Le juvénile n'a pas de genre

Publié le 1 Décembre 2012

Jak---Jil.jpg

De loin sur le trottoir j'ai reconnu ta silhouette, ton allure un peu dégingandée de grande fille. J'allais siffler ou courir pour te rattraper et puis j'ai réalisé la manière dont les gens se retournaient en te croisant et les regards de celles et ceux qui ne te voyaient que de dos, comme moi. Cette coupe de cheveux qui jamais ne laissait indifférent. C'était encore plus vrai ce matin là parce que tu semblais sortir de chez le coiffeur ou en tout cas ton dernier rendez vous devait être récent. 

En demeurant spectateur j'essayais de me concentrer juste sur l'image, sans penser à la jolie fille que je connaissais. Et pourquoi diable tout ces regards sur ton cou nu? Il y avait bien une fascination dans le contraste provoqué par ce mélange de genre ou de style. L'idée me vint que cette coupe avait quelque chose de juvénile, le genre de coiffure que l'on imagine plutôt sur une fillette ou un garçonnet d'une autre époque. Une coiffure qui justement n'avait pas de genre, parce qu'on la rapportait à l'enfance ou l'adolescence. Et sur toi, grande et belle fille, c'était délicieux à voir, pour moi et sans doute très intriguant pour d'autres. La question gênait toujours, garçon ou fille? Ou bien était-ce simplement que tous partageaient mon plaisir de voir cette jolie nuque à ce point dégagée?

 

Photo: Tommy Ton

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :