Laora renaît

Publié le 29 Septembre 2011

19910718-750-36.jpg

Le vieux coiffeur n'avait pas posé une seule question. L'italienne assise sur le fauteuil, il l'avait tout bonnement emballée dans un drap de nylon qu'il avait serré autour de son cou et avait jeté un drap de coton sur ses épaules qu'il avait ensuite inséré dans le col, soigneusement. Quelques coups de peigne avaient ordonnés la courte chevelure de Laora dont le regard était fixe, collé au miroir. M'efforçant de paraître le plus sûr de moi possible je lâchais: "Très court! Partout, à la tondeuse... S'il vous plaît"

Le vieux a rallumé le mégot de cigarette qui pendait à ses lèvres et tranquillement pris en main une grosse tondeuse dont il a épousseté les lames. L'appareil s'est mis sous tension, lançant un bruit strident qui allait crescendo. En s'aidant toujours de son peigne, le figaro a soulevé une première mèche devant l'oreille et glissé la tondeuse sous la masse des cheveux, remontant inexorablement vers la tempe, jusqu'à ce qu'une énorme touffe dégringole sur sa main puis sur le sol. Je regardais fixement Laora à travers le miroir, elle même écarquillait les yeux, perdue dans le vague.

Pas un mot, pas une parole. La tête baissée Laora se laissait tondre... J'imaginais dans sa tête son cinéma intime, recoller des images de l'enfance, transformer des souffrances en plaisir, juste du plaisir.

La coupe achevée, je l'ai vue, le visage souriant tristement, une larme au bord de la joue. J'ai soulevé son menton, passé une main sur sa tête rasée et lancé un "Parfait!" pour montrer ma satisfaction au merlan. 

En sortant j'ai caressé la nuque fraîchement tondue, Laora s'est tournée vers moi en s'arrêtant

Laora "- Grazie darling... Tou pé pas savoir comme jé soui heureuse dé l'avoir fait. Jé répensé à tutti, mio padre si dour... Mais tou étais là et jé senti ton amour pour mi et jé crois qué jé joui...

Moi - Non? Tu as joui pendant que le vieux te tondait? Mais je n'ai rien vu, rien remarqué...

Laora - Dans ma testa darling... Et mainténant jé veux jouir pour dé bon...

Moi - Tu veux dire que ça a marché? L'expérience est positive? 

Laora - Siii! Molto bene!

Moi - 'tain, Frida va être verte!

Je n'ai pas eu le temps d'en dire plus. Ma biquette des Dolomites m'a léché les amygdales dans un patin d'anthologie avant de m'entraîner en courant vers l'appartement.

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Ma Psy et Moi

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :