Anna, le dimanche

Publié le 17 Janvier 2011

28_anna-love-lost-by-paul-barbera040-copie-1.jpg

Le ciel était déjà bien clair, qui passait à travers les larges fenêtres de l'appartement de Brooklyn. Anna avait juste enfilé un short et traînait sur le lit, pendant qu'il terminait sa douche. Sans se retourner, le devinant derrière elle, elle lança:

" Tu me coupes les cheveux?". Il s'arrêta, la serviette à la main. Un sourire lui vint, alors qu'il contemplait le corps d'éphèbe. Il aimait Anna dans tout ce qu'elle était et la comparait souvent à une chatte, affectueuse mais farouchement indépendante. Normalement elle n'aurait eu besoin de personne pour couper ses cheveux, ce qu'elle faisait régulièrement avec sa tondeuse. Cela l'avait fasciné, au début. L'aisance avec laquelle elle s'affranchissait des codes et la volonté dont elle faisait preuve en refusant tout artifice. Il s'approcha alors qu'elle roulait sur elle même et lui faisait face. Son sourire éclatant le ravi. Il n'était pas expert en coiffure, mais il savait que la demande d'Anna était autre chose qu'un service qu'elle lui demandait. Il passa une main dans la courte chevelure, drue et soyeuse comme un pelage. Là bas, au bord de la fenêtre, sur une chaise, une tondeuse attendait...

 

Photo: Paul Barbera

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Nouvelles et petites histoires

Repost 0
Commenter cet article

Manon. 17/01/2011 22:08


S'affranchir des codes, c'est la base du bonheur.
Très beau texte, comme toujours ...


jeaneg 17/01/2011 23:57



Merci Manon, d'avoir laissé un petit mot ici