Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Affranchies

portrait

Grands espaces, un portrait de Cynthia

3 Août 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Quartier Libre, #Portrait

Grands espaces, un portrait de Cynthia
Grands espaces, un portrait de Cynthia

LFACC: C'est à la manière d'un Quartier Libre que Cynthia, voyageuse, aventurière et blogueuse, m'a livré quelques détails sur sa vie de femme aux cheveux courts au coeur de l'Afrique...

"Je ne sais pas trop par où commencer.. quartier libre sur moi ... et mes cheveux ! Plutôt improbable comme interview. Et je n'ai même une coupe extravagante ou une couleur improbable ! haha Alors je vais commencer par me présenter. Je suis une grande voyageuse, amoureuse des grands espaces. Je travaille dans le tourisme, je suis un peu serial-expat et j'habite en Afrique depuis maintenant 4 ans et hors de France depuis... longtemps. Je tiens un blog voyage dans lequel je raconte mes aventures. Dés que je le peux je prends la route, que ce soit juste pour un weekend, 2 semaines ou 3 mois. Voyager, découvrir de nouveaux horizons et de nouvelles personnes est devenu un besoin vital. Mais je suis également une grande épicurienne, fan de grande tablées et de bons vins, de musique, de rencontres et de bijoux !

Grands espaces, un portrait de Cynthia

Je n'ai jamais vraiment été dans "la norme" en grandissant. Principalement à cause (ou grâce?) au fait que j'étais très grande et trés sportive. Quand j'étais plus jeune, j'avais les cheveux longs, je m'habillais comme les filles que je voyais dans la rue et j'essayais de me fondre le plus possible dans la masse pour faire oublier le fait que j'étais très grande et musclée. J'ai même fait du mannequinat pendant quelques années, parce que quelqu'un trouvait que je devait faire ça. Alors il fallait que j'ai les cheveux longs et que mon tour de taille ne dépasse pas X cm. C'est un monde qui aujourd’hui représente pas loin de tout ce que je déteste ! Comme quoi, pas facile quand on a pas la personnalité qui va avec le physique... et inversement. On perd pas mal de temps à se conformer puis à se chercher.

Puis un jour, le ras le bol à prit le dessus et j'ai décidé de quitter la France et de laisser libre court à ma personnalité ! C'est entre autre passé par une coupe radicale de mes cheveux !

J'ai donc les cheveux court depuis de nombreuses année, depuis que j'ai commencé ma vie de voyages et d'expatriations.

Grands espaces, un portrait de Cynthia

Je coupe mes cheveux soit en France quand je rentre, ou sinon dans le pays dans lequel je vis. Je n'ai pas peur d'aller dans des coiffeurs "locaux", c'est au contraire une expérience assez sympa,; où l'on peut parler et de rire avec d'autres femmes provenant d'autre pays, dans l'intimité du salon. Situation qui n'arriverait sinon pas souvent.

Quand je reste longtemps dans un endroit, je me renseigne et je cherche le meilleur coiffeur local. Je n'ai jamais été déçue. Quand je suis juste de passage dans une ville, c'est au petit bonheur la chance. Mais généralement, du moment que j'ai la nuque bien dégagée, je suis contente. Au pire si c'est la cata je laisse poussé de quelques centimètres et je fais rattraper tout ça vite fait bien fait. Je n'ai pas la phobie du coiffeur ou un coiffeur attitré, je suis assez relax là dessus. Du moment qu'on me passe un coup de tondeuse pour me dégager la nuque et les oreilles, tout va bien.

Grands espaces, un portrait de Cynthia

L'aspect pratique y est certes pour beaucoup. J’habite en Afrique et il arrive souvent que l'on ai plus d'eau chaude, ou plus d'eau tout court. Les pannes d’électricité, la poussière, la moiteur... bref l'enfer pour les cheveux longs ! Je voyage aussi beaucoup et bien souvent dans des pays peu développé avec un minimum de confort, donc la aussi c'est pour l'aspect pratique. Puis franchement, se faire un shampoing en 30 secondes chrono, dans la douche, le lavabo ou bien juste avec un sceau d'eau.. .c'est la libération !

Mais les cheveux courts pour moi, c'est avant tout un état d'esprit. Depuis que j'ai les cheveux, je me trouve plus forte, plus féminine, plus indépendante tout en étant plus sexy ! Oui rien que ça. Haha.
C'est un peu l’affranchissement de tout les stéréotypes qu'on à depuis l'enfance (Genre princesse Raiponce ou Esméralda.. Il y a eu à la rigueur Mulan, mais elle a coupé ses cheveux pour se grimer et passer pour un homme. Super références que l'on inculque à nos enfants.)

Les cheveux courts ça colle avec mon caractère intrépide et impulsif. Je ne me vois pas du tout me laisser repousser les cheveux. Beaucoup de personnes me disent "oh ça te va bien les cheveux courts. Moi je n'oserai jamais, ça ne m'irait pas". Alors je leur répond gentiment, qu'il faut essayer pour savoir. Ce que je ne dis pas (mais que je pense très fort) c'est que ce n'est pas juste de l’esthétique. Loin de là. c'est avant tout un état d'esprit. Ma coupe courte fait partie de ma personnalité à 200% et les avoirs longs serait un peu comme prendre 30 kilos d'un coup ou bien que je me réveille un matin en faisant 1m60 .. ce serait juste pas possible ! haha

Puis c'est fou comme c'est addictif comme sensation de passer ses doigts le long d'une nuque dégagée ou bien tondue... et très sensuelle aussi... à bon entendeur ! haha
Je ne cherche pas du tout l’ambiguïté des genres ou à être androgyne en ayant les cheveux courts, au contraire je trouve qu'il n'y a rien de plus féminin qu'une femme à la nuque dégagée. Ce que j'aime par dessus tout dans les cheveux courts, c'est qu'on ne peut pas tricher, on ne peut pas se cacher derrière une mèche. En découvrant sa nuque aux yeux de tous, on s'expose énormément, on se montre tel que l'on est, sans artifice."

LFACC: Est ce que l’idée t’amuserait, ne serait-ce que pour un article ( j’ai une rubrique « all over the world » à présent et des amies en voyage, en profitent pour aller se faire couper les cheveux sur place et racontent ( j’ai déjà Los Angeles, Montréal et Beijing )

Cyn: "Oui avec plaisir ! Je peux faire quelques photos la prochaine fois que j'y vais."

LFACC: Est ce que les pays que tu connais bien ont cette « culture » de la féminité exprimée à travers les cheveux ( en gros, les cheveux longs font la féminité )?

Cyn: "Je connais surtout l’Afrique et ici la plupart des femmes ont les cheveux rasé ou alors des tissages. Mais je pense pouvoir dire qu'en Afrique, non, les cheveux ne font pas la féminité d'une femme !

Pour finir, un grand merci pour ce blog, qui rentre dans l’intimé de "ces femmes aux cheveux courts" avec pudeur, sensualité et justesse."

Grands espaces, un portrait de Cynthia

Et pour rêver un peu plus...

sa page FB https://www.facebook.com/Heybluebird-Blog-voyage-lifestyle-1617947058436284/

son Instagram https://www.instagram.com/cyn_dx/

et son blog ( à voir absolument ) http://heybluebird.com

Photos: Cynthia

Lire la suite

La nouvelle Romane

30 Juillet 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Portrait

Photo: Maëva Cristofili

Photo: Maëva Cristofili

Si vous la croisez dans les rues de ma grande ville du Sud, vous ne pourrez pas la manquer. Peut être même que c'est elle qui vous fera découvrir ces rues à bord de son vélo taxi, mais de toute façon elle ne vous laissera pas indifférent(e).

Pendant un temps, trop longtemps, elle est restée dans l'ombre. Malgré un style toujours affirmé, elle n'avait pas assez d'espace pour exprimer sa vraie personnalité. Mais ce temps là est révolu. Libérée de ses entraves, la voilà qui renait, s'épanouie et s'élance sans désir de retenue.

Comme toujours, pour marquer ce renouveau, rien de tel qu'une bonne coupe de cheveux, avec la complicité de Régine, la coiffeuse des femmes aux cheveux courts.

La nouvelle RomaneLa nouvelle RomaneLa nouvelle Romane

Elle est de ces jeunes personnes qu'on imagine facilement pleine d'assurance, indifférente aux critiques des autres et aux regards réprobateurs. Pourtant elle vous dira qu'elle ne se sent pas si sure d'elle, mais elle n'a pas peur. Elle séduit par son allure, reine des chemisettes introuvables au col boutonné, son style affirmé est sans effort.

Aujourd'hui, comme un cabri trop longtemps privé des saveurs de l'alpage, elle file et gambade, gourmande d'herbes grasses et de grands espaces. La jeune femme court les soirées, les festivals, les événements, étonne ses ami(e)s, s'en fabrique de nouveaux et bientôt elle sera, comme ces jeunes déesses que l'on croit intouchables, une idole que l'on cherche à imiter sans jamais y parvenir, faisant les tendances au gré de ses humeurs et étonnant le monde.

La nouvelle Romane

Cependant, les apparences feront sans doute d'elle cette icône enviée, au style toujours sûr, à la coupe de cheveux toujours nette, mais Romane restera toujours l'adorable personne qu'apprécient celles et ceux qui la connaissent.

Photos: ©jeaneg

Lire la suite

Championne

19 Juillet 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Portrait

Championne

Les vraies championnes, les héroïnes de mon Olympe à moi sont toutes des femmes aux cheveux courts. Et celles qui ne les ont pas, c'est juste parce qu'elles l'ignorent encore.

Oui oh je sais! On va me traiter d'arracheur de dents et de roi de la mauvaise foi. Mais pourtant je ne suis pas loin de la vérité. Il y a dans le sport des vertus qui s'associent terriblement bien avec le caractère des femmes qui sont ici honorées.

C'est parce qu'elle a envoyé sa photo sur la page Facebook du blog que j'ai fait la connaissance d'Alexia. Et j'ai découvert un sacré parcours...

Ça commence petite fille, comme souvent. Alexia n'est pas du genre à se laisser raconter des bobards et c'est sans doute là que nait l'esprit de compétition, lorsqu'il faut tenir la dragée haute aux garçons de la bande. La bande elle préfère la mener. Et à cet âge déjà, elle est une petite femme aux cheveux courts. Fillette, ses parents ont l'habitude de lui couper les cheveux, parfois très courts, parce que... c'est plus pratique.

Adolescente, les premières compétitions, les challenges vont rapidement l'émanciper. Elle cultive un peu de féminité aussi, c'est l'âge. Mais le caractère est là, forgé dans un acier trempé.

Championne
Championne

Les études terminées, l'audacieuse athlète part s'engager, dans les "Troupes Coloniales", où le dépassement de soi et le devoir de servir deviennent son quotidien... et le sport... et l'amour.

Mais la santé défaille et il lui faut renoncer à poursuivre cette carrière. Qu'importe, un nouveau challenge est déjà là. Elle attend un enfant.

Dans cette nouvelle vie, Alexia donne toute la mesure de son tempérament de compétitrice, une vie de femme, une vie d'athlète et de maman. "Shorthair don't care" c'est un peu sa devise. De temps en temps elle s'essaie à se couper les cheveux elle même, son fils aussi profite de son savoir faire, mais le plus souvent c'est sa coiffeuse voisine qui gère sa coupe de cheveux "à longueurs variables", mais jamais vraiment très long ...

ChampionneChampionne

Le sport c'est un peu sa vie. Dans sa Bretagne d'adoption elle gagne des titres et voyage parfois loin pour avoir de belles sensations. Mais sans aucun doute, son plus beau challenge aujourd'hui c'est celui de mère de famille, avec ses trois enfants, qui sont sa bande et qu'elle mène seule comme une louve attentive.

Photos : Alexia Jacquot

Lire la suite

Rencontre avec Soline

12 Juillet 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Portrait

Rencontre avec Soline

Il y a deux ans de ça, en cherchant sur l'Internet des idées pour une nouvelle coupe, Soline est tombée immanquablement sur ce blog. Sa curiosité, son ouverture d'esprit et son bon goût, disons le, l'ont poussée à poursuivre la lecture avec assiduité et ainsi à découvrir qu'il y avait, à deux pas de là où elle passe ses vacances depuis toujours, LE salon de coiffure des femmes aux cheveux courts.

Cette année, devenue carrément plus autonome, elle s'est dit que ce serait dommage de ne pas tenter l'expérience et c'est ainsi que nous nous sommes donné rendez vous au salon de la rue du Petit St Jean, chez la Queen des barbers

Rencontre avec Soline

Il faut dire que la jeune femme ne manque pas d'attraits en ayant dans sa jolie tête bien faite, l'esprit d'aventure et de dévouement, puisqu'après avoir été longtemps Pompier Volontaire, elle s'apprête à intégrer une école d'infirmière... Mens sana in corpore sano

Il ne faut pas longtemps à Régine pour cerner la personnalité de sa nouvelle cliente, ni à celle-ci pour se sentir à son aise dans ce décor de barbershop.​ La jeune femme sait exactement ce qu'elle veut, désépaissir la masse de sa blondeur artificielle, raser sa nuque, conserver un peu les pattes et la mèche sur les yeux. Avec Régine, le courant passe.

Il y a de la sophistication, une féminité certaine et assumée chez cette femme au caractère de "tomboy". Gamine, elle était du genre à construire les cabanes dans les arbres et courir avec la bande des garçons. Il en reste quelque chose, mais avec un style affirmé et un goût raffiné...

Rencontre avec SolineRencontre avec SolineRencontre avec Soline

La coupe terminée, il était temps de poursuivre cette belle rencontre à la terrasse d'un café où Soline acheva de me convaincre ( s'il en était besoin ) par son aisance et la maturité de son propos, qu'elle était un séduisant concentré des meilleures qualités d'une femme aux cheveux courts

Rencontre avec Soline
Rencontre avec SolineRencontre avec Soline
Rencontre avec SolineRencontre avec Soline
Lire la suite

Forever young, un portrait d'Anne E.

2 Juillet 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Portrait

Forever young, un portrait d'Anne E.

Rencontrer de belles personnes rend toujours votre vie meilleure.

Il y a fort fort longtemps, j'ai fait la connaissance d'Anne, dans des circonstances un peu épiques, comme le racontait l'article qu'elle m'avait inspiré. Mais je ne m'étais pas trompé et mon opiniâtreté a été récompensée. En ce temps là, si on m'avait posé la question j'aurais sans doute pronostiqué 25 ou 26 ans en la voyant. Elle en aurait donc 29 ou 30 aujourd'hui... Et je suis persuadé que personne ne me contredirait. Mais voilà, Anne a un secret...

Petite, elle était de celles qui courent la campagne, avec la bande des garçons, à construire des cabanes et grimper aux arbres. Qu'on se méprenne sur son genre l'amusait beaucoup. Cependant, en bonne fille du Sud, elle a gardé et soigné ses cheveux longs, résistant aux assauts d'un coiffeur local qui voulait absolument les lui couper. Jusqu'au jour où, à 16 ans, elle est entrée dans le clan des femmes aux cheveux courts.

Forever young, un portrait d'Anne E.Forever young, un portrait d'Anne E.Forever young, un portrait d'Anne E.

Depuis, c'est inutile de dire qu'un bon coiffeur est devenu l'homme ou la femme essentiel(le) dans son entourage. Celle du moment s'appelle Orianne, la gérante de Cut My Bangs dans ma grande ville du Sud et on peut dire que cela lui va bien.

Parce que du style, Anne en a. Une allure façonnée par le sport, un corps androgyne, elle est un subtile équilibre entre masculin et féminin, la meilleure façon de s'approprier les codes vestimentaires que les esprits poussiéreux s'imaginent encore réservés à un genre plus qu'à un autre.

Forever young, un portrait d'Anne E.

Mais au fait... Ce fameux secret alors?

Vous ne voyez pas? Non, vraiment pas?

Eh bien Anne ne vieillit pas. Non, du tout. Elle aurait même tendance à rajeunir, mais ça c'est parce qu'elle se coupe les cheveux plus courts.

En réalité je m'étais trompé dans mon pronostique quand je l'ai rencontrée, si bien qu'aujourd'hui, Anne n'a pas 30 ans, mais deux fois 20 ans.

20 ans pour toujours en somme, quelque soit le multiplicateur.

Photo: ©jeaneg

Lire la suite

Un coup d'coeur, ça vous dit?

28 Juin 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Portrait, #Humeurs

Un coup d'coeur, ça vous dit?

Elle avait 14 ans la petite Raphaëlle lorsqu'elle a, la toute première fois, fait couper ses cheveux. Et ce n'était que le début, parce que depuis les choses se sont largement "aggravées"...

Des parents musiciens, un tempérament de chef de bande, des cours de théâtre, voilà en résumé la première partie de la biographie. Et toujours les cheveux courts, définitivement. Officiellement, c'est pour l'aspect pratique, pas de cheveux emmêlés et le visage dégagé... Mais en secret Raphaëlle a autre chose en tête...

Un coup d'coeur, ça vous dit?

il y a 5 ans nait "She is Cake", musique électro, plutôt house-club, jolie voix claire de Raphaëlle qui compose et écrit avec Lieutenant Nicholson, son partenaire musical. Et puis des collaborations avec Voulzy ( Julien, le fils ), DjeuhDjoah, le complice de Lieutenant Nicholson ou encore Ours alias Souchon ( Charles, le fils )... Des références.

A l'écoute, ça donne ça!

Et puisque c'est la musique qui l'emporte, c'est l'occasion de se faire une identité visuelle et graphique forte. Pour ça, Raphaëlle a depuis ( presque ) toujours une figure en tête qui la fascine, celle de Sinead O'Connor. Elle a 30 ans et c'est "son mec" qui lui tond les cheveux, la première fois. Inutile de dire à quel point l'acte est libérateur. La jeune femme s'épanouie, assume sa "boule à zéro" avec le plus grand bonheur et rayonne superbement.

Il y aura encore quelques tâtonnement, un peu de repousse, avant d'adopter résolument la tête rasée. Mais cette fois il faut l'adresse d'un pro, parce que ces choses là, voyez vous, ça ne supporte pas d'être négligé.

Un coup d'coeur, ça vous dit?

Alors une fois par mois, Raphaëlle va faire tondre ses cheveux chez Micky Montorgueil, où elle a droit à un tarif spécial... Normal.

Un coup d'coeur, ça vous dit?Un coup d'coeur, ça vous dit?

Quand je lui pose la question, Raphaëlle ne se trouve pas un caractère de garçon manqué. Au contraire, elle revendique une féminité qu'elle veut glamour, ce qui ne l'empêche pas de dire les choses clairement et sans détours ou de boire son Jack Daniel's sec. Une femme de caractère, qui s'est trouvé, au delà des clichés communs, une image féminine forte et charismatique.

Photo: Alain Sacrez

Photo: Alain Sacrez

She is Cake sur Facebook

Avec la gentille et sympathique collaboration de Raphaëlle Audin

Lire la suite

Un portrait d'Havilah Bender

23 Juin 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Portrait

Un portrait d'Havilah Bender

Il faut que je vous parle d'Havilah. Son visage, son allure pourraient être familiers, mais ici, en Europe, si on l'a déjà vue, elle n'est pas forcément connue. Pas autant qu'à Dallas en tout cas.

C'est là qu'elle a grandi, avec ses frères et autant dire que gamine, elle était plutôt "tomboy", sneakers, baggy, skateboard et cheveux dans les yeux. Havilah n'a jamais eu froid aux yeux.

Comme je lui pose la question, elle me répond:

" J'ai eu les cheveux de plus en plus courts à partir de 22 ans, quand je les ai coupé au carré. A cette époque je servais de modèle dans différents salons de coiffure. Je faisais confiance totale au gars qui me coiffait. Il me disait l'idée en quelques mots et hop! On le faisait."

Un portrait d'Havilah BenderUn portrait d'Havilah Bender

Rapidement les cheveux courts sont devenus incontournables, l'addiction, le besoin et le goût pour ce style, elle ne pouvait plus s'en passer.

Elle se sent un peu "décalée" dans sa ville du Texas, ce Sud tellement conservateur, style rock, tatouages, piercing, cheveux courts... Pourtant la jeune femme de 31 ans, qui avoue s'être mariée bien jeune, est maman de deux "kids" de 10 et 11 ans.

Elle se rappelle son pire souvenir chez le coiffeur:

" Sans doute ma pire expérience a été lorsque j'ai laissé mon coiffeur me parler de coupe en brosse. J'ai détesté ça, mais quand je les coiffais vers le bas au lieu de les redresser, cela n'était pas si mal. Par chance, la repousse n'a pas été trop dure."

Aujourd'hui, son style c'est définitivement "la Pompadour":

" Quand j'ai commencé à aller dans des barbershops pour avoir les côtés bien rasés, c'est devenu comme une dépendance. Je voulais toujours avoir une coupe courte et propre parce que je trouve que cela met davantage mon visage en valeur... Et bien sûr je me caresse toujours la nuque quand c'est fraîchement tondu..."

Un portrait d'Havilah BenderUn portrait d'Havilah BenderUn portrait d'Havilah Bender
Un portrait d'Havilah Bender

Une de ces femmes aux cheveux courts qui font mon admiration, déterminées et affranchies.

Photos: Havilah Bender

Lire la suite

Histoire de tattoo

8 Juin 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Portrait

Histoire de tattoo

Le fin mot de l'histoire, c'est que Eve Salvail, alors qu'elle a 19 ans et qu'elle se lance dans une carrière de mannequin, est décidée à être le premier mannequin au crâne rasé.

En 1992, la personne la plus connue, la seule personne connue d'ailleurs, qui a le crâne rasé, c'est la chanteuse Sinead O'Connor. Et justement, lorsque Eve parle de son projet à son père, ce dernier lui rétorque que cela manque d'originalité, vu que la chanteuse a déjà pris la place.

Qu'à cela ne tienne. Pour se démarquer de l'idole irlandaise, Eve a la solution. Un tatouage!

Elle est au Japon et là bas comme ailleurs, à cette époque, le tatouage est surtout un passe-temps de voyou, de taulard ou de marin... C'est un peu le creux de la vague pour la jeune modèle, les agences la lâchent, petit à petit, mais elle n'en démord pas et garde son crâne tondu, exhibant le dragon japonais.

Ce sera Jean Paul Gaultier qui 6 mois plus tard va lui ouvrir les portes du monde de la mode et lancera véritablement sa longue et belle carrière.

Eve Salvail pour Tous Encrés

Lire la suite

La vie est injuste ( Un portrait d'Emily Rose )

12 Mai 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Portrait

Photo: Zu Reyes

Photo: Zu Reyes

En voyant cette photo de Zu Reyes, la photographe qui travaille avec mon amie Agata Descroix, je suis tombé sous le charme. Et je me suis dit... la vie est vraiment trop injuste!

Emily Rose est modèle depuis qu'elle a 17 ans. Avec des hauts et des bas, parce qu'aux Etats Unis les places sont chères. Alors un jour elle a pris une grande décision... celle de partir travailler à Mexico. C'est étonnant quand on y pense, alors que chaque jour des milliers de mexicains passent la frontière dans l'autre sens pour essayer d'améliorer leur vie. Question de milieu socio-professionnel peut être?

Et puis arrivée à Mexico, Emily a vu passer plusieurs contrats pour des photos commerciales. Le modèle devait dégager du caractère, une allure moderne, déterminée, authentique, sincère, positive... enfin le baratin habituel des communicants. Pourtant c'est bien là que la jeune américaine a perçu qu'elle pouvait faire son métier et être elle même. C'est ce jour là, l'été dernier, qu'elle a coupé ses cheveux.

Libération, grande bouffée d'air, enthousiasme général et addiction, que des symptômes bien connus de toutes les femmes aux cheveux courts.

Et puis il y a ce portrait de Zu Reyes avec la complicité d'Agata Descroix aujourd'hui reconvertie en "make-up artist" et qui se trouve une certaine gémellité avec la jeune américaine.

Un visage épuré, un maquillage naturel au possible, une coupe plus courte encore, comme si depuis ce premier pas, Emily Rose était à la recherche de son âme, mise à nu.

Elle me dit qu'elle est prête à aller bien plus loin, peut être blonde, peut être carrément tondue. Agata me dit qu'elle est adorable et je veux bien le croire vu la manière avec laquelle elle répond à mes questions.

Tant de qualités concentrées en une même personne, tant de finesse dans ce visage presque parfait, tant de réussite pour cette émigrée américaine au Mexique...

Oui vraiment, la vie est trop injuste.

Emily Rose sur Instagram

Lire la suite

Le Shape c'est Oriane

4 Mai 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs, #Portrait

Le Shape c'est Oriane

Je ne vois pas très bien de quelle manière, j'aurais pu renoncer à l'invitation d'Oriane.

1/ D'abord parce que c'est une jeune femme aux cheveux courts.

2/ Ensuite parce qu'elle est lectrice du blog et que j'adore rencontrer les lectrices "en vrai".

3/ Enfin parce que je suis toujours curieux et je l'étais de découvrir l'environnement d'un shaper.

Ce shaper là fabrique et personnalise des cruisers de grande qualité pour rider en ville. Ça va, tout le monde suit?

Le Shape c'est Oriane

Oriane, formée aux Beaux Arts, fabrique les planches de la marque Le Shape, une jeune startup parisienne. Autant vous dire qu'elle y met tout son coeur et que ce job là est pour elle une passion. C'est pour ça qu'elle est au FISE (Festival International des Sports Extrêmes).

Après avoir papoté un peu, s'être mutuellement raconté nos vies et parlé de sa coupe de cheveux, résultat d'un parcours normal (rupture amoureuse, changement de vie blablabla... très classique quoi ) et génératrice de confiance, d'estime de soi et d'authenticité, nous avons parlé de skateboard et du fameux partenariat entre Le Shape et les chaussures Armistice qui offrent une vingtaine de planches personnalisées et quelques paires de pompes aux gagnants du concours qu'ils organisent avec leurs magasins distributeurs ( à Montpellier ce sont les boutiques Hémisphère Hommes 22 rue de la Loge et Hémisphère Femmes 2 rue des Etuves )

Le Shape c'est Oriane

Une bonne occasion pour découvrir et peut être s'offrir, ces planches artisanales faites avec amour et passion.

Je ne pouvais pas en attendre moins de la part d'une femme aux cheveux courts... Et si vous trainez sur les bords du Lez ces jours-ci, vous croiserez sûrement la jolie Oriane.

Oriane Barreaud sur FB

Le Shape sur FB et sur Instagram

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>