N'y pense même pas

Publié le 10 Mars 2017

Photo: Txema Yeste

Photo: Txema Yeste

Elle a de la colère qui couve dans sa tête, sur son coeur. Une exaspération qui n'était d'abord qu'un agacement... mais les choses ont dégénérées. Comme si elle faisait offense à ceux qui la regardent... Elle n'imaginait pas s'engager dans un bras de fer le jour où, plutôt fière d'elle, elle a cédé à son envie et d'un seul coup ratiboisé sa chevelure. Quelle sensation! Quel extraordinaire sentiment de liberté, quelle satisfaction d'avoir eu ce courage... Elle s'en amuse encore aujourd'hui quand elle y pense.

Elle savait bien que les autres seraient surpris, qu'il y aurait des interrogations, des soupirs mais aussi de l'enthousiasme et des félicitations... Et puis tout cela passerait, on s'habituerait.

Mais il y a eu autre chose... une sorte de pression, faite de regards sombres, de mots cruels, de phrases intolérables venant de gens inconnus. Les sempiternelles questions: "T'es une fille ou un garçon?" " T'es jolie, pourquoi tu laisses pas pousser tes cheveux?", les fausses méprises de celles et ceux qui sournoisement vous appellent monsieur quand même un nouveau né ne se tromperait pas... Comme si "la foule" vous reprochait un intolérable écart de conduite.

Elle a tenu bon, résisté aux premières vagues d'assaut, s'amusant même de tant de stupidité. Pourtant elle a failli se décourager, jeter l'éponge. Quelques mois durant, elle a renoncé à ses rendez vous chez le coiffeur et puis comme un sursaut de conscience, elle y est retourné, plus déterminée qu'avant, plus radicale aussi et la colère s'est mise à couver. Comment ce monde peut-il être aussi con? De quel droit pourrait-on lui imposer d'être celle qu'elle n'est pas, pourquoi faudrait-il qu'elle contente les regards des hommes, en étant "appétissante" à leurs yeux. Cela n'a jamais été dans sa nature et sa vraie nature est trop large, trop longue, trop haute pour entrer dans ces petits moules, tous identiques. Alors les cheveux courts, ce n'est pas de la résistance. Non c'est juste elle même. Et aujourd'hui, chaque fois qu'elle va les faire couper, elle a le sentiment de faire aussi un pied de nez à ce monde stupide...

 

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0
Commenter cet article