Par défaut

Publié le 21 Décembre 2017

Par défaut

Evoquant quelques souvenirs d'enfance avec mes deux colocataires et alors que Laora était prête à nous sortir son couplet sur la maternité, j'ai entrepris notre psy sur un terrain qui, je le savais, allait leur plaire à l'une et l'autre...

Moi " - Je m'demande, avec toutes ces histoires de genre, si des fois quelques idées simples ne pourraient pas atténuer les angoisses?

Ma Psy - Ya... et à quoi du benzes?

Laora - Si... Ché cosa dite?

Moi - Eh bien voilà! On sait tous que beaucoup de choses se construisent dans la petite enfance et dans l'enfance et que certaines choses qui paraissent anodines impriment nos esprits juvéniles avec un impact sur nos vies d'adultes. 

Laora - Si ché jé souis bien placée pour lé dire...

Moi - Ben justement, je pense à ton histoire, mais sans le trauma qu'il a pu laisser... J'explique! Admettons qu'au lieu de te "trainer" chez le coiffeur pour t'imposer d'avoir les cheveux courts "comme un garçon", ce qui, on le sait, à causé chez toi un traumatisme assez compliqué à détricoter, hein Frida, admettons qu'aujourd'hui la norme soit pour toutes les petites filles, d'avoir les cheveux courts.. Enfin je veux pas dire une obligation, mais une habitude, comme on a depuis toujours l'habitude de couper les cheveux des petits garçons à un certain âge, pour leur donner ce pli fâcheux de s'identifier à une image "virile"... vous me suivez?

Lutter contre le mythe de la virilité, non pas en "féminisant" les garçons, mais en mettant sur le même plan filles et garçons, ce qui ne "virilise" pas les filles et atténuerait méchamment les effets du fameux mythe. On est pas dans la théorie du genre, mais juste arrêter avec le rose et le bleu, les robes et les pantalons et les queues de cheval et la boule à zéro. Un juste milieu... vous voyez?

Ma Psy - Prillande idée! Et tu bresgris que les filles aient les cheveux coupés en prosse pour que les garzons soient plus resbectueux et moins "machos"alors?

Laora - Siiii! J'adooooore! D'ailleurs ma fille jé loui fais la coupe à la brosse dès qu'elle va à l'école.

Moi - Mais nooon, Frida tu dramatises toujours tout... il peut y avoir un juste milieu où garçons et filles sont élevés comme des enfants avant de devenir des ados et des adultes selon le genre qu'ils sont réellement. L'idée est plus acceptable que de voir des petits garçons en robe avec une queue de cheval... non? Ce qui d'ailleurs serait plus de nature à être un trauma, difficile à régler plus tard... 

Ma Psy - Mouais...

Laora - Ma ché no, les bambini ils sont à la coupe en brosse aussi... Comé la mamma! 

Moi - Non mais chevreau, on essaye d'être sérieux là...  

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Ma Psy et Moi

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :