Articles avec #humeurs tag

Publié le 6 Décembre 2018

Ruby Rose

Ruby Rose

Oh noooon! Mais pourquoi t'as fait ça?

La première fois c'était lorsque, de quelques coups de ciseaux, les longues mèches de l'adolescence étaient parties à la poubelle, histoire de poser là une personnalité bien affirmée. Personne ne voulait comprendre ce geste, comme si la chevelure était sacrée, appartenant à toutes et tous... sauf à celle qui en était affublée. Tout le monde avait son mot à dire, attendant une raison "valable" pour expliquer ce sacrifice.

La seconde fois ce fût lorsque, réconfortée et sûre d'elle, ses cheveux courts ont dévoilé les oreilles et la nuque, franchissant un nouveau pas dans la transgression. La peur les saisissait tous, effrayés de voir ce qu'ils pensaient être la féminité, disparaître pour ne laisser place qu'à une masculinité consternante. Tellement embrigadés par les stéréotypes que les femmes elles mêmes, mères, sœurs, copines, poussaient des hauts cris, craignant que l'effrontée ne trouve plus jamais le bonheur et la réussite dans sa vie, qui passaient forcément par la rencontre avec un homme... à moins que.. noooon! Pas lesbienne tout de même?

Il y aura sans doute une troisième fois, encore plus virulente, lorsque, exaspérée par tant d'idioties et remplie de ce courage qui ne lui fait jamais défaut, elle décidera de tondre radicalement ses cheveux déjà courts. Elle y pense beaucoup, de plus en plus et n'a presque plus peur. Elle jouira enfin de cette liberté, soustraite définitivement aux schémas et aux dogmes patriarcaux. Cette seule idée l'excite, presque autant que la perspective de caresser son crâne à peine couvert de quelques millimètres de cheveux, doux et drus, sous les regards ahuris de celles et ceux qui n'oseront même plus poser de questions.  

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 29 Novembre 2018

Roller bowl

C'est un retour en force... mais avait-elle vraiment disparue? Aujourd'hui on le remarque, parce que quelques images nous le rappellent, comme cette danseuse blonde qui flirt avec Chris ( tine and the queens ) Oui bien sûr, tout le monde l'a vue, cherchant à savoir qui était cet.te androgyne roulant des épaules, cette blondeur, coupée au bol, cette coupe qui ne révèle jamais de genre. Ou encore la nouvelle Lisbeth Salander dans le Millénium nouveau...

 

Liza Lapert et Claire FoyLiza Lapert et Claire Foy

Liza Lapert et Claire Foy

Nombre d'amies autour de moi, sans même attendre ces exemples, ce sont glissées dans ce style éternel symbole d'ambiguïté entre fille et garçon. Pensez donc, voilà plus de 600 ans qu'une pucelle de Lorraine a planté le mythe dans nos mémoires, transformant sa silhouette d'adolescente en guerrière médiévale.

 

Amandine R. et Coralie R.Amandine R. et Coralie R.

Amandine R. et Coralie R.

Un rien suffit, juste les pattes et le bas de la nuque un peu plus rasées et la masse dessus fait le reste, la frange et le pourtour très net, ou épousant les courbes d'un casque, avec parfois un léger dégradé pour y dessiner sa marque, les variantes sont nombreuses mais le style reste, toujours le même, jamais banal, contraste de long et de rasé, de masculin et de féminin, d'ange et de démon.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 16 Novembre 2018

Dans notre monde libre, tout n'est affaire que de goûts et de couleurs... après tout. Et dans cette époque merveilleuse que nous traversons, où chacun.e revendique justement droits et considération, il est assez intéressant de se poser la question: Existe-t-il un commerce ou un service qui légitimement peut refuser la clientèle d'une catégorie de personne? Alors je cherche... Bon pas la peine de faire l'âne, d'énumérer les boulangers ou les marchands de légumes. Une boutique de lingerie... peut être? Non non non. Dentiste non mais un gynécologue certainement aura une clientèle spécifiquement féminine et pour cause...

Mais bon, je me creuse la cervelle et je ne parviens pas à trouver autre chose que cette exception tout à fait originale que sont les salons de coiffure, qui se partagent en salon hommes et salons "dames", puis en salons "mixte". Et subitement, les salons hommes, comme un caprice, se referment sur eux mêmes et voudraient devenir exclusivement masculins. Ah oui? Mais t'as vu ça où toi? Comme s'il s'agissait d'un club privé. Members only. Et pourquoi pas No dogs, no women?

Mais après tout, c'est sans doute parce que ces coiffeurs là n'ont pas perçu la tendance, l'envie, le désir de certaines femmes à avoir les cheveux courts de la même manière que certains hommes et que leur sens pratique les poussent à s'adresser plus volontiers à ceux qui savent le mieux faire ce genre de chose. Du bon sens quoi! non parce que depuis le temps que cette question me taraude, je n'ai pas réussi honnêtement à trouver un seul argument valable pour qu'un coiffeur homme s'oppose à couper les cheveux d'une femme... à part peut être en 1925, par peur du mari ou du père qui à cette époque avait le coup de pistolet facile pour exprimer son mécontentement face à cette émancipation féminine tout à fait insupportable.

Enfin j'exagère, comme souvent. Les salons pour hommes qui refusent la clientèle féminine ne sont pas si nombreux... Ce serait même un tantinet ringard, genre le truc de beauf quoi.

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 12 Novembre 2018

Oh my ( fucking ) god!

Ça vous choque? Vous trouvez ça excessif, extrême, abusé, too much quoi? Et pourquoi donc je vous prie? Ah! Voilà une bonne question... Pourquoi est-ce que la vue d'une coupe de cheveux, bien clean, bien rasée, au dégradé bien fondu, ça plait sur un homme et ça plait pas sur une femme? Ça voudrait donc dire que ce n'est pas la coupe elle même qui est le sujet, mais que ce soit une femme qui se l'approprie. Et pourquoi le fait qu'une femme aime avoir la nuque bien rasée, ça énerve?... hummm? Oooh je la vois venir la réponse à la con! Ce serait pas: "Parce que c'est une coupe d'homme" par hasard? Ah ben si! Un truc qui résume tout. C'est une coupe d'homme, signifie que ce n'est pas une coupe de femme ( eh pas bête hein? ) donc que ce n'est pas "féminin" et donc qu'une femme qui se coupe les cheveux à la manière d'un homme n'est pas féminine, donc ne cherche pas à plaire... aux hommes. Eh! Cent ans après "La Garçonne" on aurait pas avancé d'un pouce? Noooon, je le crois pas. Ah ben si! 

Non je crois que ce qui emmerde les bonnes gens ( oui parce qu'il y a autant d'hommes que de femmes dans le lot ) c'est plus simplement que les femmes qui aiment bien avoir les cheveux très courts et bien coupés ne sont pas comme les autres, souples et dociles, qu'avec un style pareil, elles se placent d'emblée sur un pied d'égalité avec le reste de l'Humanité, que leur séduction est ailleurs, qu'elles sont femmes sauf que la panoplie de princesse et la pantoufle de vair ce n'est pas pour elles. Elles, elles préfèrent le costume de Furiosa. Et du coup...  les autres femmes, celles qui n'osent pas, sont jalouses et méchantes et les autres hommes ont les j'tons et battent en retraite en haussant les épaules.

Mais le pire dans ce constat, c'est que finalement, ce sont les femmes elles mêmes qui éduquent les hommes à cette vision de la féminité. Dans un magazine "féminin", on m'a montré l'article de la rubrique Beauté-Santé-Paillette et Lifestyle intitulé: J'ai testé: Les cheveux courts. Et la journaliste qui s'excuse déjà d'avoir coupé ses cheveux en racontant que c'est un accident, que ce con...rd de coiffeur n'a rien compris et a coupé toute sa crinière frisée qui lui battait les reins. Elle poursuit en racontant que son mari qui est un "niveau 5" ( sic ) donc supposé avoir une bien belle ouverture d'esprit, s'est moqué d'elle lorsqu'il l'a vue en lui disant: " Tu t'es fait bizutée par Edward aux mains d'argent?" et a voulu se rattraper en ajoutant: " Non mais ça te va bien... T'inquiète, ça repousse." ... Alors voilà, pas la peine que je vous raconte l'article, le ton est donné. Mais que fait le MLF? Ah ça n'existe plus? Ah bon... Tant pis. 

Est-ce que toutes les collabos du Patriarcat seront tondues à la libération des femmes?

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 6 Novembre 2018

Photo: Manue Faria Da Lage par  Eric Boumard Charrier

Photo: Manue Faria Da Lage par Eric Boumard Charrier

Voilà bien un projet, à la fois facile et extrêmement difficile à accomplir. Cela pourrait n'être que facile. Après tout il s'agit d'être soi même, de suivre son instinct, ses intuitions, son plaisir, ses envies. Oui, en réalité ce n'est que ça.

Seulement voilà, il y a toujours, tout  autour, une foule de gens et de choses qui s'opposent, avec détermination parfois, à cet accomplissement. Difficile de s'échapper de cet amas de règles non dites, de conformités auxquelles tous semblent résignés. Les regards noircissent, les langues sifflent, les mots deviennent cruels... Pour résister à tout cela il faut des armes, forgées par l'éducation, la curiosité, l'enthousiasme et la bienveillance.

Il y a certainement tout cela chez ces filles, ces jeunes femmes, ces femmes qui n'ont pas peur de ce que pensent la foule 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 30 Août 2018

Un café, l'addition!

Comme disait l'Ecclésiaste, il y a un temps pour tout les enfants ( non, les enfants, c'est moi qui le rajoute ) et des fois, de plus en plus, je me demande comment Diable j'ai pu arriver jusque là, 9 ans aboutis et déjà embarqué dans la dixième année. Ce n'est pas rien 10 ans dans la vie d'un homme. Mais je me rend compte que cette période, si particulière, je l'ai vécue avec des milliers de gens, plus d'un million, qui chaque jour ou presque, sont venus ici, voir une jolie photo, lire une belle histoire, sourire à mon délire. Je n'avais pas besoin de tout ce monde là, juste de déverser une humeur trop longtemps enfermée, mais petit à petit, vous êtes venu.e.s et cela a donné un autre sens à cette aventure.

Je ne peux pas dire que tout est fini. J'aurais toujours l'envie de venir là, raconter une bêtise ou pousser un coup de gueule, parler de ces femmes aux cheveux courts qui m'ont tant apporté. J'en ai rencontré, des blondes et des brunes, des jeunes et de plus mûres. Certaines m'ont encensé, d'autres m'ont critiqué, une sorte d'amour vache quand, même celles qui ne m'aiment pas viennent pourtant voir ce que j'écris. On m'en a fait, des fois, des pataquès pour quelques stupidités, quelques médiocres vanités ou défendre maladroitement des sujets dérisoires. J'ai trouvé des amies avec bonheur, j'en ai perdu sans regret. C'est la vie!

Alors, à la manière d'un chanteur populaire, j'entame une tournée d'adieux, sans bouger de chez moi et qui comme celle de certains, pourrait durer... durer... mais l'essentiel est dit! Encore une bonne grosse soirée, dans ma grande ville du Sud, avec plein d'amies et après il faudra tourner la page et inventer autre chose...

Venez! Pour se dire au revoir, il y aura à boire, à manger, à danser avec Sin'Dee aux platines...

The Ultimate Party

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 29 Août 2018

Bon sens et mauvaise foi

Je me demande si certains "coiffeurs pour hommes" ne seraient pas en train de faire un concours entre eux pour savoir qui pète plus haut que son cul? Ben quoi? Je m'interroge c'est tout... Déjà que le scandale des tarifs me hérisse un peu le poil - mais on parle plutôt des salons mixtes qui pratiquent, côté femmes, des prix un peu délirants - là ce sont les salons "pour hommes" qui se la jouent "club privé" qui me font un peu bondir...

Bon sens et mauvaise foiBon sens et mauvaise foi

Soyons clair! Il y a pour certain, une sorte de cohérence à considérer que leur salon est réservé exclusivement aux hommes, préservant ainsi un espace totalement dédié où la non mixité les rassure et leur donne le sentiment d'être entre "privilégiés". C'est le principe des clubs londoniens. Mais la plupart emploient des femmes comme coiffeuses, ou acceptent que les épouses accompagnent leur mari ou les mères, leur garçonnet et à partir de là, l'argument du "club réservé" ne tient plus. Fini la cohérence.

Avec beaucoup de bon sens, de leur côté, les femmes aux cheveux ( très ) courts, aimeraient privilégier ces spécialistes des coupes très courtes et leurs tarifs raisonnables, par rapport aux salons mixtes où personne ne sait couper les cheveux correctement et où sous prétexte qu'elles sont femmes, ont leur inflige un tarif double de celui appliqué aux hommes.

Bon sens et mauvaise foiBon sens et mauvaise foi

A bien y réfléchir, je me demande quel autre argument pourrait être avancé pour justifier ce refus de la part de certains salons "pour hommes", de coiffer les femmes. Non vraiment je ne vois pas. 

Heureusement, il y a tout de même des coiffeurs sûrement moins con que la moyenne, qui acceptent tout le monde, sans discrimination de genre et qui font payer un tarif "cheveux courts" aussi bien aux hommes qu'aux femmes qui le demandent... et qui d'ailleurs, ne réclament rien d'autre

Merci Michelle N. 

Barbier: Habib Coiffure, rue du Clos René à Montpellier

Photos: ©jeaneg

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 25 Août 2018

Photo: Lise @latetehorsdeleau

Photo: Lise @latetehorsdeleau

Il y a fort fort longtemps, quand j'ai commencé à écrire sur ces pages, il m'est arrivé, pour illustrer une histoire, d'aller chercher sur l'Internet des images dont j'ai toujours cherché à connaitre l'auteur ou l'origine. Et si par malchance je ne trouvais pas qui avait pris la photo ou qui était le modèle qui y figurait, il y avait toujours une bonne âme pour me souffler, une fois l'article paru, que cette photo appartenait à untel et me sermonner sur le droit des auteurs à être respectés pour leur travail. La leçon a été bien apprise.

Aujourd'hui les réseaux sociaux ont accélérés bien des choses et beaucoup de gens s'imaginent, à tort ou à raison, que tout ce qui est publié, est "livré" tel quel au monde entier et que tout un chacun peu librement s'en emparer.

Loin de moi l'idée de donner des leçons à mon tour ou de jouer au chevalier blanc, mais...

Je sais comme ça peut être désagréable de voir sa photo récupérée par un.e inconnu.e et affichée sur un Tumblr, un Pinterest ou un Instagram dont la ligne éditoriale est plus ou moins floue ou carrément tordue, compilée dans une collection dont le "pilleur" laisse croire qu'il est le propriétaire exclusif.

Alors bien sûr, on se dit qu'en publiant son image sur un réseau, on prend ce risque là. Mais ce n'est pas une raison pour ne rien dire et laisser faire. Parce que finalement, les réseaux sociaux ne fonctionnent pas en sens unique. C'est un moyen de communiquer et c'est toujours plus sympa de demander la bénédiction de l'authentique propriétaire d'une photo avant de la re-publier à son tour, sans oublier de citer son nom ou son compte. Une façon de lui rendre hommage...

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 24 Août 2018

Question d'environnement

Je sais pas vous, mais moi j'aime bien que les contenus de qualité soient toujours dans des contenants à leur mesure. Bien que le résultat soit le même, j'ai toujours pensé que boire un Knockando 18 ans d'âge dans un verre ad hoc, augmentait le plaisir qu'on pouvait tirer de ce breuvage. Ainsi, même s'il m'est arrivé plus d'une fois de me faire couper les cheveux, assis sur une caisse de munitions au coin d'un hangar, je préfère le confort cossu d'un bon vieux barbershop "à l'ancienne". Et je ne suis pas le seul figurez vous. Parmi les femmes aux cheveux courts, nombre d'entre elles ont choisi cette option, à la fois pleine de bon sens et révélatrice d'un certain art de vivre...

Michelle Daly vit et travaille à Austin au Texas et peut être que dans ces états du Sud des Etats Unis, on trouve plus facilement de ces bons vieux barbershops "à l'ancienne" justement.

Je ne parle pas de ces salons "fabriqués" comme des clubs de fumeurs de cigare, où tout, même s'il a l'apparence de l'ancien, n'est qu'artifice.

Non, plutôt de ces endroits où la patine est partout, sur les tiroirs de Formica à la couleur beige d'origine, sur le carrelage usé, sur le miroir piqueté. Là, on ne fait pas dans la tendance. On coupe les cheveux comme on sait le faire depuis les années 50. Rien n'a changé.

Même les affiches, au mur, parlent d'un temps que les moins de 20 ans... Une sorte de snobisme, juste pour rappeler, s'il le fallait, l'authenticité du lieu. Mousse chaude pour le rasage et collection de têtes de tondeuse. Le fauteuil fait dos au miroir, tout au long de la coupe, les gens peuvent se parler, mais on parle peu dans les salons comme celui là. On savoure...

Photos: Michelle Daly @armyaviator129

Barbershop: The Avenue Barbershop, Austin Tx

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 20 Août 2018

Photo: ©jeaneg avec Méli Rezeg @youngbadass_

Photo: ©jeaneg avec Méli Rezeg @youngbadass_

Ça doit être l'instinct grégaire, cette tendance qui pousse les humains à adopter le comportement des autres, qui fait que, presque toujours, on a besoin d'avoir des modèles à suivre, des idoles à copier. C'est particulièrement vrai quand on est encore assez jeune et que l'on cherche sa propre voie, mais en réalité il n'y a pas d'âge pour cela. 

Et puis, il y en a qui sont des prescriptrices, celles qui ne suivent que leurs envies et que les autres admirent pour ça. Dans la mode on appelle ça une "it girl" mais dans la vie de tous les jours c'est juste celle que l'on croise et sur qui on se retourne, discrètement, pour savourer l'allure, le vêtement, la coupe de cheveux. Et tout n'est que détail, la couleur, naturelle ou pas, le mouvement de la coiffure, ces mèches qui se chevauchent, ces reflets blonds, la qualité du dégradé, la finesse de la nuque et l'audace du rasage.

La nature humaine est ainsi faite que même celles-ci que les autres cherchent à copier, ne sont pas toujours sûres d'elles mêmes et cherchent aussi des modèles. Pourtant les copies ne sont jamais idéales, parce que chacune est unique et toutes devraient être les prescriptrices d'elles mêmes, inventer leur style, s'inspirer des détails, ici et là et créer ce personnage sur le passage duquel on aime se retourner, cette androgyne fabuleuse qui paraît tellement à l'aise avec ses cheveux si courts.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0