Articles avec #humeurs tag

Publié le 22 Décembre 2012

Paul-Wolf.jpg

Il y a fort fort longtemps, un courant irrésistible a entraîné la société toute entière dans un élan jusque là inconnu. La guerre était passée par là, comme pour sceller définitivement le changement, comme si toute cette horreur avait fait prendre conscience aux hommes et aux femmes que l'essentiel était ailleurs...

Du coup on aurait presque pu croire à une vraie parité. La mode et les tendances ont aidé à "visualiser", mais les mentalités changeaient réellement. Au mépris de la Loi, les femmes se sont mise à porter des pantalons, à fumer en public. Et puis aussi elles ont coupé leurs cheveux. Ca n'a l'air de rien aujourd'hui, on ne l'imagine plus, mais la révolution a été violente avant que l'on puisse voir côte à côte, presque identiques cet homme et cette femme partager le feu pour leur cigarette. Le symbole aurait été parfait si en plus la femme avait été au volant, mais ça... Enfin on était bien parti!

Et puis catastrophe, une autre guerre, différente, est venue tout rebouleverser. Et sitôt terminée, c'est comme si la société était victime d'un accident spacio-temporel. L'homme reprenait le manche et replongeait la tête de la femme dans le seau ménager, parfois même après l'avoir tondue, juste histoire de lui rappeler qui était le maître. Et je crois que de cet accident, malgré les progrès indiscutables, la femme a encore du mal à se remettre.

 

Photo: Paul Wolf

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 13 Décembre 2012

Gaultier-Chopinot.jpg

Je ne vais pas mentir. Avant de tomber sur cette photo, je n'avais absolument aucune idée de ce qui avait pu réunir, dans les années 80, Jean Paul Gaultier et Régine Chopinot. D'autant que j'ai toujours été irrémédiablement hermétique à la danse sous toutes ses formes et la danse contemporaine plus que les autres. Bon bref! Donc au cours des 80's nos deux créateurs se rencontrent et l'un fait des costumes pendant que l'autre fait des chorégraphies s'inspirant de la mode. Cette collaboration verra son apogée en 2007 dans une expo, "Le Défilé" au Musée de la Mode et du Textile, comme il se doit. Re-bref! Ce qui me plaît moi c'est cette photo, qui va servir d'affiche à leur travail commun. Il y a sans doute du génie dans cette idée de les faire se ressembler juste avec cette coupe en brosse. Une fusion qui gomme les genres. Et du coup je me rend compte que la part de masculin est beaucoup plus accessible à la femme que la part de féminin ne l'est à l'homme... Amusant.

Et puis aussi ce mimétisme que je retrouve parfois chez certains couples, comme une communion. A une époque on appelait ça "l'unisex"et on voulait en faire un courant de mode, mais c'est bien plus que ça. Un genre de philosophie. Vouloir se ressembler pour être le meilleur de l'autre ou en tout cas tenter de l'y rejoindre. Mais c'est rarement l'homme qui se laisse pousser les cheveux et plus fréquemment la femme qui coupe les siens dans ce jeu là. Toujours cette lutte...

Parfois c'est inconscient, d'autres fois délibéré, comme sur cette photo. Régine Chopinot a toujours les cheveux courts. Il semblerait que c'est depuis toujours ainsi, parfois blonde, parfois brune... Jean Paul Gaultier est presque chauve... La vie est injuste.

 

Photo: Jean François Bauret

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 11 Décembre 2012

inc2.jpg

Ah c'est sûr! Je l'entends d'ici madame Duguidon, pousser des hauts cris et se lamenter sur la jeunesse, l'éducation, les moeurs et le réchauffement de la planète. Peut être même que l'augmentation du gaz y passera aussi... Tout ça parce que sa nièce lui a présenté sa nouvelle "très bonne amie". Oh je suis bien certain que madame Duguidon n'imagine même pas que les deux femmes puissent être amantes. Non, elle va juste se contenter de bavasser sur l'apparence, dire avec la plus évidente  mauvaise foi qu'elle l'a pris pour un garçon la première fois qu'elle l'a vue, à cause de sa coupe de cheveux, de son jean et de ses baskets... Hum, facile. Je la connais madame Duguidon. Elle est comme beaucoup d'autres dans mon quartier, toujours prête à hurler avec la meute, à suivre religieusement le 13H de Jean Pierre Pernaut et à croire que tout était mieux avant. Tout est au premier degré pour elle. Elle est bien capable d'avoir fait le coup du :"Bonjour jeune homme" juste pour faire comme d'habitude, gloussant intérieurement de sa bonne plaisanterie ou bien est ce une méchanceté ordinaire. Elle est tellement habituée à critiquer qu'elle n'envisage même pas d'avouer, qu'au fond, elle la trouve jolie cette fille, avec ses cheveux courts...

Alors bon, moi je les vois bien les deux tourterelles, heureuses et intouchables et je pourrais bien passer le reste de la journée à raisonner madame Duguidon et à me désespérer de ne pas y parvenir, que cela ne changerait rien à leur amour. A quoi bon? L'essentiel est ailleurs.

 

Photo: Ivan Villa

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 7 Décembre 2012

Nanou.jpg

Cher moi même,

Il faut bien dire que ce n'est pas banal cette façon que tu as d'exprimer au grand jour cette dilection si particulière qui te tient depuis toujours. C'est vrai, la plupart du temps les hommes se contentent de quelques blagues, toujours un peu graveleuses, pour signaler davantage leur hétérosexualité plutôt qu'un goût particulier en la matière. C'est donc sans doute que tu te situes assez loin de ces bougres là.

Mais pourquoi un blog? Ces choses là sont tout de même plutôt de l'ordre de l'intime. Tu pourrais tout aussi bien coucher tes mots sur un cahier... Ah oui je sais! L'envie de partager... Mouais, une jolie façon de camoufler son orgueil et sa vanité. Enfin non, c'est injuste. Il y avait bien au départ ce besoin de hurler à tous, ce qui longtemps pour toi avait parût une anomalie. Pensez donc, aimer les femmes aux cheveux courts, alors que la Terre entière depuis toujours ne reconnaît la féminité qu'à travers une beauté plantureuse à la chevelure cascadant sur les reins. Une hérésie. Il y avait bien quelque chose de jouissif à dire "à tous" eh bien que tu n'étais pas comme "eux". C'est vrai.

Mais il n'y a pas de chemin facile. Par bonheur, on arrive toujours, un moment dans notre vie, à atteindre un niveau de sagesse ou de maturité qui ne fait plus craindre les soupçons que pourraient formuler les quidams mal dégrossis qui considèrent qu'aimer les femmes aux cheveux courts équivaut à aimer les hommes. Ce qui pouvait être vrai à 15 ans, aujourd'hui ne peut que te faire sourire. 

Il faut bien avouer que ce travail t'a fait du bien. Moi qui te connais un peu, je le vois bien. Et je te reconnais dans "l'homme lesbien" capable d'exprimer avec tendresse et respect un véritable amour des femmes, comme complices, amies, amantes.

Bon bien sûr il y a les cheveux courts aussi. Ce genre de fétichisme devenu davantage une dilection. Une dilection parce que ce qui pouvait sembler pervers n'est finalement plus qu'un éventail de sensations et de plaisirs, mélange de tactile et de cérébral.

Parce que sans doute cette jolie femme en coupant ses cheveux courts se rapproche davantage de l'homme que tu es avec sa sensibilité féminine et que, faisant chacun un pas vers l'autre vous vous retrouvez plus facilement? Parce que cette femme aux cheveux courts est assez sûre de sa féminité et de son pouvoir pour ne pas se ranger parmi les modèles stéréotypés...

Alors je te comprend. Il fallait bien faire comme ça. Parce que finalement, en t'adressant aux femmes aux cheveux courts, tu parles aux femmes que tu aimes, connues ou inconnues, mais aussi aux femmes qui aiment les femmes, comme toi et aux hommes aussi, qui te sont semblables et ne savent pas toujours mettre les mots, une sorte de discours universel en somme....

Mon cher moi même, je te souhaite de trouver ici encore longtemps, toute la satisfaction et le bien être possible. 

Je t'embrasse,

Moi 

 

Photo: Anaïs Hamel

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 27 Novembre 2012

Brett walker

Je n'y peux rien, je suis comme ça! Depuis que ce petit blog a attaqué sa quatrième année je m'inquiète. Je le vois batifoler, sembler s'épanouir, rire et pleurer... Pourtant je me fais du mouron pour lui. Les analyses ne sont pas bonnes comme on dirait à l'Institut Pasteur.

Alors oui je sais. Il y a comme ça des petites crises dans la vie d'un blog, des poussées de fièvre, comme des baisses de tension, en général rien de grave.

Mais là cela fait un petit moment que j'observe sa courbe de températures et je vois bien que ça ne va pas. La baisse est générale, l'audience n'y est plus. Il y a bien des messages de sympathie, nombreux, chaleureux, encourageants. Mais pourtant les chiffres sont bien là: 50 490 pages vues au mois d'août.... et ce mois ci il atteindra péniblement les 40 000.

Alors dans ces cas là on en arrive à remettre en cause la fiabilité même du système, on se dit que les statistiques sont fausses, les calculs erronés... Hélas, si les résultats ne concordent pas toujours, une réalité apparaît unanimement, c'est la dégringolade.

Oui oh, je sais! Il n'y a guère que mon orgueil qui en pâtisse et de toute façon ça ne peut pas me faire de mal de me remettre un peu en question hein, parce que quelques uns commençaient à dire que j'avais un peu le melon, si si, ne niez pas. Moi le premier d'ailleurs. Je me voyais déjà, interviewé par les médias à qui le succès du blog n'avait pas échappé, dédicacer au Virgin Mégastore des exemplaires de l'album recueil des meilleurs articles du blog, devenir best seller avec le roman de Moïra et prendre des airs compassés au milieu des intellectuels de "Ce soir ou jamais"...

Ah c'est ma mère qui aurait été contente. La sainte femme, qui avait trimmé sa vie durant pour nourrir ses douze enfants aurait trouvé là une juste récompense à toutes ces années de labeurs. Peut être même que mon père aurait eu vent de ma renommée et que, dans un sursaut d'humanité, il m'aurait envoyé une carte postale des Seychelles où depuis des années il tentait d'échapper au fisc et aux pensions alimentaires qui ne faisaient rien que de lui gâcher sa vie...

Seulement voilà, la réalité n'est que médiocrité, tout juste 1500 visiteurs chaque jour et une page Facebook qui n'atteint même pas les 200 followers... Alors à quoi bon, hein? Noooon soyons raisonnable... Je vais continuer d'écrire juste pour moi, dans mon petit coin, sans faire de bruit, voilà...

 

Photo: Brett Walker

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 26 Novembre 2012

Autant j'aime ma mélancolie, cette espèce de tristesse chronique qui m'entraine parfois dans des écrits un peu mélo, autant le lundi matin, je ne suis pas contre un petit coup de Whitney Houston qui cherche quelqu'un pour danser. Le tout parmi de jolis visages, souriants, enthousiastes, vainqueurs, séducteurs, attendris,... irrésistibles...

Alors, plein écran, le son à fond et c'est parti pour 4 minutes 50 d'élan!

222564_510852365591968_1161451191_n.png

lorena-nosic-kratka-kosa-i-zarazan-osmijeh-njen-su-potpis-9.jpg

Olivia-T.jpg

dessange-alice-taglioni-coupe-au-carré-serge-arnal

Diana Shishkova

397269 224461337681485 1473934557 n

Mia-Wasikowska

Alex Morgan of USA is congratulated by Megan Rapinoe after

Emma-W.jpg

Carey-Mulligan-Elle-2

Freja.jpg

Avec: Stéfania Kightley, Loréna Nosic, Olivia Thirlby, Alice Taglioni, Diana Shishkova, Courtney McCullough, Mia Wasiskowska, Megan Rapinoe, Emma Watson, Carey Mulligan et Freja Beha Erichsen

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 22 Novembre 2012

Camilla-Collar2.jpg

En principe, je serais plutôt un garçon classique, si cet adjectif peut être le contraire d'excentrique. J'aime les textures et les couleurs naturelles, les matières solides et confortables, le vintage plutôt que l'éphémère de la mode. Pourtant si d'aventure je suis pris à partie dans un débat de mes commères du quartier, j'arrive facilement à prendre fait et cause pour l'objet de leur discussion...

Comme cette fois où sur le passage d'une jolie jeune femme aux cheveux très courts et à la mèche colorée, mon épicière marmonnait dans l'oreille de la cliente qui me précédait à la caisse, que de nos jours ma pauv'dame elles savent plus quoi inventer pour se faire remarquer...

Comme d'habitude je tente de rester hors de l'échange de coups, mais là, la promiscuité du tapis roulant invite toujours la marchande de soupe à me prendre à témoin, même si elle ne peut pas se vanter d'avoir eu un jour un avis de ma part qui abondait dans le sens de ses théories.

Et là en l'occurrence, je trouvais une vraie fraîcheur, même une certaine harmonie à cette blondeur mélangée de rose et de brun. Et puis la coupe était audacieuse et assumée de belle manière. Alors évidemment je me suis, encore, attiré les foudres des deux ménagères aux regards noirs, même si je n'ai pas usé de l'argument qu'elles mêmes arboraient sans vergogne une sorte de bleu électrique avec leur permanente qui peut être pouvait choquer la fille aux cheveux roses...

 

Photo: Cammila Collar par MC

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 20 Novembre 2012

alfons_mucha_job.jpg

La nature humaine est ainsi faite qu'on cherche souvent à convaincre les autres de la justesse de nos idées et de l'assurance de notre jugement. A tel point que parfois on fini par être trop exclusif, à n'admettre que notre point de vue et la compagnie de celles et ceux qui le partagent. 

Partant de ce constat, moi qui réfléchi plus que raisonnablement, je me demande finalement si à force de parler des femmes aux cheveux courts, de les vanter, de rendre hommage à leur audace, leur tempérament, leur authenticité, toussa toussa... je n'en viens pas à être un peu ayatollesque dans mes propos. 

C'est ce que m'a inspiré un récent échange de commentaires où, en plus de l'incompréhension inhérente à la forme du dialogue, se sont télescopées deux humeurs visiblement différentes.

Résumé des faits: Pauline ( Pooline's world ) commente l'article Certain(e)s l'aiment (ma)cho ( oui je sais ça date pas d'hier, mais bon, c'est sympa de revenir sur des vieilleries ) et soutient, non sans bon sens que souvent les femmes ont peur et elle énonce les raisons de ces peurs, le tout allant dans le sens de mon propos. 

Puis s'ouvre un nouveau paragraphe sur "l'éternel féminin" dont la référence pourrait être la femme telle que Alfons Mucha la peint dans son oeuvre, symbole de l'Art Nouveau. Et donc Pauline avoue sa fascination pour ces chevelures ondulées et tentaculaires, qui battent les reins de ces femmes "normales", comprenez non androgynes.

Sans avouer un seul instant que moi aussi j'apprécie beaucoup l'oeuvre de Mucha, je réponds comme d'habitude de façon un peu brutale et provocante, que le stéréotype de la femme, femelle fertile et nourricière, aux hanches larges, aux seins généreux et à la chevelure abondante est une image véhiculée depuis l'aube de l'Humanité par l'homme et les religions, à leur seuls profit: un concept quoi.

Et là... c'est le drame!

Pauline défend son idée, m'accusant de despote capillaire, qui ne supporterait que les femmes androgynes au corps musclé et aux cheveux courts, voulant imposer ma vision de la femme, celle qui me plaît, sans partage, occultant la réalité physiologique du genre féminin " construit" pour enfanter ( gros seins, hanches larges ) 

Bon, moi je le prend à la rigolade, de toute façon j'aime bien bavarder. Mais qu'on m'accuse de dictateur simplement parce que je profite de Mon blog pour exprimer Mes goûts... ça me dérange. Mais quand même, finalement je me demande si Pauline n'a pas raison... peut être bien que je deviens intolérant, extrémiste, terroriste avec mon image d'être idéal aux petits seins, aux hanches droites et à la nuque bien dégagée? 

M'enfin, je n'ai jamais pour autant dit du mal des femmes qui n'entraient pas dans ce schéma ( à part Pamela Anderson ) et quant à dire que certaines femmes aux hanches larges et aux seins "normaux" sont des femmes de caractère malgré leurs cheveux longs, je veux bien le croire, les références ne manquent pas, mais je n'ai jamais dit non plus que j'aimais les femmes de caractère... hein? On saisit la nuance?

Epilogue: J'aime bien Pauline. Une femme aux cheveux courts "normale" qui de temps en temps part un peu dans les tours quand il lui semble que son combat est juste. Comment la blâmer. Quant à moi, ben comme d'hab' je vais tenter d'enfoncer les portes ouvertes et le clou pour chasser les clichés, les idées reçues, les stéréotypes qui collent quand même un peu trop aux basques des femmes aux cheveux courts, même si je n'en suis pas une ( merci de me le rappeler ) mais surtout continuer de dire qu'il existe en ce bas monde un homme qui aime les femmes aux cheveux courts, blondes, brunes, rousses, grises, blanches, noires, jaunes, rouges et même tout mélangé, petites, grandes, rondes ou fines. L'essentiel c'est qu'elles soient elles mêmes.

 

Affiche: Alfons Mucha

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 13 Novembre 2012

Quoi de plus naturel pour un fabricant de bagages que de faire une publicité qui incite au voyage, hein, j'vous d'mande un peu?
Mais peu importe, bien sûr ce n'est pas la marque qui m'intéresse, mais la délicieuse Arizona Muse, parfaite dans le glamour et le chic de ce rôle énigmatique. Elle semble à son apogée, même si je la connais depuis longtemps et je ne crains pas, dans ce style, de la comparer à Lauren Bacall, sa silhouette, sa moue, son regard... Il y a quelque chose du garçon manqué, malgré la sophistication, tout comme "Slim" dans "Le port de l'angoisse"

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 12 Novembre 2012

Muffazin.jpg

 

Il y a comme ça des matins où, en ouvrant mes volets, je découvre des images qui m'enchantent. Et à vrai dire je devrais me demander pourquoi. Ces photos, qui visiblement sont une illustration du savoir faire du styliste vedette d'un salon de coiffure de Vancouver, n'ont rien de très glamour ou même artistique. Ca tiendrait davantage de l'anthropométrie...

Ben pourtant la vision de cette jolie jeune femme me rempli d'allégresse de bon matin. Elle même, parce que ses traits me plaisent et cette coupe de cheveux que certain(e)s vont juger "trop" courte, "trop" masculine, "trop" sévère, eh bien moi je la trouve parfaite et terriblement sexy! D'abord parce que c'est du beau travail, un minutieux fondu dans le dégradé et puis justement parce que c'est très "masculin" et moi une jolie femme qui s'approprie le masculin de cette façon j'adore ça.

Pourtant je n'y vois aucune ambiguité, moi qui aime bien ça, parce que cette femme possède une féminité naturelle qui n'appelle pas le doute sur son genre et cette façon d'appuyer le trait sur son masculin en coupant ainsi ses cheveux me fait imaginer un caractère, un vrai. 

Et ça... J'adore!

 

 

 

Muffazin3.jpg      Muffazin2

 

Réalisation: Aaron Brousseau

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0