Publié le 26 Juillet 2017

Une déclaration

Mes sens se réveillent.
Guettent et te veillent.
Avec comme pensée, tes courbes qui m’émerveillent.

Et pourtant, t’es toujours loin.
Sous mes mains je te sens filer. Tes pensées que je ne peux contrôler.
Et ce train dont chaque départ, j’ai détesté.
Mais ton corps. Ton corps que je veux embrasser. Chaque parcelle, chacune particularité.
Mais toujours,  t’es pourtant loin.

Ma vue vacille.
Te guette partir et brille.
Avec comme sensation, un estomac qui vrille.

Alors seule sous les draps, j’imagine à nouveau cette douceur.
Celle de poser ma tête sur ton ventre.
Puis mes lèvres dans ton cou nu. Ton odeur.

Et pourtant, toujours tu reviens.
Sous ma paume je te ressens à nouveau. Ces lèvres que je veux.
Et ce quai annonçant chaque arrivée, que j’ai cherché.
Puis ta bouche. Ta bouche que j’ai désirée. Chaque moment, premiers instants.
Mais souvent, tu m’attends.

Tu veux que je sois toi et moi à la fois. Alors que je n’arrive pas à être entièrement moi.
Pourtant sous tes doigts, je te sens toi.  
Puis dis-moi comment résister à cette stature ambiguë, à cette nuque sans superflus.
Mais trop souvent, tu ne m’as pas entendu.

Mon caractère évolue.
Se durci, mais à la fois s’affaibli.
A cause de cette envie. Ce désir de toi lié à moi, au lit.
A cause d’une mémoire, qui tout le temps, ressurgit.
A cause de toi. Ce rêve de ta présence, constamment dans ma vie.

Avec ta rencontre, j’ai appris à baisser la garde. Et je me laisse guider.
Mais l’envie d’envoyer valser le monde ne m’a pas quitté.
Ni le désir de me venger.

Finalement, dis-moi comment te donner ce que tu as toujours désiré.
Alors que mon corps témoignera toujours de blessures passées ?
Car le désir de toi, inconsciemment surpasse ceux que j’ai précédemment cités…

Texte et photo: Kriss Maëva

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Repost 0

Publié le 25 Juillet 2017

Coralie, l'aventurière du Sri Lanka, tous le monde s'en souvient mille sabords! Le sac à terre, elle se lance à présent dans une autre aventure... L'exploration d'elle même, à travers l'objectif des professionnels.

Et là voyez vous, j'en ai l'eau à la bouche.

Parce que Coralie, avec son corps androgyne, ses yeux couleur lagon polynésien, sa coupe de cheveux aux contours rasés et son sourire "ultra bright" aux quenottes bien rangées pourrait bien nous faire un malheur.

Elle est la fille de l'air du temps, la fille sans peur, une gueule d'ange avec un coeur de baroudeur. Peut être celle qui manque au paysage de la mode, alors qu'on sent bien que ce sont ces modèles là qui font réagir et qu'on a de plus en plus envie de voir...

Elle n'est pas vraiment débutante, connait quelques bons photographes, mais pour lancer son book, il fallait cette vidéo... qui ne dissimule rien.

Et c'est d'la balle!

Photo: Krawa de La Rochelle

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés

Repost 0

Publié le 24 Juillet 2017

L'humeur de Marie #10

Marine est née le 24 février 1974, est mariée depuis 20 ans, a aujourd'hui 43 ans, 4 enfants, un lapin stupide et préfère le café au thé. Et elle est allergique aux avocats aussi. Mais je crois que tout ça n'a strictement aucune importance. La fille aînée de Marine a les cheveux très courts, avec un skinfade forcément très marqué : elle est blonde, plutôt androgyne et un style de "garçon manqué" de la première heure. Marine et la coupe de son ainée, c'est comme Karl Marx et les capitalistes : une longue histoire d'amour.

Elle désapprouve donc plutôt fortement. C'est un peu trop court. Si ils étaient plus longs et avec une légère touche ( enfin plutôt une grosse couche ) de féminité, ce serait parfait. Et puis, elle n'est pas obligée d'avoir les cheveux courts après tout : on peut aimer les femmes sans forcément se raser. Ce qui est amusant, c'est que Marine a les cheveux courts elle aussi. Moins courts que sa fille, certes, mais tout de même. Ses cheveux bruns foncés reposent en une mèche souple devant son front, renforcés par du volume appuyés par une courte longueur pour ce qui est des côtés. Marine a eu les cheveux longs pendant longtemps : un carré aux épaules jusqu'à 18 ans. Une envie de changement, ne plus ressembler à la petite fille classique de bonne famille.

Jusqu'à son mariage, elle les laissa repousser : quand elle attendit sa première fille, elle les coupa à nouveau ( je pense que si on creusait un peu le sujet, on pourrait certainement trouver une espèce d'influence capillaire, ce qui expliquerait la passion de son aînée pour les cheveux courts ). 15 ans plus tard, retour chez le coiffeur pour l'actuelle coupe de cheveux. Une volonté de se moderniser, de ne pas faire '' vieille maman '' et de rester dans le vent. Elle arrange le tout avec un style qui reste classique, mais agencé avec modernité, sans suivre la mode pour autant. Marine à la fois sévère et fringuante , décontractée et élégante, désespérée par sa fille révoltée, et énervée lorsqu'elle est rasée : fort heureusement, Maman finit tout doucement par passer au dessus de tout ça. Mais la boule à zéro, c'est pas encore pour bientôt.

L'humeur de Marie #10

Texte et photos: Marie C.

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Chronique de Marie

Repost 0

Publié le 23 Juillet 2017

Vlada Cox

Vlada Cox

Ne m'en voulez pas, je suis ainsi. On m'a toujours dit que j'étais jolie, mais je n'en crois rien et vraiment, je m'en fiche. Je sais, c'est injuste parce que d'autres aimeraient sûrement profiter de cette subjective beauté. Je n'y peux rien... Un jour on m'a parlé de ma merveilleuse blondeur alors j'ai rasé mes cheveux et ainsi, je me suis plu, pensant que je ne serai aimée que pour moi même et non plus pour cet artifice. Je n'en ai pas d'autre, ni déesse, ni callipyge, d'une seule main j'enveloppe un sein et j'ai le corps long et fin d'un éphèbe... Pourtant des femmes m'ont désirées et beaucoup d'hommes aussi, mais c'est toujours moi qui choisi.

Ne m'en voulez pas de paraître si loin de vous. C'est peut être parce que je ne cherche pas à séduire que je vous semble indifférente et hautaine. Parfois je préfère parler de mécanique, boire des alcools forts et fumer du tabac brun... parfois. Si cela vous effraie, il ne faut pas m'en vouloir, je suis ainsi.

Parfois je rêve qu'un jour quelqu'un m'emportera, que j'aurais une très belle robe blanche et des bottes de cow boy, pour un simple baiser dans le cou ou sur ma nuque rasée et ma vie sera très belle... parfois.

Ne m'en voulez pas d'être libre,  je ne possède que ça.

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 21 Juillet 2017

L'appel de la nuit

" Samedi. L'alcool. Les garçons qui se collent. Les filles qui se cherchent. Les garçons qui se cherchent. Les filles qui se collent..."

Tu t'enfonces dans la nuit noire des stroboscopes et l'atmosphère épaisse agite tes pas au rythme des basses. Les corps se frôlent, des mains se touchent. On se respire, on s'admire, on se repousse... Toi tu glisses dans la foule, le corps déhanché, agité par le son. Des filles échevelées t'observent à travers des battement de cils, des garçons à la peau douce aussi. Regards croisés. Dans les flashes de lumière les silhouettes se confondent. Tes vêtements, ton corps, ta nuque presque blanche d'être rasée. Tu es le miroir des garçons et l'envie des filles mais peut être que tu l'ignores... Tu danses avec lui, mais pas pour lui, une autre le remplace... Comme en transe les corps s'échauffent et les désirs aussi. Tu peux être il ou elle dans la libido de chacun, animer des fantasmes de cunni ou de sodomie sans même rougir.

Au petit jour tu quittes l'endroit, les tympans meurtris et le corps douloureux, mais ça ne compte pas. La prochaine fois tu reviendras pour choisir l'un ou l'une qui te plaira.

Citation et photo: Olivia Zinsou

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Nouvelles et petites histoires

Repost 0

Publié le 20 Juillet 2017

Photo: Olivia Zinsou

Photo: Olivia Zinsou

Comment expliquer cela à ma grand mère qui a déjà un âge certain?  Quand je dis certain, c'est qu'elle a connu parfaitement les années 50 et la suite...  A cette époque, à peine sortie de la guerre, avant que les années 60 ne révolutionnent la jeunesse, les garçons demeurent parfaitement identifiables. Un peu comme en Corée du Nord aujourd'hui, la coupe réglementaire c'est bien dégagée autour des oreilles.

On a beau dire, ce n'est pas si vieux après tout, quoi... oui bon... 70 ans à tout casser. Qu'importe! C'est tout de même fascinant de constater tout ce chemin parcouru? Mais comment adoucir la confusion dans l'esprit de mon aïeule, comment lui faire comprendre que, finalement, depuis toujours certaines ont refusé de se conformer aux normes, de se plier aux règles édictées par d'autres pour elles, mais que simplement, " de son temps " cela s'exprimait certainement différemment. Elle même se souvient que, plus jeune, elle avait une fois mis un pantalon et que ça avait été un peu la révolution dans sa campagne... Ça la fait rire.

Aujourd'hui, que les filles aiment se faire couper les cheveux comme le font les garçons, ça ne relève pas de l'imitation, juste de l'envie de faire ce qui plait, sans demander si c'est bien ou pas, réservé ou pas, par un sexe sans que l'autre ait le droit de se l'approprier. Point!

 

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 17 Juillet 2017

Il faut pour vous raconter cela que je vous parle un peu de ma petite salade et de la manière dont parfois je nourris ce blog. Mis à part les portraits, les "Quartier Libre" ou les articles que m'inspirent mes rencontres, des fois je "pioche" sur l'Internet des idées ou des photos suffisamment inspirantes pour me lancer dans la rédaction d'un article. 

Comme il m'arrive fréquemment de m'arrêter de faire ce que je suis en train de faire pour réfléchir à ce que je fais justement ( vous suivez là? ) je me suis rendu compte à quel point notre environnement pouvait être subjectif et trompeur. J'explique! Par exemple, en cherchant sur Google, Pinterest ou autre des images pour femme+moto vous tombez immanquablement sur des photos de créatures pulpeuses, moulées dans le cuir, en talons hauts, la chevelure dégoulinant sur le dos ou la poitrine, à condition que celle-ci ne soit pas carrément exposée... WTF! Pourtant, les jeunes femmes qui pratiquent la moto et que je connais ont toutes les cheveux courts et je suis bien certain que la moitié au moins des "motardes" leur ressemblent. ( Comme Beli par exemple... )

Tout récemment je suis tombé sur une très jolie photo et souvent comme celles et ceux qui véhiculent des images ne prennent pas la peine de citer les sources, je fais une investigation via Google image pour savoir qui était cette personne et qui l'avait photographiée si joliment...

Le résultat de la recherche ce jour là a été: Man ( autant l'homme en général que la marque allemande de camions... ) re-WTF! Et associé à cela la rubrique "images similaires" qui m'a donné une galerie de beaux gosses torse-nu et bien galbés.

Bon oui je sais, c'est la faute de l'algorithme, ce n'est qu'une machine blablabla. Mais là en l'occurence il faut bien constater que l'algorithme en question, s'il avait un peu baissé le regard, aurait tout de suite vu qu'il s'agissait d'une femme et ne l'ayant pas fait, il s'est contenté de cette jolie tête aux cheveux courts et en a déduit : torse-nu+cheveux courts= homme!

Navrant tout autant qu'affligeant.

Tout ça pour dire que je ne sais ni qui est cette personne et encore moins qui l'a photographiée ( si joliment ).

Et aussi pour dire qu'aujourd'hui , sur Internet, même les algorithmes sont bourrés de préjugés et d'idées reçues...  

Edit du 18/07/2017

Finalement grâce à l'opiniâtreté de Stefan j'ai la réponse. il s'agit de Bo Don photographiée par Elina Kechicheva.

Merci Stefan

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 16 Juillet 2017

Tout pour plaire - Un portrait d'Amandine

C'est pas parce qu'on a un prénom gourmand, qu'on peut se laisser croquer facilement! Amandine est très occupée, par sa vie, sa famille, les soirées parisiennes et son boulot. Son boulot justement, c'est la coiffure, comme par hasard. Elle est coloriste dans un prestigieux salon parisien. Une chance pour la jeune femme qui n'a pas peur du changement.

il y a longtemps que l'androgyne a choisi les cheveux courts. Elle avait 17 ans, l'envie et puis une couleur un peu ratée et la voilà avec les cheveux courts et la tête de Justin Bieber avant même que Justin Bieber ne soit dans la tête de toutes les filles de l'époque.

Le Bac en poche elle se lance dans le métier dans lequel on ne tarde pas à l'apprécier. Elle fait de la coloration sa spécialité et elle apparaitra même à la télévision, dans l'émission de relooking de M6 où elle a fait bénéficier la candidate de Cristina Cordula de son talent. C'est pas rien!

Tout pour plaire - Un portrait d'Amandine

Cependant Amandine garde toujours sa jolie petite tête. Elégante, maquillée ( ça me rassure dit-elle ) elle cache une timidité naturelle sous son allure de femme affranchie. 

Récemment, c'est son collègue Julien qui lui a coupé les cheveux très courts. Dans son salon on dit :" coupe barber dégradé américain " pour parler de fade, mais ça ne change rien sinon pour accentuer l'ambiguïté de son style. C'est jamais marrant de se faire appeler "monsieur" quand on est une femme, dit-elle, mais Amandine a de la répartie et s'amuse en général à donner du "madame" au type qui se trompe... 

 

Tout pour plaire - Un portrait d'Amandine

Alors avec ce "très court", Amandine en profite pour faire parfois le "bad boy", exhibe ses tatouages, abandonne un temps le maquillage, se prête à l'exercice du modèle pour faire quelques photos de la nouvelle collection du salon et puis sans doute les laissera-t-elle repousser un peu, ou pas, au gré de son humeur...

De toute manière, ce ne sera jamais très long, juste comme une femme aux cheveux courts.

Tout pour plaire - Un portrait d'AmandineTout pour plaire - Un portrait d'Amandine
Tout pour plaire - Un portrait d'AmandineTout pour plaire - Un portrait d'Amandine

Amandine Gaillard: experte en ciseaux et pinceaux @am.gaillard

 

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Portrait

Repost 0

Publié le 13 Juillet 2017

L'humeur de Marie #9

C'est amusant de voir à quel point les gens peuvent changer leur regard pour de petites choses. Depuis qu'elle s'est coupée les cheveux, ils la regarde différemment. Comme si une tare profonde l'habitait. Elle l'a fait. Elle les a coupés. Et rasés en plus. '' Seigneur, quelle infamie ! '' C'est forcément lié à un problème de personnalité. Il doit y avoir un trouble quelque part, une araignée au plafond, un mal être profond. Mais qu'est-ce qui lui a pris ? Elle était tellement jolie... Quel gâchis... Elle était '' normale ''. C'est justement pour bannir cette '' normalité '', qu'elle est passée à l'acte. Ne plus être comme tout le monde. Ne plus suivre le troupeau. Ne plus être formatée sur un modèle universel. Adieu les cheveux longs, le carré classique avec le balayage banal, mais aussi les jupes et les talons. Maintenant, ce sera jean et Doc Martens. Cela ne fait pas d'elle un garçon. Elle est elle, et ce, profondément ; en adéquation et en osmose avec son identité profonde. Se couper les cheveux, ce choix, c'est se laisser évoluer dans un sens qui lui convient. Cette sensation agréable est seulement perturbée par le regard de malencontreux badauds. Mais cela devient un jeu : elle s'amusera à les faire douter et sèmera l'incertitude. Un enfant s'approche, lève la tête, fixe son regard dans ses yeux verts : cette interrogation innocente lui fait esquisser un sourire. Il ou elle ? Bonjour Monsieur, bonsoir Madame ? Non. Juste elle.

Texte et photo: Marie C.

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Chronique de Marie

Repost 0

Publié le 12 Juillet 2017

Photo: Bertille L.

Photo: Bertille L.

Pourquoi Diable faudrait-il résister à cette tentation là? Elle n'est même pas répertoriée parmi les pêchés capitaux. A moins qu'on l'assimile à de la gourmandise?

Ça fait longtemps qu'on l'a identifié et que l'on connait cet effet secondaire dont sont victimes les femmes aux cheveux courts, celles qui aiment vraiment cela, qui parfois ont attendu longtemps avant de pouvoir franchir le pas, celles pour qui c'est un état d'esprit et non pas un effet de la mode.

Couper ses cheveux c'est bien! Et puis, quelques semaines plus tard, les recouper, encore, mais cette fois un peu plus... et la fois d'après encore plus et chaque fois se redécouvrir davantage en harmonie avec son caractère. Ça fait sourire, mais c'est vrai!

Vrai et théoriquement sans limites... Mais cette irrésistible tentation pourtant finit par trouver ses bornes dans le bon sens, l'esthétique, le plaisir. Le plaisir oui, celui de son image, celui de la matière qui offre aux doigts la douceur d'une fourrure lorsqu'ils sont courts et drus, celui incomparable d'être soi même.

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0