Effet secondaire

Publié le par jeaneg

Effet secondaire

Personne n'y échappe, inutile d'essayer. C'est le premier geste, celui auquel on pense depuis longtemps et que l'on fait machinalement avant de réaliser qu'il faut le savourer comme une délicatesse.

Lorsque c'est la toute première fois, il y a de l'impatience dans le geste, de l'étonnement, de l'exploration. On tente de "voir" avec le bout de ses doigts, on va, on vient, on repasse encore et encore sur ces quelques centimétres carré ciselés avec précision, tondus avec minutie comme un gazon précieux. La sensation surprend, amuse, excite. L'impression de cette nuque sans fin, allongée, sculptée et enfin exposée aux regards.

Lorsque que le pli est pris, le plaisir n'en est pas moins subtil. On retrouve avec gourmandise ce picoti au bout des doigts qui montent à rebrousse dans les cheveux taillés. On palpe, on jauge, pour mesurer la bonne longueur. Le baromètre est interne. On laisse volontiers la main trainer sur le cou dénudé, sorte de plasir intime, tout en imaginant que son âme soeur, connaissant le pouvoir magique de l'endroit, saura immanquablement faire vibrer cette corde soigneusement tendue.

Photo Ella Webb

Barbière de cette ville

Publié le par jeaneg

Barbière de cette ville

Je ne sais pas pourquoi mais j'ai toujours l'impression que les choses que je remarque et qui se répètent sont de vraies tendances. Je me trompe certainement, parce qu'en réalité c'est mon oeil focalisé sur le sujet qui me donne ce sentiment... mais tout de même.

Ainsi, il ne m'a pas échappé, que bon nombre de jeunes femmes ont pris l'habitude de se faire couper les cheveux dans les salons "pour hommes". Question d'ambiance, de temps ou d'argent économisé, de goût et d'envie, cela semble être une réalité.

Il en est une autre, c'est l'engouement de certaines pour investir ces clubs de gentlemen non plus comme clientes mais comme coiffeuses. Régine qui partage le salon très "vintage" avec Gilles mon coiffeur est mon meilleurs exemple, mais pourtant l'impression m'est venue une fois encore de l'Ouest.

Barbière de cette ville

Ainsi Lucia à Londres, accumule les jobs pour payer sa scolarité à la London School of Barbering. Le projet lui tient tant à coeur, qu'elle en appelle aux dons sur son Tumblr

Aux Etats Unis aussi bien sûr où les traditionnels Barbershops sont dans la tendance et où il n'est pas rare de trouver des coiffeuses.

Barbière de cette villeBarbière de cette ville
Barbière de cette villeBarbière de cette ville

Bref! J'en suis encore à me demander si tout ça n'est pas un nouveau courant de société...

Photos:

en haut: Blind Barber NYC

au milieu: Lucia - Instagram

en bas: The Corner Barber NYC, Meg Allen Studio, Manetamed NYC

Voyage

Publié le par jeaneg

Voyage

Par je ne sais quel sortilège elle était parvenue à obtenir cette image d'elle presque parfaite où chaque détail vous emportait aux confins de l'Orient et de ses mystères. Ses lèvres rouge sang avaient des reflets fuchia comme les tuniques de soie du Laos et elle avait le regard compassé des congaï du temps ancien.

Ses cheveux noirs captaient chaque éclat de lumière comme une laque chinoise et sa coiffure semblait façonnée par un maître de cet art. Elle était à la fois enfant et samouraï sous ce casque de jais qui laissait à peine voir le lobe de ses oreilles, comme une protection guerrière. A l'inverse, sa nuque de geisha était nue, taillée avec minutie, comme une invitation, dégradé en un velours d'astrakan qui serait bien trop court pour friser... Et sa peau de jade pur avait le parfum suave d'une colline de théiers trempée par les brumes du Yunnan...

Photo: Wang Xiao

Frida joue avec les mots

Publié le par jeaneg

Frida joue avec les mots

Dans ce trio improbable que nous formions depuis quelques années, je ne me lassais pas d'admirer les qualités de mes partenaires, essentiellement dans le domaine érotico-sensuel, chacune dans son registre.

Chez Laora c'était évident, la jeune et belle transalpine respirait la sensualité et avec son naturel spontané, elle avait depuis longtemps jeté tous les tabous aux orties.

Chez Frida c'était bien sûr plus subtil. Notre doctorin intellectualisait facilement son érotisme, mais sa rigueur scientifique et son tempérament prussien faisait toujours mouche. Comme si elle calculait avec précision le poids des mots qu'elle utilisait pour déclancher toutes les alarmes de notre libido.

Il suffisait d'un geste distrait, une main qui venait fourrager dans les cheveux, sur le front ou la nuque et un tout aussi distrait : " Dis donc tu as les cheveux longs darling. Quand est-ce que tu vas te faire tondre? " pour que nos esprits s'échauffent. Elle aimait employer des mots crus, presque violents, qui laissaient imaginer des situations extrêmes qui exagèraient toujours la réalité et finissaient par nous exciter la brune et moi autant qu'elle même.

Tant et si bien que tout cela finissait généralement en des ébats pour le moins... ébouriffants.

Photo: Leilei Ma

Cheveux courts et séduction

Publié le par jeaneg

Cheveux courts et séduction

Depuis le temps que j'écris ce qui me passe par la tête en matière de femmes aux cheveux courts, je me dis soudain que contrairement aux autres, ces femmes là ne cherchent pas à séduire directement. Ce qu'elles veulent avant tout c'est se plaire à elles mêmes, mettre leur image en adéquation avec leur caractère.

Il faut l'admettre, cela demande une bonne dose de confiance en soi, à l'heure où n'importe quelle bimbo paraît affoler les 3/4 de la population masculine en secouant une crinière tirebouchonnée, laquée et colorée qui accessoirement peut servir aussi à camoufler un visage qui manquerait légèrement d'attrait. Mais mais mais... je ne suis pas là pour critiquer ce choix. Des goûts et des couleurs ont ne discute pas, c'est ma devise.

Non ce qui m'intéresse moi ce sont les femmes aux cheveux courts, celles qui résolument écartent les artifices et font preuve d'un délicieux narcissisme qui nourrit leur assurance.

Mais comme dirait ma voisine, tout le monde cherche à séduire, consciemment ou non. Et c'est là où l'esprit une fois de plus l'emporte sur la matière. Parce que ces femmes sûres d'elles, enthousiastes dans toute leur authenticité, préoccupées par le seul désir de se plaire à elles mêmes, finissent par avoir un rayonnement qui les rend séduisantes, loin du superficiel. C'est ce que je crois et qui aussi me séduit chez elles.

Photo: modernsalon.com

T'entendre nue...

Publié le par jeaneg

T'entendre nue...

Pauvre je ne peux pas vivre dans l’ignorance
Il me faut voir entendre et abuser
T’entendre nue et te voir nue
Pour abuser de tes caresses

Par bonheur ou par malheur
Je connais ton secret par coeur
Toutes les portes de ton empire
Celle des yeux celle des mains
Des seins et de ta bouche où chaque langue fond
Et la porte du temps ouverte entre tes jambes
La fleur des nuits d’été aux lèvres de la foudre
Au seuil du paysage où la fleur rit et pleure
Tout en gardant cette pâleur de perle morte
Tout en donnant ton coeur tout en ouvrant tes jambes

Tu es comme la mer tu berces les étoiles
Tu es le champ d’amour tu lies et tu sépares
Les amants et les fous
Tu es la faim le pain la soif l’ivresse haute

Et le dernier mariage entre rêve et vertu.

"Prête aux baisers résurrecteurs"- Paul Eluard

Photo: Pascal Pierrou

En quête de style

Publié le par jeaneg

En quête de style

Elle en a presque des frissons. De joie, d'audace, de peur, d'excitation... elle ne sait pas, mais elle sent ses jambes trembler un peu sous le nylon rayé.

C'est vrai que finalement c'est excitant, ce sentiment d'avoir pénétré un monde inconnu, de vivre une expérience, d'être transgressive...

Le style c'est un peu comme une quête sans fin. Les vêtements, les accessoires, la coupe de cheveux. Pour certaines choses on se décide plus vite que pour d'autres et on s'en tient à ça un certain temps. Pour les cheveux c'est différent. A chaque rendez vous on voudrait tenter autre chose. On s'inspire, on se nourrit d'images et nait une nouvelle envie, un nouveau challenge.

C'est une femme aux cheveux courts, elle a déjà cette audace et ce sentiment profond que rien ne peut être catégorique. Cette nouvelle envie la dévore et lui fait mal à l'estomac, lui tort un peu les tripes... Et puis elle se lance.

L'ambiance semble virile à cause du décor, à cause des tatouages, du confort rustique en apparence. Mais tout est cool et efficace. Elle n'a pas besoin d'affronter la mine incrédule ou interrogative d'un coiffeur efféminé qui sait déjà quel est son style. Elle s'installe, montre une image sur son portable, ajoute un détail ou deux et l'homme tatoué comprend exactement son désir. Il sait faire, n'hésite pas, choisit dans sa panoplie de tondeuses accrochées là sous le miroir.

Elle penche un peu la tête et les papillons qui voletaient dans son ventre se transforment en chaleur agréable qui irradie tout son torse. Un instant elle oublie de respirer en voyant la tondeuse rabotter inexorablement sa tempe. C'est énorme, elle sourit. Le coiffeur s'applique mais ses gestes sont rapides. Encore un instant et elle peut dégager la main de sous la cape de nylon pour passer les doigts sur sa nuque rasée. Elle tourne la tête, s'inspecte... Voilà, c'est ça! C'est exactement ce qu'elle espérait, c'est l'image qu'elle cherchait. Tout le monde semble heureux de sa satisfaction... On se tape la main, on claque des doigts on se touche du poing.

Enfin la rue et le secret délice de ne laisser personne indifférent sur son passage.

Avoir du style est un art

Photo: The Blind Barber

Autrement

Publié le par jeaneg

Autrement

Bien sûr personne n'a très bien compris quand un beau jour "la petite" est revenue de chez le coiffeur, avec les cheveux si courts qu'on aurait dit qu'on l'avait tondue. Tout le monde l'appelle la petite, mais en réalité elle avait déjà presque 17 ans.

Evidemment son père s'est un peu lamenté, la mère n'a rien dit, les voisins même s'en sont mêlés, les avis étaient partagés. La vieille tante toujours grincheuse a lâché haut et fort ce que bon nombre pensaient... " Ah ben déjà qu'elle était pas franchement fifille, c'est pas ça qui va arranger!"

C'est vrai qu'elle est "garçon manqué" et que du coup, ses cheveux si courts lui donnent une terrible allure de "garçon tout court".

La mère qui n'avait rien dit a finit par sourire. Les mères savent toujous tout de leurs enfants. Depuis longtemps elle savait que sa fille n'en était pas vraiment une. Elle avait deviné la bataille qui se déroulait chaque jour sous ses yeux, de cette enfant tiraillée entre masculin et féminin. Aujourd'hui, après presque 17 ans de féminin, parfois contraint, le masculin l'emportait. Ou plutôt juste le plaisir de l'ambiguité qui ne choisit pas.

Parce que elle, ce corps de fille elle l'aime, avec sa poitrine à peine dessinée, sa peau douce, ses hanches droites et aujourd'hui sa petite tête finalement si bien faite.

La voilà enfin elle même, ni fille ni garçon... autement.

Photo: Rory Van Milligen

Changement de décor

Publié le par jeaneg

Changement de décor

Contrairement à l'adage qui voudrait que le flacon importe peu pourvu que l'ivresse nous saisisse, j'ai toujours considéré que le contenant était important. Ainsi pour me régaler d'un vin de qualité il me faudra un verre adequat. Un gobelet en plastic ferait tout aussi bien l'affaire, mais cela ne serait pas en harmonie avec l'instant délicieux, la qualité du breuvage et le plaisir qu'on en retire.

Il en va de même pour tous les moments, y compris chez le coiffeur j'imagine, bien que je n'y ai jamais vraiment réfléchi. Mais maintenant que j'y pense, je me dis que l'environnement dans ce cas là est aussi important...

Bref! Voilà pourquoi j'ai un peu de mal, depuis que j'ai migré vers la nouvelle plateforme d'OB, à trouver le décor idéal pour mes divagations. Peut être faudra-t-il un jour que je m'affranchisse de cet hébergeur pour être tout à fait indépendant, mais je ne suis pas assez calé pour ça.

En attendant si quelqu'un a quelque chose à dire sur ce nouveau design, qu'il s'avance et s'exprime ou se taise à jamais. Amen!

Photo: Arizona Muse - Extrait de "Invitation au voyage" campagne Louis Vuitton 2013

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog