Publié le 7 Juillet 2017

C'est peut être un phénomène de saison? La chaleur est souvent prétexte à certaines coupes plus radicales... On coupe, on tond, on rase même. Comme un courant de folie, les médias en rajoutent aussi, se faisant l'écho de la singularité de certaines, connues ou moins connues, actrices, chanteuses, mannequins...

Les plus hardies montrent le chemin. La plus part ont déjà les cheveux courts d'ailleurs. Parfois le langage aide à "s'ambiancer", comme pour s'exciter davantage, chaque passage chez le coiffeur est l'occasion d'annoncer qu'elles vont "passer à la tondeuse". Quelque chose d'étrange les fait vibrer.

Et puis arrive ce moment que tous prennent pour de la folie et qui n'en est pourtant pas. Une envie qui souvent vient de loin. C'est l'été, les vacances, il fait chaud et il n'y a pas d'obligations pendant quelques semaines... alors... "On rase tout!" C'est ce qu'elles s'entendent dire, face à elles mêmes, chez le coiffeur. Et la coupe se fait, comme d'habitude au début, jusqu'au moment où la tondeuse se pose sur le front. Cette vibration là est nouvelle, jamais ressentie sur le sommet du crâne. Comme une douce griffure, les dents du sabot de plastic sillonne le cuir chevelu et la physionomie change, tellement qu'on se découvre encore, nouvelle, même si on était habitué aux cheveux courts. C'est excitant comme faire une bêtise, amusant aussi. Et puis le dernier coup de tondeuse donné, le coup de brosse passé, il faut toucher, pour bien réaliser et jouir de cette sensation nouvelle. "Eh bien voilà, c'est fait" se dit-elle, un peu apeurée, mais tellement fière.

Photo: Ana Misetic

 

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Divers & variés

Repost 0

Publié le 6 Juillet 2017

Comme une carte postale

Ça fait longtemps que je connais Emilie. Si aujourd'hui elle a quitté ma grande ville du Sud et qu'on se voit moins fréquemment, elle ne manque cependant jamais de faire un petit signe et de me raconter ses dernières aventures. C'était le cas hier... un peu comme une carte postale de vacances...

" Coucou! je voulais te faire part de mon expérience d'aujourd'hui. J'ai été me faire couper les cheveux à Echirolles parce que je suis dans ma famille ces jours-ci. 

Le temps d'un instant j'ai voulu retrouver une bonne sensation ( celle de la tondeuse bien sûr ) et surprise! Je me présente dans un petit barbershop masculin et il accepte de me prendre. 

J'ai attendu un peu parce que c'était sans rendez vous et il y avait 5 personnes devant moi. Quand mon tour est arrivé, je me suis retrouvée sur le fauteuil, il a mis la tondeuse en marche... et c'était parti!

Et là, il coupe, coupe et coupe pendant 40 minutes mes cheveux qui avaient vraiment trop poussés. Enfin arrive le moment de voir le résultat... J'ADORE! A la vue, au toucher, tout me plait. Mais ce n'est pas tout. Au moment de payer, avec simplicité et gentillesse il me dit: 10€. C'est pas beau ça?"

Franchement, ça fait plaisir de voir que parfois, les choses sont idéales pour les femmes aux cheveux courts. 

Merci Emilie @miloupetitloup

Merci aussi à Michel Coiffure, barbershop à Echirolles ( 38 )

 

Comme une carte postale

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés

Repost 0

Publié le 5 Juillet 2017

Photo: Ouest-France

Photo: Ouest-France

Aaaah Jeanne! Dieu sait qu'on l'aime et qu'on l'admire. Pour sa musique bien sur, pour ses paroles, pour sa voix, mais ça, c'est presque un lieu commun. Ici en particulier, on aime aussi son style, son allure. Certaines qui ont la chance de la côtoyer parfois, aiment par dessus tout sa gentillesse et son humilité.

Si ce n'était pas le cas auparavant, on peut dire que depuis qu'elle s'est lancée sur la scène pop rock et rock indé, elle a "travaillé" une image qui la rend aujourd'hui parfaitement identifiable. Le blond peroxydé, presque blanc, les racines plus sombres, la nuque et les côtés minutieusement rasés... les vêtements sombres qui accentuent son allure androgyne... Le style!

Tout cela, le style, la musique, le caractère conjugués, donne une attitude qu'on a pas l'habitude de rencontrer sur la scène française d'aujourd'hui.

Une "Rockn'Roll Attitude" 

Après tout, le Johnny national n'a pas le monopole de ça, même s'il a le mérite d'avoir vulgarisé le terme.

Photo: A. Rouanet

Photo: A. Rouanet

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 3 Juillet 2017

Photo: Jahde Vibtrance

Photo: Jahde Vibtrance

Certaines choses parlent de nous. Des choses que l'on choisit et d'autres qui sont inscrites en nous, dans la chair. Choisir un vêtement, une coupe de cheveux, avoir un style, c'est ce que nous faisons pour exprimer notre personnalité... comme avoir un passeport pour affirmer notre identité. Mais notre identité est déjà en nous, avec l'empreinte du bout de nos doigts, avec notre ADN... Et notre personnalité peut être aussi?

Bien sûr personne n'a étudié cela et si cela se faisait aujourd'hui, ça ressemblerait davantage à l'évocation d'un marabout africain qu'à un diagnostic de professeur de médecine ou de psychologie. Pourtant, rétrospectivement, en découvrant l'implantation des cheveux sur la nuque, le tracé qui apparait lorsqu'ils sont taillés courts et que l'on connait la personne, on peut se dire qu'il y a une relation entre les deux. Entre l'harmonie de la jolie pointe d'une accolade, les "courants" qui se rassemblent au creux des cervicales, la rectitude d'une ligne sans défaut, les zigzags qui dessinent des "M" ou des "W" et puis les tourments causés par les épis indociles qui tourbillonnent sur les tendons d'un cou étroit, on pourrait retrouver le caractère, le for intérieur de chacune, les esprits tourmentés, les plus simples et les plus compliqués, les âmes apaisées, le bon sens, la sagesse, la pondération, l'harmonie... 

Un peu comme un sage tibétain saurait voir dans l'aura des personnes qu'il côtoie l'état de santé, on pourrait deviner au dessin qu'impriment les cheveux rasés sur la nuque, le caractère et la personnalité de celle qui l'exhibe... Une autre façon de se révéler? 

 

Photo: Jahde Vibtrance

Photo: Jahde Vibtrance

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 2 Juillet 2017

'' Il est beau ton frère ''. C'est ce qu'a dit une camarade de classe à ma petite sœur, qui avait 8 ans, à l'époque. Pourtant, ma sœur n'a pas de frère, mais une grande sœur. Elle a les cheveux très courts, rasés de près, s'habille comme un garçon : des jeans serrés, une paire de Dock, des chemises à carreaux avec des blousons en cuir. C'est qu'elle ne ressemble pas trop à une fille. C'est un peu plus compliqué que ça. Comment lui expliquer que le corps n'est qu'une construction, qu'il y a un fossé entre le sexe et le genre ? Que ce dernier est indépendant des attributs qui nous sont donnés à la naissance ? Qu'on peut naître femme mais ne pas toujours se percevoir comme tel ? C'est compliqué de comprendre tout cela si jeune. Alors elle pose des questions, mais sans comprendre. D'ailleurs, elle croit toujours que '' mon amoureux '' est mon meilleur ami, même s'il préfère George Michael à Pénélope Cruz. '' Je veux voir comment ta coiffeuse elle te coupe les cheveux ''. Pour la première fois, elle viendra chez un barber. Elle verra le savoir-faire, l'art de raser des cheveux avec passion, dotée d'une précision et d'une minutie sans égal. Peut-être sera t-elle à la fois un peu effrayée, et émerveillée, à la vue de la tondeuse. Un sentiment assez paradoxal, en somme. Elle est curieuse de savoir pourquoi sa frangine y va aussi souvent, avec de moins en moins de cheveux à chaque fois qu'elle en ressort : certes, elle trouve ça laid, et me traite de '' paillasson '' ou de '' hérisson '' selon ses humeurs. Mais cet intérêt soudain, qui est aussi un prétexte pour passer du temps avec moi, me laisse penser que c'est une bonne chose. Avec de la chance, elle coupera ses longs cheveux châtains et trouvera cette assurance caractéristique des femmes aux cheveux courts. Alors, un mot, un seul : '' ose ''.

Texte et photo: Marie C.

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Chronique de Marie

Repost 0

Publié le 30 Juin 2017

Avec Rebeca "Bex" Walker chez Cut & Grind à Soho - London

Avec Rebeca "Bex" Walker chez Cut & Grind à Soho - London

Ça fait un bail qu'on se connait. Beli a souvent accompagné le blog, une dizaine de fois je dirais, depuis septembre 2014 et ce Quartier Libre

Dès le début, c'est une sorte de fascination qui s'est exercée en découvrant la jeune femme, pleinement assumée, l'allure sportive, chevauchant sa grosse cylindrée, indépendante mais toujours très soucieuse de ses proches, les cheveux courts et le physique androgyne.

C'est ensuite son caractère et son enthousiasme qui commencèrent à tisser le lien qui tout naturellement nous a relié. L'honnêteté, la sincérité, la gentillesse et la curiosité envers les autres. Une sorte du pureté d'esprit qui lui donne ce charisme extraordinaire que tous lui reconnaissent. Il n'y a rien d'artificiel chez elle, pas de clinquant, pas de jeu d'apparence. Tout est vrai!

Bientôt 6 mois que Beli est à Londres et Londres pour le style, les fringues et le coiffeur, y a pas mieux. Si, tout le monde vous l'dira! Et question coiffeur, il faut toujours tout remettre en question lorsqu'on s'installe loin de ce qui a été son quotidien durant des années. Après quelques tâtonnements, il semblerait bien qu'elle ait trouvé, parmi la pléthore de barbershops, l'endroit idéal. Et quoi de mieux que l'amie d'une amie pour vous couper les cheveux, à condition bien sûr qu"elle soit qualified barber, ce qui est le cas de Rebeca "Bex" Walker, of course!

Parce que voyez-vous, Beli a toutes les qualités et celle qui n'est pas la moindre pour une femme aux cheveux courts, c'est d'être toujours très attentive a avoir une coupe impeccable!

Beli est mon idole

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Tendresses, #Portrait

Repost 0

Publié le 28 Juin 2017

L'un m'a dit: " Oooh non! Pourquoi as-tu coupé tes cheveux? Tu es tellement jolie avec les cheveux longs...."

Un autre m'a dit: " Tu devrais les couper plus court, te raser la nuque et les côtés..."

Un autre encore m'a dit: " Ça te va bien les cheveux courts, sincèrement! Mais ne les coupe pas plus court, sinon ça fait trop "garçon"... "

Personne ne m'a dit: " J'aime la personne que tu es. Tout ce que tu fais me plait! "

Pourtant je n'avais rien demandé, à aucun d'eux. J'ai adoré me couper les cheveux, très court, puis les laisser repousser, un peu. C'est selon l'humeur, la saison, l'état d'esprit, l'âge aussi... 

J'aime la personne que je suis et tout ce que je fais me plait...

Photo: Mario Kroes

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Nouvelles et petites histoires

Repost 0

Publié le 26 Juin 2017

Emily W.

Emily W.

Mais oui, au fait! De quoi on parlait ici, il y a 8 ans? Pfffft comment savoir? Il faudrait remonter les pages, faire un voyage dans le temps. Un blog qui raconte des états d'âme, des sentiments et des humeurs... ça a du bien changer depuis le temps, ces choses là évoluent avec l'âge.

Reste le fil conducteur, la ligne édito, les cheveux courts.

Dit comme ça, ça paraît un sujet vraiment futile. D'ailleurs, il semblerait que, dans le fond, cela n'intéresse plus vraiment les gens. C'est comme pour tout, on finit par se lasser...

Pourtant tout le monde sait qu'il n'y a jamais rien de superficiel ici. Derrière les apparences il y a toujours une substance, de ces choses dont on ne parle presque jamais, mais qui accaparent souvent les esprits.

Ce sont les plus jeunes qui sont toujours les plus réceptives à cela. Certainement parce qu'elles sont encore dans le questionnement et la recherche, dans la volonté d'affirmer leur personnalité... Au delà de 35 ans, cela semble plus difficile. Bien sûr, pour elles beaucoup de choses ont été relativisées et les cheveux courts, c'est un style, plus un combat...

Enfin il n'y a pas que de jeunes androgynes, généralement lesbiennes ou trans qui aiment parler de leurs cheveux courts. C'est juste que pour elles le sujet est plus directement lié à leur condition et à leur environnement. Mais il y a toutes les autres, la grande majorité des autres, toutes celles qui ne revendiquent rien d'autre que d'être "librement" des femmes aux cheveux courts, parce que leur féminité se lit différemment. 

Séléna S., Christy T. et Michelle W.
Séléna S., Christy T. et Michelle W.Séléna S., Christy T. et Michelle W.

Séléna S., Christy T. et Michelle W.

Toutes celles pour qui c'est important, mais qui ne le racontent pas, parce que c'est naturel. Celles qui le vivent d'une manière intime, qui se cacheraient presque pour aller chez le coiffeur, pour préserver le secret de leur jouvence.

C'est un drôle de paradoxe si l'on considère cette matière qui se régénère sans cesse... cette permanence devrait lui faire perdre de l'intérêt, sûr que l'on est de la voir toujours repousser lorsqu'on la coupe... et pourtant cela suscite tellement d'attention, provoque tellement d'émotions, de petits et de grands drames, d'excitations et de plaisirs, d'amour de soi ou de l'autre, de vanité et d'humilité...

Bref! Il faut bien quelqu'un pour en parler... non?

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 23 Juin 2017

Arrêtez de croire ce que vous croyez et de penser ce que vous pensez. Toutes les filles qui aiment avoir les cheveux courts ne sont pas des garçons manqués ( et si elles le sont cela signifie implicitement qu'elles sont des filles réussies ), des lesbiennes "butch", des néo-nazis ou des pestiférées. Non et non!

Ces filles là, vous pouvez les croiser, vêtues de jolies sandales, d'un short fleuri et d'un tank-top sexy aussi facilement qu'en jean et t-shirt ou en robe à fleurs. Question de goût... le leur!

Veerle et FlaviaVeerle et Flavia

Veerle et Flavia

C'est juste qu'un jour, elles ont eu l'audace d'aller un peu plus loin que les autres, pour voir, parce qu'elles avaient envie et que rien de sensé ne pouvait s'y opposer. Tout bêtement.

Et là, évidemment, cela se complique dans l'esprit des gens simples, parce que les gens simples cherchent toujours des explications et des raisons à toutes choses, sauf que là... il n'y en a pas. C'est pourquoi, celles qui sont habituées à avoir toujours la nuque et les tempes bien rasées doivent faire face chaque mois aux regards éberlués des gens à qui elles annoncent le plus naturellement du monde qu'elles "doivent" aller chez le coiffeur. Parce que pour elles, un mois c'est presque long et que  inconsciemment, elles ont besoin de cela pour se sentir bien. 

Etrange allez vous dire? Pas tant que ça non! S'agirait-il de garçons, personne n'y ferait attention... 

Marie-Eve et LucileMarie-Eve et Lucile

Marie-Eve et Lucile

A vrai dire, il n'y a que les inconditionnel(le)s des cheveux courts et même très courts, qui peuvent comprendre l'effet "régénérant", le plaisir, le bien être, le regain de confiance que procure une coupe de cheveux, nette et fraiche. Et c'est comme ça... 

That's life!

Merci à : Veerle, Flavia, Marie-Eve et Lucile... et à toutes les autres d'être "ces filles là"!

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 21 Juin 2017

Photo: ©jeaneg

Photo: ©jeaneg

Bon cette fois ça rigole plus! 

Toutes les lectrices et tous les lecteurs assidu(e)s de ces pages savent qui est Régine "The Barber" à Montpellier et beaucoup connaissent son salon. 

Aujourd'hui, ce salon tellement vintage qu'il en est kitch, a besoin de nous! Dans cette grande ville du Sud, si chaleureuse, jeune et vivante, diverse et tolérante, le salon que vient de reprendre Régine est le seul authentiquement "old school" de la ville et tout autant que le savoir faire de la coiffeuse, c'est aussi son ambiance qui attire ici toutes les générations, filles et garçons, qui aiment les cheveux courts. 

Alors, si la banque est ok pour financer le rachat, il faut tout de même que nous rajoutions notre obole pour que le projet soit totalement achevé. 

C'est pourquoi Les Femmes Aux Cheveux Courts soutien le projet "Ma mère va me tuer" et vous invite à le découvrir ici https://fr.ulule.com/grivelet/ et à participer, dans la mesure de vos moyens, à sa réalisation.

Le temps de se retourner est nous serons en septembre pour la crémaillère, tous invités à fêter sa réussite.

Mais en attendant, il nous reste 45 jours pour faire grimper le compteur et permettre à notre "barber" de peaufiner ce merveilleux salon qu'on aime tant.

Ma mère va me tuer sur Ulule

et sa page Facebook

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés

Repost 0