Il faudrait être fou pour dépenser plus!

Publié le 16 Décembre 2018

Photo: Beli Klein

Photo: Beli Klein

On peut dire tout ce qu'on veut, qu'il y a bien des sujets plus importants par exemple. C'est vrai! N'empêche que l'injustice, qu'elle soit petite ou grande, ça reste un sujet toujours crucial. Le problème, quand on est une femme, c'est que les injustices... elles s'accumulent un tout p'tit peu trop!

Mais prenons un exemple... le coiffeur tiens, au hasard! Si vous êtes une femme aux cheveux courts et que vous allez, bras dessus, bras dessous, avec votre compagnon, chez le coiffeur, à la fin de l'opération il vous en coûtera, en moyenne, 60% de plus que lui. Pourquoi? Et bien parce que vous êtes une femme précisément ! Enfin on vous le présentera avec un peu plus de subtilité, disant que votre nature de cheveux est différente, que cela réclame un soin plus attentif, que la coupe est plus "technique", on va vous facturer le shampooing au prix du litre... enfin on va vous enfumer quoi! Et si vous vous rebellez devant autant de mauvaise foi, vous pouvez envisager tout de suite de changer de coiffeur à chaque coupe.

L'alternative la plus efficace, serait de ne fréquenter que les salons ou les tarifs H/F ne sont pas différents. Cela s'appelle un salon pour hommes. Seulement voilà, certains des ces clubs restent extrêmement fermés, en particulier aux femmes, eussent-elles les cheveux aussi courts que leurs clients habituels. Réclamant le droit d'être "entre eux" ces hommes là tentent de reconquérir une virilité, un peu mise à mal ( mâle? ) depuis quelques années. Soit! En attendant, ils ne savent pas ce qu'ils perdent...

Heureusement et parce qu'il n'y a pas de petits combats en matière d'inégalité, la pression se fait de plus en plus forte sur les salons qui pratiqueraient abusivement des tarifs différents pour une coupe, selon qu'elle serait réalisée sur une femme ou sur un homme. Des associations de consommateurs/trices pointent du doigts les mauvais élèves et une pétition circule également pour alerter la ministre déléguée concernée.

Bien des solutions existent, le tarif à l'heure par exemple, qui sans discrimination, considère le temps passé plutôt que le genre de la clientèle. Envisager un tarif "cheveux longs" et un autre "cheveux courts" pour justifier un tarif différent... Bref!

Si pas mal ont fini par trouver le ou la bon.ne professionnel.le avec qui elles ont tissé un lien amical, il faudrait pas oublier que des milliers de femmes aux cheveux courts attendent encore qu'on arrête de les prendre pour des pigeons.

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :