Articles avec #humeurs tag

Publié le 8 Mars 2019

Ce petit garçon a eu de la chance de grandir dans une famille aimante et attentive. Il a eu l'image d'une mère tendre et délicieuse, forte et déterminée, douce et bienveillante. Une femme qui trimait dur, du matin au soir, dans sa maison pour que ses enfants s'imaginent toujours au jardin d'Eden.

Ce petit garçon qui ne voulait plus aller chez le coiffeur de son papa, c'est elle qui l'a amadoué, rassuré, cajolé pour finalement le convaincre de se laisser faire par sa coiffeuse à elle et finalement, inconsciemment, faire de lui un petit être sans genre durant un certain temps...

Il lui en est resté un respect incommensurable pour les femmes en général, ce qui n'a pas fait de lui un homme exceptionnel, juste normal, qui se demande souvent comment on a pu en arriver là et priver la moitié de l'humanité de certains droits dont lui a pu jouir naturellement, sans rien demander. Un homme qui méprise plus que tout les autres hommes qui sont assez lâches pour lever la main sur elles et qui vivent dans la crainte de les voir un jour au même rang qu'eux. Un homme qui a compris à quel point les religions ont su diaboliser les femmes pour mieux les asservir et à quel point certaines femmes elles mêmes sont les ennemies d'autres femmes qui ne demandent rien de plus que du respect...

Alors, si tous les petits garçons apprenaient ce qu'ils doivent aux femmes, peut être qu'on aurait pas besoin d'une journée pour les droits des femmes...

8mars info

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 4 Mars 2019

Si vis pacem, parabellum*

Bien sûr les choses ont changées depuis l'époque où je trainais moi même dans ce milieu, mais durant longtemps, les femmes qui voulaient se mêler de choses militaires étaient considérées avec beaucoup de condescendance et cantonnées dans des rôles que l'Institution considérait comme adéquat à leur qualité de femme. Heureusement tout cela évolu et aujourd'hui, on peut dire qu'il y a peu de rôles qu'elles ne puissent remplir si elles en ont la volonté. Cependant il restera toujours des vieilles badernes qui dans le concept femme-militaire ne voient encore que le mot femme. Et ces gens là, eu égard à leur ancienneté, se trouvent souvent en haut de la hiérarchie.

Ainsi figurez vous que l'Institution a toujours redouté que les femmes s'identifient trop à leur confrères masculins dans ce métier qui n'est tout de même rien de moins que faire la guerre. S'offrant l'atout de caractères différents, d'intelligence et d'intuition, de management et pragmatisme dont les hommes ne sont pas toujours équipés, elle a voulu néanmoins leur conserver à tout prix une image "attractive" et une féminité visible. Et donc, depuis toujours "on" a voulu que les femmes militaires conservent leurs cheveux longs, que bien sûr durant les heures de service, elles devaient attacher serrés dans un horrible chignon en forme de beignet, bien placé à peine en deçà du vertex et qui tirait mieux leurs traits que n'importe quel botox. Les plus déterminées qui avaient du mal à considérer qu'on puisse faire ce métier en chignon, étaient plutôt mal vues si elles adoptaient les cheveux courts à la manière des hommes.

Heureusement, en cela comme en tout, les choses avancent. Doucement, d'accord, mais ça avance. Ainsi il n'est plus du tout ni rare, ni suspect de voir sous l'uniforme, hommes et femmes avec la même coupe de cheveux, ce qui, à mon sens, confère tout de suite  un côté plus professionnel, qu'une queue de cheval ou une mèche savamment lissée en travers du visage. Déjà!

Parce que dans ce métier, il y a forcément un moment où il faut être absolument authentique. Laisser de côté l'artifice et le superficiel car l'enjeu est bien supérieur à tout ce que l'on imagine, une clause du contrat qu'il faut avoir toujours à l'esprit, souvent occultée par le sport et l'effort, la camaraderie et le fun, les voyages même... c'est qu'au bout du fusil il n'y aura pas toujours du carton et que la mort fait partie du bagage. 

Alors ça me fait plaisir à moi, de voir que les soldats d'aujourd'hui s'intéressent moins à distinguer les genres qu'à être efficaces pour préserver la paix en préparant la guerre.

 

Photos Instagram avec Opal Haziza @_opalhaziza, Brianna Tyler @briannatylerfit et Ellie @elliedcb

* "Si vis Pacem, Parabellum" citation latine signifiant: si tu veux la Paix, prépare la Guerre

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 4 Mars 2019

Beli Klein

Beli Klein

Ce serait de la folie de dire qu'on sera toujours ainsi ou toujours comme ça. Le changement est presque un besoin vital, un remède à la sclérose, au vieillissement et à l'usure du temps. Mais quelques fois cela s'oppose à une forme de fidélité. Dilemme! Est-ce que pour rester fidèle à son image, à son entourage, on doit malgré tout conserver sa longue chevelure d'adolescente? Est-ce que par fidélité, à son image, son entourage ou son coiffeur, on doit finalement continuer à se couper les cheveux, toujours, toute sa vie...? Eh bien non bien sûr. Le mot d'ordre, toujours et tout le temps reste "Être soi même!" 

Alors voilà, il y en a, on le sait à présent, qui sont depuis toujours et pour toujours, des femmes aux cheveux courts, même si durant une période de leur vie elles n'ont pas pu l'exprimer comme elles l'auraient voulu. Elles aussi aspirent au changement, de temps en temps. Et ça se traduit de plein de manières en réalité. La couleur, bien sûr. Mais aussi, parce que lorsqu'ils sont très courts, chaque millimètre compte, des différences de longueurs, oh à peine, mais parfois cela suffit. Et puis il y a une certaine malice à laisser passer un mois, ou deux, alors que l'habitude est de les couper chaque mois, pour enfin y retourner et avoir davantage de cheveux à couper, un peu comme lorsqu'on met son réveil un dimanche matin pour avoir le plaisir de se rendormir après qu'il ait sonné... 

Certaines changent de coiffeur, fréquemment, pour se mettre en danger et avoir ce noeud dans l'estomac, comme si c'était la première fois... D'autres enfin ne prennent même pas le temps de l'habitude, passant de la coupe au bol à la boule à zéro, puis au style skinfade, puis pixie et ainsi de suite... Bref! Rien n'est gravé dans le marbre et chacun.e fait ce qui lui plait.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 1 Mars 2019

Photo: Inna @inna_roo_

Photo: Inna @inna_roo_

Est-ce qu'on a jamais vu un salon de coiffure refuser un homme? On peut se poser la question. Evidemment, de nos jour, il n'existe plus de salon exclusivement "pour dames". Tous sont "mixte". Est-ce que cela voudrait dire que la résurgence des salons "pour hommes" est un sursaut de masculinité maltraitée, une revanche en quelque sorte sur une société qui voudrait accorder plus d'importance aux femmes? Allez savoir...

Toujours est-il qu'on a jamais vu un homme se faire refouler d'un salon sous prétexte qu'il est un homme et que le salon voudrait se réserver une clientèle exclusivement féminine. Ça n'existe pas! Et on ne peut pas en dire autant d'une situation inverse. Les exemples ne manquent pas et presque toutes les femmes aux cheveux courts seraient capables d'en citer un.  

Evidemment toutes ne sont pas exposées à ce genre de discrimination. Cela ne concerne qu'une partie d'entre elles qui ont l'habitude des cheveux très courts, un style qui entre parfaitement dans le domaine de compétence d'un coiffeur pour hommes. Celles dont la coupe réclame un entretien mensuel, celles qui se moquent un peu du café Clooney, des magazines et du soin à l'huile de jojoba, celles qui aiment venir, faire couper leurs cheveux et repartir en 1/4 d'heure ou 20mn chrono sans se sentir obligées de faire la conversation, celles qui ne recherchent que l'expertise d'un dégradé, fait aux ciseaux ou à la tondeuse et le juste prix de cette compétence.

Eh bien celles là sont en butte à un ostracisme de barbiers hipsters qui refusent catégoriquement de voir sur leur fauteuil une femme qui aurait malgré tout la nuque aussi pâle que leur dernier client à peine talqué. Mais! Que ceux-là veuillent à tout crin réserver leur espace à l'Homme dans toute sa masculinité, soit. Mais alors pourquoi y employer des coiffeuses? Hein, vous la voyez là, l'incohérence...? 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 26 Février 2019

Nathalie Ritzema

Nathalie Ritzema

Tous les rêveurs font ça. Tous les rêveurs, ou tous les génies, parfois ce sont les mêmes. Une seule incantation et vous voilà à la poursuite d'une idée, qui si vous n'y faites pas trop gaffe, vous embarque dans un monde meilleur.

Et si...?

Et si on supprimait le genre? Plus de masculin ni de féminin, juste de l'humain, aucune différenciation entre homme et femme sinon le sexe. Humm? Bon alors oui, certaines vont me dirent: " ben attend Einstein, ça fait un moment qu'on est dessus déjà, on t'a pas attendu". Certes... Enfin, certaines jouent de l'ambiguïté d'un corps et d'un esprit plus fluide que les autres, nageant souvent à contre courant et perçues comme des anomalies. Non! Imaginons qu'universellement le genre soit aboli et toute tentative d'hégémonie d'un sexe sur l'autre fermement réprimé. Du coup, forcément on parvient tout de suite à plus d'égalité. Mais une égalité de ouf! Un truc encore jamais vu, même pas au jardin d'Eden où on a fait croire à Adam qu'il était créé par Dieu alors qu'Eve se contentait d'être née d'une de ses côtelettes. 

Et mine de rien, ça ferait un paquet de questions existentielles qui passeraient de facto à la trappe. Imagine! Le désir et l'attirance ne seraient guidés que par l'intelligence et l'esthétique. Rien que ça... ça ouvre des perspectives abyssales. Et question fringues ou coupe de cheveux, pareil. Plus de plus-values sur le sexe, de taxe rose. Les mecs qui portent des robes, comme Billy Porter ( à la cérémonie des Oscars ) en paient le prix, parce que c'est plus de boulot, de tissu, de temps... Les femmes qui se coupent les cheveux à la tondeuse et qui n'y passent qu'un quart d'heure deux fois par mois, ne paient pas plus que le prix du savoir faire de leur coiffeur et le temps qu'il leur consacre. Et on ne se pose plus de questions pour savoir si c'est normal ou pas. C'est ainsi!

Sans compter que, comme ce serait presque la norme, plus personne ne ferait ch... les androgynes ou simplement les femmes aux cheveux courts dans la rue ou aux repas de famille à propos de leur allure. On pourrait même dire que cette abolition du genre sauverait certainement la planète...

Ça m'fait rêver...   

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 24 Février 2019

Nathalie Ritzema

Nathalie Ritzema

Parfois le doute m'étreint. Mais fort, à m'en faire mal. Tous mes rouages se bloquent, la mécanique se grippe et mon cerveau ne fonctionne plus. Alors l'espace d'un moment je suis incapable de comprendre le monde qui m'entoure. Malgré tout mon savoir sur la question, acquit avec le temps depuis que j'écris ici, à chaque fois que je suis confronté à l'attitude ou aux réflexions d'un homme sexiste et persuadé de sa supériorité faisant une remarque à une femme aux cheveux courts, suggérant qu'elle n'aurait pas le droit de faire ce qu'elle fait, je reste un instant sans voix. Après, bien sûr je peux faire confiance à la femme en question pour avoir la meilleure répartie et d'un bras d'honneur verbal clouer le bec au macho. Mais voilà, je suis énervé, agacé, exaspéré par l'intolérable assurance de l'homme persuadé d'être encore le maître de toutes choses dans son environnement. Et surtout je lui en veux de m'éclabousser de sa consternante stupidité qui pourrait faire de moi, aux yeux des autres, un homme ordinaire qui lui serait semblable. J'ai déjà entendu cela. On me l'a dit, sous prétexte que je suis un mâle-blanc-hétéro-cis, je suis forcément suspect d'être comme tous ces connards, un "privilégié". Et rien n'y fera pour, définitivement, m'absoudre de la connerie de ces hommes là. Il me faudra toujours et pour toujours donner des gages...

Et c'est la même chose lorsque je suis confronté à l'homophobie, au racisme et à n'importe quelle discrimination. Mais ce qui m'intéresse ici bien sûr ce sont les femmes aux cheveux courts, qui d'ailleurs peuvent être aussi victimes de toutes les autres intolérances. Comme cette façon qu'ont les autres, hommes et femmes d'ailleurs, de reprocher une coupe "trop courte" ou "trop masculine", comme si, une fois encore, la femme n'avait pas le droit de surmonter ce tabou en s'appropriant une nouvelle forme de féminité. Qu'il se trouve quelqu'un pour faire une remarque sur la nuque rasée ou les oreilles dégagées d'une amie ou d'une inconnue et je suis instantanément bouche bée, tellement sidéré par ce comportement intolérable. Je me demande alors comment il est possible, aujourd'hui au début du XXIème siècle, de ne pas considérer l'humain, comme tel et d'en être encore à faire du classement entre hommes et femmes, les uns persuadés d'être supérieurs aux autres.

"Hélas, je n'ai aucun message d'espoir. est-ce qu'à la place deux messages de désespoir vous conviendraient?"  W. Allen

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 18 Février 2019

Tout le monde l'a vu

A moins de débarquer de la Lune, tout le monde, ou presque,  a vu la série La Casa de Papel sur Netflix... Oh ben oui! Et donc, tout le monde, ou presque, est tombé sous le charme de Ursula Corbero, alias Tokyo, délinquante de haut vol ( c'est le cas de le dire ), combinaison rouge et masque de Dali sur une frange effrontée et juvénile, à qui on donnerait le Bon Dieu sans confession, ou presque.

Et cette chevelure brune... coupée au carré... avec la frange bien droite... et le lacet autour du cou... non? Ça ne vous dit rien?. La fille badass, qui manie les armes à feu comme une "professionnel.le"... non? Toujours pas?

Mais si aller! Tout le monde se rappelle de Mathilda, la fillette qui après avoir vu toute sa famille massacrée par un flic ripoux, se réfugie auprès de Léon, le tueur professionnel bien brut de décoffrage, qui va lui apprendre les rudiments du métier et tomber sous son charme.

 

 

 

 

 

 

 

Ben voilà! Tokyo sans aucun doute est la petite Mathilda devenue grande. Plus voleuse que tueuse, mais le modèle est le même, jusqu'à la ressemblance physique. Hasard? ...Je n'crois pas non!

 

 

 

 

 

D'ailleurs il a bien fallu à l'actrice un changement presque "radical" pour sortir de cette incarnation...

Tout le monde l'a vuTout le monde l'a vu

Ah vous aviez rien remarqué?

Bon ben voilà.

Merci qui?

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 11 Février 2019

Qui a dit ça?

Allez savoir pourquoi, il y a une légende qui perdure depuis des lustres et qui raconte que les femmes aux cheveux courts sont toutes lesbiennes, ou que toutes les lesbiennes ont les cheveux courts, ou que... je ne sais quoi encore. Evidemment, chacun.e ici sait parfaitement que cela n'a rien à voir, du moins autant que la choucroute avec la mécanique quantique. Mais comment faire pour combattre un tel préjugé?

Eh bien à mon avis, comme toujours lorsqu'on est confronté à la bêtise, il faut faire preuve d'intelligence et d'assurance. La visibilité et l'exemple sont les meilleurs moteur du retour au bon sens. Il ne s'git pas de provocation, bien sûr. Non juste de montrer et par la même démontrer, que :

1/ L'orientation sexuelle n'a pas besoin de se justifier et n'intéresse que la personne concernée

2/ S'exprimer clairement est toujours mieux que se taire. Le silence est souvent le terreau des ragots

3/ Assumer son choix et ses goûts. Les femmes aux cheveux courts attirent toujours les regards

Et n'en faire qu'à sa tête!

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 8 Février 2019

Anodin? Je n'crois pas non...Anodin? Je n'crois pas non...
Anodin? Je n'crois pas non...Anodin? Je n'crois pas non...

Je sais bien qu'une grande majorité encore, trouve cela excessif, presque outrancier. Inutile de grimacer, les goûts et les couleurs ne se discutent pas. D'ailleurs, qu'on aime ou qu'on aime pas, il faut admettre que ce style, piqué aux hommes sans aucun scrupule, semble prendre petit à petit, mine de rien, une vraie place dans le paysage. La preuve, je n'ai pas eu à chercher très loin pour rassembler ces clichés, parmi lesquels je reconnais au moins deux amies...

On aurait tort de penser que ce n'est là qu'une façon nouvelle d'exprimer une féminité toute personnelle. Parce que oui, n'allez surtout pas croire que ce style serait réservé à une catégorie socio-culturelle bien définie, entre artiste et militante LGBT, non! Du tout! De nada! Not at all

Andreea Mighiu par Ricardo LaValle

Andreea Mighiu par Ricardo LaValle

Modèle ou non, étudiante ou gérante de magasin, sportive et intellectuelle, il y a parmi celles qui embrassent ce style très "rasé", tous les profils. Si si. Et j'ai envie de dire qu'il s'agit finalement juste d'un plaisir personnel, sans militantisme ni revendications. Une transgression faite tout en douceur. Une bonne manière de renoncer à l'image de l'enfance ou de la féminité attendue par le chasseur/cueilleur. Une forme malgré tout de déclaration d'indépendance, mais surtout un style atypique qui plait, quoi qu'on en dise, à de plus en plus de femmes que je vois autour de moi. Et je ne crois pas que cela soit anodin. Il y a certainement dans cette impudeur à dévoiler crûment sa nuque, une forme de sensualité trop longtemps ignorée dans nos cultures occidentales. Les nippons eux le savent depuis des siècles, la nuque d'une femme est certainement la partie de leur corps la plus bouleversante qu'elles puissent exposer sans risquer la Correctionnelle pour attentat à la pudeur. Je n'y vois que cela.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 4 Février 2019

Photo: Chloé Lobre

Photo: Chloé Lobre

Chloé m'avait dit:" Pour mon anniversaire, je me paie le coiffeur en Corée ". Déjà, en soi cette affirmation a de quoi fasciner. Depuis qu'elle vit en Thaïlande, Chloé se balade au Japon ou en Corée comme moi je ferais un tour à Nîmes ou à Béziers. L'Asie profonde et mystérieuse...

Même si son androgynie assumée m'a toujours fasciné, je n'avais jamais perçu le moindre rapport entre elle et la culture manga. Mannequin de mode en robe chic pour les magazines d'un côté et tomboy gamer en jean-basket-sweater et casquette de l'autre, pile et face, masculin et féminin parfait, Chloé m'a toujours renvoyé l'image d'un androgyne, intelligent et lucide, explorant son monde et la nature humaine avec curiosité et bienveillance.

Brune aux cheveux courts depuis longtemps, elle a déjà éprouvé différentes longueurs, jusqu'à l'ultime boule à zéro, justifiée par un projet artistique et naviguait depuis dans des styles ambigus qui soulignaient merveilleusement l'ambivalence des genres. 

남녀 양성의
남녀 양성의남녀 양성의

Après plusieurs mois, ce rendez vous chez un coiffeur réputé, c'était un peu comme une gourmandise, avec peut être l'espoir, connaissant le style coréen, de se retrouver dans la peau d'un personnage de manga. L'envie de cette couleur grise si particulière, d'une coupe qui joue avec la longueur patiemment acquise sur le dessus, de contours bien plus nets et sombres, tout cela concourrait vers cette image étonnante et fantastique. Et le résultat est stupéfiant. Moi qui suis tellement habitué, j'ai toujours avoué que seuls les asiatiques, coréens, japonais ou chinois, parvenaient à me tromper sur la vraie nature de leur genre. Et là, par la magie d'une coupe de cheveux et d'une coloration, une étrange alchimie et quelques sortilèges de son coiffeur coréen, Chloé se retrouve transformé en séduisant chanteur de k-pop. Et ça marche!

Photo: Chloé Lobre

L'Instagram de Chloé

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Divers & variés

Repost0