La géométrie du désir

Publié le 11 Avril 2013

Roarie-Yum-par-John-Lorenzoni.jpg

La démarche est la même. Il faut prendre du recul avant tout, puis suivre les lignes et les courbes afin que se dessine toute la dimension du trésor. Selon la posture des épaules, le dos se creusera le long de l'échine ou fera saillir une ligne de crête qui mène droit au sanctuaire. Là, à la manière de deux arc-boutants, les tendons de chair accompagnent la colonne vitale et s'élèvent avec elle dans une eurhythmie émouvante jusqu'à cette petite vallée souvent perdue dans la chevelure... 

C'est là, à ce point de convergence que ce trouve le secret. Aucun besoin de le cacher davantage car seul(e)s les initié(e)s connaissent le pouvoir que dissimule ce vallon de chair. Et pour ceux là, il y a de la volupté à y laisser tondre les cheveux, à laisser dessiner le relief, à dévoiler, autant que possible, l'objet du désir dans son écrin de velours... 

Avec délicatesse, les doigts peuvent alors effleurer les creux et les arrondis, caresser la peau de satin et le cheveux ras pour faire naître à peine le frisson qui bientôt va irradier le corps tout entier.

Il suffit juste de laisser naître le désir....

 

Photo: John Lorenzini

 

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article