Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Affranchies
Articles récents

O mio bambino

3 Août 2011 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Ma Psy et Moi

Varga-Zsuzsa-3.jpg

Je n'avais pas réussi à extraire Laora de ma vie. Le mal était incurable. La gazelle des Abruzzes, mon petit chamois des Dolomites, cette fille à l'accent chantant et aux parfums de Toscane que j'avais aperçu la première fois s'engouffrant sous le porche de l'immeuble de Frida, sa chevelure luxuriante flottant sur ses menues épaules, était pour toujours enracinée dans mon coeur.

J'avais eu le temps, durant ma retraite dans un bordel de Cappadoce, de réviser tous les épisodes de notre relation et l'évidence m'était apparue, me foudroyant comme Saul sur le chemin de Damas. Cette fille ne pouvait pas s'enchaîner à une seule personne. Elle était libre et sans contrainte, aimait qui lui plaisait, à son gré et rien ni personne ne pouvait l'accaparer.

De retour à Paris, estimant que mon purgatoire avait été suffisamment conséquent, je filais directement chez elle sans même avertir Frida. Pourquoi l'aurais-je fait après tout? Cette machiavélique teutonne avait assez profité de la situation. Je revenais gonflé de certitudes et de testostérones, prêt à tout avouer à la belle ragazza.

Mon enthousiasme fut un peu douché lorsque je constatais que l'appartement était vide. L'effet de surprise était à l'eau. Le téléphone m'en apprit davantage:

Laora "- Pronto...

Moi - Où es tu?

Laora - Ô mio bambino! Come staï? Tou es dé rétour. Vene vite j'ai hâte dé té rétrouver...

Moi - Moi aussi mon chevreau, mais où es tu?

Laora - Ma sour la Côte où vé tou? C'est oune villa qué oune ami il nous prète.

Moi - Frida est avec toi?

Laora - Si! Avé l'ami aussi et l'ami dé l'ami. Il est souper mignon, jé souis sour qu'il té plaira... Vieni presto."

J'avais un moment espéré que cette histoire serait oubliée. Visiblement Frida, au lieu du plan prévu, avait dû enfoncer le clou pour convaincre Laora de ma bisexualité. 

Et alors? Après tout qu'importe puisqu'elle aime ça? A moi la Côte d'Azur, la mer le soleil... Et le sexe, sous toutes ses formes...

 

Modèle: Varga Zsuzsa

Lire la suite

Elle

1 Août 2011 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Tendresses

012.jpg

Comme elle avait décidé de laisser pousser ses cheveux, elle allait malgré tout aussi souvent voir son coiffeur. Celui-ci pour poser les bases d'une future coupe au carré, point de passage obligé affirmait-il, lui avait fait cette coupe où sa nuque était toujours rasée et les cheveux la recouvrant coupés droit et bien net. J'adorai la voir ainsi. Elle était blonde naturellement et le contraste entre les cheveux ras plus sombres et le casque doré était, à mes yeux, du plus bel effet. Sa peau claire était couverte d'un duvet soyeux comme la peau d'un fruit et je l'agaçais parfois en l'embrassant à tous moments. Elle me chassait alors, gentiment, pour aussitôt revenir à moi, m'interrogeant pour s'assurer que je l'aimais encore. Je n'aurais pu mentir car j'étais fou de son corps musclé tout autant que de son esprit vif. Elle riait comme un garçon et savait se faire chatte quand à travers son regard d'azur je lisais l'envie de plaisir... Alors sans effraction, elle cambriolait mon coeur, posant elle même mes mains sur ses cheveux rasés et fermant les yeux aux caresses de mes doigts enveloppant sa nuque.

 

Photo: Jean François Jonvelle

Lire la suite

Nina

1 Août 2011 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Dans mon panthéon, dans le rayon chanteuse, on trouve comme ça, au hasard, Sade, Diana Krall, Maria Callas, Sharleen Spiteri, Aretha Franklin, Nina Simone... Ah ben tiens! En parlant de Nina...

J'en connais une autre, parmi les chanteuses "qui en ont". De la voix et du tempérament. Nina Karlsson, chanteuse et pianiste russe, chante en anglais, plutôt jazz/rock. J'aime.

Yasha-Vetkin.jpg

Photo: Yasha Vetkin

Nina Karlsson

 

Il y a à travers ses différents portraits la métamorphose d'une jeune fille de bonne famille russe cultivée et musicienne, qui petit à petit devient égérie d'un groupe de musiciens rock, abandonnant Rachmaninov et Chostakovitch pour ses propres compositions qui accompagnent sa voix claire et puissante...

 

 

Lire la suite

Grazie mille

31 Juillet 2011 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

AC82-web-copie-1.jpg

Qu'est ce que voulez que je vous dise. Un dimanche matin ensoleillé, à l'heure où je profite encore de la fraicheur de la nuit, je découvre dans les liens de ce blog une nouvelle photo d'Anne Catherine Frey, ma chouchou préférée ( avec Estelle, Marine, Pauline, Charlotte, Re-Estelle, Cloé.... )

Et de lien en lien, je tombe sur la source, un article de Vanessa Jackman pour Grazia.it ( ça fera plaisir à Laora )

Autant vous dire un petit Noël avant les tisons et une Pâques largement au balcon.

Pas la peine de préciser comment cette jeune femme m'a tapé dans l'oeil avec son allure et sa coupe de cheveux "so boyish" mais à la fois tellement féminine, parfait exemple du chic et du raffinement d'une femme aux cheveux courts. Forcémment en travaillant ( même comme étudiante ) dans la mode, ça aide.

Ainsi vous saurez tout, à condition d'être trilingue, sur cette jeune luxembourgeoise qui étudie à Paris.

Et moi je me contente de mettre quelques photos, où pour une fois, on découvre cette fameuse coupe de cheveux sous d'autres angles et un peu moins courte que l'originale *

AC-dip3AC-dip4

AC167-webAC-dip13

 

*L'originale, au printemps 2011 Juin-2011 1073

 

Photos: Vanessa Jackman

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Maria the killer

30 Juillet 2011 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Nouvelles et petites histoires, #Maria

Emily-Wroe.jpg

Il faut du sang froid, pour, après être resté à l'affût des heures, délivrer la mort et voir tomber sa cible à travers sa lunette. Un ou deux fiers à bras avaient jalousé Maria quand Roberto lui avait attribué le M24. Des tireurs médiocres qui pensaient que tirer avec un fusil à lunette leur faciliterait la tâche. Les explications ne suffisant pas il avait fallu les humilier un peu en les laissant faire la démonstration de leur incompétence. La Leupold du M24 grossit 10 fois et multiplie d'autant les erreurs du mauvais tireur. Il faut comprendre le vent, la chaleur du soleil, faire corps avec son arme en faire le prolongement de son esprit. Maria faisait tout cela d'instinct. Dans la fureur d'un assaut ou d'une embuscade les combattants ne voient pas vraiment la mort frapper leurs adversaires. Ils tirent beaucoup, touchent parfois, distinguent des silhouettes qui tombent. Maria ne manquait jamais sa cible. Le coup parti elle gardait l'oeil sur sa lunette pour voir le visage grimacer quand la balle ne faisait pas éclater la tête...

Je n'étais pas sensé participer aux opérations de guérilla. Les conséquences que pouvaient entraîner la capture ou la mort dans un accrochage d'un "conseiller" étaient incalculables pour le petit groupe et pouvaient remettre en cause l'aide qui leur était apportée.

Pourtant j'avais convaincu Roberto de me binômer avec Maria pour être son spotter. Nos actions se situaient souvent loin des batailles et des escarmouches.

Maria s'était endurcie et pourtant son allure s'adoucissait. Ses cheveux retrouvaient un peu de longueur, encadrant son visage d'ange. Notre complicité dans l'action se poursuivait dans l'intimité et je savais bien que cela ne plaisait pas à tous...

 

 

Photo: Emily Wroe by Justin Hollar

Lire la suite

800

30 Juillet 2011 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

tumblr_lov7b9iy5B1qeiwryo1_500.jpgDans un mois pile ce sera l'anniversaire du blog. 

Ca me laisse rêveur des fois cette aventure. Et surtout, moi qui suis plutôt du genre diléttante, voir la somme de travail réalisée. Enfin, travail, j'exagère. Je crois que je n'ai jamais vraiment travaillé de ma vie. Sans doute que quelqu'un avait soufflé à mon oreille quand j'étais enfant cette citation de Confucius: " Choisis un travail que tu aimes et tu n'auras pas à travailler un seul jour de ta vie". La passion m'a sauvé.

En attendant, voilà plus de 800 articles ( 802 exactement ) commis en même pas deux ans. Et un enthousiasme toujours attisé par les commentaires que vous avez la gentillesse de déposer.

Peu importe finalement les motifs qui vous amènent ici, lire une petite histoire, chercher l'inspiration pour une nouvelle coupe ou le courage de changer, le plaisir ou l'excitation, la réflexion et le questionnement... Moi je me régale 1,1457 fois par jour ( en moyenne ) à vous livrer mes humeurs et mes états d'âme sur les Femmes aux cheveux courts que j'aime tant. Et ça me rend heureux.

 

Photo: Natalie Portman auteur inconnu

Lire la suite

Y'avait du soleil sur son front...

29 Juillet 2011 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Tendresses

Agy

Il avait de grands yeux très clairs
Où parfois passaient des éclairs
Comme au ciel passent des orages.
Il était plein de tatouages
Que j'ai jamais très bien compris,
Son cou portait: "pas vu, pas pris"
Sur son coeur on lisait: "personne"
Sur son bras droit un mot: "raisonne".

Je sais pas son nom, je ne sais rien de lui
Il m'a aimée toute la nuit
Mon légionnaire!
Et me laissant à mon destin
Il est parti dans le matin
Plein de lumière!
Il était mince il était beau,
Il sentait bon le sable chaud
Mon légionnaire!
Y'avait du soleil sur son front
Qui mettait dans ses cheveux blonds
De la lumière!

Bonheur perdu, bonheur enfui,
Toujours je pense à cette nuit,
Et l'envie de sa peau me ronge.
Parfois je pleure et puis je songe
Que lorsqu'il était sur mon coeur,
J'aurais dû crier mon bonheur...
Mais je n'ai rien osé lui dire.
J'avais peur de le voir sourire!

On l'a trouvé dans le désert,
Il avait ses beaux yeux ouverts,
Dans le ciel passaient des nuages.
Il a montré ses tatouages
En souriant et il a dit,
Montrant son cou: "pas vu, pas pris"
Montrant son coeur: "ici personne"
Il ne savait pas... Je lui pardonne.

Je rêvais pourtant que le destin
Me ramènerait un beau matin
Mon légionnaire!
Qu'on s'en irait loin tous les deux
Dans quelque pays merveilleux
Plein de lumière!
Il était mince il était beau,
On l'a mis sous le sable chaud
Mon légionnaire!
Y'avait du soleil sur son front
Qui mettait dans ses cheveux blonds
De la lumière!


Paroles: R. Asso

Model: Agyness Deyn

 


Lire la suite

Lesbien, est ce mâle?

28 Juillet 2011 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Tendresse_by_aniani69.jpg

C'est définitif, je suis lesbien! Ce que je croyais être une lubie de Frida s'avère être un véritable statut. Et finalement, à la lumière de cette explication je trouve que ma vie devient plus cohérente.

Quelques sommités se sont penchées sur la question. Un ouvrage signé Jean Markale en parle en ces termes:

L’homme lesbien porte en lui une douceur qui le rend extrêmement sensible aux qualités de la femme. Sa relation à la femme exclut la domination et la jalousie; elle se fonde sur la fraternité plus que sur la complémentarité. C’est un homme tribade, c’est à dire frotteur, caresseur : il se frotte à la femme, moins soucieux de la "foutre" que de la caresser, vénérant une beauté intérieure autant qu’extérieure. Leurs jeux érotiques raffinés sont le fait de partenaires dont la relation repose sur un échange physique et affectif dénué d’agressivité et de violence. Relation bienveillante et délicate où la sensualité l’emporte sur la sexualité. Ainsi la femme est-elle pour l’homme lesbien une merveilleuse complice qu’il aime dans sa différence, mais en égale.


Un autre universitaire développe la théorie et donne des critères:

 

L'homme lesbien est donc principalement caractérisé par les traits comportementaux et spirituels suivants : 
* il craint d'être rejeté ou d'être déçu 
* il est d'une très grande sensibilité ce qui le fragilise 
* il a de la femme, l'image d'une complice auquel il apporte force et respect 
* il est ouvertement généreux et ne connait donc pas la jalousie 
* il s'oppose à toutes valeurs machistes ou de supériorité, de domination 
* il prône pour la liberté, l'échange et la communication intellectuelle 
* il use de tendresse physique envers sa partenaire, recherchant son plaisir avant le sien (relation sexuelle analogue au saphisme)


Autant vous dire que je me retrouve parfaitement dans cette description. Voilà de quoi relancer ma reflexion avec ma psy. Parce qu'il faut ajouter à cela ou le réaffirmer, l'homme lesbien est hétéro, physiquement viril et sans ambiguïté et ne peut être assimilé avec un "lezbro" ou un "métrosexuel"

Cependant est ce que c'est bien raisonnable d'en parler?

Photo: Pierre L

Lire la suite

Marine

28 Juillet 2011 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

 27072011-012-.jpg

Voyez vous, c'est aussi à cela qu'on reconnait une vraie femme aux cheveux courts, cette détermination qui n'attends pas le nombre des années. Au départ, comme souvent, il s'agit pour Marine de tourner la page sur une histoire d'amour. Il aimait ses cheveux longs? Eh bien qu'il aille au diable! Elle se coupe les cheveux et c'est comme une nouvelle respiration, un pas en avant. D'abord pas très court, puis de plus en plus. Elle se dévoile, se sent plus féminine, ses oreilles nues et son visage illuminé par son regard.

Et puis, comme une irrésistible envie et parce qu'elle se sent sûre d'elle, Marine ose toujours plus courts, jusqu'à cette coupe où la coiffeuse rase avec sa tondeuse les pattes, le tour des oreilles et surtout la nuque. Marine aime ça, elle se sent belle et fière.

2011-07-27_21-19-19_468.jpg  2011-07-27 21-21-33 132

Marine est belle, rayonnante. Pourtant certains l'interrogent: mais pourquoi, mais comment, tu es si jolie, les cheveux aussi courts c'est plutôt masculin, c'est bon pour les lesbiennes... Devant tant d'absurdités Marine se contente d'ignorer. Elle est bien plus heureuse de sentir sur elle les regards de ceux qui la trouvent tellement sexy, audacieuse et stylée.

Elle avoue l'attention qu'elle porte à ses cheveux, aujourd'hui peut être plus qu'avant. La masse épaisse soyeuse et brillante dessus, la précision du dégradé, la finesse de la tonte. Bien sûr cela demande de l'entretien, régulier, mais elle est tellement fière de cette coupe qui lui va si bien et de cette image, cette vraie image d'elle même.

Merci Marine  

 

 

Lire la suite

Vieilles images

27 Juillet 2011 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

from-the-past.jpg

Il y a comme ça des images du passé qui évoquent pour moi des choses nobles et courageuses et qui dans la même période peuvent soudain inspirer le dégoût et la honte.

Cette photo des Archives militaires australienne montre la vie quotidienne sur une base du Pacifique durant la Deuxième Guerre Mondiale. La jeune femme, militaire elle aussi, se fait couper les cheveux, à la mode presque masculine de l'époque, reste des années 30. Une femme volontaire avec le sens le plus noble qu'on puisse donner à ce mot. Volontaire pour le service de son pays et volontaire dans sa vie quotidienne. La cause qu'elle sert transcende sa propre personne et si elle rêve parfois de se faire choyer dans un salon de beauté, pour l'instant elle cède à l'efficacité et au pratique.

Quelques années plus tard, à la fin du conflit, une scène presque identique se reproduira, un peu partout. Il n'y aura plus d'uniformes, plus de causes, plus de volontariat, plus de courage et plus de noblesse. Juste une haine mal canalisée, une vengeance de veules, comme un relâchement nerveux après une grande peur. L'Homme reprends la main et punit la Femme comme seule responsable de son malheur, comme toujours dans le monde judéo-chrétien...

L'Histoire a de ces hoquets parfois...

Lire la suite