Publié le 26 Juin 2015

London calling

Vous ne connaissiez peut être pas Ariana London? Elle apparait pourtant de temps en temps sur ces pages. L'interview que j'ai pu faire avec elle ne va sans doute rien apporter de plus que ce que tout le monde sait déjà ici, que les cheveux courts sont extrêmement libérateurs, que c'est sa vraie personnalité et que cette coupe de cheveux a attiré bien plus de regards sur elle dans sa carrière de mannequin, même si elle a conscience qu'elle ne sera jamais bookée pour Marks & Spencer. Chacun son truc...

C'est vrai. Pourtant Ariana sourit quand on lui dit qu'elle est un modèle androgyne. C'est dans l'air du temps. Aujourd'hui n'importe qui avec les cheveux courts se fait classer "androgyne". Elle ne l'est pas.

London calling

La petite fille n'était pas plus tomboys que les autres gamins de son âge. Elevée sans contrainte par des parents bienveillants, elle a toujours eu conscience de sa féminité, mais elle avait trop le sentiment d'être "dissimulée" derrière ses cheveux longs. A 16 ans elle coupe tout! Complètement. Et c'est bien sûr une énorme révélation et en même temps la certitude qu'elle est bien plus féminine ainsi.

Et puis surtout, Ariana aime ça. Les cheveux courts c'est vraiment elle. Elle se régalait, lorsqu'elle était tondue, du rituel hebdomadaire, dans sa salle de bains, seule avec sa musique et sa tondeuse...

London calling

Bizarrement elle avoue ne pas avoir de coiffeur attitré. Le hasard des shootings lui ont fait rencontrer différents stylistes qui chacun à leur manière lui coupaient les cheveux si bien qu'elle avait le sentiment que sa coupe était une sorte de catalogue...

Et puis un jour, comme ils fréquentaient les mêmes cercles depuis longtemps, sa route a croisé celle de Kevin Luchmun, un barbier réputé de Londres. Elle était un peu lasse de sa coupe sans forme, lui avait très envie de réaliser une "skin fade" sur une fille. La conjugaison est gagnante et le résultat stupéfiant!

Si bien que depuis hier, elle a bien envie de faire du barbier londonien, son coiffeur habituel.

London callingLondon callingLondon calling
London callingLondon callingLondon calling
London callingLondon callingLondon calling

Je ne soupçonnais pas, avant cet échange avec elle, à quel point Ariana était une véritable Femme aux cheveux courts. Avec un sourire espiègle, elle dit qu'elle aime bien parfois avoir un courant d'air frais sur le cou qui la fait frissonner. Cela lui rappelle que sa nuque est impeccablement rasée. What else?

Son message est limpide. Que vous ayez les cheveux longs, bleus, verts, courts ou que vous n'en ayez pas du tout, soyez juste vous même... c'est le secret.

Et moi je pourrais dire que sa gentillesse et sa bonne humeur font d'Ariana London mon british mannequin préféré... Forever!

Ariana London Nevs Models

Instagram

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Portrait

Repost 0

Publié le 25 Juin 2015

L'histoire sans fin

Il y a des jours comme ça où j'ai le sentiment de retrouver toujours les mêmes gens parlant des mêmes sujets. Mais jamais las de discuter et d'argumenter, il faut toujours que je me mèle à la conversation, alors que je sais parfaitement la cause irrémédiablement perdue...

Il a suffit en l'occurence du passage dans le champs de vision de mon épicière, d'une jeune femme aux cheveux "trop" courts et aux bras "très" tatoués, pour qu'à nouveau la discussion ramène tout ces vieux clichés, du genre: les tatouages "ça fait" mauvais genre, les cheveux courts "ça fait" lesbienne.... J'vous la fais courte hein, mais en gros, une femme aux cheveux courts portant des tatouages ne peut être qu'une lesbienne dévergondée quoi. Bien bien bien...

Alors évidemment, la tâche semble insurmontable d'envisager de convaincre mon épicière que sa vision n'est qu'un sale préjugé, que les tatouages sont depuis longtemps sortis des bas-fonds de la société pour être considérés aujourd'hui comme une véritable expression artistique, un art corporel ou un état d'esprit qui reconnait dans ces symboles un sens à la vie de celle ou celui qui les porte.... Ouais... un peu compliqué pour mon épicière...

Quant aux cheveux courts, le sujet n'est pas nouveau. Imaginer que "toutes les lesbiennes ont les cheveux courts" est déjà un non sens. Il se trouve qu'accepter et assumer son homosexualité est la preuve d'un caractère affirmé et qui oblige à l'ouverture d'esprit. Une ouverture d'esprit propice à sortir du cadre patriarcal de l'image d'une certaine féminité. Et du coup, couper ses cheveux courts n'a rien à voir avec l'orientation sexuelle, mais avec le caractère, simplement....

Bon, rapidement j'ai vu que je perdais du terrain et que mon épicière commençait lachait prise... En guise d'estocade, je lui rappelais tout de même que elle aussi avait les cheveux courts, même si sa permanente choucroute n'avait pas grand chose à voir avec les oreilles et la nuque bien dégagées de la jeune femme tatouée....

Photo: Justin Coit

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 24 Juin 2015

© Pascal PIERROU

© Pascal PIERROU

Méli gagne!

C'est elle qui a gagné le concours de helfie de la page FB. Alors oui je sais... c'est bien dommage d'en être réduit à ça, mais il faut que je tienne ma promesse de faire un article sur la gagnante...

NOOOOONNNNN!!!! J'déconne!

L'occasion est trop belle de faire ENFIN un article avec elle.

Mélissa a 23 ans, mais depuis toujours tout le monde l'appelle Méli et Méli fait partie de ces jeunes femmes qui ne s'inspirent pas du style des autres, mais qui sont une inspiration pour beaucoup de jeunes femmes. Ça se voit à son compte Instagram qui file vers les 10K followers.

Et si vous vous demandez comment diable est-ce qu'elle fait pour être si jolie, la réponse est certainement dans l'harmonieux dosage du mélange entre un père allemand et une mère qui plonge ses racines en Algérie.

Méli gagne!

Le style androgyne de l'élégant tomboy n'a pas échappé aux meilleurs photographes, même si cela reste un hobby pour elle, on peut la voir tout de même en Allemagne faire la promotion de marques de vêtements.

Question cheveux courts, cela date de ses 17 ans. Adieu les cheveux longs et bien vite là aussi le style va s'affirmer, tant et si bien qu'aujourd'hui elle a du mal à supporter quand ses cheveux prennent trop de liberté autour de ses oreilles. Par chance son amie coiffeuse veille au grain avec sa tondeuse et parfois aussi le beau frère de sa copine qui travaille chez Fabulous Hairdresser à Bonn. Un environnement idéal pour une femme aux cheveux courts, puisque lorsque ce n'est pas gratuit, cela ne lui coûte qu'une dizaine d'euros pour avoir une coupe impeccable.

Méli gagne!

Tantôt nature, un chaleureux châtain, tantôt plus blonde, parfois dégradé "skin fade", parfois la coupe plus marquée entre le "rasé" et le plus long, la coupe c'est comme les fringues. Tout ce qui fait de Méli ... a young badass!

Méli gagne!

Ecarteurs, tatouages, piercings, Méli explore tout. Elle a même songé se raser la tête... mais finalement cela restera sûrement un doux rêve.

cliquer pour agrandircliquer pour agrandircliquer pour agrandir
cliquer pour agrandircliquer pour agrandircliquer pour agrandir

cliquer pour agrandir

Méli en quelques liens:

Instagram

Tumblr

Youtube

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Portrait

Repost 0

Publié le 24 Juin 2015

Belle confiance

Mais où étais-tu, chère confiance ?

Toi et moi, il a fallu de nombreuses années avant que l'on ne s'apprivoisent. Tu étais ancrée en mon être depuis toujours mais le temps fut long avant que tu n'écloses telle une fleur au printemps. Je pleurais ton absence du fond de mon lit, sans véritablement savoir sous quel avatar tu apparaîtrais la première fois.

Tu as tout d'abord pris les traits d'une jeune fille que tu m'as laissé côtoyer pendant de nombreux mois. Et j'ai su ce qu'aimer pour la première fois voulait dire.

Par la suite, j'ai compris peu à peu qui j'étais. Tout cela était hésitant, maladroit, mais quelle adolescente ne s'interroge pas sur ce qu'elle ressent pour autrui ?

Les femmes sont devenues mon obsession. Mes inspirations, mes peines, mes joies, mes doutes et même mes envies.

La première fois que l'on ose, c'est déroutant et même parfois effrayant. Mais il faut se laisser porter par ses sentiments, même si l'on ne sait pas toujours si c'est la bonne direction.

Et cette confiance égarée a enfin trouvé son chemin. Un beau jour de Juillet où mes cheveux s'en sont allés avec mes doutes. Je suis enfin devenue ce que j'ai toujours voulue être : une femme aux cheveux courts.

Une première coupe, puis une deuxième et ainsi de suite. Les coups de ciseaux se faisant toujours plus nombreux à chaque fois. Et il a fallu un dernier déclic avant que la tondeuse ne m'enlève ces derniers cheveux rebelles, dévoilant pour la première fois ma nuque emprisonnée.

Et je peux enfin l'affirmer sans demi mesure : je me sens libre. Alors, pour toutes les personnes encore hésitantes mais désireuses d'être enfin elles-mêmes : osez.

Osez franchir la porte de ce salon qui vous fait de l'œil, osez montrer votre nuque aux yeux d'hommes et de femmes envieux. Osez être vous même. Osez prendre la main de la femme en qui vous avez confiance. Et laissez vous séduire..

Belle confiance

Texte: Julie T.

Photos: Jeaneg

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés, #Tendresses

Repost 0

Publié le 23 Juin 2015

Qu'est-ce que ça peut bien faire

C'est vrai, sa mère a écrasé une petite larme en la voyant ainsi... sans doute de la nostalgie, le souvenir de la petite fille d'avant. Son père a bougonné, comme toujours finalement et pour tout. C'était plutôt bon signe.

Il faut dire qu'elle avait ménagé son effet. La veille encore elle avait ces longues boucles brunes que toutes les amies de sa mère admiraient. Les siennes aussi d'amies, étaient un peu jalouses. Et à force, c'est comme si elle avait été dépositaire d'un trésor extraordinaire que tout le monde admirait. Autant dire que certainns jours cet héritage pesait....

Mais elle n'a pas tremblé. Elle avait conscience de commettre une sorte de sacrilège, dans l'esprit des autres, mais pour elle il n'y avait là rien de criminel. Elle n'avait pas de peine, au contraire, chaque coup de ciseaux élargissait son sourire. Elle n'avait pas non plus le sentiment d'être une mauvaise fille, qui allait faire de la peine à ses parents, non.

La brutalité du changement était la même pour tout le monde. Il n'y avait pas d'atermoiement à avoir. Elle savait bien que si elle avait écouté les uns et les autres, jamais elle n'aurait pu avancer. C'était radical, mais efficace. Dans tous les miroirs du salon elle voyait une autre elle même, presque rêvée. Les cheveux courts, elle les a voulu encore plus courts et c'est comme si les ciseaux ne cessaient jamais de claquer autour de sa tête, légère, éclatante, admirablement révélée. Et la blondeur lui donnait tant de douceur...

Alors oui, tout le monde a été surpris, mais qu'est ce que ça peut bien faire, puisque elle est heureuse et sûre d'elle. Ses cheveux coupés serviront à faire une perruque pour un enfant malade et il était bien temps de mettre l'image de la petite fille dans l'album des souvenirs...

C'est la vie!

Stefania Ferrario by Manny Roman

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés

Repost 0

Publié le 21 Juin 2015

Les goûts et les couleurs

Le trouble est certainement réciproque, d'un côté ou de l'autre du blouson de cuir. Pour celle ou celui qui découvre cette silhouette de dos où seuls d'infimes détails, à peine perceptibles à moins d'un oeil entraîné, permettent de distinguer un genre plutôt qu'un autre. Pour elle, confortable dans sa veste de cuir souple, qui crâne un peu en sortant du salon où avec minutie et adresse on a taillé ses cheveux, rasé sa nuque et dessiné le contour des oreilles à la manière d'un garçonnet d'antan.

Mais stop! Après ce ne sont que des préjugés. Être un garçon est loin d'être un idéal pour les filles qui se coupent les cheveux courts. Même celles qui ont soin de leurs vêtements sans genre, s'ils ne sont pas carrément masculins. Une fille qui renonce à jouer le rôle de fille que chacun attend d'elle n'a pas forcément plus envie d'être un garçon non plus.

Oui je sais! Aux questions stupides que la foule se pose, elle aime bien avoir des réponses simples. Eh bien c'est foutu. Parce que les raisons pour lesquelles une fille ou une femme se coupe les cheveux très courts sont presque aussi nombreuses que les cheveux qu'elle a sur la tête. Peut être que la seule qui leur soit commune est l'envie d'être elle même, de s'affranchir des images toutes faites et des rôles qu'"on" voudrait leur voire tenir?

Ça m'suffit!

Photo: Urias coiffée par @popethebarber

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 20 Juin 2015

Cette femme là...

C'est une femme sans histoire... Quelle drôle de phrase, bien sûr que si il y a une histoire! Et s'il n'y en avait pas, je veux bien l'écrire, moi, cette histoire...

C'est une jeune femme brillante. Peut être l'avez vous croisée dans le quartier. Je sais, c'est très subjectif, mais tout le monde s'accorde à la trouver belle. Beaucoup d'allure, chic et élégante, un charme naturel. Les cheveux courts? Ça ne change rien. Au contraire je crois que cela souligne le portrait que je viens de tracer.

D'ailleurs elle ne les a pas eu toujours aussi courts. C'est venu comme ça, un besoin de changement, une transition. Ce jour là, la jeune fille est devenue jeune femme. Et puis comme souvent, la coupe au carré a cédé à un style plus court encore, les oreilles se sont dégagées, la nuque aussi, un plaisir nouveau, une envie...

Je vous l'ai dit c'est une belle femme. Bien sûr elle n'a jamais manqué de courtisans. Elle aime rire et s'amuser, danser et boire avec ses ami(e)s. Mais les courtisans ne sont plus les mêmes. Les furieux qui avec plus ou moins d'élégance cherchaient à séduire le fille aux cheveux longs, chasseurs de trophés pour qui la féminité ne peut être que chevelue, ceux là passent leur chemin dorénavant. Les charmeurs sont plus mûrs, plus esthètes, davantage sensibles à cette beauté réelle qui forcément présage une intelligence agréable.

L'histoire de cette femme, c'est l'histoire extraordinaire et banale de toutes celles qui n'ont pas peur d'être elle même. Et dans ce conte moderne, l'enchanteur est un coiffeur qui d'une tondeuse magique, donne pour quelques semaines, le super pouvoir d'être une femme extraordinairement sûre d'elle et sans histoire....

Photo: Nikoniste dans l'âme

Merci Séléna

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 19 Juin 2015

Grande chaleur

"Jamais les filles honnêtes ne s'étaient fait couper les cheveux aussi courts dans cette partie du pays et même à Paris c'était rare et bizarre et pouvait être soit très beau soit très laid, cela pouvait vouloir dire trop de choses ou alors tout simplement que l'on voulait mettre en valeur la forme d'une jolie tête mieux qu'il eût été possible de le faire autrement."

Ernest Hemingway - Le Jardin d'Eden

Photo: Bekka Gunther

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 18 Juin 2015

C'est gonflé!

Peut être que certain(e)s s'imagnent que c'est un exercice facile, un style qui ne requiert aucune qualité particulière, juste une volonté farouche de s'approprier ce qui ne devrait pas être réservé à l'un plus qu'à l'autre...

D'autres sont carrément horrifié(e)s de voir des êtres qu'ils ne parviennent même pas à nommer, mi-garçon, à peine fille, qui juste pour les provoquer, affichent ce style qu'ils/elles ne savent pas non plus qualifier...

Comme pour tout en somme, ce qui leur paraît étranger, inconnu, ce qu'ils/elles ne comprennent pas leur fait peur.

Il n'y a pourtant rien de mal à avoir du caractère, rien de pervers à assumer sa vraie personnalité et encore moins à cultiver un style personnel qui soit la parfaite illustration de ce qu'on est à l'intérieur.

Ah ça embarrasse de ne pas savoir, de bafouiller entre monsieur et madame parce qu'on ne sait pas lequel choisir. Ça secoue hein? Merde.... Au cathé c'était moins compliqué.

La fluidité des genres, la non-binarité, le simple refus de choisir, parce qu'on ne se sent pas plus l'un que l'autre, en dehors de toute considération physiologique, moi ça m'attendri que voulez vous et j'aime aussi les filles qui se sentent garçon, comme j'aime les femmes aux cheveux courts, sophistiquées, glamour, guerrières, stylées, dans les soirées mondaines ou sur les bords d'un stade, en cabriolet ou sur une moto, dans le métro ou en vélo...

A celles-là je trouve de l'audace, du tempérament, celles qui n'ont pas peur d'aller chez un barbier, qui adorent avoir les tempes nues et la nuque rasée, qui chipottent pour que le dégradé soit parfaitement fondu, que la mèche soit relevée comme ça et non pas comme ci et qui supportent mal de ne pas passer à la tondeuse moins de deux fois dans le mois.

Voilà!

Photo: Ludivine G. à La Shaperie

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 17 Juin 2015

Androgyne de rêve

Les assidu(e)s des réseaux sociaux la connaissent. Enfin, ils/elles connaissent surtout ses photos qui la montrent, elle, le plus souvent. Des photos soignées, qui soulignent l'ambiguité dans laquelle elle se tient. Une silhouette fine, presque longiligne, même si elle n'est pas aussi grande qu'on l'imagine, des vêtements simples mais portés avec style et cette coupe de cheveux "college boy" qui lui donne un air d'Erika Linder...

Androgyne de rêveAndrogyne de rêve

Par bonheur, quand Maëva vient dans ma grande ville du Sud, elle ne manque jamais de passer voir Régine, la coiffeuse des Femmes aux cheveux courts... Et allez savoir pourquoi, chaque fois un peu plus, l'envie de les couper plus court occupe les esprits.

La lourde mèche qui cachait à demi le regard, s'allège et raccourci, les côtés asymétriques rétablissent l'équilibre, dégageant joliement les oreilles et la nuque, siège de tous les plaisirs, s'affine, se dessine et procure enfin cette douceur de velours.

Androgyne de rêveAndrogyne de rêve

Ainsi, l'androgyne cultive cette merveilleuse ambiguité qui lui confère tant de pouvoirs sur des genres plus banals.

Mais à peine retournée chez elle, elle songe déjà à revenir, taraudée par le désir d'une nuque encore plus dégagée, qui accentuerait davantage, si cela était possible, son allure imprécise.

Et dans l'intimité d'un weekend amoureux elle est encouragée dans son désir par son âme soeur qui sait aussi capter la silhouette en ombre de son androgyne de rêve....

Androgyne de rêve

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Portrait, #Humeurs, #Tendresses

Repost 0