Le fade n'a pas de genre

Publié le 20 Octobre 2017

Le fade n'a pas de genre

On va dire que je manque de recul, que ma dilection me fait perdre un peu d'objectivité... enfin on va critiquer ma vision des choses. Mais voilà, écrire un blog c'est bien pour véhiculer son point de vue.

Et le mien, celui du jour, après avoir bien réfléchi à la question et observé autour de moi, c'est que le "fade", ce style qui pourrait mal se traduire par "dégradé-fondu" est celui qui se répand le plus parmi celles qui veulent se tenir à l'écart des catégorisations de genre. 

Aujourd'hui, Dieu merci de plus en plus les femmes s'approprient les codes qui trop longtemps sont restés réservés. Néanmoins il demeure deux styles qui sont irrémédiablement genrés. Au féminin cela reste la coupe au carré, avec frange de préférence et au masculin la coupe en brosse. Là y a rien à faire.

Par contre, la tendance qui n'est qu'une résurgence d'un style masculin des années 30 et qui est revenue en force au début des années 2010, celle là n'a pas échappé aux plus audacieuses. 

Soline, Méli, Lena, Adé, Giulia, Amandine, Anastasia, Amandine, Lucile, Lucie, Chloé...
Soline, Méli, Lena, Adé, Giulia, Amandine, Anastasia, Amandine, Lucile, Lucie, Chloé...
Soline, Méli, Lena, Adé, Giulia, Amandine, Anastasia, Amandine, Lucile, Lucie, Chloé...
Soline, Méli, Lena, Adé, Giulia, Amandine, Anastasia, Amandine, Lucile, Lucie, Chloé...
Soline, Méli, Lena, Adé, Giulia, Amandine, Anastasia, Amandine, Lucile, Lucie, Chloé...
Soline, Méli, Lena, Adé, Giulia, Amandine, Anastasia, Amandine, Lucile, Lucie, Chloé...
Soline, Méli, Lena, Adé, Giulia, Amandine, Anastasia, Amandine, Lucile, Lucie, Chloé...
Soline, Méli, Lena, Adé, Giulia, Amandine, Anastasia, Amandine, Lucile, Lucie, Chloé...
Soline, Méli, Lena, Adé, Giulia, Amandine, Anastasia, Amandine, Lucile, Lucie, Chloé...
Soline, Méli, Lena, Adé, Giulia, Amandine, Anastasia, Amandine, Lucile, Lucie, Chloé...
Soline, Méli, Lena, Adé, Giulia, Amandine, Anastasia, Amandine, Lucile, Lucie, Chloé...
Soline, Méli, Lena, Adé, Giulia, Amandine, Anastasia, Amandine, Lucile, Lucie, Chloé...

Soline, Méli, Lena, Adé, Giulia, Amandine, Anastasia, Amandine, Lucile, Lucie, Chloé...

Un mix de rigueur et de fantaisie, un mélange des sensations terribles qui font passer du "râpeux-piquant" des cheveux rasés à la tondeuse au souple et soyeux des cheveux plus longs dessus. Un abord masculin qui s'évanoui d'un coup de liner ou de rouge à lèvres... ou pas!

Un retour, aussi, à l'art et au savoir-faire des coiffeurs qui rivalisent d'expertise pour réaliser ce "fondu dans le dégradé" qui fait une transition douce au regard, du clair de la peau presque nue à la masse colorée des cheveux. Une coupe excitante, presque érotique qui peut contenter aussi bien celle qui la porte que celui ou celle qui l'admire ou la caresse.

Une coupe que finalement, les femmes en se l'appropriant, ont rendu sans genre défini.

 

Photos: Florine Biehlmann

 

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :