Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Humeurs et états d'âme d'un amoureux des femmes aux cheveux courts.

Torpeur

Zanna-copie-1.jpg

Peut être qu'il fait encore un peu frais dehors. Qu'importe. A travers le carreau le soleil diffuse une douce chaleur et on s'installe là, dans le carré de lumière, les yeux fermés, exposé. Instantanément les muscles se relâchent et on tourne doucement son visage vers la source. Comme une onde, la chaleur pénètre par la peau. A travers les paupières les nuances de rouge varient comme un kaléidoscope merveilleux, tantôt marbré, des fois intense. On se surprend à ne penser à rien, seulement concentré sur ce spectacle intérieur. Et puis la chaleur devient brûlante, on ouvre la fenêtre et l'air tiède apporte un peu de douceur. Les bruits aussi...

Reprenant conscience, elle tourne un peu la tête et réalise qu'elle n'avait jamais senti cela sur son oreille. Elle sourit, tourne encore un peu plus la tête et chauffe son cou, nu. Elle pose une main sur ses cheveux. La matière soyeuse est brûlante, elle y chauffe sa main, glisse ses doigts à travers les mèches, puis la main retombe, par derrière, caresse la nuque, le cou, échoue sur son sein...

Elle ne bouge plus, heureuse, apaisée. Au loin il y a un goèland qui ricane.

Photo:Zanna

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :