Publié le 23 Novembre 2014

Nous fuirons sans repos ni trêve...

Aujourd'hui l'espace est splendide!

Sans mors, sans éperons, sans bride,

Partons à cheval sur le vin

Pour un ciel féérique et divin!

Comme deux anges que torture

Une implacable calenture,

Dans le bleu cristal du matin

Suivons le mirage lointain!

Mollement balancés sur l'aile

Du tourbillon intelligent,

dans un désir parallèle,

Ma soeur, côte à côte nageant,

nous fuirons sans repos ni trêves

Vers le paradis de mes rêves!

Le Vin des Amants - Ch. Baudelaire

Photo: Jaesung Lee

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #gayfriendly, #Divers & variés

Publié le 22 Novembre 2014

A la rencontre de Wiebke

J'ai une vie formidable!

Si si... Ah ben si! Elle est formidable au moins pour une raison, c'est qu'hier j'ai rencontré Wiebke, délicieuse et pétillante jeune femme à la blondeur raffinée qui comme son nom ne l'indique pas est anglaise.

C'est Alexane qui m'avait mis sur le coup et c'est la gentillesse de Wiebke qui a fait le reste.

Une allure de it girl, short en cuir sur collants opaques, bottines de daim clair, t-shirt noir et cardigan de laine peignée... au premier regard vous êtes sous le charme. Avec tout ce noir, un rouge à lèvre pétant qui souligne un visage rieur sous une coupe de cheveux à l'undercut bien nette.

Wiebke, avant d'être femme aux cheveux courts, a été fille aux cheveux courts. Sa première coupe de cheveux c'était à 11/12 ans et depuis, plus question de cheveux longs. Non pas qu'elle revendique quoi que ce soit, mais juste parce que ses cheveux trop fins ne ressemblaient à rien si elle les gardait longs. Aussi simple que ça.

A la rencontre de WiebkeA la rencontre de Wiebke

Etudiante "Erasmus" à Montpellier, elle reste pourtant fidèle à son coiffeur londonien, pour qui elle a servi de modèle et qui depuis est un ami.

Elle a bien tenté un coiffeur sur place, mais visiblement elle n'en fut pas satisfaite et on sait bien à quel point c'est difficile de livrer sa tête à des inconnus.

Elle avoue une admiration pour Sinead O'Connor et quelques fois l'idée lui traverse l'esprit lorsqu'elle passe la main sur sa nuque tondue, qu'un jour... peut être elle aussi...

A la rencontre de WiebkeA la rencontre de WiebkeA la rencontre de WiebkeA la rencontre de WiebkeA la rencontre de WiebkeA la rencontre de WiebkeA la rencontre de Wiebke

Et moi je suis sous le charme de la belle anglaise, qui se raconte en soufflant sur son chocolat chaud et qui s'amuse beaucoup à l'idée de partager le fruit de cette rencontre avec ses ami(e)s et sa famille.

Ma vie est formaidable j'vous dis!

Voir les commentaires

Publié le 20 Novembre 2014

Pourquoi t'as fait ça? ( une suite... )

Oui je me suis dit qu'il pouvait y avoir une suite à cet article là parce qu'il y a un autre aspect dont je n'ai pas parlé, mais qui pourtant, de manière assez incroyable, existe. Une sorte de double peine.

Non seulement il vous faut affronter le jugement des autres, leurs regards suspicieux, leurs sentences assassines et leur morale à la "mord moi l'noeud" ( tiens je l'aime bien cette expression, c'est tellement imagé... ) lorsque vous sortez toute fière de chez le coiffeur avec cette coupe, enfin, qui vous plait tant, mais parfois même il faut faire face carrément à de l'hostilité, de la méchanceté, de la haine. Non content de vous pourrir la vie avec leur opinion, leurs goûts et leurs couleurs, certaines personnes vont vous reprocher d'avoir "fait ça", comme s'ils étaient provoqués par votre image, vexés d'avoir des doutes sur votre genre, ou jaloux de leur prérogative de dominant ou que vous cherchiez à rompre le cadre dans lequel toute personne "normale" devrait se tenir. Et pour la bêtise il n'y a pas de genre, homme et femme rivaliseront pour cracher leur venin, comme si vous mettiez en péril la bonne marche du monde... enfin de LEUR monde.

Alors oui, le chemin n'est pas couvert de pétales de rose pour celles décident juste d'être elles même.

Photo: Adriana London

Voir les commentaires

Publié le 19 Novembre 2014

La femme invisible

Les femmes ont toutes de super pouvoirs! Je l'ai toujours su. Et même celui de se rendre invisible. Si, on me l'a dit! Il leur suffit pour ça de couper leurs cheveux. Hélas pour elles, cette magie là n'opère pas avec moi. Ce serait même le contraire voyez vous.

Cependant je sais que cette diablerie fonctionne avec bon nombre de mes congénères, dans le genre conservateur-traditionnaliste qui cultivent l'image ancestrale de la mère-épouse-soeur dont la place et le rôle sont parfaitement définis pour eux, c'est à dire au lit, à la buanderie ou aux fourneaux. Ça c'est pour l'aspect "domestique". Parce que pour les fantasmes on serait plutôt dans le monde "meeeeerveilleux" des soeurs Kardashian et de la bimbo de compétition pour téléréalités. Les goûts et les couleurs...

Là oui! Dans ce contexte, il suffirait à une jolie femme, chic et sexy d'avoir la nuque fraîche et bien dégagée pour devenir invisible aux regards masculins et ainsi se dispenser des réflexions salaces, des sifflets et autres reluquages à chaque fois qu'elle fait un pas dans la rue. C'est comme ça...

Et puis il y a tout le contraire. Parmi mes contemporain(e)s, celles et ceux qui ont un peu plus de largesse d'esprit, qui ne voient pas tout en terme de domination, qui se nourrissent de l'esprit et moins des apparences et qui connaissent des raffinements qu'ignorent les téléspectateurs de TF1 ( au hasard ). Pour ceux/celles là, la magie a un effet inverse, les cheveux courts dévoilant l'apparence authentique, démasquant le regard, rejetant les artifices sans abolir la féminité ni le charme.

Alors voilà, même si les femmes ont bien d'autres pouvoirs, celui de se rendre invisible ne marche pas sur moi. Désolé.

Photo: Mariam Sitchinava

Voir les commentaires

Publié le 18 Novembre 2014

Quelque chose d'Audrey

Je me demande si je n'ai pas trop vite fait d'assimiler son visage à celui de la truculente Amélie Poulain. C'est vrai! En plus ce rôle c'était tellement elle, avec sa petite gouaille de fille de faubourg, ce "je ne sais quoi" qui lui fait une bouche en coeur quand elle minaude et ses fossettes de gamine.

Gamine ça lui va bien aussi. C'est comme ça que les américains appellent ce style qu'on lui connait depuis l'année dernière, les cheveux courts comme ça, qui font une petite tête adorable, comme ils ont adoré Mia, Jean ou ... Audrey.

D'ailleurs c'est ce qui m'est venu à l'esprit en voyant cette photo, cette connivence avec Audrey Hepburn, quelque part... mais en même temps une certaine dureté qui la rend presque androgyne, malgré la pulpe de ses lèvres.

Ce n'est peut être que passager, ces cheveux courts qui domptent une chevelure épaisse et bouclée, mais cela me séduit et me donne le sentiment de découvrir cette Audrey là qu'Amélie m'avait caché.

Photo: Mark Abrahams

Voir les commentaires

Publié le 16 Novembre 2014

Belle partout

"C'est une des photos de moi que je préfère" dit-elle. Elle a pourtant le choix, Margaux, puisque son métier est d'être photographiée.

Pourtant, il ne s'agit peut être pas d'humilité ou de modestie.

C'est un peu un secret qui est révélé par cette photo, une part d'elle que seul(e)s les intimes devraient connaitre. Sur les pages de magazine, elle est radieuse, la frange courte et la coupe au carré, bien lisse. Personne ne la photographie de dos... Sauf cette fois, durant ce shooting pour des maillots de bain. Le mouvement a dévoilé sa nuque, fraichement tondue et soudain c'est un nouveau visage qui apparait, sensuel, désirable et insolent. Un trait de personnalité, différent.

C'est peut être pour ça que cette photo est sa préférée, montrant cette part d'elle qui la séduit...

Photo: Catherine Harbour

Modèle: Margaux Brooke

Voir les commentaires

Publié le 15 Novembre 2014

T'inquiète, paupiette!

T'as beau avoir du caractère, le jour où tu décides de l'exprimer à travers ton style vestimentaire et ta coupe de cheveux... accroche toi Benoit!

Tu peux être sûre qu'en sortant de chez le coiffeur tu vas tomber sur la bonne copine qui sans même y penser va donner un grand coup de pioche dans ton moral en pointant ta nuque "un peu trop rasée".

Et puis quand, pour accompagner ta nouvelle coupe, tu vas sortir les fringues bien "vintage" que tu adores et qui te donne ce style si remarquable, il y aura encore et toujours quelques bonnes âmes pour saper ton enthousiasme, perturbées par ton allure un peu trop ... masculine.

Mais comme tu résistes, on te croit forte, déterminée et sûre de toi. Pourtant, s'ils savaient tous ces donneurs de leçons, à quel point tu as tremblé avant d'affirmer ta personnalité, comme tu avais peur le jour où tu as osé couper tes cheveux et comme il faut du courage pour apparaitre "différente" dans la foule qui se veut individuelle mais qui craint l'originalité.

Photo: Claudia Goetzelmann

Voir les commentaires

Publié le 14 Novembre 2014

Beauté de Paradoxe

Habillée de certitude, tu es maitresse habile, joueuse de charme,

magicienne du feu sur cascade de force, de ton regard de femme.

Reflet de chaleur à faire rougir tous les soleils,

à l'heure des rêves le silence est ombre de tes pépites d'étoiles.

Le joyau de lumière appelle la main pour se coiffer de son assurance

et l'apaiser d'espérance dans l'instant secret de la ride

du lit carmin de tes baisers.

Flambeau de caresses d'or, le trésor est gardé

par milliers d'aiguillons comme autant de paradoxes hérissés

qui démontrent la beauté de l'abandon

de toutes convenances transparentes en vitrail de vérité.

L'auteur: Boris Sentenac

La Muse: Margot Roisin

Voir les commentaires

Publié le 13 Novembre 2014

Verso

Allez savoir pourquoi, une nuque rasée sous un casque de cheveux blonds excitent l'imagination. Si l'on ne voyait que ça, ou pourrait tout envisager tellement le style est androgyne par excellence. Certains souvenirs d'enfance rappelleront qu'on l'infligeait autant aux filles qu'aux garçons...

Je m'imagine qu'aujourd'hui adulte, la jeune femme à la blondeur nordique n'entretient pas cette coupe par nostalgie de son enfance. Ce serait tellement ingénu. Non! Elle connait le pouvoir, elle sait qu'en dehors de son propre plaisir elle attise l'intérêt, suscite l'envie, l'interrogation, le désespoir, le désir...

Personne ne peut être indifférent à cette vision androgyne puisque sa définition est de contenter tout le monde quelque soit son genre ou son attirance. A commencer par l'intéressée elle même qui sait le pouvoir érotique et la sensualité qu'a toujours provoqué une nuque fine et nue laissée aux regards des esprits éveillés.

Photo: Kat Irlin

Voir les commentaires

Publié le 12 Novembre 2014

Mais pourquoi t'as fait ça???

Une ambiance de fin du Monde... La mine défaite, le regard terrifié, il donne le sentiment que la Terre a tremblée sous ses pieds, provoquant un tsunami dans son cerveau. Lui, c'est "le petit ami", mais l'effet est à peu près le même sur elle, la bonne copine, ou eux, une majorité de la famille. Ils sont terrassés, catastrophés, comme si ce que tu avais fait était pire que TOUT!

Pensez donc! Ces magnifiques cheveux, si épais, si soyeux, si brillants, si longs.... Toute sa féminité... comment fera-t-elle à présent pour séduire un homme, amputée de la sorte. Le "petit ami" lui est catégorique: il ne peut pas rester avec une femme ainsi mutilée, impossible. La famille s'inquiète: "Tu es malade, tu ne voulais pas nous le dire, mon Dieu..."

Et toi l'inconsciente, qu'est ce qui t'a pris? Oui bon, ils n'étaient pas si épais, soyeux, brillants et longs que ça... Et puis de toute façon, la tondeuse est juste passée SUR le crâne hein, pas DEDANS. Tout le reste est intact.

D'ailleurs c'était bien cool à faire. Excitant même, cette petite peur, cette angoisse un peu sourde quand on a le sentiment de transgresser. Alors tu y es allé franco, carrément tondue et après tout, après la peur, le coeur qui bat fort et l'émotion... il y a eu la découverte. Extraordinaire révélation de toi même, sans aucun artifice. Et puis la douceur sous tes doigts, une autre excitation...

Du coup, après cette découverte de toi même, il y a à présent la découverte des autres. Celle du "petit ami" qui finalement est juste un "petit connard" pour qui seule ton apparence comptait, fier de t'avoir comme "trophée". Celle de tout ces gens, proches et moins proches, qui sont restés coincés par les conventions, les règles, qui s'inquiètent plus de ce que vont penser "les gens" que de toi même. L'effet "Kisscool" quoi!

Bien, pas bien, beau, pas beau... il n'y a que toi qui peux en juger. Mais c'est toujours bien et on est toujours plus beau quand on est soi même.

Modèle: Adriana London

Voir les commentaires