Frida ne sait jamais s'arrêter

Publié le 18 Janvier 2011

Depuis le "coming out" de Laora, notre ménage thérapeutique à trois prend parfois un tour compliqué. Foulant au pied toute déontologie, madame Freud se prend parfois à me raconter quelques secrets professionnels. Peut être s'imagine-t-elle en faisant bar2[1]cela fabriquer une complicité qui à mon sens relèverait davantage de la correctionnelle que la vie de couple. Toujours est-il que pour illustrer les remèdes possible à ma perte de libido, Frida s'est mise à me raconter que la bella ragazza luis avait avoué regarder "des films"...

Moi " - Des films? Tu veux dire du porno?

Ma Psy - Nein nein, tes fitéos zur Youdioupe. Il barait qu'il y en a blein...

Moi - Ah oui je vois... Boh, tu sais ce genre de truc, d'abord il y a pléthore et puis la qualité n'est pas vraiment au rendez vous... Là comme ailleurs, la surabondance nuit. Où est la place de l'imagination dans tout ça? La suggestion? Je vais peut être te surprendre, mais ça ne m'excite pas non plus de voir tout bêtement une nana se faire tondre les cheveux.

Ma Psy - Ya che zai, et l'idalienne non blus t'ailleurs. Mais ze qu'elle jerje ze zont chusdement tes fitéos qui zdimulent zon imachinazion, qui grééent tes ziduazions...

Moi - Mon dieu, mais c'est fou ça!

Ma Psy - Ya!"

Cette conclusion brutale me laissait sans voix. Cependant, je voyais dorénavant la gazelle des Abruzzes sous un angle différent et cela me laissait rêveur...

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Ma Psy et Moi

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article