A zéro!

Publié le 27 Décembre 2018

Photo: Kat Ginsburg by Jonathan Valerius

Photo: Kat Ginsburg by Jonathan Valerius

Souvent, dans les périodes de renouveau, fêtes de fin d'année, jour de l'an, cette envie de se lancer des défis ou de prendre des grandes résolutions nous saisi. Quelle drôle d'idée n'est-ce pas?

Etonnamment, on va trouver dans cette liste de choses à faire, au moins une fois dans sa vie pour certaines, se raser la tête. Quelque chose qui semble complètement fou en réalité aux yeux du commun des mortels, tellement préoccupé par son image, mais qui pourtant prend du sens en matière de renaissance et de remise des compteurs.... à zéro!

Les raisons sont toutes personnelles et puisent leurs racines parfois dans l'intimité la plus secrète, mais au final il s'agit tout de même de passer toute cette chevelure, abondante ou pas, longue ou déjà courte, à la tondeuse. Un geste aux allures sacrificielles, expiatoires, ou à l'inverse libératoires. En tous cas tout sauf anodin parce que cette "amputation", aussi indolore soit-elle, n'en demeure pas moins une séparation d'une partie de soi d'avec soi-même. C'est peut être en cela que ce choix semble effrayant, au départ. Tant de questions se posent... Pourtant, si l'on observe bien, il y a autour de nous cette forme de banalité qui existe aujourd'hui, à voir des petites têtes bien rasées. Une visibilité qui renvoie au loin l'aspect lugubre des souvenirs de guerre ou des affres de la maladie. Il s'agirait plutôt de libération et d'exaltation de cette liberté. Une rupture évidente avec le quotidien, la routine, l'uniformisation, les diktats, la consommation et cette vie "d'avant". Avant d'avoir le courage d'apparaître nue, telle qu'en soi même, comme un nourrisson à sa naissance.

Pour certaines, ce sera un "one shot", sitôt la tondeuse reposée commencera l'attente d'une repousse, pour d'autre une période, indéterminée, où l'envie de renouveler le geste se fera plus pressante chaque mois, chaque semaine et un nouveau mode vie associé à cette allure fière et libre. Cela peut durer longtemps, des années. Comment revenir en arrière? Il faudra peut être un nouvel an et de nouvelles résolutions...

Photo: Jonathan Valerius

Modèle: Kat Ginsburg

MUA:  Damaris Santana

Art Director: Yasmin Deliz

Light: Rene Gomez

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :