Articles avec #quartier libre tag

Publié le 9 Septembre 2012

Catherine est une jeune québécoise. Je ne me souviens plus dans quelles circonstances nous nous sommes connus, tellement j'ai le sentiment qu'elle est une de ces femmes aux cheveux courts dont je parle presque chaque jour. Un peu "tomboy", en voyant la chanteuse de "La Roux" elle trouve le style excentrique à souhait et n'hésite pas. Depuis, sa coiffeuse la voit toutes les deux semaines, parce que " j'aime bien les avoir très très courts" dit-elle...

 

CDL.jpgLorsque je suis rentrée pour la première fois à la maison les cheveux presque entièrement rasés, c'est ma mère qui m'a accueillie. Ses lèvres vermeilles ont formé durant un instant un "o" parfait, et elle m'a longuement dévisagée dans une moue désapprobatrice.

"Tu ressembles à un soldat." Le verdict était tombé. Depuis ces deux années, j'ai pu entendre une quantité astronomique de commentaires à propos d'une telle coupe. Plusieurs ont décrit la chose comme charmante, avant- gardiste et audacieuse. Certains propos sont plus douloureux à répéter. Toujours et encore, nonobstant, je me suis bornée à garder mes cheveux courts. Les faire couper de cette manière relevait de l'impulsivité, mais jamais je n'ai réellement envisagé de laisser pousser une fois de plus mon épaisse tignasse puisque j'ai réalisé que l'élégance avait quelque chose de très masculin. Les cheveux courts révèlent une mâchoire saillante et dégagent un port de tête plus droit et longiligne. J'aime bien l'ambiguité qu'une telle coupe crée, ma silhouette filiforme et mes épaules carrées qui font douter de ma nature. Fille ou garçon ? Je me suis offert l'embarras du choix. Mais j'aime aussi penser que je ne porte pas les cheveux longs parce qu'une jeune fille est censée les porter longs. J'aime penser que, dans mon désir d'en finir avec mon indomptable crinière, j'ai pu transcender ce genre d'image toute caricaturée. Les garçons de mon âge, à la recherche de beauté conventionnelle, se butent à mon initiative et, bien souvent, n'apprécient guère ce vertigineux mohawk, ni ce cuir chevelu presque nu. Je ne considère pourtant pas la beauté comme conventionnelle et je continue de croire que ma différence m'apporte un sentiment de force et d'individualité. Elle souligne mon détachement vis-à-vis la norme sociale et, je dois l'avouer, j'en suis terriblement fière.


 

Texte: Catherine Dumont Lévesque

Dans la playlist de Catherine:

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Quartier Libre

Repost0

Publié le 17 Juin 2012

Après m'avoir fièrement fait découvrir sa nouvelle coupe de cheveux Camilla a bien voulu se lancer dans un "Quartier Libre" pour le blog... Un "Quartier Libre" un peu particulier puisque sous la forme d'une interview, histoire de lui faciliter la tâche. Mais les photos sont d'elle et le choix musical aussi. Voilà ce que cela donne...

 

 

Album-N-7-2518.JPGSalut Camille, je te remercie de jouer avec moi à ce jeu de questions et réponses. Les lecteurs te connaissent déjà un peu, tu es italienne Passionnée par la mode et la photographie. Ton style androgyne est remarquable et, récemment, tu as coupé tes cheveux très court.

Q: À quel âge as-tu ta toute première coupe de cheveux?

Honnêtement? Je ne sais pas vraiment! Chronologiquement parlant je devais être très très jeune, genre un an ou deux. A cette époque c'est ma mère qui choisit pour moi la coupe au bol, je ressemblais totalement à ce gosse de la série " Problem Child". Si tu veux dire quand est ce que j'ai eu ma première coupe de cheveux satisfaisante, alors je dirais en mai 2009.

Q: Est-ce que cette première coupe de cheveux, t'a fait te sentir comme un garçon ou non?

Non, je ne me suis jamais sentie comme un garçon, mais j'étais heureuse que cela me donne une allure plus androgyne et ainsi me trouver au dessus des problèmes de genre.

Q: Depuis ce temps, ( il y a 3 ans ) ta coiffeuse est devenue ton amie. Combien de fois par an vas-tu te faire couper les cheveux?

Hum, environ une fois tous les 2 mois.

Q: Cette fois, c'est très court sur ​​les côtés et derrière. Il s'agit d'une volonté de ta part ou une proposition faite par ta coiffeuse?

C'était mon choix! Je voulais cette coupe là depuis longtemps, j'attendais juste que mes cheveux soient assez longs dessus et la bonne saison pour le faire sans risquer d'attraper un rhume.

Album-N-7-2520.JPGQ: C'est toujours une expérience extraordinaire d'avoir une coupe de cheveux faite avec une tondeuse.
Est-ce que tu avais peur? Quelle a été ton sentiment à ce moment là?

Ahah eh bien, elle utilisait déjà une tondeuse pour me couper les cheveux auparavant, donc je n'avais pas peur du tout. D'ailleurs j'adore sentir ça et voir les cheveux tomber sur mes épaules.

Q: Le résultat est époustouflant. Quelle a été ton premier geste juste après avoir quitté le salon?

J'ai sauté de joie, mais surtout passé ma main sur ma nuque et senti cette incroyable sensation...

Q: Penses-tu laisser pousser tes cheveux un jour?

Oui! Comme tu as pu le voir j'ai laissé pousser mes cheveux ces derniers mois, mais par contre je ne crois pas que je les laisserai pousser sur mes épaules ou au delà. J'ai toujours eu les cheveux longs durant mon enfance et mon adolescence et depuis j'ai toujours voulu avoir les cheveux courts, alors...

Q: Quelles ont été les réactions de tes amis et de la famille?

Mes ami(e)s ont tous été très enthousiastes. Ils/elles aiment vraiment beaucoup. Ma mère à ma grande surprise et pour mon plus grand plaisir a tout de suite adoré. Mon père ne m'a jamais fait de commentaires d'aucune sorte, donc je ne sais pas. Mais je ne m'en fait pas parce que je sais que pour lui je peux faire ce que je veux avec mes cheveux. 

Q: As-tu toujours eu de bons commentaires sur ta coupe de cheveux?

A part une fois où je les avais vraiment très très court ( je n'aimais pas moi même d'ailleurs ) oui j'ai toujours eu de bons commentaires.

Q: Tu gères une image très androgyne et tu le fais super bien. Penses-tu que les cheveux courts ne font pas féminin?

Cela dépend de la façon dont la femme porte sa coupe de cheveux. Il y a beaucoup de femmes qui ont les cheveux courts et qui savent avoir une allure très féminine.

Album-N-7-2519.JPG

Q: At what age did you have your very first haircut?
A: Honestly? I really don't know! Chronologically speaking I must have been very very young, like 1 or 2 years old! At that time my mom chose the bowl haircut, I totally looked like that kid from "Problem Child". If you're speaking about when I had my first satisfying haircut, then I'd say in May of 2009. 

Q: Is this first haircut, make you feel like a boy or not?
A: No, I've never felt like a boy, but I was happy it gave me a more androgynous look, which is above all the gender problems!

Q: (In these 3 years) your hairstylist has become your friend. How many times a year do you go to trim your cut?
A: Uhm, about once every 2 months! 

Q: This time it is very short on sides and back. Was this your will or a proposition from your stylist?
A: It was my choice! I've wanted this haircut for a long time and I was just waiting for my hair to be long on the top and for the right season to show it without getting a cold!

Q: It's always an extraordinary experience to have a haircut did with a clipper. Were you afraid? What was your feeling at the moment?
A: Haha well, she used a clipper on may of my past haircuts, so I wasn't afraid at all! Besides, I love that feeling and to see my hair fall down on my shoulders! 

Q: The result is stunning. What was your first movement just after left the salon?
A: I just jumped of happiness! :) 

Q: Do you think about let your hair grow out one day?
A: Yeah! As you have seen I've let it grow in these months, but I don't know if I'll ever let it grow again till my shoulders or even further. I've had long hair for most of my childhood and teen years and since then I've always desired short hair, so....

Q: What were the reactions of your friends and family? 
A: My friends are stoked! They like it very very much. My mom, with my great pleasure and surprise, liked it too immediately! My dad never gives me any kind of comment, so I don't know; but I don't even care because I know he isn't bothered by what I do to my hair.

Q: Have you always had good feedback about your hair?
A: Let aside one time when it was very very short (I didn't like it too), yes I've always had. 

Q: You manage a very androgynous image and you rock this style. Do you think that short hair is non feminine?
A: It only depends on how a woman pull this short haircut out. There are many ladies that have short hair and still manage too look very girlish! 
Camilla 11

Grazzie mille Camilla.

Photos: Testolina

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Quartier Libre

Repost0

Publié le 24 Mai 2012

Mathilde, la première fois c'était là: Mathilde puisque te v'là et depuis les choses ont un peu changées...

 

Album-N-7-4503-copie-1.JPG

Je n’aurais pas beaucoup de chose à racontée , c’était la fin des vacances et je voulais du changement pour ma rentrée  alors j’ai pris rendez-vous en demandant de tout couper. Ca a surpris mon coiffeur , qui pensais que ca me ferait tout drôle en une fois mais je lui ai dit d‘y allez. Et là , sentir mes cheveux se raccourcirent aussi vite fut vraiment inquiétant mais très excitant à la fois , j’étais presser de voir le résultat  ! Les premiers jours ,je cherchais encore mes longs cheveux mais ils ne me manquaient pas et puis maintenant j’ai pour habitude de me passer la main sur ma nuque courte ou même rasée . C’est tellement agréable quand mon coiffeur me rase cette nuque  , je la garde courte depuis presque un an et pour encore un sacré bon bout de temps !

 

Texte et photo: Mathilde T.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Quartier Libre

Repost0

Publié le 21 Mai 2012

On poursuit la série "Quartier Libre". Après Morgane, c'est Floriane qui s'y colle...

-------------

IMGP0803.JPG

Tout commence, un matin, devant le miroir, mes cheveux tout juste lavés, encore trempés, une mèche trop longue vient me barrer le front : " Non c'est plus possible, faut que je les coupe !! ". J'ai l'impression d'avoir un gros " n'importe quoi " sur la tête. Cela ne s'arrange pas quand la chérie débarque dans la salle de bain, les sourcils froncés qui se traduit par un " C'est quoi ces cheveux ? ! "

 

Devant l'extrême urgence, je regarde vite mon planning, jeudi repos, super, je pourrais rendre visite à mon coiffeur adoré, oui UN coiffeur, je préfère que ce soit un homme qui me coiffe, allez savoir pourquoi, c'est bizarre mais c'est comme ça…

 

Les cheveux courts c'est une véritable addiction, je les fais couper tous les deux mois maximum, mes cheveux repoussent tellement vite, à mon grand désespoir. La première fois c'était il y a six ans environ, j'étais encore au lycée... Je suis entrée dans ce p'tit' salon à l'ambiance très intime, ce qui m'a tout de suite mise à l'aise, le coiffeur s'est approché de moi, je lui ai expliqué ce que je voulais comme coupe précisément, il m'avait montré quelques modèles puis il a commencé à couper…Au fur et à mesure que les mèches de cheveux tombaient c'était une véritable libération, je me sentais enfin moi même, comme débarrassée d'un fardeau (que je traînais depuis trop longtemps )…Je suis entrée les cheveux jusqu'aux fesses et je suis ressortie avec quelques centimètres.. Aussi loin que je m'en souvienne j'ai toujours détesté mes cheveux longs et ce jour là j'avais enfin sauté le pas.

 

Depuis je ne cesse de les couper, toujours plus court, comme on dit "l'essayer c'est l'adopter", avant mon rendez vous, je m'inspire de quelques photos ou modèles trouvés sur le net, la nuque et les oreilles bien dégagés, les pattes bien raccourcies, la mèche sur le front plus courte…Pour moi c'est important d'avoir les cheveux bien courts, cela me représente, ça fait partie de moi …Même si ma mère me dira toujours que mes cheveux sont trop courts, en revanche ma compagne, Elle, elle adore…

 

Il y a toujours une petite appréhension juste avant d'entrer dans le salon " Est-ce que le coiffeur va faire comme je lui dis" " Comment cela va m'aller", des petites questions vite oubliées une fois assise sur le fauteuil. Car au final, c'est toujours un véritable plaisir, entendre les " clic-clics" du ciseau, regarder les mèches tomber, sentir la lame prés des oreilles, en général je réserve mon après midi, car je prends ce moment pour moi, me faire du bien, me délasser…Quand je rentre toujours un regard dans le miroir, ou tout autre objet capable de recevoir mon reflet, ma main qui parcourt mes cheveux fraîchement taillés...

Un moment unique, en attendant le prochain rendez-vous !

 

Texte et photo: Floriane

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Quartier Libre

Repost0

Publié le 1 Mai 2012

Ce "quartier libre" c'est une page ouverte à une femme aux cheveux courts, aujourd'hui à Morgane qui m'avait beaucoup touché la première fois qu'elle m'avait écrit

 

 

Morgane.jpgLe trajet fut fait en silence, pas un mot échangé avec la conductrice de la voiture, comme si elle n'était pas là, comme si ce n'était pas ma mère. Dès 14h30 nous avons roulé en direction  de mon rendez vous tant attendu chez ma coiffeuse.

{C}

Comme d'habitude, j'avais préparé un album sur mon I-Phone de coupes à lui montrer, et je repassais en boucle les photos, indécise.

Je n'avais même pas pris la peine de coiffer mes cheveux, avec ce sentiment qu'ils étaient trop longs pour en faire encore quelque chose. Leur longueur en fait, ne devait pas dépasser la dizaine de centimètres il me semble...Et puis quoi ? C'était déjà trop.

On est rentré dans le salon. Ma coiffeuse m'a salué avec un sourire et m'a lancé: "installe toi là, j'arrive dans 5mn."

 

Elle était en train de faire des mèches à une femme blonde, cheveux raides et longs, qui, avec l'amoncellement de papier alu, ressemblait à un poulpe. J'ai sourit et je me suis installée. Ma mère, comme à son habitude, à prit un café. Moi, j'ai feuilleté un magazine de coiffures pour passer le temps. Je ne me souviens que de cette coupe courte, rasée d'un côté et de la mèche violette qui barrait le front d'une jeune femme aux yeux bleus. Je l'ai montré à ma mère, qui a juste souri poliment.

La coiffeuse est arrivée, nous sommes allées vers le bac où elle a lavé mes cheveux avec ce shampoing qui sent l'amande. J'ai toujours aimé ce moment, où l'on nettoie minutieusement ce que l'on s'apprête à détruire. À coup de serviette éponge, elle a retiré le trop plein d'eau de cette masse sur ma tête. Ce n'étaient déjà plus mes cheveux. Ennemi public numéro 1.

Je me suis réinstallée sur ce fauteuil blanc et design sur lequel je m'assois depuis près de cinq ans, et j'ai laissé ma tête entre les mains de ma coiffeuse aux cheveux rouges, comme je l'avais fait la première fois pour une coiffure de kermesse en primaire: " Alors, tu as des photos ?" 

 

Elle me connaît bien, elle les a regardé, elle a froncé les sourcils. J'ai fait une grimace. "Moi qui pensais sortir ma tondeuse cette fois, c'est bien classique tout ça... "

 

J'ai fait un signe discret  en direction de ma mère assise plus loin. Elle a sourit. "Moi, j'ai une idée, on va faire un beau mélange, et je vais te raser un côté, de là à là tu vois, en virgule, ça te dit? 

- Je te fais confiance."

 

Alea jacta est. C'était parti, j'avais déclenché la machine aux ciseaux et peignes.

Je voyais avec délectation tomber des mèches entières, et je sentais ces petits cheveux qui s'accrochent désespérément aux cils, au visage entier, aux épaules ou aux oreilles, comme pour éviter de disparaître totalement. Mais déjà, ils ne faisaient plus partie de moi, et déjà j'entendais le magnifique ronronnement mécanique de la tondeuse. Son bout froid passa près de mon oreille, je frissonnais, j'avais l'impression qu'une bête galopait sur mon cuir chevelu d'un coup si sensible. Et puis elle a finalement sorti les ciseaux rose fluo pour désépaissir le reste de mes cheveux. Cela faisait comme si elle avait passé un coup de plumeau pour enlever la poussière et des moutons de cheveux se sont envolés à droite, à gauche. Moi, je me voyais dans la glace, avec un sourire non dissimulé, je croisais même mon regard brillant. Il n'y avait que moi, ma coiffeuse et mes cheveux. Et beaucoup d'égocentrisme.

Oh miracle des cheveux courts, ils étaient déjà secs, mais pourtant elle a balancé un coup de spray aqueux, et les revoilà luisants. Un petit peu de cire, ses doigts qui courent encore sur mon crâne, entre les mèches, et c'était terminé, fini. Enfin, et à la fois trop tôt.

Dernier coup d’œil aux restes abandonnés au sol, j'ai payé, ma mère n'a rien dit, je pense que cela signifiait que ce n'était pas si mal. Une fois dans la voiture, réflexe habituel du regard dans le miroir du pare-soleil, comme pour être sûre que je les avais réellement sur la tête. Oui. On a démarré, on s'est dirigées vers le centre ville, il faisait soleil et une chaleur épouvantable.

Je me suis éjectée de la voiture pour me dépêcher d'aller à mon autre rendez vous, plutôt pilaire que capillaire. L'esthéticienne avait des cheveux trop longs qui m'ont intrigués un instant, d'un brun rougeoyant. J'étais trop euphorique pour avoir mal, en deux temps trois mouvements, mon cas était expédié et je retournais dans la rue après avoir essuyé les regards de clientes, disons le, légèrement complexées, leurs paniers remplis de produits de beauté dont l'utilité des trois quart m'échappe.

« Le monde est à moi » me suis je dit en remettant mes lunettes de soleil. Deux heures après, j'étais chez moi, avec mes cheveux, une nouvelle paire de chaussures comme après chaque passage chez ma coiffeuse, et ce putain de coté rasé sur lequel j'aime trop poser mes doigts pour que cela ne passe pas pour un degré de fanatisme capillaire élevé et délectable. Après tout, il paraît que les cheveux sont un élément puissant de l'érotisme féminin...est ce pour cela que les femmes aux cheveux courts, parce qu'elles ont voulu se sentir belles, le sont encore plus ? 

 

Texte & dessin: Morgane V.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Quartier Libre

Repost0