Publié le 13 Mai 2010

Copie-de-Vika_Gazinskaya23.jpgLa bavaroise ne s'était pas fait prier pour retrouver la lombarde, et je me sentais dans le même état d'esprit que l'idiot qui s'apprète à mettre les cinq doigts entre le bois et l'écorce...

A peine arrivée, Frida abattit son jeu, manquant de justesse étouffer Laora en lui roulant une pelle d'anthologie, ce qui, à bien y regarder, parut du gout de cette dernière.

Ma Psy "- Liiiiiebeliiiing.... Ach, mais du n'as baz enkore koubé zede dignaze? Mais che ne gombrends bas? tebuis le demps ke fouz êtes enzemple...

Laora - Ma ché cosi, tou es folle no. jé n'en ai pas l'envie et dé toutes façon il ne mé l'a pas démandé. Jé crois qué tou té trompe...Nous en parlons, si,  mais comme un jou, rien d'autre.

Moi - .........

Ma Psy - Allons allons, che ne crois bas zela. Che zuis zure k'il meurt t'enfie te dailler ztte jefelure. T'ailleurs, darling, si nouz édions enzemple z'est moi qui de radipoizerai...

Moi - Euuuuh ...Eh sinon je ne vous dérange pas les filles?

Ma Psy - Mais non foyons au gondraire, il est brimortial ke du zois là. Allez affoues, komment rêfes du te la foire dontue?

Moi - Non Frida, je te le redis, tu te trompes. Je ne supporterai pas que Laora coupe ses cheveux juste pour me faire plaisir. Il nous arrive d'en parler, dans certains moment intimes parce que nous savons tous les deux les effets que cela peut produire. Mais cela ne va pas plus loin. Vraiment!

Laora - Tou es déçue?

Ma Psy - Ch'afoue et zela ékarde téfinidifement l'hybodhèze tu vkate-beckinsale01.jpgédijizme....

Laora - Par contre toi jé souis soure que tou n'aurais pas hésité à mé trainer chez oune coiffeur, no?

Ma Psy - Mmmmm... Ya naturlich... Tebuis ke che me zuis vais kouber les jefeux, z'est komme ein trogue. Ch'aime zendir mais jefeux razés zur la nugue...Et che zuis zure ke du aimerais za ékalement.

Laora - Ma j'aime ça, beaucoup, tou n'imagines pas à quel point céla m'excite de te caresser la nouque quand tes chéveux sont bien rasés...Pét être même qué j'aimerai les couper...

Moi - Ah oui?

Laora - Si

Ma Psy - Wunderbach! Che zuis zure ke zede bedide tiskuzion nous a dous ekzidé, breske audant k'un pon bréliminaire, nein?"

Et ce disant, elle confirma par le geste, posant d'autorité sa main sur la braguette de mon pantalon, un peu déformée....

 

 

 

 

 

Photos : Vika Gazinskaya et Kate Beckinsale

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Ma Psy et Moi

Repost 0

Publié le 11 Mai 2010

Parmi toutes ces héroïnes qui peuplent mon panthéon, beaucoup ont des points communs, forcément. Et en y réfléchissant ce matin, je me suis dit que, non, comme vous êtes tous en train de le penser, ce ne sont pas les cheveux courts. En fait je crois plutôt que les cheveux courts sont une conséquence, de tout ce qui a fait que ces femmes sont devenues des héroïnes. Mais bon, on pourra toujours en reparler.

Dans la catégorie " Filles de l'air" je pioche Amélia Earhart. Alors j'ai entendu là, le grincheux, celui qui vient de dire :" Oui mais pourquoi elle plus que Maryse Bastié ou Hélène Boucher, des aviatrices bien françaises de chez nous blablabla..." Eh ben en fait je ne sais pas trop... Question de charisme sans doute. Et puis les gouts et les couleurs hein?....

Amélia Earhart donc, qui bientôt apparaitra au cinéma sous les traits de Hillary Swank, un quasi sosie

 

Il se trouve que cette femme intrépide, au coeur généreux, née à l'aube du XXème siècle a un physique qui me plait et un caractère qui lui correspond, ou peut être est ce l'inverse. Féministe juste par soif de justice, fille de bonne famille qui a su et a pu ouvrir les yeux sur le monde sans y voir de barrières infranchissables.
Au moment de se lancer dans l'aventure aéronautique, aux alentours de 1920, l'anecdote raconte qu'elle hésite à couper ses nattes blondes, pensant que son allure androgyne en serait trop accentuée. Pourtant elle se rend à l'avis d'une gamine qui, la considérant sur un terrain d'aviation, lui lance : " Les cheveux longs, ça fait pas aviatrice..." Allez savoir pourquoi, les enfants ont autant de bon sens.....
Et voilà pour la postérité Amélia, telle que je l'aime, femme d'action, au sourire d'ange et à la coupe de garçon. Oui parce qu'à cette époque là, c'était vraiment une coupe de garçon....)
dunrudearhart.jpg
La belle n'y reviendra plus, durant les 20 années qui lui restent à vivre...
Amélia Earhart
cam91302
3115593767 c070c06636 b

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 10 Mai 2010

haircut

 

Elle est nue dans la salle de bain, et le miroir lui renvoit une image qu'elle aime bien. Elle n'a pas de problème avec ça. D'ailleurs son regard est concentré et ne se perd pas sur ses petits seins ronds, ni sur son ventre plat. Elle est trop occupée, les doigts fins glissants à travers ses mèches brunes et soyeuses. Elle a des gestes précis, cherchant les volumes, évaluant les longueurs. Dans le jeu de miroir elle voit sa nuque et les doigts qui serrent la première mèche. Elle approche les lames des ciseaux droits et le crissement des cheveux coupés la trouble. Sur ses épaules nues elle sent la méche glisser et s'accrocher, comme une caresse. En rien de temps sa peau est couverte de ces fragments de mèches, petits cheveux hachés éparpillés...Elle coupe, derrière encore, puis dessus, tirant les cheveux entre index et majeur, les entortillants ou les lissants. Elle pose les lames d'acier, tourne la tête, capte différents angles et passe en remontant sa main sur ces cheveux coupés, courts, mais que peut être elle aimerait couper encore...Et puis c'est comme une barrière qui surgit dans son esprit. La même, invisible, que celle qui nous barre le chemin si une envie folle nous vient. Alors la raison prend le dessus. Elle époussette les cheveux coupés, secoue la tête et s'accorde un sourire dans le miroir d'en face. Sa coiffure sage lui plait encore, même si un instant elle a songé tailler, tailler encore, sans s'arrêter. Un jour...Un jour elle le fera...

 

Photo Flickr

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 9 Mai 2010

Un p'tit puzzle?

 

 

Puzzle 9

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés

Repost 0

Publié le 8 Mai 2010

4531453199_3c9d6b5178.jpg

 

 

...Ce dont je me souviens c'est qu'ils étaient heureux, les yeux au fond des yeux, et c'était bien....Et c'était bien.

 

Photo: Sybil Rondeau par Olivier

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 7 Mai 2010

Vika_Gazinskaya23.jpgLe hasard de ma déambulation électronique, m'a amené à visiter des blogs consacrés à la mode...Alors j'égraine les images, les pages défilent, les blogs défilent...Et au bout de quelques heures instants, j'ai soudain  l'impression d'être dans un monde parallèle, une 4 ème dimension. Toujours les mêmes visages, célèbres ( ou pas ), mannequins, stylistes, journalistes. Et puis des chaussures, des sacs à main, des accessoires délirants et sans doute hors de prix. Et je me suis demandé si c'est gens très beautiful avaient finalement conscience d'être dans un monde différent du mien, du tien, du notre?

Cela dit, je suis fasciné par cette quête de certain(e)s de toujours vouloir être original(e), toujours habillé dernier cri, la première à porter cette paire de chaussures démentes, la seule à posséder ce sac à main dans lequel je pourrais facilement ranger ma collection de bandes déssinées.

Heureusement, dans toute cette excentricité, il y a tout de même de jolies choses ( but de mon exploration à l'origine ), comme...La jolie robe de Vika Gazinskaya... Non bien sûr, comme la jolie vision qu'elle offre de sa nuque sur cette photo. Une allure que j'aime.

 

 

 

Photo: Jak & Jil Blog

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 6 Mai 2010

4477031477_0ca6cb9ee0_o.jpg

 

  Moïra marchait devant moi, d'un pas souple. Pas un instant les gens qui la croisaient, n'auraient pu imaginer que cette femme était capable de tuer n'importe qui à mains nues. Et sans état d'âme. Son corps athlètique lui donnait une sensualité particulière. Arrivé à sa hauteur, mon regard était attiré par cette nuque toujours tondue. Elle était coiffée comme un garçonnet, la coupe au bol, les cheveux tombants en une lourde frange sur son front. Son androgénie m'excitait tout autant que le fait que je sache de quoi elle était capable. C'était comme un sentiment de fierté. Je pouvais approcher la panthère sans craindre pour ma vie.

Le bruit métallique à peine masqué par le rugissement d'un moteur attira en même temps nos regards. Moïra réagit la plus vite et m'entraina avec elle à terre derrière une voiture en stationnement pendant que les balles comme des frelons d'acier déchiraient l'air et éclataient le ciment autour de nous. Les impacts dans la tôle de la voiture étaient assourdissants. Sans voir la scène, elle savait que le fourgon noir s'arrêtait. Il ne fallait pas laisser le temps filer. D'un regard nous nous comprime et chacun de nous bondit en même temps de chaque côté de notre abri improvisé. L'agresseur, confronté à deux cibles simultanée perdit la fraction de seconde qui lui fut fatale. Le bras tendu, Moïra tira deux fois, instantanément, touchant l'homme au visage. Elle poursuivit sa course jusqu'à être au dessus de l'homme à terre, et l'acheva d'une balle dans le front. Avant que le fourgon n'ait eu le temps de repartir, elle avait bondit à l'intérieur et une dernière détonnation claqua.

La rue était déserte. A peine éssoufflée, Moïra revint vers moi.

-" Aide moi. On remet celui-ci dans le fourgon. Ensuite tu dégages et tu reprends le premier vol pour Paris.

- Et toi...?

- Le temps de faire disparaitre ces deux cons et je me met au vert moi aussi. Le coup est passé près..."

De l'adrénaline plein les veines, nous avons rammassé l'homme à terre et son MP5 SD, puis poussé le chauffeur à l'arrière du fourgon. Moïra se mit au volant.

-" Adieu Frenchy......Et..... Merci, tu as eu du cran tout à l'heure"

Une boule me vint dans la gorge, à l'idée que peut être je la voyais pour la dernière fois..... Mais qui peut savoir avec elle.

 

Photo: Marina Nikolaeva

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Nouvelles et petites histoires, #Moïra

Repost 0

Publié le 5 Mai 2010

4460983202_5dacaf409b_o.jpg

 

Le mélange de certains ingrédients, selon le milieu dans lequel il est réalisé, peut produire des effets étonnants. Prenez une jolie jeune femme, enfin là aussi c'est selon des critères personnels. Disons fine, au cou délicat, au visage régulier, au regard expressif, à la lèvre pulpeuse, aux pomettes douces, aux.... Enfin une jolie jeune femme! Si elle n'est pas naturelle, offrez lui une blondeur scandinave, très claire, très lumineuse. Puis coupez cette chevelure très court, donnant par endroit une texture de pelage animal, doux et soyeux, une nuque dévoilée, des oreilles délicatement exposées et conservez les cheveux plus longs, bien plus longs dessus, provoquant une mèche qui balaie ce beau visage. Alors cet assemblage fait de détails et de contrastes pourrait provoquer chez certain(e)s une réaction terrible. Amour, envie, désir.... Court et blond, court et long, belle blonde, belle garçonne...

 

Crédit photo

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 5 Mai 2010

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés

Repost 0

Publié le 4 Mai 2010

234995980 7f2cc985bb

 

Bon sang comme ça fait peur! Et pourtant c'est indolore, physiquement. Pas comme un tatouage. Et pourtant elle en porte un. Sans doute que le dessin dans la peau ne transforme pas pour autant notre physionomie, on l'aborde plus facilement, même si c'est pour la vie. Nova a besoin de rebondir, de virer de bord et de mettre le cap vers la lumière. Et comme souvent quand ces choses là vous prennent, se mêle une envie de folie. Il faut muer, il faut laisser derrière soi sa vieille peau. Les conquistadores abordant le Nouveau Monde faisaient brûler leur caravelles pour ne pas avoir la tentation de rembarquer et de fuir. En tondant ses cheveux, Nova a envie de brûler son embarquation, celle qui l'a menée jusque là et qui lui semble porter encore les miasmes de sa vie passée.

Mais ça fait peur, bon sang comme ça fait peur! Il faut se confronter à soi même avant même d'avoir à affronter les autres. Il faut du courage en somme. Un pas, plus un pas, plus un pas....Et au bout de tout cela la découverete de soi.

 

Photo: Agnieszka

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0