Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les-femmes-aux-cheveux-courts

Les-femmes-aux-cheveux-courts

Humeurs et états d'âme d'un amoureux des femmes aux cheveux courts.

Publié le par jeaneg
Publié dans : #Humeurs, #Divers & variés
Photo: Ramon Felix

Photo: Ramon Felix

Le pauvre... Il était perdu, désemparé. Au fond de l'atelier il se tordait les doigts, observant de loin la personne venue chercher le pick-up réparé la veille. Son patron, le vieux Sam, devait se marrer dans son bureau vitré au dessus du garage. Il s'était bien gardé de préciser à qui il aurait affaire. Et le voilà coincé, lui, par un obstacle stupide, dérisoire, inconséquent... ne parvenant pas à déterminer le genre de la personne à qui il devait s'adresser. Mais il fallait y aller, bon sang! Le... la... client(e) allait finir par s'impatienter, le vieux Sam par l'engueuler... Et tout ça pour une bête question d'appellation...

Encore un coup d'oeil... Des jambes fines, lisses et musclées... mais lisses, comme celles des cyclistes. Mouais... Short en jean, t-shirt, veste en jean... mais pas vraiment de formes sous le t-shirt, c'est possible ça? Et puis ce visage, fin, glabre, ces grands yeux, ces lèvres pulpeuses.. Ben ça pourrait bien être une jeune femme oui, mais... non... enfin... Et puis merde! Cette coupe de cheveux, comme ses potes qui allaient chez Greg le barbier, super stylée.

Tout en marchant il tentait encore de trancher, soumettant son cerveau à un brain storing auquel il n'était pas préparé.

Le voyant s'approcher, la jeune femme lui sourit et lui croit défaillir. Il lui tend les clefs, elle lui tend un billet en retour...Il s'essuie les mains dans son chiffon sale, prend l'argent et bredouille:

"Merci m"sieur, dame.. " et disparait en rougissant...

Voir les commentaires

Publié le par jeaneg
Publié dans : #Humeurs
Photo: Olga Stepanian

Photo: Olga Stepanian

Quoi qu'on dise, quoi qu'on fasse, on s'aperçoit assez rapidement que pour vivre intelligemment, il faut toujours chercher à "couper la poire en deux". Cela facilite les rapports entre humains...

Pourtant, moi qui suis fasciné par l'ambiguité, le mélange des genres, l'appropriation des codes masculins par les femmes ( oui ça marche moins dans l'autre sens, mea culpa ) cette façon d'être "fifty-fifty" devrait m'aller... Eh ben c'est moyen.

Cependant, j'ai depuis longtemps avoué que ma dilection pour les cheveux courts et l'apologie que je faisais des femmes qui décidaient en coupant les leurs, de rompre avec le cadre ancestral et coutumier et toutes les qualités que je leur prête, n'enlevaient en rien celles des autres femmes, qui parfois tout aussi déterminées, audacieuses et indépendantes, conservaient malgré tout les cheveux longs.

Alors je ne sais pas, peut être un fond de manichéisme ou je ne sais quoi, mais j'ai du mal à considérer à sa juste valeur, le compromis qui pousse certaines à ne couper qu'une partie de leurs cheveux, souvent de manière radicale d'ailleurs et à conserver intacte le reste de leur chevelure.

C'est pourtant une jolie manière de "ménager la chèvre et le choux" ( oui je suis en veine d'expressions pop' ce matin ) et d'apparaitre, tel Janus avec deux visages, selon l'humeur.

Voir les commentaires

Publié le par jeaneg
Publié dans : #Humeurs, #Tendresses
Photo: Jade Pointon

Photo: Jade Pointon

On trouvait toujours quelque chose de juvénile dans sa coiffure. Sans doute cette façon de les couper, au ras du lobe des oreilles, ce qui laissait exposé le bas de sa nuque qu'elle s'attachait à faire tondre soigneusement à chaque fois.

Si bien que son cou en paraissait allongé, plus fin, davantage délicat. La masse de ses cheveux, ainsi coupée droite, virevoltait à chaque mouvement de sa tête, provoquant parfois de jolis épis dans sa coiffure.

Une courte frange surmontait son regard espiègle, à laquelle elle apportait aussi toute son attention pour qu'elle fut toujours bien nette et rectiligne, mais qu'elle prenait plaisir à ébouriffer à la première occasion.

Ainsi il y avait dans sa coiffure, le reflet de toute sa personnalité, du sérieux et de la rigueur, de la jeunesse et de la fantaisie.

Bien souvent on la voyait caresser doucement, du bout des doigts, sa nuque rasée. Elle semblait dans ces moments là complètement abandonnée à on ne sait quelle rêverie et paraissait confuse qu'on la surprenne ainsi, presque rougissante.

On l'avait toujours connue comme ça et personne ne pouvait imaginer la voir différemment...

Voir les commentaires

Publié le par jeaneg
Publié dans : #Humeurs
Photo: Mia Munini

Photo: Mia Munini

Croyez le ou non, l'humain restera pour toujours un "classificateur". Il a cet irrépressible besoin de mettre les choses dans des catégories, les gens dans des genres et de constamment ranger les unes et les autres. Ça le rassure.

Lorsqu'il n'y parvient pas, il veut bien, un bref instant, faire preuve d'une certaine ouverture d'esprit qui masque son incertitude, jusqu'à ce qu'il soit capable de désigner une case, voir d'en inventer une pour que son doute soit apaisé.

Avec les femmes aux cheveux courts, ce n'est jamais simple pour celui qui veut bien s'en donner la peine. Non parce que les autres, les moins raffinés, le tout-venant, lui, a vite fait de vous fourrer tout ça dans la case "lesbiennes-féministes-marre-des-hommes-marginales-rebelles-qui-n'a-pas-envie-de-séduire..." enfin un truc pas très loin de la poubelle dans son cortex reptilien.

Les autres, parfois, sont plus nuancés. Mais ce qui me sidère un peu, c'est qu'une fois adoptée l'idée que les femmes aux cheveux courts peuvent ne pas être aussi aveuglément bazardées dans la case déjà citée, on trouve encore le moyen de créer des "sous-dossiers". Si si! C'est vrai!

Par exemple cette jeune femme, qui comme beaucoup ces temps-ci, dans un élan de liberté ou par simple envie, se saisit d'une tondeuse, y adapte un sabot un peu large et tond ses cheveux, intégralement et proprement, tout à la même longueur. Eh bien certains sont en mesure de vous dire que cette façon de se tondre les cheveux est plus féminine que masculine, expliquant que la même coupe aurait des caractéristiques masculines si au lieu de laisser les contours à la même épaisseur que le reste de la chevelure, ces contours étaient dégradés et davantage rasés... Vous voyez la nuance?

Autrement dit, un garçon qui ferait la même chose, on pourrait dire de lui qu'il est tondu comme une fille.

... amusant, non?

Voir les commentaires

Publié le par jeaneg
Publié dans : #Portrait
Championne

Les vraies championnes, les héroïnes de mon Olympe à moi sont toutes des femmes aux cheveux courts. Et celles qui ne les ont pas, c'est juste parce qu'elles l'ignorent encore.

Oui oh je sais! On va me traiter d'arracheur de dents et de roi de la mauvaise foi. Mais pourtant je ne suis pas loin de la vérité. Il y a dans le sport des vertus qui s'associent terriblement bien avec le caractère des femmes qui sont ici honorées.

C'est parce qu'elle a envoyé sa photo sur la page Facebook du blog que j'ai fait la connaissance d'Alexia. Et j'ai découvert un sacré parcours...

Ça commence petite fille, comme souvent. Alexia n'est pas du genre à se laisser raconter des bobards et c'est sans doute là que nait l'esprit de compétition, lorsqu'il faut tenir la dragée haute aux garçons de la bande. La bande elle préfère la mener. Et à cet âge déjà, elle est une petite femme aux cheveux courts. Fillette, ses parents ont l'habitude de lui couper les cheveux, parfois très courts, parce que... c'est plus pratique.

Adolescente, les premières compétitions, les challenges vont rapidement l'émanciper. Elle cultive un peu de féminité aussi, c'est l'âge. Mais le caractère est là, forgé dans un acier trempé.

Championne
Championne

Les études terminées, l'audacieuse athlète part s'engager, dans les "Troupes Coloniales", où le dépassement de soi et le devoir de servir deviennent son quotidien... et le sport... et l'amour.

Mais la santé défaille et il lui faut renoncer à poursuivre cette carrière. Qu'importe, un nouveau challenge est déjà là. Elle attend un enfant.

Dans cette nouvelle vie, Alexia donne toute la mesure de son tempérament de compétitrice, une vie de femme, une vie d'athlète et de maman. "Shorthair don't care" c'est un peu sa devise. De temps en temps elle s'essaie à se couper les cheveux elle même, son fils aussi profite de son savoir faire, mais le plus souvent c'est sa coiffeuse voisine qui gère sa coupe de cheveux "à longueurs variables", mais jamais vraiment très long ...

ChampionneChampionne

Le sport c'est un peu sa vie. Dans sa Bretagne d'adoption elle gagne des titres et voyage parfois loin pour avoir de belles sensations. Mais sans aucun doute, son plus beau challenge aujourd'hui c'est celui de mère de famille, avec ses trois enfants, qui sont sa bande et qu'elle mène seule comme une louve attentive.

Photos : Alexia Jacquot

Voir les commentaires

Publié le par jeaneg
Publié dans : #Humeurs
Photo: Milk Magazine

Photo: Milk Magazine

Photo: Audrey Ricoul
Photo: Audrey Ricoul

Immanquablement, lorsqu'une discussion avec des amies aborde le sujet des enfants, je sais que cela va finir en débat sur le genre. Je ne sais pas pourquoi, c'est un constat! Parce que bien sur, les plus jeunes, celles qui n'en ont pas, idéalisent un peu leur progéniture. Normal. Alors au bout d'un moment viennent quelques fantasmes sur la façon dont les enfants seront habillés, coiffés... leur image quoi!

Et c'est là qu'en général, on tombe dans les schémas ancestraux...

Le petit garçon ressemblera au fils Beckham, beau comme un petit dieu et il aura toujours la coupe super stylée. Et la petite fille aura à coup sûr de longs cheveux blonds et toujours de splendides coiffure que "maman" aura inventé. .. Ouais ouais ouais....

Et puis d'abord pourquoi diable ce ne serait pas la fille qui aurait la coupe super stylée comme le lardon des Beckham? Hein? Ben oui, pourquoi? Eh bien ... parce que c'est une fille!

Et pourquoi alors si c'est un garçon n'aurait-il pas droit lui aussi aux longs cheveux blonds? Hein? Oui je sais... Parce que c'est un garçon!

Et ça fait des siècles que ça dure. Evidemment, imaginer une petite fille avec la nuque rasée, la raie sur le côté et la mèche relevée en arrière, c'est hard. Surtout que lâchée au milieu du monde cruel de la société bien pensante, on va forcément la stigmatiser cette pauv'petite.

Oui mais si elle est en robe, ou avec les beaux vêtements stylés des magazines, ça passe non? Ben non, même pas.

Pourtant il y a bien des petites filles qui ont grandi avec les oreilles et la nuque bien dégagées et elles ont survécu. Ouais... Pas si simple. Et question traumatismes de l'enfance, le coiffeur n'est pas loin d'avoir le pompon.

Photo: Getty Images

Photo: Getty Images

Oui alors bon... Du coup on a du mal à imaginer un juste équilibre, parce qu'on se dit qu'il faut au contraire développer chez les bambins, qui sa virilité, qui sa féminité et donc donner au garçon une allure "tough guy" et à la fille un air "Barbie Fashion Week", si tant est que le "look" ait une quelconque influence sur le développement du comportement... Hmmmmouais...

A l'opposé, on trouve celles qui veulent absolument garder à leur petit prince cette image d'ange aux cheveux longs et qui expose leur bambin aux mêmes affres que la petite fille coiffée en brosse... Pas simple je vous dis.

Finalement pourquoi chercher midi à quatorze heure? Le plus important ce serait plutôt l'éducation et la façon d'apprendre aux garçons à toujours respecter les filles... en jupe ou en pantalon. Voilà!

Voir les commentaires

Publié le par jeaneg
Publié dans : #Humeurs
Photo: Elise Toidé

Photo: Elise Toidé

Il m'arrive, comme tout le monde, d'avoir parmi les gens connus, des personnes dont je suis plus ou moins assidument la carrière et l'évolution. Je ne suis pas fan à proprement parlé, pas groupie vraiment, mais j'aime bien néanmoins connaître certains détails du quotidien qu'ils/elles finissent par partager avec le monde entier.

Ainsi, après avoir découvert Jeanne Added, je me suis intéressé à son parcours et j'ai le plus souvent essayé de ne pas manquer chacune de ses apparitions. Evidemment, mon oeil expert d'amoureux des femmes aux cheveux courts, n'a pas manqué de remarquer, à l'époque, que sur scène ou à la télévision, à chaque fois, sa coupe était impeccablement "clean", presque toute fraîche.

Mystère et boule de gommeMystère et boule de gommeMystère et boule de gomme

Ses cheveux plus longs, il y a quelques mois, puis sa blondeur peroxydée et le style différent de sa coupe ne m'ont pas échappés non plus. Cependant elle est revenue rapidement à cette allure qu'on lui connait aujourd'hui, cette coupe à la fois moderne et médiévale, ce contraste de blond et de brun, de long et de rasé. C'est comme ça qu'on l'aime et assurément comme ça qu'elle s'aime.

Photo: Denoual Coatleven

Photo: Denoual Coatleven

Cependant, dans le tourbillon des concerts, de festivals en tournées, depuis un moment Jeanne Added est sur les routes et pourtant, la voilà qui apparait Aux Vieilles Charrues, la nuque fraîche et les oreilles plus dégagées que jamais. La question est donc: " Qui coupe les cheveux de Jeanne Added?"

Comme j'aime bien tenter d'avoir toujours des réponses aux questions que je me pose, j'ai interrogé l'intéressée elle même, mais à ce jour, bien qu'ayant lu mon message, la dame ne m'a pas répondu... C'est sans doute que la question est bien futile, voir sans réel intérêt? Et la réponse pourrait être toute bête. En fait c'est juste le fait de ne pas avoir de réponse qui est frustrant.

Photos: Nico M et Mathieu EzanPhotos: Nico M et Mathieu EzanPhotos: Nico M et Mathieu Ezan

Photos: Nico M et Mathieu Ezan

Alors le mystère demeure... A moins qu'une personne qui connait la vérité ne nous la révèle... un jour.

Voir les commentaires

Publié le par jeaneg
Publié dans : #Divers & variés, #Tendresses
Photo: Hermes Mereghetti

Photo: Hermes Mereghetti

Il y a comme un voile qui passe devant son regard, un trouble qu'elle semble maîtriser mais qui pourtant se perçoit lorsqu'elle parle de ses cheveux. Et puis très vite elle s'anime, passe une main à travers sa toison.

La matière souple et soyeuse, docilement s'écoule entre ses doigts, glisse et retrouve son pli, sagement...

D'un geste lascif elle rebrousse les cheveux courts de sa nuque, sourit puis ébouriffe sa frange et lâche : " Je sais, il faut que j'aille chez le coiffeur hein? " comme si cela était une obligation, une contrainte... Mais à la façon dont elle le dit, la question n'appelle pas de réponse, sinon une acceptation... Elle aimerait en réalité qu'on le lui dise, qu'une autre main que la sienne caresse sa nuque et jaugeant la longueur, s'exclame et lui ordonne d'aller les faire couper. Elle adorerait à cet instant, qu'on la prenne par la main et qu'on l'emmène chez le coiffeur, qu'elle n'ait pas d'autre choix. Comme une enfant, résignée, mais jubilant secrètement, la tête baissée, le menton collé à la poitrine, elle laisserait ses cheveux couler sur le nylon sous ses yeux, à chaque passage de la tondeuse ou à chaque claquement de ciseaux...

Mais voilà, ce n'est qu'un fantasme, une idée lointaine qui persiste et l'excite lorsqu'elle parle de ses cheveux et qui trouble son regard, l'espace d'un battement de cils...

Voir les commentaires

Publié le par jeaneg
Publié dans : #Portrait
Rencontre avec Soline

Il y a deux ans de ça, en cherchant sur l'Internet des idées pour une nouvelle coupe, Soline est tombée immanquablement sur ce blog. Sa curiosité, son ouverture d'esprit et son bon goût, disons le, l'ont poussée à poursuivre la lecture avec assiduité et ainsi à découvrir qu'il y avait, à deux pas de là où elle passe ses vacances depuis toujours, LE salon de coiffure des femmes aux cheveux courts.

Cette année, devenue carrément plus autonome, elle s'est dit que ce serait dommage de ne pas tenter l'expérience et c'est ainsi que nous nous sommes donné rendez vous au salon de la rue du Petit St Jean, chez la Queen des barbers

Rencontre avec Soline

Il faut dire que la jeune femme ne manque pas d'attraits en ayant dans sa jolie tête bien faite, l'esprit d'aventure et de dévouement, puisqu'après avoir été longtemps Pompier Volontaire, elle s'apprête à intégrer une école d'infirmière... Mens sana in corpore sano

Il ne faut pas longtemps à Régine pour cerner la personnalité de sa nouvelle cliente, ni à celle-ci pour se sentir à son aise dans ce décor de barbershop.​ La jeune femme sait exactement ce qu'elle veut, désépaissir la masse de sa blondeur artificielle, raser sa nuque, conserver un peu les pattes et la mèche sur les yeux. Avec Régine, le courant passe.

Il y a de la sophistication, une féminité certaine et assumée chez cette femme au caractère de "tomboy". Gamine, elle était du genre à construire les cabanes dans les arbres et courir avec la bande des garçons. Il en reste quelque chose, mais avec un style affirmé et un goût raffiné...

Rencontre avec SolineRencontre avec SolineRencontre avec Soline

La coupe terminée, il était temps de poursuivre cette belle rencontre à la terrasse d'un café où Soline acheva de me convaincre ( s'il en était besoin ) par son aisance et la maturité de son propos, qu'elle était un séduisant concentré des meilleures qualités d'une femme aux cheveux courts

Rencontre avec Soline
Rencontre avec SolineRencontre avec Soline
Rencontre avec SolineRencontre avec Soline

Voir les commentaires

Publié le par jeaneg
Publié dans : #Humeurs
Isabella Emmack by Boo George

Isabella Emmack by Boo George

Ce n'est pas dans ma nature de dénigrer les uns pour vanter les autres et mon amour immodéré des femmes aux cheveux courts, ne me pousse pas, par conséquent, à dire forcément du mal de celleux qui ne me comprennent pas. La vie est injuste, c'est tout!

Cependant, il arrive fréquemment qu'une femme aux cheveux courts soit confrontée, dans une discussion, à un esprit plus lent qui cherche à savoir " pourquoi diable, est-ce que tu te coupes les cheveux si court"...

La réponse la plus élémentaire, celle qui vient le plus rapidement, le plus naturellement, serait : " Qu'est-ce que ça peut te foutre, connard! " ( oui parce qu'en général ce sont des hommes qui posent ce genre de question ). Mais, il faut l'avouer, c'est un peu primaire et donc le plus souvent, cette réponse reste au stade de la pensée.

Ariana London by Kevin Luchmum

Ariana London by Kevin Luchmum

Il s'agit alors d'élaborer une réplique plus appropriée, sachant qu'un évident déséquilibre existe entre celui qui s'interroge et celle qui doit se justifier. Comment faire comprendre à un cerveau, primitif selon toute apparence, que, partant du principe que chacun est libre de faire ce qui lui plait avec son corps, une femme qui aime avoir les cheveux courts, n'a finalement aucune raison de ne pas faire ce qui lui plait? Inutile de vous lancer dans des explications trop... métaphysiques. Vous risqueriez de perdre très rapidement votre interlocuteur en tentant de lui faire comprendre tous les subtils plaisirs liés à la liberté, la praticité et l'élégance que peuvent revêtir des cheveux bien coupés. Pire, si vous essayez d'évoquer la sensualité et la finesse d'une jolie nuque bien dégagée, le style et son ambiguité ou encore cette incomparable sensation des doigts qui effleurent des cheveux presque rasés. Non non non, ça, oubliez!

Kristina Salinovic

Kristina Salinovic

Dites vous bien que le benêt qui est en face de vous, n'a d'image de la féminité que celle propagée par le catéchisme de son enfance ou la playmate du mois, en page centrale de Playboy. Et c'est tout! ( Eventuellement les présentatrices du journal de TF1, mais là c'est déjà à ce niveau, un degré intellectuel supérieur )

Enfin, reste la solution de l'amener à parcourir quelques pages de ce blog, ( en le suivant pas à pas bien sûr pour faire quelques explications de textes... ) afin de lui faire découvrir que:

1/ La féminité ne se mesure pas à la longueur des cheveux

2/ Il existe des hommes qui sont capables de le comprendre... Alors pourquoi pas lui?

Si en définitive cette démarche n'obtient pas le succès escompté... renoncez!

Et allez chez le coiffeur!

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>

D'où êtes vous

Articles récents

Hébergé par Overblog