Laora s'acharne

Publié le 27 Janvier 2017

Photo: Samuel Bayer

Photo: Samuel Bayer

J'envisageais sérieusement d'en parler avec Frida. En qualité d'amie, mais surtout de psychothérapeute, son avis sur la question me paraissait indispensable. Non pas que je craigne pour la santé mentale de Laora, après tout j'étais moi aussi passé par là, mais son niveau d'addiction me semblait proche de l'obsession et elle m'apparaissait plus acharnée sur la question, que je ne l'avais jamais été. 

Il ne se passait plus une semaine sans qu'elle ne visite son salon de coiffure attitré, un "barbershop" tout ce qu'il y a de plus vintage, fréquenté essentiellement par une clientèle masculine à tendance hipster, mais où elle était parvenu à se faire admettre. Si bien que chaque fin de semaine elle nous revenait avec une coupe taillée au millimètre, les tempes et la nuque passées au double zéro et un dégradé fondu façon haute précision.

Bien sûr ce genre de maniaquerie ne pouvait que me séduire et la transalpine savait d'ailleurs bien en abuser. Mais là où cela devenait inquiétant, c'est qu'elle finissait par nous harceler dans l'espoir de nous voir suivre son exemple, reprochant à Frida sa coupe un peu négligée dès qu'elle datait de plus d'un mois, voulant sans cesse me couper les cheveux elle même ou proposant les services de sa tondeuse à chacune de nos connaissances qui passait voir l'un ou l'autre, enfant, garçon ou fille, compris. Une véritable frénésie obsessionnelle...

Frida m'avait répondu par un laconique :" Za fa pazzer... " et lorsque j'ai proposé à la milanaise de se lancer carrément dans un CAP de coiffeur, sa réponse m'a laissé un peu perplexe...:

" Ma si jé fais la CAP, il faut que jé fais tous les troucs dé mémères là, avé la bigoudis et tutti quanti. C'est comme si tou mé dis qu'il faut faire ses fantasmes, ma après c'est plus marrant dou tout... Don't worry baby, jé m'amouse, jé fais pas dé mal" puis elle a coupé court à toute réplique en me collant ses lèvres sur la bouche, ruiné mon brushing à la Travolta en m'ébouriffant de sa main droite et de sa main libre fait la ventouse sur ma braguette...

 

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Ma Psy et Moi

Repost 0
Commenter cet article