Publié le 14 Décembre 2015

Pourquoi on aime ça?

Depuis l'oncle Albert, on sait bien que tout n'est que relativité dans notre monde et s'il n'existe pas d'échelle de mesure des cheveux courts, c'est parce que chacun(e) d'entre nous lui donne des valeurs différentes. Le souvenir d'une amie qui se plaignait d'être presque "rasée" alors que son coiffeur n'avait manifestement fait que rafraichir sa coupe au carré me fait toujours sourire...

Bien sûr c'est difficile d'évaluer les cheveux courts, même la presse féminine n'aide pas beaucoup en donnant toujours des titres farfelus à ses édito... Pour ce qui m'intéresse, j'aime bien donner la plus grande largeur au spectre et considérer que du moment que les cheveux sont coupés au dessus des épaules on peut dire qu'ils sont courts.

Mais tout cela n'a qu'une importance... relative. Celles qui ont les cheveux courts, très courts, considèrent qu'ils sont longs à partir du moment où elles ne les ont pas fait coupés depuis plus d'un mois et lorsqu'une amie dont je connais le style toujours très net, la coupe "low fade", m'apparaît avec un demi centimètre de cheveux sur la nuque, je lui reproche ( gentiment ) ses cheveux "trop" longs.

C'est un peu une évolution naturelle, au fil des tendances, que de voir de plus en plus fréquemment, le court être de plus en plus court. Une marge de plus, pour celles qui les avaient déjà très courts. Cependant, il se pourrait qu'il y ait entre le très court "classique" et l'ultra court, celui qui se taille à coup de tondeuse, un pas à franchir tout aussi conséquent que celui franchi le jour de la toute première coupe. Mais le résultat, presque toujours, est à la hauteur des sensations attendues...

Modèle: Afra Cuellar

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 13 Décembre 2015

 Misogyne...Et ta soeur!

En vrai, je me demande parfois si je ne suis pas simplement misogyne à n'aimer que les femmes de caractère, androgynes ou non, certaines de leur féminité ou convaincues de leur ambiguité, audacieuses qui n'ont pas peur de marcher seules sur des sentiers réservés et de s'approprier les codes d'un certain masculin. Frida ou l'un de ses confrères dirait certainement qu'il s'agit là d'une résurgence de l'homosexualité inhérente à tout être humain et dont on s'accommode plus ou moins. Ouais... Sauf que moi je serai définitivement dans le moins. Mais ça ne me gène pas, après tout, est-ce que ce n'est pas ici qu'on prône fréquemment la plus large ouverture d'esprit et le refus des catégories? Je ne me catégorise donc pas, pas plus que je m'efforce de le faire pour les femmes aux cheveux courts...

Mais en définissant les femmes aux cheveux courts, est-ce que je ne discrimine pas d'une certaine manière les autres femmes? Alors que je sais parfaitement qu'il y a parmi les femmes aux cheveux longs des personnes au caractère trempé, entreprenantes et audacieuses, mais qui confondent peut être leur féminité avec les clichés du désir masculin...

Alors c'est peut être ça qui provoque mon désintérêt, cette façon qu'ont certaines de cultiver des appâts qui n'opèrent pas sur moi...?

Pfiouuuu! Nanmého, un dimanche matin, t'aurais pas un truc plus simple à nous mettre dans la caboche?

Photo: Kevin Luchmun

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 11 Décembre 2015

Quand le pli est pris

Ne cherchez pas, vous ne parviendrez pas à faire changer d'avis celles qui sont déterminées dans leur style depuis qu'elles ont les cheveux courts. Et elles sont nombreuses.

Bien sûr, il y en a qui tentent les choses, qui cherchent davantage à être dans la tendance plutôt que d'avoir du style, celles qui à peine sorties de chez le coiffeur se lamentent sur le temps qu'il faudra pour qu'elles retrouvent leurs cheveux longs. Non ce ne sont pas de ces femmes là dont je voudrais parler.

Celles dont je parle sont sans concessions. Depuis longtemps, peut être même depuis toujours, elles ont ce goût pour les cheveux courts qui parfois les amène à aller toujours plus loin dans le style, de s'approprier des codes qui jusqu'alors étaient masculins.

Comment expliquer cette envie, cette excitation parfois, à chaque rendez-vous, de toujours affirmer un peu plus cette allure. C'est comme une peur d'enfant, celle qui vous noue l'estomac mais en même temps vous fait éclater de rire, nerveusement... C'était court, c'est devenu plus court encore et puis à chaque fois une étape nouvelle est franchie, le style se façonne, quelques mèches s'allongent, mais les tempes sont rasées... Cet extrême qui faisait peur auparavant est apprivoisé, la tondeuse qui glisse à même la peau n'effraie plus... au contraire. Et cette étrange excitation dont on ne parle pas faute de savoir l'expliquer, comme si trouver là du plaisir semblait malsain. Pourtant il y a toujours ce sourire qui nait à la caresse de cette nuque fraiche, cette fierté que donne cette allure affirmée, ce sentiment de vainqueur...

Alors quand le pli est pris...

Photo: Giulia Bertini

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 9 Décembre 2015

Mon coeur lâche

Holly shit! Tant de grâce et d'élégance me bouleverse. Cette jeune femme ne parvient pas à m'inspirer un quelconque reproche, pas moyen de relever une seule faute de goût, impossible de la trouver banale ou pire, vulgaire, ce dont tant d'actrices sont capables, à la longue.

Emma Watson est sortie de son enfance en sortant d'Harry Potter. Et en coupant ses cheveux d'adolescente à la manière d'une nouvelle Jean Seberg, à la surprise de tous ses fans et du monde entier, elle est entrée dans un monde de glamour et de séduction naturelle. Il ne fallait pas de demi-mesure, elle n'a pas hésité.

Mon coeur lâche

C'était il y a plus de 5 ans. Et durant ces cinq années, l'actrice, égérie de mode, ambassadrice de l'ONU et de la cause des femmes, toujours merveilleusement sophistiquée, va laisser repousser ses cheveux. Jusqu'à ... hier.

Et la voici, plus séduisante que jamais, avec son charme et son élégance naturelle, les cheveux coupés au carré, un peu flou, chic et de bon goût.

Ainsi donc miss Watson démontre qu'elle est bien une femme aux cheveux courts selon le théorème largement développé ici, qui veut que lorsqu'on a goûté à cela, on y revient toujours...

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 8 Décembre 2015

STOP!!

Faisons une pause et imaginons un instant que, par un extraordinaire coup du sort, les normes auxquelles nous sommes contraints et habitués dans notre société, soient complètement bouleversées. Non, pas bouleversées mais inversées. Woooooh...

Alors du coup, dans le JT de JP Pernaut on saluerait la présence de 3 hommes dans le nouveau gouvernement de madame Benzema, on parlerait de l'exceptionnelle récolte de dattes à la palmeraie de Charleville Mézières, la plus grande d'Europe, est-il besoin de le rappeler et puis une pigiste de Libération écrirait un article sur cette tendance assez folle qui voit certains hommes se couper les cheveux comme les femmes.

Oui parce que bien sûr la norme voudrait que toutes les femmes aient les cheveux courts, à part quelques unes qui persisteraient à conserver intacte leur chevelure et que l'on s'empresserait évidement de traiter d'hétérosexuelles.

Mouais... bon, arrêtons de rêver... N'empêche... Enfin bon!

Il n'aura échappé à personne j'imagine, cet article de l'Express sur le crâne rasé des femmes, paru dans la rubrique Styles sous la plume de Naomi Clément.

A ce sujet mon excellente amie Marie Ange n'a pas hésité ( c'est pas son genre ) a me faire remarquer que cela l'énervait un brin. Ben oui! Après tout, quoi de plus agaçant que de se retrouver "dans la tendance" quand on a toujours fuit les mouvements de mode. Et dans cette situation, se voir considérée comme tout le monde alors qu'on a fait de son crâne tondu une quasi "marque déposée" depuis des années, ça vous a tout de même un côté bien énervant. Et je suis sûr que toutes celles qui on fait l'expérience ou qui depuis longtemps ont adopté " la peau de kiwi" en guise de coiffure seront du même avis, comme Marie, Mathilde, Marie Bénédicte, Morgan, Céline, Jessie, Alexane et beaucoup d'autres qui sont apparues un jour ou l'autre sur ce blog.

Les effets de la modeLes effets de la mode
Les effets de la modeLes effets de la mode

Mais bon... Je crois que Marie Ange peut continuer à tondre son joli crâne sans trop s'inquiéter. Ce n'est pas parce quelques mannequins audacieuses et autres femmes déterminées montre l'exemple que la tendance va toucher la foule des fashionistas, comme cela avait pu être le cas avec la mode "sidecut".

Là il faut une autre trempe!

Photos: Pascal Pierrou et ©jeaneg

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 6 Décembre 2015

Tourbillon

C'est comme la naissance d'une idée, une bulle de BD, un tourbillon à la surface lisse du désir...

Une image entre mille qu'on oubliera jamais, un torrent de montagne, une aurore boréale ou le vent qui agite les blés mûrs dans une onde dorée...

Il y avait ce trésor en toi, que tous ignoraient, cet anodin détail qui pouvait avoir de valeur bien plus que les gemmes les plus précieuses.

Un jour de grand tourment, de mélange entre ce vrai courage qui fait surmonter la peur et cette assurance qui rend toutes choses possibles, tu as abandonné ta chevelure d'enfant, tombée en mèches sur le carrelage froid et ton visage de jeune femme a pris toute la lumière qui existait alentour.

Alors, les lames expertes, sculptant ta blondeur, ont fait naître ce joyau, un délicieux tourbillon, dont on ne sait s'il est un commencement ou la fin, si c'est une tornade qui s'élève ou une racine qui s'enfonce dans cette nuque enfin dévoilée...

La tête légère et fière de toi, tu te réjouis de cette conquête de toi même, de ce visage nouveau, de cette image authentique et plus que les compliments des autres, tu fais confiance à ton jugement pour t'aimer. Mais comme dans les légendes, le merveilleux te reste caché et tu dois t'en remettre aux regards des autres, subjugués par la délicatesse de cet envers si sensuel et plus encore attirant que tes lèvres. Aveugle, tu laisses tes doigts, doucement, suivre le courant qui mène à cette pointe, là où pourrait naître plus qu'un simple tourbillon...

Photo: Yann Rabanier

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0

Publié le 4 Décembre 2015

Ces petits riens

On le sait tous, il suffit parfois de pas grand chose pour bouleverser une situation, une apparence.

On peut être une femme aux cheveux courts depuis toujours et avoir une image sage et classique. Une coupe "garçonne" indémodable, vous donnera cette allure raisonnable, avec quelques touches ici et là qui assureront malgré tout la sauvegarde de votre féminité, les pattes un peu longues, la nuque pas trop dégagée, un mouvement qui met en valeur la nature de la chevelure, drue et abondante... Blabla bla... bla!

C'est surtout que pendant longtemps vous avez erré à la recherche d'un coiffeur qui serait suffisamment audacieux pour comprendre que votre désir souvent est d'aller un peu plus loin, sans vous préoccuper de savoir si "ça fait féminin, masculin ou obiwan kénobi".

Oui bien sûr, pas toujours facile à comprendre ce désir insensé, même pour vous. Alors du coup on peut comprendre que la coiffeuse ait du mal à interpréter... Pourtant on est pas loin et on sent que c'est à portée de main. Peut être qu'en s'exprimant carrément, en osant prononcer les mots...

Parce qu'au final, la différence est énorme, entre cette jolie coupe classique et cette allure audacieuse et moderne.

Modèle: Giorgia Soleri

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 2 Décembre 2015

Balivernes, calembredaines et autres fadaises

Il faut parfois une certaine force de caractère pour affronter, jour après jour tous les lieux communs, préjugés et idées reçues que colportent avec entrain mes contemporains, maintenant ainsi le niveau élevé, voir olympique, de connerie que je leur connais depuis longtemps...

Certaines de ces idées toutes faites sont ancrées si profondément dans leur esprit, que lorsque, par je ne sais quel miracle, vous parvenez à les mettre face à la réalité et démontrez l'absurdité de leur jugement, les voilà qui boguent comme un vulgaire pc sous Windows7, allant même jusqu'à considérer que votre démonstration est justement l'exception qui confirme leur règle.

Ainsi, malgré mes efforts constants et acharnés, il y a encore autour de moi des personnes qui sont capables de vous dire en vous regardant ... pas, qu'une jeune femme aux cheveux courts " c'est certainement une lesbienne". Non mais... Ça me fait saigner les oreilles d'entendre de telles âneries. Et si je m'en prend à l'auteur(e) de ces mots, il faudra que j'aille jusqu'à présenter le mari de la jeune femme en question si je veux convaincre le néandertalien de la stupidité de sa réflexion. Comme si une jeune femme, en dehors de toute considération sur sa vie personnelle qui somme toute ne regarde personne, en passant, n'avait pas "le droit" la possibilité, le loisir, le choix, d'aimer le style, la confiance, l'assurance, la facilité que lui donnent les cheveux courts? Encore même certains seraient capables de mesurer jusqu'à quelle longueur on peut considérer que les cheveux courts d'une femme l'inscrivent automatiquement dans la catégorie "lesbienne"...

Arrivé à un certain point, je me demande même si cela vaut bien la peine de discuter, tellement il faudrait partir de loin pour tenter de ramener mon interlocuteur à un niveau intellectuel de base.

Mais... mais, je pourrais bien en avoir autant au service de ces jeunes femmes qui elles renoncent à avoir les cheveux très courts pour cette même raison, de crainte qu'on les "prenne pour des lesbiennes" ... Nanméhooo! C'est quoi ces conneries? Ça va pas bien non?

D'ailleurs je crois que dans une prochaine vie j'aimerai bien être jeune jolie et pansexuelle... Non, j'déconne, c'est trop dur.

Photo: Jesse Sullivan

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 1 Décembre 2015

Lyonnaises aux cheveux courts

La question revient souvent. Juste après la déception, un état mitigé entre agacement et résignation, en sortant de ce salon de coiffure où on espérait tant obtenir "la" coupe de cheveux idéale...

C'est pas exactement ça... j'aurais préféré plus courts sur les côtés... "elle" a pas voulu me les couper aussi courts que ce que je souhaitais.

Alors du coup arrive la fameuse question: tu connais pas un bon coiffeur ici... ou là?

Par chance et avec le temps finalement, une sorte de réseau se tisse et chacune dans sa grande ville finit par avoir "la" bonne adresse.

A Lyon il y a mon amie Floriane, qui sur mon conseil et parce qu'elle cherchait elle aussi un bon coiffeur capable de ne pas avoir la main qui tremble quand il s'agit de couper courts les cheveux d'une femme, avait pris ses habitudes chez Orlando, un salon vintage au possible sur le quai de Saône

Lyonnaises aux cheveux courtsLyonnaises aux cheveux courts

Et puis chez Orlando, souvent, c'était Alexane qui s'occupait de la coupe de Floriane. Alors quand mon amie m'a dit que sa coiffeuse allait ouvrir son propre salon, je me suis dit que ce serait une bonne idée d'en parler ici...

Lyonnaises aux cheveux courtsLyonnaises aux cheveux courts
Lyonnaises aux cheveux courtsLyonnaises aux cheveux courts

C'est tout neuf et pourtant ça a déjà la patine des choses anciennes. Un salon cosy où la musique est bonne et les boissons fraiches. Alexane donc et sa complice Aurélie ( Aurel & Alex ) taillent cheveux et barbes sans s'occuper du genre de leurs client(e)s.

Lyonnaises aux cheveux courts

Dans ces conditions, Les Femmes Aux Cheveux Courts ne saurait trop vous recommander ce sympa Petit Salon...

Le Petit Salon, 6 place St Jean à Lyon, de 9h00 à 19h00.

Tel: 09 81 87 13 71

Photos : Aurel & Alex, Floriane Satre

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 29 Novembre 2015

Un portrait de Fany
Un portrait de Fany

C'est un korrigan, qui court la lande de sa Bretagne ou parcourt les chemins douaniers du bord de mer. Elle explore, s'aventure, comme lorsqu'elle était enfant, incroyable tomboy aux genoux écorchés qui préférait les cabanes dans les arbres aux poupées de sa soeur. Pourtant elle refuse d'abandonner l'idée qu'elle est une fille. Elle l'est et le revendique, mais elle préfère la compagnie des garçons et sème le trouble avec son allure d'androgyne.

Fany a toujours eu les cheveux courts. Petite elle avait cette coupe au carré, bien court, avec la nuque tondue, que portent les petites filles à qui ont a renoncé à faire des couettes. Bien sûr parfois il a fallu composer, faire des efforts, avoir l'air un peu plus "comme les copines", mais les cheveux longs elle les attachait du matin au soir en queue de cheval... Alors qu'elle intérêt? En sortant de l'adolescence elle est revenue aux cheveux courts. Mais c'était souvent trop court pour l'entourage et certains mots font parfois plus de mal qu'une vraie blessure... Alors courts oui, mais pas trop. De toute manière ça ne changeait rien à son caractère...

A présent jeune adulte, elle peut enfin n'en faire qu'à sa tête. Plus court, plus blond, plus androgyne, plus troublante. Sur ses autoportraits elle a parfois l'oeil noir et le regard tourmenté. C'est peut être là, au fond de ses prunelles sombres qu'il faut chercher sa vraie personnalité...

Avec son appareil photo, elle explore les lieux abandonnés, les paysages désertés, capture l'âme des choses qui semblent ne plus en avoir.

Un portrait de FanyUn portrait de Fany

Quelques fois le coiffeur ne suffit pas à son caractère trempé et Fany n'a pas peur de prendre elle même la tondeuse pour donner à son style, la netteté qui lui sied. Et aujourd'hui personne n'a le droit de lui dire que ses cheveux sont trop courts.

Un portrait de Fany

Photos: Fany Meil

Voir les commentaires

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Portrait

Repost 0