Rentrée des classes

Publié le 31 Août 2012

Everett-collection.jpg

Il y aurait comme un parfum de poudre de riz et d'eau de Cologne. Pas moyen d'y échapper à quelques jours de la rentrée... en tout cas à cette époque. C'est comme un nouveau démarrage, une remise à zéro des compteurs. Il faut présenter son rejeton sous sa meilleure image, faire "bonne impression". Alors le samedi juste avant c'est un peu la cohue chez le coiffeur. Il faut tailler, raccourcir, discipliner ces chevelures laissées en friche tout l'été. C'est la reprise en main et bientôt, aspergés de lotion bambino et bambina logés à la même enseigne sortent de là, la frange bien droite et la nuque fraîche...

Aujourd'hui cela semble différent. Mon coiffeur me l'a dit, finie la cohue, ni pour la rentrée des classes ni pour Noël, c'est du passé tout ça. 

N'empêche...  Les souvenirs parfois refont surface. Elle se rappelle cette coupe au carré qu'elle détestait et la tondeuse sur la nuque "comme papa" disait le coiffeur, riant tout seul de son mot, qui lui faisait un peu peur et qu'aujourd'hui elle réclame presque... Ces nuques palottes, préservées jusque là du soleil d'été et soudain cruellement exposées. La photo de classe sur laquelle il faut apparaître telle qu'on souhaite que le souvenir demeure pour toujours, délicieuse garçonne ou jeune fille sage.

Est ce que tout cela aurait vraiment disparu?   

 

 

Photo: Everett Collection

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Anaïs 03/09/2012 02:38

C'est beau, toujours délicat et subtil.
Je lis souvent silencieusement (pour ne pas dire religieusement) ce blog... et ce sont toujours les mêmes frissons qui m'envahissent.
C'est d'une sensibilité ! Pour un homme, c'est épatant je trouve.

jeaneg 03/09/2012 08:07



Sans doute mon côté lesbien?