J'arrête!

Publié le 26 Avril 2017

Photo: ©jeaneg

Photo: ©jeaneg

Après avoir héroïquement franchie cette étape décisive, laissant sur le carreau d'un salon de coiffure, les mèches blondes de son enfance, la femme aux cheveux courts, libérée, fière et confiante, rencontre rapidement ce que toutes connaissent bien, cette addiction sournoise et irrésistible, qui va la pousser à chaque rendez vous à couper davantage ses cheveux déjà courts.

Parfois même, tellement habituée au charme de sa petite tête et au plaisir trouble de sa nuque bien tondue, elle se laisse entrainer à l'excès, encourant, elle le sait d'avance, les foudres de son entourage...

Et puis un jour, plus ou moins long à venir, arrive une envie de voir ce que cela pourrait donner s'ils étaient un peu plus longs.... Elle laisse passer un rendez vous, puis deux, mais n'en peut pas d'avantage, se trouve un autre coiffeur, tente une coupe plus longue, pour voir ... 

Elle essaie de se convaincre, déclare à la cantonade qu'elle arrête, qu'elle a décidé de les laisser pousser, fanfaronnade destinée à l'encourager à ne pas renoncer.

Finalement, après quelques mois, plutôt fière de sa volonté de fer, elle retrouve des bouclettes et une épaisseur qu'elle avait oubliée... Mais aussi une image qui, si elle reçoit l'approbation du reste du monde, ne l'excite pas plus que ça. Et puis... les beaux jours reviennent.

Alors, sans rien dire à personne, elle retrouve son coiffeur, le vrai et comme souvent, la rechute est encore plus sévère. Finies bouclettes et ondulations, elle se redécouvre, les tempes un peu "blanchies", la nuque bien rasée, le dessus follement ébouriffé et dans la tête cette phrase désormais culte qui la fait sourire :  "Ma mère va me tuer!"

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Tendresses

Repost 0
Commenter cet article