Frida me console

Publié le 9 Novembre 2016

Tilda Swinton

Tilda Swinton

Le souffle court et le front humide, je me suis redressé comme un diable sort de sa boite, légèrement hagard. Je m'étais assoupi en sortant de table et cette petite sieste sympathique avait finalement viré au cauchemar. L'italienne était en vadrouille pour quelques jours encore, il ne me restait que Frida pour épancher mon trop plein d'émotions. 

Je filais donc à son cabinet et m'affalais sur le Chesterfield passablement défoncé, au désespoir d'Ipomée, la secrétaire, qui allait devoir faire patienter le prochain client et bousculer son agenda.

Moi "- Doc, je viens de faire un cauchemar terrible! J'ai rêvé qu'un connard devenait le maître du Monde et que depuis tout était remis en question et on se retrouvait tous comme les Amish à rouler en carriole à cheval...

Ma Psy - Ach! Z'il n'y a ke za, ze n'est pas très graffe...

Moi - ... ah non mais pas que! Bon, moi je m'en fout, mais c'est surtout pour vous les nanas. Alors plus d'avortement, plus de contraception... Plus le droit de porter un pantalon... Evidemment l'homosexualité est punie tout comme la sodomie et interdiction de posséder un godemiché... 

Ma Psy - Ah ya! Tout te même.... Mais razzure toi liebe, tout ça était dans ton rêfe. Za ne fa pas arrifer...

Moi - ... tu rigoles? Et puis attend, le pire c'est que les femmes avaient interdiction formelle de se couper les cheveux...

Ma Psy - Ahaha! Ah ya , za z'est franchement le bire. Je benze que tu zeras d'accord afec moi pour que tout le monde aille tout de zuite chez le coiveur avant que le monde change... Et préfiens la milanaise, qu'elle se fazze tondre avant de rendrer... On ne sait chamais... 

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Ma Psy et Moi

Repost 0
Commenter cet article