Sixième sens

Publié le 26 Septembre 2011

Andrès Lazaro

A force, mais je crois que c'est vrai dans plein de domaines, nos goûts, nos passions, nos "obsessions" finissent par développer un nouveau sens qui nous permet de voir des choses invisibles pour les autres.

Depuis mon plus jeune âge, ma passion pour les femmes aux cheveux courts m'a amené à observer toujours plus méticuleusement les détails d'une coupe de cheveux, l'allure, la façon de se coiffer ou la gestuelle d'une personne que je croise dans la rue. Une façon de "balancer" ses cheveux d'un côté ou d'un autre, une main qui passe sur la nuque, un coup de tête pour chasser une mèche sur l'oeil...

Ainsi, je sais immanquablement quand une femme sort de chez son coiffeur ou mieux encore si cette coupe de cheveux est habituelle ou nouvelle pour elle.

Ca ne sert à rien comme pouvoir, mais ça m'amuse toujours de l'exercer pour critiquer, en moi même, l'aspect de mes contemporains.

Parce que pour tout vous dire, j'aime bien passer du temps à observer les gens qui passent et tous ces petits détails ne m'échappent que rarement. Je m'installe à la terrasse de mon bureau, je commande un cappuccino et je regarde... 

Le spectacle me ravit, quelques fois, mais en général il faut l'avouer, il se passe souvent beaucoup de temps avant que mon regard ne s'accroche sur une jolie nuque, une frange courte, une chevelure lisse et brillante couvrant le dos et bien taillée.

Mais qu'importe, une seule de ces visions suffit à mon plaisir et concourt à me faire me sentir différent, en mieux.

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :