toujours délicieux de partager un moment avec Wiebke. La jeune anglaise avait disparue quelques semaines pour retrouver son Albion natale et nous nous sommes retrouvés hier devant une boisson chaude...

J'avais hâte de la revoir, d'autant que la malicieuse avait laissé imaginer un changement un peu radical dans sa coupe de cheveux en lançant un mystérieux : " Bye Wiebke, Hello Sinéad " sur son compte Instagram. Je savais depuis que ce n'était là qu'une déclaration d'intention, néanmoins le sujet demeurait brûlant.

Breaking news!Breaking news!

Avec son enthousiasme et sa fraicheur habituelle, la jeune femme m'avoua qu'elle était à deux doigts de se faire la tête de Sinead O'Connor, que, au dernier moment elle avait eu le trac, mais que depuis l'idée se faisait de plus en plus présente à son esprit.

Personnellement je ne suis pas du genre à décourager ce style d'envie, cependant il faut être honnête et étudier les arguments avec la plus grande objectivité. Wiebke est jeune, belle et la tête bien faite, si elle ne cède pas à cette envie maintenant ce n'est pas à 40 ans qu'elle le fera.

Pourtant je sentais bien que même si j'avais chipoter, sa décision était sur le point d'être prise. Reste que ma british amie ne connaissait pas à Montpellier de coiffeur capable de réaliser son désir...

Je ne suis pas non plus, du genre à laisser une amie avec ce genre de problème sur les bras. Ni une ni deux, nous sommes parti bras dessus bras dessous dans les ruelles de la ville pour rejoindre le salon de mon coiffeur préféré.

Pas question bien sûr de passage à l'acte mais juste la découverte du lieu, vintage à souhait et la rencontre avec Régine, désignée exécutrice de la noble tâche.

L'adorable Wiebke, toujours aussi enthousiaste, ne cessait de chambouler ses mèches blondes, tentant, en les relevant, de se faire une idée, sans doute pour la millième fois, de sa tête avec juste 1/2 cm de cheveux.

L'affaire fut conclue.

C'est donc très bientôt et en exclusivité pour Les Femmes aux cheveux courts que Wiebke pourra cette fois affirmer: " Bye Wiebke, Hello Sinead! "

Breaking news!
Lire la suite

Un juste retour des choses...

22 Janvier 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Un juste retour des choses...
Un juste retour des choses...

On peut bien en parler tout de même!

Moi qui suis un invétéré amoureux des Femmes aux cheveux courts, je comprend bien, peut être mieux que personne, qu'on puisse avoir du plaisir à laisser des mains expertes, façonner sa chevelure, la tailler, la ciseler, la tondre parfois et s'en remettre aux choix d'un salon réputé, qui profitera de l'esthétique de son mannequin pour mettre en valeur sa dernière création

C'est ce que fait Wiebke parfois. Wiebke, vous vous rappelez?

Il faut de l'audace et une confiance aveugle... pour supporter après coup, une coupe que l'on a finalement pas choisie.

Mais le secret de la très jolie Wiebke, c'est que au fond, tout cela n'a pas d'importance pour elle. Son désir secret c'est de raser ses cheveux, comme Sinead O'Connor. Et elle peut bien se moquer du reste, ce ne sont pas ses cheveux qui font sa beauté... Ils la soulignent parfois.

En attendant que le courage la submerge et que vaillamment elle offre sa chevelure à la tondeuse de son coiffeur londonien ( ou montpelliérain? ) elle veut bien faire le mannequin et s'offrir de temps en temps la même coupe que Jeanne d'Arc il y a plus de 600 ans. Ce qui de la part d'une anglaise me va droit au coeur...

Modèle: Wiebke Green

Lire la suite

L'amour du travail bien fait

21 Janvier 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

L'amour du travail bien fait

Je crois que tout le monde aime bien couper les cheveux... En tout cas tout le monde aimerait bien ça.

J'ai remarqué ça dès mon plus jeune âge, lorsque je résistais vaillamment , mais inconsciemment, à mon père qui tenait absolument à me voir avec la coupe en brosse d'un jeune garçon digne de ce nom à l'époque. Tout le monde autour de moi, ma soeur aînée, des amies à elle, chacune tentait sa chance en proposant de me couper les cheveux puisque je refusais d'aller chez le coiffeur de mon père, comme s'il s'agissait d'une gourmandise, d'un loisir délicieux.

Moi aussi, plus tard, j'ai aimé ça... Mais sans jamais céder un pouce sur mes principes. Une coupe de cheveux, c'est trop important pour confier ça à n'importe qui! Et en dehors des professionnels de la profession, je n'ai jamais rencontré de personnes suffisamment amoureuses de cet art pour les laisser s'exercer sur ma tête. Donc j'imagine que les autres sont comme moi.

Pourtant, de nos jours, on dirait que tout le monde veut s'y mettre. Pas un foyer où il n'y ait pas aujourd'hui une tondeuse électrique. Seulement voilà, il ne suffit pas d'avoir une boîte de gouache sous la main pour être Léonard de Vinci. C'est sérieux ces choses là! Même pour se faire la tête de Sinead O'Connor, il faut aimer le travail bien fait et ne pas se contenter de "moissonner" la chevelure comme si on tondait la pelouse de tante Adèle... Sinon c'est pas Sinead... c'est moche!

Par contre, quand on a le soucis du détail, qu'on aime l'harmonie qui frôle le presque parfait, qu'on a du goût et une certaine adresse, là oui, on peut savourer ce plaisir étrange et sensuel.

Photo: Bil Brown

Lire la suite

Ne renoncer à rien

20 Janvier 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Ne renoncer à rien

Je me demande parfois si ma voisine ne fait pas exprès, me voyant arriver, d'aborder avec sa commère, des sujets qui le plus souvent me fâchent, ou sinon ne me laissent jamais indifférent.

Je la vois de loin, la bonne femme, appuyée sur le manche de son balai en paille de riz, qui après avoir donné trois coups sur son bout de trottoir, commence à papotter avec le voisinage. Elle connait mon parti pris et c'est comme si elle me provoquait en duel à chaque fois.

J'étais donc ce matin là encombré de mon sac de commissions et de ma baguette de pain frais, lorsqu'elle haussa un peu le ton pour déclarer à sa copine que les femmes qui se coupaient les cheveux trop courts, cela signifiait immanquablement qu'elles renonçaient à quelque chose...

Faisant mine de n'avoir rien perçu de son manège, je m'arrêtais bien sûr, pour m'enquérrir de à quoi diable une femme pouvait-elle bien renoncer en se coupant les cheveux "trop courts".

" Eh bien! A la féminité, à la séduction et donc par conséquant aux hommes..." La faiblesse de l'argument avait de quoi décourager, mais malgré tout je jouais le jeu. " Comme les nonnes qui entrent au couvent vous voulez dire?" Elle parut un peu décontenancée par mon exemple...

"Euh ... Ben oui par exemple. Non mais dans la vie de tout les jours, vous voyez bien, vous en croisez vous, des femmes qui se coupent les cheveux comme des garçons, hein? Eh bien on ne m'enlèvera pas de l'idée que ces femmes là elles renoncent à quelque chose en faisant ça...."

Il y a souvent du bon sens dans l'esprit des gens simples et il serait injuste de ne pas leur reconnaître cette qualité...

" Vous avez raison, je crois." Autant vous dire que ma balyeuse de trottoir s'est mise en mode " qu'est-ce qui m'embrouille lui" dès les premiers mots de ma réponse. "Effectivement, ces femmes là renoncent à une catégorie d'hommes qui n'auraient pas suffisamment d'intelligence et d'ouverture d'esprit pour apprécier une femme authentique et sûre d'elle, c'est vrai. Elles renoncent aussi à écouter tout ces gens qui pensent qu'avoir les cheveux courts vous fait ressembler à un homme, c'est vrai aussi. Elles renoncent à l'image d'une femme traditionnellement soumise aux règles patriarcales d'une société bâtie pour les hommes. C'est pas rien! Elle renoncent à renoncer à leurs envies... Tant de renoncements... Vous avez raison de les plaindre je crois."

Je profitais à ce moment de la bouche bée de mon interlocutrice pour passer le porche et m'engoufrer dans mon immeuble, non sans avoir lancé un jovial " Bonjour chez vous" à la cantonade...

Photo: Soline Rebillard

Lire la suite

Ah la chance!

19 Janvier 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Ah la chance!

J'aurais aimé savoir dessiner...

Oui je sais, ça fait un peu début de ( mauvaise ) biographie, des souvenirs, un regret. Mais je n'en suis pas encore là.

Non simplement en voyant certaines oeuvres je me dis que si j'avais su dessiner, j'aurais certainement mis cela au service de ma dilection pour les cheveux courts et les corps androgynes. Tout comme l'écriture, le dessin est le partenaire de l'imagination et j'aurais pu ainsi à loisir faire naître des petites têtes parfaites, des nuques déliées, fines et fortes, bordées de cheveux courts ou largement dénudées, s'élançant au dessus d'épaules plus ou moins frêles...

Cela semble tellement facile lorsqu'on le voit bien fait, donner du reflet à des cheveux de jais, tracer le mouvement de chaque mèche, faire du volume ou en enlever...

Comme un architecte j'aurais bâti les plans, en suivant l'inspiration de mes amies et leur aurait ainsi fierement procurer un modèle, à soumettre à leur coiffeur.

Ou devenu riche et célèbre, j'aurais martelé tout au long de mon oeuvre à travers mes dessins qu'il n'est de femme que les femmes aux cheveux courts, tel un prophète, prosélyte et tyrannique

Mais non, je m'égare et je délire...

J'aurais, juste, aimé savoir dessiner...

Illustration: Elise Bucamp

Lire la suite

Ne rien manquer

17 Janvier 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs, #Tendresses

Ne rien manquer

C'est un peu comme le reflet infini du miroir dans le miroir, lorsque le photographe fait une photo de photographe qui elle même photographie...

Mais il y a parfois dans le cliché autre chose qu'un simple jeu de miroir, un simple jeu espiègle et malicieux. Si l'on regarde bien il y a aussi de l'amour, ou de l'affection, enfin un sentiment révélé, une envie discrète de dire les choses, l'admiration, le désir peut être?

Ou juste un plaisir d'esthète, une envie de saisir les courbes et les plis, le revers d'une manche, l'ornement d'une oreille, la nudité d'une nuque... trouver admirable le mouvement d'une chevelure, aussi courte soit-elle, aimer l'émergence d'un cou, fin et robuste, d'un col échancré.

Et puis sourire, rassuré d'avoir saisi cet instant, cette image qui toujours fera renaître, en la regardant, le même sentiment, d'affection, d'amour ou le plaisir simple de l'esthète.

Photo: Elise Bucamp

Lire la suite

Code "Barber"

12 Janvier 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Code "Barber"

On dit que les cordonniers sont souvent mal chaussés, mais je crois qu'il en va de moins moins de même pour les coiffeurs.

Ce qui me fascine, c'est de voir de plus en plus de femmes tenir ce rôle et surtout de les voir pour certaines s'approprier les "codes" que je croyais définitivement masculins.

Moi qui suis toujours un peu plus que les autres attentif à ce genre de choses, il ne m'a pas échappé qu'une tendance nous revient des pays anglo-saxons et que certaines boutiques de "barbiers" refleurissent dans nos quartiers. Mais je dis barbiers.. pas simplement des boutiques de coiffeur masculin, non! Des salons "typés", stylés, à l'ambiance "vintage" et aux coiffeurs hipstero-beatniko-rockers, tatoués jusqu'aux oreilles pour les plus authentiques, tour d'oreilles et nuque "à blanc"et barbe soignée. Dans ces salons, la coupe de cheveux est un art. On y fait du travail d'orfèvre, on travaille le "skin fade" comme une pièce de joaillerie, à la tondeuse et au rasoir.

Du coup, mon préjugé négatif sur la capacité des femmes à savoir parfaitement couper les cheveux très courts tombe à l'eau. Mais c'est peut être parce que j'avais en tête cette image de la coiffeuse manucurée, reine du brushing, bavarde et futile qui papote sans arrêt en jonglant avec ses bigoudis. Et si parmi elles, certaines rêvaient secrétement de coupes à la tondeuse ou de dégradés parfaitement fondus, cela ne pouvait être que du domaine du fantasme.

Mais ça.... c'était avant!

Pour pénétrer ce monde un peu fermé, ces temples du hipster, il fallait un poil de masculinité dans l'allure avec toute la sensibilité féminine à l'intérieur, des femmes au caractère trempé, qui savent que ce n'est pas avec des artifices éculés de féminité de peep show qu'on fait sa place ici, mais avec la passion d'une artiste qui taille le cheveu comme on taille une gemme. Et parce que c'est une passion, souvent les codes sont les mêmes, tous genres confondus, dans le vêtement, les tatouages et même les coupes de cheveux.

Et moi... ça m'va!

Photo: Jenny Johansen

Lire la suite

Nouveau départ

10 Janvier 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Tendresses, #Humeurs

Nouveau départ

Il y a des matins comme ça, où soudain le soleil qui s'élève de la mer nous transperce de ses rayons pâles et semble brûler tous les miasmes de notre vie passée, d'hier ou de plus loin.

Le sable encore à l'ombre du crépuscule, craque un peu sous ses pas. La brise glisse sur son cou et ses oreilles, désormais nus et cela fait naître un sourire sur ses lèvres. La voilà nouvelle, comme ce matin qui s'éveille. L'instant la réjouit, elle lève la tête et ferme les yeux...

Si peu de changement et pourtant sa vie semble bouleversée. Elle tourne enfin le dos à l'océan et baisse la tête, pour sentir la chaleur caresser sa nuque. C'est tellement nouveau. Des deux mains elle ébouriffe ses cheveux courts, y trouve du plaisir, de l'énergie, effleure ce cou presque rasé...

Elle mesure sa chance, embrasse sa liberté et chérit son bonheur. Il n'est que d'un instant mais il gonfle son coeur d'une fierté qu'elle ne connaissait pas... celle d'être enfin elle même, parfaitement, totalement elle même.

Le littoral désert s'éclaire doucement. Elle marche seule vers le monde qui s'agite déjà. Elle est unique.

Photo: Masha Demianova

Lire la suite