A quoi ça rime

Publié le 10 Janvier 2017

Photo: Shervin Lainez

Photo: Shervin Lainez

Des questions auxquelles tout le monde voudrait des réponses, des pourquoi et des comment, de l'enthousiasme et des regrets aussi... Elle s'avance, esquisse un sourire, passe une main sur sa nuque, comme pour dire "oui je sais, ne dites rien" et ce geste inspire une sorte de compassion, rappelle sa timidité.

C'est tout le paradoxe. Elle est secrète, discrète, préfèrerai sans doute passer inaperçue. Pourtant elle décolore ses cheveux jusqu'à les avoir presque blancs et les coupe si court qu'on les dirait rasées. Et soudain, tous les regards se posent sur elle, l'éclairent, comme l'artiste seule en scène, plongeant les autres dans l'obscurité. C'est le signal de sa part que tous attendaient, la voilà plus proche, plus accessible, alors tout le monde lance sa question. Auparavant bien sûr personne n'aurait osé demander pourquoi elle avait les cheveux si châtains, pourquoi elle les portait si longs... L'absence d'intérêt la rendait invisible semble-t-il.

Et puis voilà, la discrète, la secrète, celle que personne ne voyait, exulte. Pourtant elle ne souhaite pas se raconter davantage. Mais sa coupe de cheveux, au moins, ne trompe personne. La voici elle même, telle qu'elle s'est toujours vue et c'est comme si les autres ne la découvraient que maintenant, à travers la pâleur de sa nuque tondue, de ses oreilles nues, de sa blondeur extrême... Elle n'en dira pas plus, mais à présent, ses vêtements ont du sens, son allure, son caractère aussi. Ceux qui ne voyaient qu'une fille "comme les autres", perçoivent enfin une autre nature... Timide, mais conquérante!

 

 

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nanou 11/01/2017 19:00

On pense qu'il faut de l'audace, vouloir se faire remarquer ou avoir une fâcheuse tendance à provoquer pour oser raccourcir ses cheveux, encore plus, comme dans mon cas, où j'ose arriver au lycée avec seulement un millimètre derrière lequel me cacher... Effectivement, il en a fallu du courage la première fois que j'ai oser prendre la tondeuse et me montrer telle que je veux être depuis mes 10 ans. J'ai craint les regards, mais au final ? Que des compliments, ou presque ! Et surtout... Le sentiment inestimable d'enfin se ressembler, s'appartenir, de ne plus seulement s'appareiller pour plaire aux autres, qui de toute façon jugeront toujours dans tous les cas. Depuis, une bouffée d'air, chaque fois qu'un souffle de vent caresse mon visage libre, enfin. J'ai toujours été discrète, un peu réservée, mais maintenant je m'accepte, sans artifice ni fierté déplacée. Je suis juste moi, et c'est déjà tellement...

Jeaneg 11/01/2017 19:59

Excellent! Merci Nanou pour ce témoignage